Abner appela Joab, et dit : L’épée dévorera-t-elle toujours ? Ne sais-tu pas qu’il y aura de l’amertume à la fin ?

30/12/2013 08:44
 

 Abner appela Joab, et dit : L’épée dévorera-t-elle toujours ? Ne sais-tu pas qu’il y aura de l’amertume à la fin ? {#2S 2:26}

Ô lecteur ! si vous n’êtes que simplement un professeur, mais non pas un possesseur de la foi qui est dans le Christ Jésus, les lignes qui suivent résument votre fin. Vous êtes un serviteur respectable dans votre lieu de culte ; vous y allez peut-être parce que d’autres y vont, mais pas parce que votre cœur est en accord avec Dieu. Supposons que pour les vingt ou trente années qui viennent vous soyez épargné, et que vous persistiez dans votre démarche actuelle, confessant votre religion et annonçant le salut par la grâce, mais sans avoir le cœur en la matière. Allons à pas feutrés vers le lit de mort d’un homme tel que vous. Posons un instant notre regard sur lui. Une sueur moite est sur son front, et il se réveille en criant, « Ô Dieu, qu’il est dur de mourir. Avez-vous envoyé chercher mon Pasteur ? » « Oui, il vient. » Le Pasteur arrive. « Frère, je pense que je suis mourant ! » « Êtes vous dans l’espérance ? » « Je ne peux pas le dire vraiment. J’ai peur de paraître devant mon Dieu ; Oh ! priez pour moi ». Une prière est présentée pour lui, avec foi et sincérité, et le chemin du salut lui est exposé pour la dix-millième fois, mais avant qu’il n’ait pu saisir la corde, je le vois sombrer. Je peux mettre mon doigt sur ces paupières froides, parce qu’elles ne verront plus jamais rien ici-bas. Mais qu’est devenu l’homme, et où sont véritablement ses yeux ? Il est écrit :

Dans le séjour des morts, il leva les yeux ; et, tandis qu’il était en proie aux tourments, il vit de loin Abraham, et Lazare dans son sein. {#Lu 16:23}

Ah ! pourquoi n’a-t-il pas levé ses yeux plus tôt ? Parce qu’il s’était tellement habitué à entendre l’évangile, que son âme s’était endormie. Hélas, si c’est seulement à ce moment que vous levez les yeux, quelle amertume dans vos gémissements ! Laissez aux propres paroles du Sauveur le soin de vous révéler votre malheur :

Il s’écria : Père Abraham, aie pitié de moi, et envoie Lazare, pour qu’il trempe le bout de son doigt dans l’eau et me rafraîchisse la langue ; car je souffre cruellement dans cette flamme. {#Lu 16:24}

Il y a une signification effroyable dans ces paroles. Puissiez vous ne jamais les prononcer, face à la terrible colère de l’Éternel.


 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/