25 COMMENT EXORCISER DES ESPRITS IMPURS Adressez-vous à eux avec autorité ordonnez-leur de sortir au nom de Jésus

14/08/2015 11:03

25 COMMENT EXORCISER DES ESPRITS IMPURS

 

 

Adressez-vous à eux avec autorité

ordonnez-leur de sortir au nom de Jésus

 

MARC 5 : 8 à 13  + Note de John Macarthur

8  Car Jésus lui disait : Sors de cet homme, esprit impur !

9  Et, il lui demanda : Quel est ton nom ? Légion est mon nom, lui répondit-il, car nous sommes plusieurs.

Quel est ton nom? Jésus posa cette question probablement parce que le démon l’avait supplié de ne pas être tourmenté. Il n’avait cependant pas besoin de connaître le nom du démon pour le chasser. Il voulait plutôt par cette question mettre en lumière la réalité et la complexité de ce cas.

Légion. Terme latin, employé couramment à l’époque aussi bien par les Grecs que par les Juifs, qui désignait une unité de combat romaine forte de 6000 fantassins. Ce nom démontre que l’aliéné était possédé par un très grand nombre de démons actifs en lui, ce que confirme la précision « car nous sommes plusieurs ».

10  Et il le priait instamment de ne pas les envoyer hors du pays.

priait instamment. Le démon savait parfaitement que Jésus avait tout pouvoir contre lui et il s’adressa à lui avec le désir intense que sa requête soit entendue.

ne pas les envoyer hors du pays. Les démons tenaient à rester dans le lieu où ils exerçaient leurs pouvoirs diaboliques.

11  Il y avait là, vers la montagne, un grand troupeau de pourceaux qui paissaient.

pourceaux. Les pourceaux étaient des animaux impurs aux yeux des Juifs. Par conséquent, ceux qui les gardaient ne pouvaient être que des non-Juifs, ou des Juifs qui ne se souciaient pas de la loi.

12  Et les démons le prièrent, disant : Envoie-nous dans ces pourceaux, afin que nous entrions en eux.

13  Il le leur permit. Et les esprits impurs sortirent, entrèrent dans les pourceaux, et le troupeau se précipita des pentes escarpées dans la mer : il y en avait environ deux mille, et ils se noyèrent dans la mer.

Il le leur permit. Jésus, dont le pouvoir est souverain, autorisa les démons à entrer dans les pourceaux et à les détruire. Le texte n’offre aucune autre explication à cela (cf. #De 29:29 ; #Ro 9:20). Ce faisant, Jésus démontra à cet homme, de façon visible, puissante et vivante, qu’il venait de le délivrer de puissances démoniaques extrêmement nuisibles.

 

Autres notes

9-10 Le nom du démon était Légion, ce qui en latin {31} correspondait à une troupe de six mille hommes. L’homme était possédé non d’un seul démon, mais d’un grand nombre d’esprits impurs. Ils supplièrent Jésus de ne pas les chasser hors du pays. D’après #Lu 8:31, ils demandèrent à Jésus de ne pas les envoyer dans l’abîme. L’« abîme » désigne le lieu où les mauvais esprits étaient emprisonnés (#Ap 9:1-2; 20:2-3). Les démons savaient que Jésus les punirait ; ils Lui demandèrent de ne pas le faire trop sévèrement. Le pire des châtiments qui puisse leur être infligé est d’être jetés dans l’abîme où il n’existe pas de corps dans lesquels ils pourraient se réfugier.

Autres notes

9 On a donné deux explications à la question : Quel est ton nom ? Premièrement, selon la croyance ancienne, le fait de connaître le nom de son adversaire donnait un pouvoir sur lui. Deuxièmement, et c’est plus probable, Jésus pose la question pour faire prendre conscience à cet homme de sa personnalité, autre que celle du démon. Légion est un terme latin qui suggérait le nombre, la force et l’oppression aux populations sous la domination romaine. Le démoniaque sentait en lui plusieurs forces malignes contradictoires, et cette personnalité dissociée se reflète dans sa manière de parler de lui tantôt au singulier, tantôt au pluriel.

Autres notes

#6-13 Quand le démoniaque vit Jésus, il adopta d’abord une attitude respectueuse, puis il se plaignit amèrement. « Combien est vraie et affreuse cette image d’un homme prosterné dans l’adoration, la supplication et la foi, et cependant plein de haine, de méfiance et de crainte ; un personnage double qui aspire à l’affranchissement mais qui s’accroche désespérément à ses passions. »

L’ordre exact des événements n’apparaît pas clairement ; on peut l’imaginer ainsi :

1. Le démoniaque vint se prosterner aux pieds du Seigneur Jésus (v. 6).

2. Jésus ordonna à l’esprit impur de sortir de cet homme (v. 8).

3. L’esprit, qui s’exprimait par la bouche du démoniaque, confessa la nature de Jésus, contesta son droit à intervenir et le supplia, avec serment, de cesser de le tourmenter (v. 7).

4. Jésus demanda à l’homme quel était son nom. Il répondit : Légion, indiquant par là qu’il était habité par de nombreux démons (v. 9). Apparemment, ceci ne contredit pas le v. 2 qui déclare que l’homme en question avait un esprit impur (au sing.).

5. C’est peut-être le porte-parole des démons qui demanda la permission d’entrer dans un troupeau de pourceaux (v. 10-12)

6. Jésus le leur permit, et les 2 000 pourceaux dévalèrent les pentes escarpées et se précipitèrent dans la mer où ils se noyèrent (v. 13).

On a souvent reproché au Seigneur d’avoir causé la perte de ces pourceaux. Notons plusieurs choses à ce propos :

1. Il n’a pas ordonné cette destruction, mais l’a seulement permise. C’est le pouvoir destructeur de Satan qui est à l’origine de l’anéantissement du troupeau.

2. Il n’est dit nulle part que les propriétaires du troupeau ont accusé Jésus. Si les porcs appartenaient à des Juifs, ceux-ci savaient qu’ils transgressaient la loi en élevant ces animaux.

3. L’âme de l’homme valait plus que tous les pourceaux du monde.

4. Si nous avions eu la même connaissance que Jésus, nous aurions agi exactement de la même façon.

 

MARC 9 : 25 À 29 + Note de John Macarthur

25  Jésus, voyant accourir la foule, menaça l’esprit impur, et lui dit : Esprit muet et sourd, je te l’ordonne, sors de cet enfant, et n’y rentre plus.

#25-27 Lorsque Jésus ordonna à l’esprit impur de sortir de l’enfant, celui-ci fut victime d’une terrible convulsion, au point qu’il tomba comme mort. Le Seigneur le releva et le rendit à son père.

26  Et il sortit, en poussant des cris, et en l’agitant avec une grande violence. L’enfant devint comme mort, de sorte que plusieurs disaient qu’il était mort.

27  Mais Jésus, l’ayant pris par la main, le fit lever. Et il se tint debout.

28  Quand Jésus fut entré dans la maison, ses disciples lui demandèrent en particulier : Pourquoi n’avons-nous pu chasser cet esprit ?

#28-29 Un peu plus tard, alors que Jésus était seul dans la maison avec ses disciples, ceux-ci lui demandèrent en particulier pourquoi ils n’avaient pas pu chasser le démon. Il leur répondit que certains miracles exigent prière et jeûne. La version Seg. (et NEG) omet le mot « jeûne ». Certains manuscrits le rajoutent (voir JND et Semeur, note). Lequel d’entre nous, dans l’accomplissement de son service chrétien, n’a pas été parfois écrasé par un sentiment de défaite et de frustration ? Nous avons travaillé inlassablement et consciencieusement, et pourtant nous ne voyons rien de l’action puissante de l’Esprit de Dieu. Alors, il nous semble entendre, nous aussi : Cette espèce-là … 

29  Il leur dit : Cette espèce-là ne peut sortir que par la prière.

Autres notes

Après que Jésus eut guéri l’enfant démoniaque, les disciples Lui demandèrent : « Pourquoi n’avons-nous pu chasser cet esprit ? » Ils connaissaient déjà une raison : le manque de foi {59}. Jésus leur donna deux autres raisons : ils n’avaient pas prié assez ni jeûné {60} (voir #Mt 17: 21 ; #Mr 9:29). La prière est le moyen qui nous permet d’obtenir la puissance, à condition qu’elle soit associée à la foi. Sans la foi, la prière est inopérante ; sans la prière, la foi est inopérante. Pour que la prière agisse, il lui faut l’appui de la foi ; et pour obtenir la foi, il faut prier. Notre foi sera à la mesure de notre prière. Et plus notre foi sera grande, plus nos prières seront agissantes. Dans #Mt 9:29, Jésus déclara : « Qu’il vous soit fait selon votre foi. » Prier avec foi, c’est actionner l’interrupteur d’un gros moteur ; si nous ne le mettons pas sur la position « marche », le moteur ne tournera pas. Dans certaines circonstances, il est nécessaire de jeûner pour que Dieu réponde à notre requête. De nombreux chrétiens ont constaté que leurs prières avaient débouché sur des résultats plus grands — puissance accrue, davantage de bénédictions, directives plus nombreuses — lorsqu’ils avaient jeûné.

       Jeûner ne signifie pas simplement sauter des repas pendant un certain temps. Cet exercice traduit notre désir de maîtriser nos appétits physiques et de mettre de côté tous les désirs et toutes les préoccupations terrestres au profit de biens spirituels. Par le jeûne, nous disons à Dieu que nous sommes disposés à nous offrir entièrement à Lui pour qu’Il accomplisse sa volonté. Le jeûne est le signe que nous sommes prêts à renoncer à des choses aussi légitimes que la nourriture du corps pour nous concentrer sur notre engagement à son service. Lorsque par le jeûne, nous montrons à Dieu avec quel sérieux nous sommes décidés à nous offrir à Lui, Il répondra à nos prières en nous donnant une plus grande mesure de force, de sagesse et de bénédictions spirituelles.

Autres notes

#14-29 Le père de l’enfant souffrant, regrettait le manque de puissance des disciples ; en fait, Christ attribue la déception de cet homme à son manque de foi.

Beaucoup de promesses divines sont corolaires à notre foi. Si tu crois, il est alors possible que ton cœur endurci s’attendrisse, que tes maladies spirituelles soient guéries ; faible comme tu es, tu pourrais alors par la foi, « te tenir debout spirituellement », jusqu’à la fin. Ceux qui se plaignent de leur incrédulité, doivent porter leurs regards vers Christ pour recevoir la Grâce qui seule pourra les aider à lutter contre ce manque de foi : cette Grâce est toute suffisante !

Quand Jésus guérit, Il agit avec efficacité. Mais Satan résiste pour ne pas être chassé de ceux qui sont ses esclaves depuis longtemps ; quand il ne parvient pas à désappointer ou à détruire le pécheur, il provoque en lui toutes les terreurs possibles.

Les disciples de Christ ne doivent pas estimer qu’il est possible d’accomplir leur travail avec la même facilité dans tous les cas ; certains services provoquent plus de souffrances que d’autres … 

 

Actes 16 : 16 à 18 + Note de John Macarthur

16 ¶  Comme nous allions au lieu de prière, une servante qui avait un esprit de Python, et qui, en devinant, procurait un grand profit à ses maîtres, vint au-devant de nous,

un esprit de Python. Cette expression trouve son origine dans la mythologie grecque; le Python était un serpent qui gardait l’oracle de Delphes. Cette fille était un médium en contact avec les démons qui étaient censés prédire l’avenir.

17  et se mit à nous suivre, Paul et nous. Elle criait : Ces hommes sont les serviteurs du Dieu Très-Haut, et ils vous annoncent la voie du salut.

Dieu Très-Haut. el-Elyon, le Dieu souverain et Tout-Puissant, est un titre du Dieu d’Israël dans l’A.T., employé plus de 50 fois (voir #Ge 14:18-22 ; #Ps 78:35 ; #Da 5:18).

18  Elle fit cela pendant plusieurs jours. Paul fatigué se retourna, et dit à l’esprit : Je t’ordonne, au nom de Jésus-Christ, de sortir d’elle. Et il sortit à l’heure même.

Je t’ordonne, au nom de Jésus-Christ. Le démon obéit à l’ordre de Paul et à son autorité apostolique et sortit de la fille. La faculté de chasser les démons était une prérogative des apôtres de Christ (#Mr 3:15 ; #2Co 12:12).

Autres notes

(#Ac 16:16-18) Peu de temps après, comme Paul et ses amis se rendaient à la prière, ils se virent suivis par une esclave qui, faisant le métier de devineresse au moyen de la nécromancie [1454], procurait beaucoup d’argent à ses maîtres. Ce n’était donc pas une esclave inutile quant aux choses du monde [3269]  {==> "Lu 17:7"} ; mais quelle triste utilité que celle qui, toute pour la terre, est peu soucieuse des moyens ! Cette malheureuse, nous dit Luc, était sous la puissance d’un esprit malin pensant probablement décrier Paul et ses collègues en les protégeant, ou poussé, comme au temps de Jésus, par une force plus grande que la sienne, il faisait crier à sa victime : « Ces hommes sont des serviteurs du Dieu très haut, qui nous annoncent un chemin de salut. » Cette scène pénible s’étant renouvelée à plusieurs reprises, Paul enjoignit à l’esprit de sortir de sa victime, qui, délivrée à l’instant, laissa les apôtres en paix …  Mais, dès ce jour, les profits cessèrent.

Autres notes

18 Pendant plusieurs jours la servante suivit Paul en criant. Finalement Paul ordonna au mauvais esprit de sortir d’elle, et il la quitta sur-le-champ. Elle était libérée.

Autres notes

16 La seconde personne de Philippes mentionnée dans ce chapitre était une pauvre esclave possédée par un démon. Beaucoup pensaient qu’elle pouvait prédire l’avenir et payaient ses maîtres pour qu’elle leur révèle leur avenir. Les maîtres de la servante gagnaient beaucoup d’argent grâce à ses divinations. Ce n’était toutefois pas elle qui prédisait l’avenir, mais un mauvais esprit en elle.

Autres notes

#16-18 Un jour où Paul et ses compagnons se rendaient au lieu de prière, ils rencontrèrent une servante (ou esclave) qui avait un esprit de Python (ou de divination). Possédée par un démon, elle avait la capacité de prédire l’avenir et de faire d’autres révélations étonnantes. De cette façon, elle procurait de grands revenus à ses maîtres.

Lorsque cette femme vint au-devant des missionnaires chrétiens et durant plusieurs jours par la suite, elle se mit à les suivre, en criant : Ces hommes sont les serviteurs du Dieu Très-Haut, et ils vous annoncent la voie du salut. Sa déclaration était vraie, mais Paul savait qu’il ne fallait pas accepter le témoignage des démons. De plus, il fut attristé par la condition misérable de cette jeune fille esclave de Satan. Par conséquent, au nom tout-puissant de Jésus-Christ, il ordonna au démon de sortir d’elle. Immédiatement, elle fut libérée de cet esclavage affreux, retrouva la raison et devint une personne saine d’esprit.

 

Luc 4 : 35

35  Jésus le menaça, disant: Tais-toi, et sors de cet homme. Et le démon le jeta au milieu de l’assemblée, et sortit de lui, sans lui faire aucun mal.

Autre note

Quand Jésus délivre de la maladie, on doit remarquer une nouveauté de vie, consacrée plus que jamais à Son service, pour Sa Gloire. L’âme guérie doit alors répandre autour d’elle la notoriété de Christ, en tous lieux ; elle doit également intercéder pour ceux qui souffrent, physiquement ou spirituellement ; cette âme doit s’évertuer à conduire les pécheurs vers le Seigneur, afin qu’Il pose Ses mains sur eux, pour les guérir.

Jésus a chassé les démons de nombreuses personnes possédées. Nous n’avons pas été envoyés en ce monde pour vivre dans notre égocentrisme, mais pour glorifier Dieu, et pratiquer le bien dans notre entourage.

Le peuple recherchait Christ : Celui-ci est venu à lui. Un désert n’en est pas réellement un, si nous y sommes avec le Seigneur : Il nous accompagnera, par Sa Parole et Son Esprit, Il accordera Ses bénédictions aux autres nations, jusqu’à ce que, sur toute la terre, les serviteurs et adorateurs de Satan soient amenés à reconnaître Christ en tant que Fils de Dieu, et qu’ils trouvent la rédemption et le pardon de leurs péchés, au travers de Son sang.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/