19 L`IMPUDICITÉ ET L`ADULTÈRE SONT DES ACTES DE REBELLION CONTRE DIEU

11/05/2015 10:51

19 L`IMPUDICITÉ ET L`ADULTÈRE SONT

DES ACTES DE REBELLION

CONTRE DIEU

 

 

Exode 20 : 14 

Tu ne commettras point d’adultère.

Note de John Macarthur

Applicable aux hommes comme aux femmes, ce commandement protégeait le caractère sacré du mariage. Dieu avait institué le mariage au moment où il avait créé l’homme et la femme (#Ge 2:24) et l’avait béni, car il représentait le moyen de remplir la terre (#Ge 1:28). La mort était la punition en cas d’infidélité dans la relation conjugale (#Lé 20: 10). L’adultère est aussi désigné comme un « grand péché » (#Ge 20: 9) et comme « un grand mal …  contre Dieu » (cf. #Ge 39:9 ; #Mt 5:27 ; #Ja 2:11).

Autres notes

#20. 14 Tu ne commettras point d’adultère. Cette interdiction enseigne le respect du mariage, et nous met en garde contre l’exploitation du corps d’une autre personne. Cela pourrait s’appliquer à toute forme de comportement sexuel illicite.

 

Lévitique 20 : 10

¶  Si un homme commet un adultère avec une femme mariée, s’il commet un adultère avec la femme de son prochain, l’homme et la femme adultères seront punis de mort.

NOTE DE JOHN MACARTHUR

20:10-21 Liste des châtiments pour ceux qui commettaient les péchés sexuels décrits en #Lé 18:1-30 ; voir #De 22:13-30.

Autres notes

Les châtiments pour les offenses flagrantes (20)

   Ce chapitre décrit la punition pour quelques-unes des offenses qui sont énumérées dans les chapitres 18 et 19. La personne qui faisait passer un enfant par le feu à Moloc, devait être lapidée (v. #1-3). Si le peuple ne la faisait pas mourir, Dieu la détruirait, elle et sa famille (v. #4,5). La peine de mort était aussi prononcée contre celui qui consultait les morts et les esprits (v. #6) ; contre celui qui maudissait son père ou sa mère (v. #9) ; l’homme et la femme adultères (v. #10) ; contre celui qui couchait avec la femme de son père (v. #11) ou avec sa belle-fille (v. #12) et contre le sodomite (v. #13). (Dans le cas des rapports illicites, les deux participants devaient être mis à mort.) Dans le cas d’un homme qui avait eu des rapports sexuels illicites avec une mère et sa fille, tous les trois offenseurs devaient être brûlés (v. #14). La perversion sexuelle entre les humains et les animaux était un crime capital ; et l’homme et la bête devaient être tués (v. #15,17). La peine de mort (ou, comme certaines personnes pensent, l’excommunication) fut prononcée contre celui qui eut des rapports avec sa sœur ou sa demi-sœur (v. #17) ou avec une femme en train d’avoir ses règles (v. #18). Les rapports avec une tante entraînaient le jugement, « ils porteront la peine de leur péché », mais aucun détail de cette peine n’est donné (v. #19). Certaines personnes pensent qu’ils mourraient sans enfant, comme dans les termes du verset #20, où un homme eut des rapports avec la femme de son oncle, et du verset #21, où l’offense était avec une belle-sœur.

   Le verset #21 s’appliquait seulement pendant que le frère était vivant. S’il mourait sans laisser de fils pour son nom, son frère était obligé d’épouser la veuve et de donner le nom du défunt au premier fils (#De 25.5). Une telle union s’appelait un mariage de lévirat.

   Le désir ardent du cœur de Dieu était d’avoir un peuple saint, séparé des abominations des Gentils et prenant plaisir aux bénédictions de la Terre Promise (v. #22-26). Il fallait lapider les médiums et les gens qui avaient un esprit de divination (v. #27) afin de les exterminer.

 

LE PÉCHÉ CONTRE VOTRE CORPS

1 Corinthiens 6 : 13b et 18 à 20

13… Mais le corps n’est pas pour l’impudicité. Il est pour le Seigneur, et le Seigneur pour le corps.

18  Fuyez l’impudicité. Quelque autre péché qu’un homme commette, ce péché est hors du corps ; mais celui qui se livre à l’impudicité pèche contre son propre corps.

19  Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes ?

20  Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu.

Note de John Macarthur

D’une certaine manière, le péché de débauche est particulièrement destructeur parce qu’il touche la personne dans son intimité; il l’entraîne et la corrompt au niveau le plus profond de son être. Paul fait toutefois probablement allusion ici à des maladies vénériennes, aussi courantes et dévastatrices à son époque qu’aujourd’hui. Aucun autre péché ne contient une telle puissance de destruction du corps; c’est pourquoi, conscient de la réalité évoquée aux vv. #1Co 6:19-20, le croyant doit l’éviter à tout prix.

Le corps du chrétien appartient au Seigneur (v. #1Co 6:13), il fait partie du corps de Christ (v. #1Co 6:15) et il est le temple du Saint-Esprit. Tout acte de fornication, d’adultère, ou tout autre péché est commis par le croyant dans le sanctuaire, le lieu très saint, la demeure de Dieu. Dans l’A.T., le souverain sacrificateur s’y rendait une fois par an, non sans avoir accompli un rituel minutieux de purification, sous peine de mourir (#Lé 16).

un grand prix. C’est-à-dire le sang précieux de Christ.  Il s’agit de racheter celui qui est esclave en versant une somme, de libérer quelqu’un en payant une rançon. La rédemption était le terme technique désignant l’argent versé pour racheter un prisonnier de guerre. Ici, il désigne le prix payé pour acheter la liberté de celui qui est esclave du péché et se trouve sous la malédiction de la loi (c’est-à-dire la mort éternelle, cf. #Ga 3:13). Le prix payé au Dieu saint correspond au sang versé par son propre Fils (cf. #Ex 12:1-13 ; #Ex 15: 13 ; #Ps 78:35 ; #Ac 20: 28 ; #Ro 3:24 ; #Ga 4:4-5 ; #Ep 1:7 ; #Col 1:14 ; #Tit 2:14 ; #Hé 9:11-17).

 

glorifiez …  Dieu. C’est l’objectif suprême du chrétien (#1Co 10:31).

 

AUTRE NOTE

Notre corps n’est pas pour le plaisir sexuel, ni pour n’importe quel autre plaisir, mais pour servir Dieu. Notre être est le lieu de résidence du Saint-Esprit (verset 19). Nous ne devons pas nous laisser dominer par un plaisir quelconque car ce serait de nouveau faire de notre corps l’esclave du péché.

Bien que Dieu ait admirablement disposé le corps pour ingérer et digérer la nourriture, une chose est certaine : le corps n’est pas pour la débauche. Il est pour le Seigneur, et le Seigneur pour le corps. En créant ainsi le corps humain, Dieu ne le destinait pas à des fins impures. Il voulait au contraire qu’il serve à sa gloire et à son service.

Il y a dans cette affirmation quelque chose de surprenant qui n’échappe pas au lecteur attentif. Non seulement le corps est pour le Seigneur, mais le Seigneur est pour le corps. C’est dire que le Seigneur s’intéresse à notre corps, à son bien-être et à son bon usage. Dieu veut que nos corps lui soient offerts en sacrifice vivant, saint et agréable (#Ro 12.1). « Sans le Seigneur, le corps n’atteint jamais sa vraie dignité et sa destinée immortelle »

Autres notes

#12-20 Certains, parmi les Corinthiens, semblaient être prêts à dire: Tout m’est permis. Paul s’oppose à cette vanité dangereuse. Il y a une liberté avec laquelle Christ nous a rendus libres, dans laquelle nous devons nous tenir avec fermeté. Mais il est certain qu’un chrétien ne peut se livrer au pouvoir d’un quelconque appétit corporel. Le corps est pour le Seigneur ; il doit être un instrument de justice vers la sainteté et donc ne jamais être fait un instrument du péché. C’est un honneur pour le corps que Jésus-Christ ait été élevé de la mort ; et ce sera un honneur pour nos corps, quand ils seront à leur tour élevés. L’espoir d’une résurrection pour glorifier doit empêcher les chrétiens de déshonorer leurs corps par des convoitises charnelles. Et si l’âme est unie à Christ par la foi l’homme entier est devenu un membre de son corps spirituel. D’autres vices peuvent être conquis par le combat ; ceux qui sont mentionnés ici ne peuvent être conquis que par la fuite. Et de vastes multitudes sont séparées par ce vice, dans ses diverses formes et conséquences. Ses effets ne tombent pas seulement directement sur le corps, mais souvent sur l’esprit. Nos corps ont été rachetés d’une condamnation méritée et d’un esclavage sans espoir par le sacrifice expiatoire de Christ. Nous devons être purs, comme des vases convenant parfaitement à l’usage de notre Maître. Étant unis à Christ d’un même esprit, et achetés à un prix inestimable, le croyant doit se considérer comme étant complètement le Seigneur, par les liens les plus forts. Puissions-nous faire notre affaire, jusqu’au dernier jour de notre vie, de glorifier Dieu avec nos corps, et avec nos esprits qui lui appartiennent.

Protéger les membres de la famille du péché sexuel

Lévitique 19 : 29

29  Tu ne profaneras point ta fille en la livrant à la prostitution, de peur que le pays ne se prostitue et ne se remplisse de crimes.

NOTE DE JOHN MACARTHUR

Même les païens de l’Assyrie antique interdirent ce moyen particulièrement détestable de se procurer de l’argent.

 

AUTRES NOTES

De même, le péché de prostitution est probablement mentionné ici pour une raison semblable ; il s’agit d’une pratique païenne.

Débauche : Relations sexuelles entre personnes non mariées

Adultère : Relations sexuelles après le mariage avec quelqu`un d`autre que le conjoint (du sexe opposé).

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/