5 de 69 - L'homme de culture grecque

14/06/2020 00:32

5- L'homme de culture grecque

ParthénonEn plus de sa citoyenneté romaine, Paul appartenait à la culture grecque. Dans l’immense empire, les gens parlaient grec et pensaient grec. À cause de cette culture commune à travers tout le bassin méditerranéen, Paul se sent à l’aise dans toutes les grandes villes : Tarse, Damas, Antioche de Syrie, Antioche de Pisidie, Thessalonique, Athènes, Corinthe, Éphèse, Rome...

Homme de grande culture et de grande éducation, il connaissait bien les philosophes et les écrivains de son temps. Il les cite souvent dans ses lettres et sait s’en inspirer.

À la maison, il utilisait l’araméen, sa langue maternelle, mais dans la ville où il grandit, il parlait le «koinè» ou «grec commun». C’était la langue du peuple et ce sera celle du Nouveau Testament. Paul connaissait aussi l’hébreu, la langue de la Bible, mais à l'école il a découvert les Écritures dans la traduction grecque, composée à Alexandrie d’Égypte trois siècles plus tôt (la version Septante).

Paul était un citoyen de la « polis », la cité grecque, particulièrement en ce qui regarde le droit imprescriptible de dire tout ce qu'on estime devoir être dit, sans crainte de se faire bâillonner par qui que ce soit. Les Grecs appelaient cela la « parrèsia », « le droit de tout dire ». Cette liberté d’expression, Paul l’utilisera abondamment tout au long de sa vie, ce qui provoquera parfois la colère de ses opposants et il l’intégrera à sa conception de la vie chrétienne. Selon «l’apôtre de la liberté», les églises chrétiennes ne pouvaient exister sans ce droit fondamental. Lorsque sous Constantin, au 4e siècle, le christianisme deviendra la religion de l’empire, ce privilège sera mis en tutelle. Chaque fois que la religion est au service de la politique, les chrétiens ne peuvent plus dire ce qu’ils pensent et se voient obligés de défendre l’État et les institutions, plutôt que de lutter pour la justice et la vérité.

Le prédicateur de la
liberté chrétienne
a grandi dans cet
esprit d’ouverture

Au temps de Paul, les villes grecques se distinguaient des villes romaines par une liberté plus grande permettant le développement de la personnalité et l’ouverture aux influences étrangères. En tant que membre de cette culture, Paul avait une largeur d’esprit qui l’ouvrait à tout ce qui est beau et bon dans son monde multi culturel. Il savait que dans le paganisme il existait un bon nombre d’éléments qui pouvaient s’intégrer à la religion chrétienne.

L'influence de la civilisation grecque sur l'esprit de Paul a été d’une importance capitale. Il pensait, parlait et écrivait le grec aussi bien que sa langue maternelle. Pour bien saisir le sens des épitres et en comprendre les expressions, les images et les sentiments, il nous faut connaître cette civilisation.

Le prédicateur de la liberté chrétienne a grandi dans cet esprit d’ouverture. Son inspiration puissante émeut les lecteurs de ses lettres, quand il chante « la liberté par laquelle le Christ nous a affranchis » (Galates 5, 1).

Grâce à la culture grecque qui unifiait l’empire romain, Paul avait la préparation nécessaire pour accomplir sa mission. Il réussira à détruire le mur qui séparait les Juifs des Gentils :

« Oui, libre à l'égard de tous, je me suis fait l'esclave de tous, afin de gagner le plus grand nombre. Je me suis fait Juif avec les Juifs, afin de gagner les Juifs; sujet de la Loi avec les sujets de la Loi – moi, qui ne suis pas sujet de la Loi – afin de gagner les sujets de la Loi. Je me suis fait un sans-loi avec les sans-loi – moi qui ne suis pas sans une loi de Dieu, étant sous la loi du Christ – afin de gagner les sans-loi. Je me suis fait faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d'en sauver à tout prix quelques-uns. Et tout cela, je le fais à cause de l'Évangile, afin d'en avoir ma part. » (1 Corinthiens 19-23)

L’évangile de la liberté prêché par Paul plaçait tout le monde sur un pied d’égalité et permettait ainsi le développement de la grande famille de Dieu :

« Car vous êtes tous fils et les filles de Dieu, par la foi, dans Christ Jésus. Vous tous en effet, baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ : il n'y a ni Juif ni Grec, il n'y a ni esclave ni homme libre, il n'y a ni homme ni femme; car tous vous ne faites qu'un dans le Christ Jésus. Mais si vous appartenez au Christ, vous êtes donc la descendance d'Abraham, héritiers selon la promesse. » (Galates 3, 26-29)

******************

Il y aura une série de 69 articles à raison d'un par semaine. Bonne lecture !

RETOUR AU DÉBUT   www.chercherjesus-christ.com/un-peu-dhistoire/saul-paul-de-tarse-serie/

ARTICLE PRÉCÉDENT   www.chercherjesus-christ.com/news/a4-le-citoyen-romain/

ARTICLE SUIVANT   www.chercherjesus-christ.com/news/a6-de-69-le-pharisien-de-culture-hebraique/

 


 

 

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/