31 LE BÂTISSEUR D`UNE TOUR ET LE ROI QUI PRÉPARE LA GUERRE

11/11/2014 05:17

LES PARABOLES DE JÉSUS

 

31 LE BÂTISSEUR D`UNE TOUR ET

LE ROI QUI PRÉPARE LA GUERRE

 

LUC 14 : 25 à 35

25 ¶  De grandes foules faisaient route avec Jésus. Il se retourna, et leur dit:

26  Si quelqu’un vient à moi, et s’il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses sœurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple.

27  Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple.

28  Car, lequel de vous, s’il veut bâtir une tour, ne s’assied d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer,

29  de peur qu’après avoir posé les fondements, il ne puisse l’achever, et que tous ceux qui le verront ne se mettent à le railler,

30  en disant : Cet homme a commencé à bâtir, et il n’a pu achever ?

31  Ou quel roi, s’il va faire la guerre à un autre roi, ne s’assied d’abord pour examiner s’il peut, avec dix mille hommes, marcher à la rencontre de celui qui vient l’attaquer avec vingt mille ?

32  S’il ne le peut, tandis que cet autre roi est encore loin, il lui envoie une ambassade pour demander la paix.

33  Ainsi donc, quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il possède ne peut être mon disciple.

34  Le sel est une bonne chose ; mais si le sel perd sa saveur, avec quoi l’assaisonnera-t-on ?

35  Il n’est bon ni pour la terre, ni pour le fumier ; on le jette dehors. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.

NOTES DE JOHN MACARTHUR

14: 25

De grandes foules. Christ ne cherchait pas à rassembler des foules qui se plairaient à l’écouter; son but était de former de vrais disciples. Il n’a jamais adapté son message aux goûts de la majorité. Bien au contraire, il a toujours souligné le prix élevé à payer pour être disciple. Il a mis en avant plusieurs exigences sévères dont le propos était de décourager les tièdes.

14: 26

sans me préférer. Littéralement « et ne hait pas ». Une affirmation similaire en #Mt 10:37 livre la clé pour comprendre ce commandement difficile. La « haine » dont il est question ici est en réalité un amour moins intense. Jésus appelle ses disciples à cultiver un tel dévouement pour lui que leur attachement à toute autre chose  y compris leur propre vie - ressemblerait à de la haine en comparaison de cet amour. Voir #Lu 16: 13 ; #Ge 29:30-31 pour des usages similaires du verbe « haïr ».

14: 27

porte …  sa croix. Il s’agit ici d’un acte volontaire. Cette expression se rapproche de l’idée de haïr sa propre vie au v. 26. ;  cf. #Mr 8:34.

14: 28

calculer la dépense. Les foules accueillaient favorablement les paroles de Jésus, mais elles ne s’engageaient pas pour autant. Loin de leur faciliter une prise de position en sa faveur, Jésus souligne d’abord que le prix à payer par le disciple est le plus élevé qui soit (vv. #Lu 14: 26-27, #Lu 14: 33), puis il les encourage à évaluer sérieusement les coûts de cet engagement avant de prendre la décision de le suivre. Cf. #Lu 9:57-62.

14: 33

renonce …  à tout. Seules les personnes désireuses d’évaluer soigneusement le prix d’une vie de disciple (vv. #Lu 14:28-32) et d’investir tout ce qu’elles possèdent dans le royaume de Jésus sont dignes d’y entrer. Il est ici question de bien plus que d’un simple renoncement à des biens matériels: il s’agit d’un abandon complet et inconditionnel. Les disciples n’ont droit à aucun privilège ni aucune exigence. Ils ne sont autorisés à conserver aucun « péché mignon » ni à chérir aucune possession terrestre. Aucune indulgence secrète ne leur est permise. Leur engagement pour Christ doit être entier et sans aucune réserve.

14: 34

Le sel est une bonne chose. Le sel permet de renforcer le goût et de conserver. C’est assurément ce dernier emploi que Jésus met en valeur ici. Le sel pur ne peut perdre sa saveur ou son efficacité, mais celui que l’on rencontre aux alentours de la mer Morte contient du gypse et d’autres minéraux, de sorte qu’il peut devenir fade ou inefficace en tant qu’agent conservateur. De tels sels minéraux ne pouvaient guère servir qu’à préserver les chemins de la végétation.

Le sel était un produit essentiel dans l’Israël du Ier siècle. Sous ce climat très chaud, dépourvu de procédé de réfrigération, il était le seul moyen de préserver la nourriture.

Christ employa la même image lors de trois occasions différentes au moins durant son ministère.

AUTRES NOTES

#25-35 Bien que les disciples de Christ n’aient pas tous été crucifiés, ils ont cependant tous « porté leur croix » : ils la portèrent en fait « spirituellement », dans l’exercice de leur ministère.

 

Jésus invite la foule à prendre en considération les préceptes cités dans ce texte ; Il explique cela au moyen de deux similitudes :  La première montrant que nous devons considérer « le coût »

   de notre piété ;  L’autre, que nous devons prendre en compte les périls qui

   risquent d’en découler.

 

« Asseyez-vous et comptez la dépense » : considérez ce que vous coûtera la mortification de votre péché, de vos convoitises et de vos caprices. Le plus hautain et le plus résolu des pécheurs ne peut oser se tenir devant Dieu : qui connaît en effet le pouvoir de Sa colère ? Il est de notre intérêt de rechercher la paix avec Lui, et nous n’avons pas besoin de Lui soumettre de quelconques conditions : elle nous est offerte, et nous ne pouvons qu’en bénéficier avantageusement.

 

D’une certaine manière, un disciple de Christ sera probablement tôt ou tard mis à l’épreuve. Puissions-nous chercher à être réellement de bons disciples, et à veiller à ne pas négliger notre ministère, sans être effrayés par la « croix spirituelle » que nous aurons peut-être à porter ; efforçons-nous d’être le « bon sel de la terre », afin de communiquer à ceux qui nous entourent la « saveur spirituelle » de Christ !

AUTRES NOTES

Le prix à payer pour être véritablement disciple (14.25-35)

 

De grandes foules suivaient le Seigneur Jésus. La plupart des meneurs d’hommes auraient été ivres de bonheur devant un si grand intérêt ! Mais le Seigneur ne recherchait pas des adeptes qui le suivent uniquement par curiosité, sans intérêt profond venant du cœur. Il voulait des disciples disposés à vivre avec dévouement et passion pour lui, et même à mourir pour lui le cas échéant. Il commença donc à sélectionner les personnes en leur présentant les conditions astreignantes demandées au disciple. A certains moments, le Seigneur Jésus invitait les hommes après lui, mais une fois qu’ils avaient commencé à le suivre, Il les passait au crible de ses exigences. C’est ce qui se passe ici.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/