8 de 69 - L'éducation de Paul

05/07/2020 00:39

# 8 - L'éducation de Paul

 
8 de 69

Paul a bénéficié d'une formation intellectuelle longue et sérieuse qui lui a permis de lutter contre l’étroitesse d’esprit et la bigoterie mesquine.

enseignement de la Torah

Paul fréquenta l’école biblique de la synagogue dès son enfance.

Tout d’abord, il a reçu une éducation biblique non seulement au sein de sa famille, mais aussi à l’école de la synagogue. En milieu grec - c'est le cas à Tarse - l'éducation s'accompagnait de l'apprentissage des langues. Paul avait les catégories mentales pour se faire comprendre dans ce monde très diversifié. En sa première épitre aux Corinthiens (14,11) il écrira : « Si j’ignorais la valeur du langage, je ferais l’effet d’un Barbare à celui qui me parlerait ».

Les épitres de Paul manifestent une bonne connaissance des catégories de la rhétorique grecque, spécialement dans l'utilisation de l’antithèse et de la diatribe. (Romains 2, 1-6 et 10, 6-8). Elles témoignent également de sa grande capacité d'appliquer les Écritures à de nouvelles situations de la vie courante.

Gamaliel parlant au Sanhédrin

Paul poursuivit sa formation religieuse à Jérusalem sous la direction de Gamaliel, le plus grand maître juif de son temps,

Le premier cycle de son éducation terminé, son père l’envoie à Jérusalem afin d'y poursuivre des études religieuses sous la direction du plus grand maître juif de son temps, Gamaliel l'Ancien. C'est celui-là même qui fait une brève apparition dans le récit de Luc, prêchant la modération au grand conseil du Sanhédrin, qui se disposait à anéantir le mouvement chrétien : «Israélites, prenez bien garde à ce que vous allez faire dans le cas de ces gens... Je vous le dis, ne vous occupez plus d’eux et laissez-les aller ! Si c'est des hommes que vient leur résolution ou leur entreprise, elle disparaîtra d'elle-même ; si c'est de Dieu, vous ne pourrez pas la faire disparaître. N'allez pas risquer de vous trouver en guerre avec Dieu!» (Actes 5, 35-39) Le fanatisme de Paul envers les premiers chrétiens ne venait donc pas de son maître vénéré!

Paul évoquera plus tard ses années d'apprentissage à Jérusalem : « C'est ici, dans cette ville, que j'ai été élevé et que j'ai reçu aux pieds de Gamaliel une formation strictement conforme à la Loi de nos pères. » (Actes 22, 3)

À Jérusalem, Paul habitait probablement chez sa soeur. Nous savons qu'elle avait un fils qui, le moment venu, viendra au secours de son oncle en danger. (Actes 23, 12-22)

Grâce à ses études à Tarse et à Jérusalem, Paul est devenu un grand connaisseur de la Torah

 

Chaque samedi, jour du sabbat, Paul fréquentait la synagogue. Au premier siècle, il y avait, semble-t-il, 480 synagogues à Jérusalem. Chaque région du monde avait la sienne, un peu comme à Rome aujourd’hui, où chaque ville a son église nationale. Les synagogues étaient des lieux de prière, de prédication et d'enseignement. Certaines offraient des locaux avec salles de bain pour les étrangers de passage. Dans quelques-unes d’entre elles, on trouvait des prisons souterraines où l'on faisait subir les peines synagogales, spécialement celle du fouet. Au cours de ses voyages missionnaires, à cinq reprises Paul sera condamné aux « 39 coups de fouet » des prisons juives. Dans toutes les synagogues, en particulier dans celle de Cilicie où Paul se rendait chaque sabbat, on discutait régulièrement de Jésus de Nazareth et de ses adeptes.

Grâce à ses études à Tarse et à Jérusalem, Paul était devenu un grand connaisseur de la Bible. Il la cite plus de deux cents fois dans ses lettres. Après sa rencontre avec le Christ sur le chemin de Damas, la connaissance des Écritures lui permettra de réinterpréter l’histoire du salut et d’accepter Jésus-Christ comme Messie et Sauveur.

Pour les Juifs, les Écritures étaient ce qu’il y a de plus précieux. Lors de la destruction du Temple de Jérusalem par les soldats de Titus, en l’an 70, les Juifs abandonnèrent les ustensiles en or et en argent utilisés pour les sacrifices, les lampes et les candélabres, et plein d’autres objets précieux, pour sauver les rouleaux des Écritures. La Bible était pour eux le véritable trésor du Temple et ce fut le seul qui échappa aux flammes et à la destruction.

tisserand

Une formation au métier de fabricant de tentes (métier de son père) lui permettra
de gagner sa vie

 

En plus de ses études académiques, Paul a reçu de sa famille et selon la tradition juive, une formation manuelle qui lui permettra de gagner sa vie. Chez les Juifs, contrairement aux Romains et aux Grecs, le travail manuel était apprécié et respecté. La tradition pharisienne prescrivait à un père d'enseigner à son fils une activité manuelle. Le père de Paul insista pour qu’il apprenne le métier de fabricant de tentes. C’était un métier très en vogue à Tarse et son père voulait probablement préparer son fils à prendre la relève de la petite entreprise familiale. La prospérité de Tarse provenait des métiers du textile. Outre les étoffes brodées, les rudes tissus en poils de chèvre étaient l'une des spécialités de la Cilicie.

La société antique avait un grand besoin de toiles et de tentes. Il en fallait dans toutes les circonstances de la vie : abri pour une seule personne ou pour une famille, bâches pour chariots et bateaux, et immenses tentes d'apparat, semblables à nos chapiteaux, qui pouvaient abriter jusqu'à quatre cents personnes.

Dans sa jeunesse, Paul ne pouvait prévoir qu'il serait un jour obligé d’exercer son métier de fabricant de tentes pour survivre. Ce genre de travail lui permettra de rencontrer plusieurs de ses futurs collaborateurs de l'évangile. Pendant ses voyages missionnaires, il entrera en relation avec bon nombre d’artisans et de commerçants du textile : Lydie, marchande de pourpre à Philippes, Aquilas et Prisca à Corinthe, et à Éphèse des teinturiers ou des négociants de laine.

Heureusement que ce fils de pharisien s'était appliqué dès sa jeunesse à apprendre le métier de tisserand. Il a pu l’exercer en Arabie, comme il le fera plus tard tout au long de ses voyages missionnaires. Cela le rendra indépendant de toute aide étrangère.

Dans sa jeunesse, Paul a donc bénéficié d’une solide éducation. Citoyen de Tarse, connaisseur de la Bible, parlant plusieurs langues, tisserand d’expérience, disciple de Gamaliel, leader de naissance, membre actif de sa communauté, formé pour succéder à son père, tout ceci le situe parmi l'élite de la société au plan de l'éducation, du pouvoir et de l'autorité. Dans un monde où la très grande majorité des gens ne savait ni lire ni écrire, il appartenait à une classe à part. Paul avait devant lui un avenir prometteur et la perspective d'une brillante carrière. L'irruption de Jésus dans sa vie viendra bouleverser cette situation privilégiée. Lui-même dira plus tard : «A cause de lui j'ai accepté de tout perdre, je considère tout comme déchets, afin de gagner le Christ et d'être trouvé en lui.» (Philémon 3,8).

******************

RETOUR AU DÉBUT   www.chercherjesus-christ.com/un-peu-dhistoire/saul-paul-de-tarse-serie/

ARTICLE PRÉCÉDENT   www.chercherjesus-christ.com/news/a7-de-69-citoyen-de-la-ville-de-tarse/

ARTICLE SUIVANT   www.chercherjesus-christ.com/news/a9-de-69-meurtre-au-nom-de-la-religion/

 

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/