ACTES 04 : 1 À 37 *** + ACTS 04 : 1 à 37 NOTES : JOHN MACARTHUR

22/08/2015 08:56

ACTES 04 : 1 À 37 *** +

1 ¶  Tandis que Pierre et Jean parlaient au peuple, survinrent les sacrificateurs, le commandant du temple, et les sadducéens,

sacrificateurs. Dans l’A.T., la fonction de sacrificateur avait été inaugurée par Aaron et ses fils (#Lé 8). Ils devinrent les intermédiaires humains entre le Dieu saint et l’humanité déchue, et ils se distinguaient par trois qualités principales:

1° ils avaient été choisis et mis à part par Dieu pour le service en tant que sacrificateurs;

2° ils devaient posséder un caractère saint;

3° eux seuls avaient l’autorisation de s’approcher de Dieu au nom du peuple, le souverain sacrificateur servant d’intermédiaire principal le jour des expiations (#Lé 16). Cf. #No 16: 5.

le commandant du temple. Le responsable de la garde du temple (composée de Lévites) et le personnage le plus haut placé après le souverain sacrificateur. Les Romains avaient délégué aux Juifs la charge de maintenir l’ordre dans le temple.

sadducéens. Les sadducéens ne reconnaissaient que le Pentateuque comme Écriture inspirée. Ils affirmaient (à tort, cf. #Mt 22:23-33) que les livres de Moïse n’enseignaient pas la résurrection et, par conséquent, ils rejetaient cette doctrine. Les pharisiens, au contraire, croyaient en la résurrection et en une vie après la mort. Leur doctrine était ainsi plus proche de la doctrine chrétienne que celle des sadducéens. Il est à remarquer que l’Écriture mentionne des cas de conversion de pharisiens (#Ac 15: 5 ; #Jn 3:1), mais jamais de sadducéens.

Les pharisiens étaient peu nombreux (environ 6000) et formaient une secte juive légaliste réputée pour son attachement rigide aux menus détails de la loi cérémonielle. Leur nom signifie « séparés ». Les rapports de Jésus avec les pharisiens furent généralement conflictuels. Il leur reprocha leur usage de la tradition humaine pour annuler l’Écriture (#Mt 15:3-9) et, par-dessus tout, leur hypocrisie flagrante (#Mt 15:7-8 ; #Mt 22: 18 ; #Mt 23: 13, #Mt 23: 23, #Mt 23: 25, #Mt 23: 29 ; #Lu 12: 1). Les sadducéens étaient connus pour leur rejet du surnaturel. Ils ne croyaient pas à la résurrection des morts (#Mt 22: 23) ni à l’existence des anges (#Ac 23: 8). Contrairement aux pharisiens, ils ne faisaient aucun cas de la tradition humaine et dédaignaient le légalisme. Dans toute l’Écriture, ils reconnaissaient l’autorité du seul Pentateuque. Ils étaient pour la plupart de riches membres de l’aristocratie au sein de la tribu des sacrificateurs; au temps du roi Hérode, leur secte dirigeait le temple, malgré leur nombre plus restreint que celui des pharisiens. Les deux groupes avaient peu de choses en commun. Les sadducéens étaient des rationalistes libéraux, les pharisiens, des inconditionnels de la loi et des rituels; les uns étaient des opportunistes politiques enclins au compromis, les autres, des séparatistes. Ils s’unirent pourtant dans leur opposition à Christ (#Mt 22:15-16, #Mt 22: 23, #Mt 22:34-35), et Jean les traita publiquement de vipères.

2  mécontents de ce qu’ils enseignaient le peuple, et annonçaient en la personne de Jésus la résurrection des morts.

annonçaient en …  Jésus la résurrection. Cette partie du message des apôtres constituait le point de controverse principal pour les responsables juifs. Ils avaient exécuté Christ en tant que blasphémateur, et voici que Pierre et Jean proclamaient sa résurrection.

3  Ils mirent les mains sur eux, et ils les jetèrent en prison jusqu’au lendemain ; car c’était déjà le soir.

déjà le soir. Les Juifs gardèrent Pierre et Jean en prison durant la nuit parce que la loi juive interdisait de tenir un procès la nuit. L’heure était trop avancée pour que le sanhédrin puisse se réunir le jour même, c’est pourquoi les apôtres devaient comparaître devant le conseil le lendemain.

4  Cependant, beaucoup de ceux qui avaient entendu la parole crurent, et le nombre des hommes s’éleva à environ cinq mille.

cinq mille. Chiffre représentant l’ensemble des hommes dans l’Église de Jérusalem à ce moment-là, et non le nombre de personnes converties suite au dernier message de Pierre.

5 ¶  Le lendemain, les chefs du peuple, les anciens et les scribes,

les chefs du peuple, les anciens et les scribes. Les trois fonctions qui constituaient le conseil juif, le sanhédrin.

6  (4-5) s’assemblèrent à Jérusalem, (4-6) avec Anne, le souverain sacrificateur, Caïphe, Jean, Alexandre, et tous ceux qui étaient de la race des principaux sacrificateurs.

Anne …  Caïphe. Anne fut souverain sacrificateur de 6 à 15 apr. J.-C, année où Valerius Gratus, le prédécesseur de Pilate, le releva de ses fonctions. Anne n’en continua pas moins à exercer une grande influence sur cette fonction, probablement parce qu’on le considérait toujours comme le légitime souverain sacrificateur et aussi parce que pas moins de cinq de ses fils, ainsi que son gendre Caïphe, avaient occupé ce poste à un moment ou un autre. Deux procès eurent lieu: un par les Juifs, l’autre par les Romains. La phase juive commença avec un examen informel par Anne (vv. #Jn 18:12-14, #Jn 18:19-23), sans doute destiné à donner aux membres du sanhédrin le temps de se rassembler en toute hâte. Une session était ensuite prévue devant le sanhédrin (#Mt 26:57-68), d’où se dégagea un consensus pour envoyer Jésus devant Pilate (#Mt 27:1-2). La phase romaine commença avec la première comparution devant Pilate (vv. #Jn 18:28-38a; #Mt 27:11-14), puis Hérode Antipas (« ce renard », #Lu 13: 32) l’interrogea (#Lu 23:6-12). Finalement Jésus comparut de nouveau devant Pilate (vv. #Jn 18: 38b-19:16; #Mt 27:15-31).

Le souverain sacrificateur en fonction à cette époque-là était Caïphe (de 18 à 36 apr. J.-C.). Anne, qui avait rempli cet office de 6 à 15 apr. J.-C., conservait son titre et pouvait exercer une grande influence.

Jean, Alexandre. Leur identité exacte demeure incertaine. « Jean » peut aussi être compris comme « Jonathan »; il s’agirait alors de l’un des fils d’Anne, successeur de Caïphe en 36.

7  Ils firent placer au milieu d’eux Pierre et Jean, et leur demandèrent : Par quel pouvoir, ou au nom de qui avez-vous fait cela ?

8  Alors Pierre, rempli du Saint-Esprit, leur dit : Chefs du peuple, et anciens d’Israël,

rempli du Saint-Esprit. Contrairement au baptême de l’Esprit, qui est un acte unique par lequel Dieu inclut les croyants dans son corps, la plénitude de l’Esprit correspond à une réalité renouvelable. Elle se traduit par un comportement dirigé par le Saint-Esprit. Dieu invite les croyants à maintenir cette réalité en eux. Pierre et d’autres croyants présents lors de l’épisode d’#Ac 2 furent de nouveau remplis de l’Esprit (voir p. ex. #Ac 4:8,31 ; #Ac  6:5 ; #Ac 7:55) et purent proclamer la Parole de Dieu avec assurance. La plénitude de l’Esprit ne donne pas uniquement de l’assurance dans la prédication, elle a un impact sur tous les domaines de la vie (cf. #Ep 5:19-33).

Pierre se laissait diriger par le Saint-Esprit, c’est pourquoi il put faire face à la persécution et prêcher l’Évangile avec puissance (cf. #Lu 12:11-12).

Chefs …  anciens. Les trois fonctions qui constituaient le conseil juif, le sanhédrin (voir la note sur le v. 15 {==> "Ac 4:15"}). (plus bas)

4:8-12 Pierre prêche l’Évangile aux hommes qui avaient condamné Jésus-Christ et s’étaient ainsi rendus ennemis de Dieu.

9  puisque nous sommes interrogés aujourd’hui sur un bienfait accordé à un homme malade, afin que nous disions comment il a été guéri,

10  sachez-le tous, et que tout le peuple d’Israël le sache ! C’est par le nom de Jésus-Christ de Nazareth, que vous avez crucifié, et que Dieu a ressuscité des morts, c’est par lui que cet homme se présente en pleine santé devant vous.

11  Jésus est La pierre rejetée par vous qui bâtissez, Et qui est devenue la principale de l’angle.

pierre rejetée …  principale de l’angle. Citation du #Ps 118:22 Dans le N.T., Pierre identifie la pierre « principale de l’angle » à Christ (#Ac 4:11 ; #1Pi 2:7). Dans la parabole de la vigne (#Mt 21: 42 ; #Mr 12:10-11 ; #Lu 20: 17), le fils du propriétaire rejeté par les ouvriers est assimilé à la pierre rejetée devenue la pierre d’angle. Jésus-Christ était cette pierre rejetée, et les chefs religieux juifs les bâtisseurs de la nation. Dès lors, le v. 22 renvoie à un fait historique qui trouve son parallèle, dans ses traits principaux et par analogie, dans le rejet de Christ, venu délivrer/sauver la nation: l’expérience de Moïse, en tant que type de Christ, dépeignait le rejet du Seigneur. Par trois fois, au moins, Moïse (la pierre) fut rejeté par les Juifs (les bâtisseurs), alors que Dieu venait de leur envoyer leur libérateur (la principale de l’angle). Voir p. ex. #Ex 2:11-15, cf. #Ac 7:35 ; #Ex 14:10-14 ; #Ex 16:1-3, #Ex 16:11-12, #Ex 16: 20.

 cf. #Ep 2:19-22 ; #1Pi 2:4-8.

12  Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.

aucun autre nom. Ce passage souligne le caractère exclusif du salut par la foi en Jésus-Christ. Il n’existe que deux chemins: la voie large du salut par les œuvres qui mène à la mort éternelle et la voie étroite de la foi en Jésus qui conduit à la vie éternelle (#Mt 7:13-14 ; cf. #Jn 10:7-8 ; #Jn 14: 6). Malheureusement, le sanhédrin et ses partisans prirent la mauvaise voie.

13  Lorsqu’ils virent l’assurance de Pierre et de Jean, ils furent étonnés, sachant que c’étaient des hommes du peuple sans instruction ; et ils les reconnurent pour avoir été avec Jésus.

 

hommes du peuple sans instruction. Pierre et Jean n’étaient pas versés dans l’enseignement des écoles rabbiniques et n’avaient aucune formation particulière dans la théologie de l’A.T.

14  Mais comme ils voyaient là près d’eux l’homme qui avait été guéri, ils n’avaient rien à répliquer.

15 ¶  Ils leur ordonnèrent de sortir du sanhédrin, et ils délibérèrent entre eux,

sanhédrin. Cette institution formait le gouvernement national ainsi que le tribunal du peuple juif. Elle se composait de 71 membres, dont le souverain sacrificateur.

4:15-17 Il aurait été risqué de punir les deux apôtres alors qu’ils n’avaient enfreint aucune loi et avaient même accompli un miracle qui avait mis toute la ville en émoi. Cependant, le sanhédrin estimait devoir empêcher la propagation du message qui accusait ses membres d’avoir exécuté le Messie.

16  (4-15) disant : Que ferons-nous à ces hommes ? (4-16) Car il est manifeste pour tous les habitants de Jérusalem qu’un miracle signalé a été accompli par eux, et nous ne pouvons pas le nier.

17  Mais, afin que la chose ne se répande pas davantage parmi le peuple, défendons-leur avec menaces de parler désormais à qui que ce soit en ce nom-là.

18  Et les ayant appelés, ils leur défendirent absolument de parler et d’enseigner au nom de Jésus.

19  Pierre et Jean leur répondirent : Jugez s’il est juste, devant Dieu, de vous obéir plutôt qu’à Dieu ;

vous obéir plutôt qu’à Dieu. Les chrétiens doivent obéir aux autorités et au gouvernement (#Ro 13:1-7 ; #1Pi 2:13-17), mais lorsque leurs décrets sont de toute évidence contraires à la Parole de Dieu, c’est avant tout à Dieu qu’ils doivent obéissance (cf. #Ex 1:15-17 ; #Da 6:4-10).

20  car nous ne pouvons pas ne pas parler de ce que nous avons vu et entendu.

21  Ils leur firent de nouvelles menaces, et les relâchèrent, ne sachant comment les punir, à cause du peuple, parce que tous glorifiaient Dieu de ce qui était arrivé.

22  Car l’homme qui avait été l’objet de cette guérison miraculeuse était âgé de plus de quarante ans.

23 ¶  Après avoir été relâchés, ils allèrent vers les leurs, et racontèrent tout ce que les principaux sacrificateurs et les anciens leur avaient dit.

les principaux sacrificateurs. Un petit groupe au sein du sanhédrin, composé d’anciens souverains sacrificateurs et de membres de familles influentes d’où étaient issus les sacrificateurs

24  Lorsqu’ils l’eurent entendu, ils élevèrent à Dieu la voix tous ensemble, et dirent : Seigneur, toi qui as fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s’y trouve,

Seigneur. Le mot grec, peu courant dans le N.T. en tant que nom de Dieu, signifie « maître absolu » (#Lu 2:29 ; #2Ti 2:21 ; #2P 2:1 ; #Jude 4 ; #Ap 6:10). Les croyants reconnaissent ainsi la souveraineté de Dieu.

4:24-30 L’expérience de Pierre et de Jean ne découragea ni n’effraya les autres disciples; bien au contraire, elle eut sur eux un effet stimulant. Ils prirent confiance dans la souveraine maîtrise de Dieu sur tous les événements, y compris sur leur souffrance. Ils furent aussi réconfortés en se rappelant que l’opposition à laquelle ils devaient faire face avait été annoncée par avance dans l’A.T. (vv. #Ac 4:25-26).

25  c’est toi qui as dit par le Saint-Esprit, par la bouche de notre père, ton serviteur David : Pourquoi ce tumulte parmi les nations, Et ces vaines pensées parmi les peuples ?

 

par la bouche de …  ton serviteur David. Il n’existe pas dans l’Écriture de description plus claire de l’inspiration divine. Dieu a révélé sa parole par la bouche de David, en l’occurrence par ses écrits.

Pour les chrétiens, les événements des jours précédents accomplissaient le #Ps 2:1-2 qu’ils citaient.

26  Les rois de la terre se sont soulevés, Et les princes se sont ligués Contre le Seigneur et contre son Oint.

27  En effet, contre ton saint serviteur Jésus, que tu as oint, Hérode et Ponce Pilate se sont ligués dans cette ville avec les nations et avec les peuples d’Israël,

28  pour faire tout ce que ta main et ton conseil avaient arrêté d’avance.

ta main et ton conseil. Dieu a organisé la totalité de l’histoire en fonction de son plan éternel. La crucifixion de Jésus ne faisait pas exception De toute éternité (#2Ti 1:9 ; #Ap 13: 8), Dieu avait prédéterminé la mort rédemptrice de Jésus. Elle faisait depuis toujours partie de son plan établi d’avance. (#Ac 4:27-28 ; #Ac 13:27-29);  cf. #Ro 8:29-30 ; #1Co 2:7 ; #Ep 1:5-11).

29  Et maintenant, Seigneur, vois leurs menaces, et donne à tes serviteurs d’annoncer ta parole avec une pleine assurance,

30  en étendant ta main, pour qu’il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges, par le nom de ton saint serviteur Jésus.

des miracles et des prodiges. Cf. #Ac 4:30 ; #Ac 5:12 ; #Ac 14: 3 ; #Ac 15: 12. Le terme de « prodiges » renvoie à un aspect extraordinaire, effrayant, qui suscite l’étonnement des gens, tandis que « miracles » (grec « signes ») renvoie à la puissance de Dieu à l’œuvre derrière ces manifestations. Les événements surnaturels n’ont aucune valeur s’ils n’orientent pas les regards vers Dieu et vers sa vérité. De telles œuvres furent généralement accomplies par les apôtres (#Ac 5:12-16) et leurs collaborateurs (#Ac 6:8), grâce à l’action du Saint-Esprit, dans le but de confirmer leur rôle de messagers de la vérité divine. Cf. #2Co 12: 12 ; #Hé 2:3-4.

saint serviteur. Pierre dépeint ici Jésus comme le représentant personnel de Dieu. Ce titre est peu fréquent pour Jésus dans le N.T., où il n’est employé qu’à quatre reprises (v. #Ac 3:26 ; #Ac 4:27, #Ac 4:30 ; #Mt 12:18); mais dans l’A.T. il est l’équivalent du mot Messie (#Esa 42:1-4, #Esa 42:19 ; #Esa 49:5-7 ; cf. #Mt 20: 28 ; #Jn 6:38 ; #Jn 8:28 ; #Jn 13:1-7).

31  Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient assemblés trembla ; ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance.

trembla. Comme lors de la Pentecôte, un phénomène physique indique la présence du Saint-Esprit Cette comparaison de Luc décrit l’action de Dieu lorsqu’il envoya le Saint-Esprit. Le vent symbolise souvent l’Esprit dans l’Écriture (cf. #Ez 37:9-10 ; #Jn 3:8).

remplis du Saint-Esprit. Pierre se laissait diriger par le Saint-Esprit, c’est pourquoi il put faire face à la persécution et prêcher l’Évangile avec puissance (cf. #Lu 12:11-12).

Contrairement au baptême de l’Esprit, qui est un acte unique par lequel Dieu inclut les croyants dans son corps, la plénitude de l’Esprit correspond à une réalité renouvelable. Elle se traduit par un comportement dirigé par le Saint-Esprit. Dieu invite les croyants à maintenir cette réalité en eux. Pierre et d’autres croyants présents lors de l’épisode d’#Ac 2 furent de nouveau remplis de l’Esprit (voir par exemple, #Ac 4:8,31 ; #Ac  6:5 ; #Ac 7:55) et purent proclamer la Parole de Dieu avec assurance. La plénitude de l’Esprit ne donne pas uniquement de l’assurance dans la prédication, elle a un impact sur tous les domaines de la vie (cf. #Ep 5:19-33).

32 ¶  La multitude de ceux qui avaient cru n’était qu’un cœur et qu’une âme. Nul ne disait que ses biens lui appartinssent en propre, mais tout était commun entre eux.

tout était commun. Les croyants avaient compris que tout ce qu’ils possédaient appartenait en réalité à Dieu. Ainsi, ceux qui en avaient les moyens avaient le devoir de venir en aide à un frère dans le besoin (cf. #Ja 2:15-16 ; #1Jn 3:17). Concrètement, il s’agissait de donner une somme d’argent aux apôtres, qui se chargeraient de sa distribution (vv. #Ac 4:35, #Ac 4:37).

33  Les apôtres rendaient avec beaucoup de force témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus. Et une grande grâce reposait sur eux tous.

témoignage de la résurrection. un qui nous soit associé comme témoin de sa résurrection. La résurrection était l’élément central de la prédication apostolique (cf. #Ac 2:24, #Ac 2:32 ; #Ac 3:15 ; #Ac 5:30 ; #Ac 10:40 ; #Ac 13:30-37).

grande grâce. Le mot signifie « faveur » et a ici un double sens:

1° la faveur de personnes extérieures à l’Église, impressionnées par l’unité et l’amour entre les croyants (cf. #Ac 2:47);

2° la faveur de Dieu, qui accordait sa bénédiction.

34  Car il n’y avait parmi eux aucun indigent : tous ceux qui possédaient des champs ou des maisons les vendaient, apportaient le prix de ce qu’ils avaient vendu,

35  et le déposaient aux pieds des apôtres ; et l’on faisait des distributions à chacun selon qu’il en avait besoin.

36  Joseph, surnommé par les apôtres Barnabas, ce qui signifie fils d’exhortation, Lévite, originaire de Chypre,

Joseph …  Barnabas …  Lévite. Luc présente Barnabas comme un modèle parmi ceux qui donnèrent de leurs biens. Originaire de l’île de Chypre, Barnabas était un membre de la tribu des Lévites (la tribu des sacrificateurs). Il allait devenir l’associé de Paul et un personnage marquant dans la suite du livre (cf. #Ac 9:26-27 ; #Ac 11:22-24, #Ac 11:30 ; #Ac 13:1-15:2).

Chypre. La troisième plus grande île de la Méditerranée, après la Sicile et la Sardaigne. Elle est située à environ 100 km à l’ouest de la côte syrienne Saul et Barnabas avaient plusieurs raisons de choisir cette île comme point de départ de leur voyage missionnaire. Patrie de Barnabas, accessible depuis Antioche en deux jours de voyage, elle comprenait un grand nombre d’habitants juifs.

37  vendit un champ qu’il possédait, apporta l’argent, et le déposa aux pieds des apôtres.

vendit un champ qu’il possédait. L’A.T. interdisait aux Lévites de posséder des terres en Israël (#No 18: 20, #No 18: 24 ; #De 10:9), mais cette loi n’était visiblement plus appliquée, ou alors cette propriété se trouvait à Chypre.


 

 ACTS 04 : 1 à 37 NOTES : JOHN MACARTHUR

 

1 ¶ While Peter and John were speaking to the people, the priests, the captain of the temple and the Sadducees,

priests. In the OT the priest function was inaugurated by Aaron and his son (Lev # 8). They became human intermediaries between the holy God and fallen humanity, and they were distinguished by three main qualities:

1. They were chosen and set apart by God for service as priests;

2. they must possess a holy character;

3 alone were allowed to approach God on behalf of the people, the high priest serving principal through the Day of Atonement (Lev # 16). See #No 16: 5.

the commander of the temple. The head of the temple guard (composed of Levites) and the highest character placed after the high priest. The Romans had delegated to the Jews the burden of maintaining order in the temple.

Sadducees. The Sadducees recognized only the Pentateuch as inspired Scripture. They claimed (wrongly #Mt cf. 22: 23-33) that the books of Moses were not teaching the resurrection and therefore they rejected this doctrine. The Pharisees, on the contrary, believed in the resurrection and life after death. Their doctrine was thus closer to the Christian doctrine as Sadducees. It is noteworthy that Scripture mentions instances of conversion Pharisees (#AC 15: 5; #Jn 3: 1), but never Sadducees.

The Pharisees were few (about 6000) and formed a legalistic Jewish sect known for its rigid attachment to the minute details of the ceremonial law. Their name means "separated." Jesus' relations with the Pharisees were generally conflicting. He rebuked them for their use of human tradition to cancel Scripture (#Mt 15: 3-9) and, above all, their blatant hypocrisy (#Mt 15: 7-8; #Mt 22: 18; #Mt 23: 13, #Mt 23: 23 #Mt 23: 25 #Mt 23: 29; #Lu 12: 1). The Sadducees were known for their rejection of the supernatural. They did not believe in the resurrection of the dead (#Mt 22: 23) or the existence of angels (#AC 23: 8). Unlike the Pharisees, they were no cases of human tradition and disdained legalism. Throughout Scripture, they recognized the authority of the Pentateuch. They were mostly wealthy members of the aristocracy within the tribe of priests; the time of King Herod, their sect headed the temple, despite their smaller number than the Pharisees. The two groups had little in common. The Sadducees were liberal rationalists, the Pharisees, unconditional law and ritual; some were political opportunists willing to compromise, others separatists. They nevertheless united in their opposition to Christ (#Mt 22: 15-16, #Mt 22: 23 #Mt 22: 34-35), and Jean publicly called them vipers.

2 Being grieved that they taught the people and proclaimed in the person of Jesus the resurrection from the dead.

... preached through Jesus the resurrection. This part of the Apostles message was the main controversial point for Jewish leaders. They executed Christ as a blasphemer, and now Peter and John proclaimed his resurrection.

3 They laid hands on them, and they put them in custody until the next day; for it was already evening.

already evening. The Jews kept Peter and John in jail overnight because Jewish law forbade to hold a trial night. The time was too advanced for the council could meet on the same day, which is why the apostles were to appear before the board tomorrow.

4 But many of those who had heard the word believed, and the number of the men was about five thousand.

five thousand. Figure representing all the men in the Church of Jerusalem at that time, not many people converted after the last message from Peter.

¶ 5 The next day the rulers, elders and scribes,

that their rulers, elders and scribes. The three functions which constituted the Jewish council, the Sanhedrin.

6 (4-5) gathered in Jerusalem (4-6) Annas the high priest, Caiaphas, John, Alexander, and all who were of the high priest.

Anne ... Caiaphas. Anne was high priest from 6 to 15 AD. AD, when Valerius Gratus, the predecessor of Pilate, raised him from office. Anne did nevertheless continued to exercise great influence on this feature, probably because still considered him the legitimate high priest and because no fewer than five of his son and his son Caiaphas, had occupied this position at one time or another. Two trials were held: one by the Jews, the other by the Romans. The Jewish stage began with an informal review by Anne (#Jn vv. 18: 12-14, #Jn 18: 19-23), probably intended to provide members of the Sanhedrin time to gather in a hurry. A session was then scheduled before the Sanhedrin (#Mt 26: 57-68), which pulled away a consensus to send Jesus before Pilate (#Mt 27: 1-2). The Roman phase began with the first appearance before Pilate (vv #Jn. 18: 28-38a; #Mt 27: 11-14) and Herod Antipas ("that fox" #Lu 13: 32) questioned (# Lu 23: 6-12). Finally Jesus appeared again before Pilate (vv #Jn 18: 38b-19. 16; #Mt 27: 15-31).

The high priest in office at that time was Caiaphas (18 to 36 AD.). Anne, who had filled this office from 6 to 15 AD. BC, retained his title and could exert great influence.

John Alexander. Their exact identity remains uncertain. "Joe" may also be understood as "Jonathan"; this would be one of Anne's son, successor of Caiaphas 36.

7 When they had stood among them Peter and John, they asked, By what power or what name have you done this?

8 Then Peter, filled with the Holy Spirit, said to them, Rulers of the people and elders of Israel,

filled with the Holy Spirit. Unlike the baptism of the Spirit, which is a single act by which God includes believers in his body, the fullness of the Spirit corresponds to a renewable reality. It results in behavior led by the Holy Spirit. God invites believers to keep this reality in them. Peter and other believers present during the episode of Ab # 2 were again filled with the Spirit (see eg #AC 4: 8.31; #AC 6.. 5; 7:55 #AC ) and were able to proclaim the Word of God with boldness. The fullness of the Spirit not only gives assurance in preaching, it has an impact on all areas of life (cf. #EP 5: 19-33).

Pierre let himself lead by the Holy Spirit, so he could face persecution and preach the Gospel with power (cf. #Lu 12: 11-12).

... Former leaders. The three functions which constituted the Jewish council, the Sanhedrin (see note on v. 15 {==> "Acts 4:15"}). (lower)

4: 8-12 Peter preaches the Gospel to the men who had condemned Jesus Christ and had thus made enemies of God.

9 if we are examined today concerning a good deed done to a sick man, that we said how he was healed,

10 know it all, and to all the people of Israel know! It is through the name of Jesus Christ of Nazareth, whom you crucified, whom God raised from the dead, even by him doth this man stand here before you whole.

11 This is the stone rejected by you builders, which is become the head of the corner.

... rejected stone the cornerstone. Quote of #PS 118: 22 In the NT, Peter identifies the stone "chief cornerstone" in Christ (#AC 4:11; 1 Pet # 2: 7). In the parable of the vine (#Mt 21: 42; #Mr 12: 10-11; #Lu 20: 17), the owner's son rejected by the workers is likened to the stone rejected has become the cornerstone. Jesus Christ was the rejected stone, and the Jewish religious leaders of the nation builders. Therefore, the v. 22 refers to a historical fact which finds its parallel in its main features and by analogy, in rejecting Christ came to deliver / save the nation: the experience of Moses, as a type of Christ, portrayed the rejection of the Lord . Three times at least, Moses (the stone) was rejected by the Jews (the builders), whereas God had to send them their liberator (the head of the corner). See p. ex. #Ex 2: 11-15, cf. #AC 7:35; #Ex 14: 10-14; #Ex 16: 1-3, #Ex 16: 11-12, #Ex 16: 20.

 cf. #EP 2: 19-22; # 1 Peter 2: 4-8.

12 Neither is there salvation in any other; for there under heaven no other name given among men, whereby we must be saved.

no other name. This passage emphasizes the exclusivity of salvation through faith in Jesus Christ. There are only two paths: the wide path of salvation by works that leads to eternal death and the narrow path of faith in Jesus that leads to eternal life (#Mt 7: 13-14; cf. #Jn 10: 7-8; #Jn 14: 6). Unfortunately, the council and his followers took the wrong path.

13 When they saw the boldness of Peter and John, they were astonished, knowing that they were men of uneducated people; and they recognized them as having been with Jesus.

men uneducated people. Peter and John were not versed in the teaching of the rabbinical schools and had no special training in theology OT

14 But as they saw standing with them the man who had been healed, they had nothing to say.

15 ¶ They ordered them to leave the council, they conferred among themselves,

Sanhedrin. This institution formed the national government and the court of the Jewish people. It consisted of 71 members, including the priest.

4: 15-17 It would have been risky to punish the two apostles when they had broken no laws and had even performed a miracle that had put the whole city in an uproar. However, the council felt should prevent the spread of the message, which accused its members have run the Messiah.

16 (4-15) saying, What shall we do to these men? (4-16) For it is manifest to all the inhabitants of Jerusalem a miracle hath been done by them, and we can not deny it.

17 But so that this spread no further among the people, let us threaten them now speak to anyone in this name.

18 And having called them, they commanded them not to speak and teach in Jesus' name.

19 But Peter and John answered them, Judge for yourselves whether it is right before God to obey you rather than God;

obey you rather than God. Christians must obey the authorities and the government (#Ro 13: 1-7; 1 Peter # 2: 13-17), but when their decrees are obviously contrary to the Word of God, is first and foremost to God that they must obey (cf. #Ex 1: 15-17; #Da 6: 4-10).

20 For we can not but speak of what we have seen and heard.

21 They made further threatened them, let them go, not knowing how to punish them, because of the people, because all glorified God for what had happened.

22 For the man who was the object of this miraculous cure was over forty years.

¶ 23 After being released they went to their own, and reported all that the chief priests and elders had told them.

the chief priests. A small group within the council, composed of former high priests and members of influential families which came from the priests

24 When they heard that, they raised their voice to God all together, saying, Lord, thou hast made heaven and earth, the sea, and all that is therein,

Lord. The Greek word, not common in the NT as God's name means "absolute master" (#Lu 2:29; 2 Timothy 2:21 #; # 2P 2: 1; #Jude 4; #Ap 6:10) . Believers and recognize the sovereignty of God.

4: 24-30 The experience of Peter and John did not discourage nor frighten the other disciples; On the contrary, she had a stimulating effect on them. They took confidence in the sovereign control of God on all events, including their suffering. They were also comforted by remembering that the opposition they faced had been announced in advance in the OT (#AC Vv. 4: 25-26).

25 it was you who said by the Holy Ghost, by the mouth of our father, your servant David, Why the heathen rage, and the peoples plot in vain?

... by the mouth of thy servant David. There is no clearer in the description of the divine inspiration of Scripture. God revealed his word through the mouth of David, namely through his writings.

For Christians, the events of the previous days were performing the #PS 2: 1-2 they quoted.

26 The kings of the earth stood up, and the rulers were gathered together against the Lord and against his Christ.

27 Indeed, against your holy servant Jesus, whom you anointed, both Herod and Pontius Pilate were gathered together in this city with the Gentiles and the peoples of Israel,

28 to do whatsoever thy hand and thy counsel determined before.

thy hand and thy counsel. God organized the whole story according to his eternal plan. The crucifixion of Jesus was no exception From eternity (# 2Ti 1: 9; #Ap 13: 8) God had predetermined the redeeming death of Jesus. It was always part of his pre-established plan. (#AC 4: 27-28; #AC 13: 27-29); cf. #Ro 8: 29-30; # 1 Corinthians 2: 7; #EP 1: 5-11).

29 And now, Lord, behold their threats and enable your servants to speak your word with all boldness,

30 By stretching forth thine hand to do it healings, signs and wonders, by the name of thy holy child Jesus.

miracles and wonders. See #AC 4:30; #AC 5:12; #AC 14: 3; #AC 15: 12. The term "wonders" refers to an extraordinary appearance, scary, which arouses the astonishment of the people, while "miracles" (Greek "signs") refers to the power of God at work behind these demonstrations. The supernatural events are worthless if they do not direct the attention towards God and his truth. Such works were usually performed by the apostles (#AC 5: 12-16) and their collaborators (#AC 6: 8), through the action of the Holy Spirit in order to confirm their role of messengers divine truth. # Cf. 2 Cor 12: 12; Hey # 2: 3-4.

holy servant. Peter portrayed Jesus as here the personal representative of God. This title is uncommon for Jesus in the NT, where it is used only four times (v #AC 3:26;. #AC 4:27, 4:30 #AC; #Mt 24:18); but in the A.T. it is the equivalent of the word Messiah (#Esa 42: 1-4, 42:19 #Esa; #Esa 49: 5-7; cf. #Mt 20: 28; #Jn 6:38; 8:28 #Jn ; #Jn 13: 1-7).

31 When they had prayed, the place where they were meeting was shaken they were all filled with the Holy Spirit and spoke the word of God with boldness.

shook. As at Pentecost, a physical phenomenon indicates the presence of the Holy Spirit Luke This comparison describes the action of God when he sent the Holy Spirit. The wind often symbolizes the Spirit in Scripture (cf. #Ez 37: 9-10; #Jn 3: 8).

filled with the Holy Spirit. Pierre let himself lead by the Holy Spirit, so he could face persecution and preach the Gospel with power (cf. #Lu 12: 11-12).

Unlike the baptism of the Spirit, which is a single act by which God includes believers in his body, the fullness of the Spirit corresponds to a renewable reality. It results in behavior led by the Holy Spirit. God invites believers to keep this reality in them. Peter and other believers present during the episode of Ab # 2 were again filled with the Spirit (see, eg, #AC 4: 8.31; #AC 6: 5; 7:55 #AC) and were able to proclaim the Word of God with boldness. The fullness of the Spirit not only gives assurance in preaching, it has an impact on all areas of life (cf. #EP 5: 19-33).

¶ 32 The multitude of those who believed were of one heart and soul. No one claimed that any of his possessions was his own, but everything was common.

had everything in common. The believers understood that everything they had actually belonged to God. Thus, those who could afford it had a duty to help a brother in need (cf. #Ja 2: 15-16; 1 John 3:17 #). Specifically, it was to give some money to the apostles, who would be responsible for its distribution (vv. #AC 4:35, 4:37 #AC).

33 The apostles gave their testimony with great power of the resurrection of the Lord Jesus. And great grace was upon them all.

witness of the resurrection. one that we become a witness of his resurrection. The resurrection was the central element of the apostolic preaching (cf. #AC 2:24 #AC 2:32; #AC 3:15; 5:30 #AC; #AC 10:40; #AC 13: 30- 37).

great grace. The word means "favor" and here has a double meaning:

1. the favor of people outside the church, impressed by the unity and love among believers (cf. 2:47 #AC);

2. God's favor, which gave his blessing.

34 Neither was there any among them that lacked: those who owned lands or houses sold them, brought the proceeds of what was sold,

35 and laid them at the apostles' feet; and distribution was made to each as any had need.

36 Joseph, surnamed Barnabas by the apostles, which means son of encouragement, a Levite, a native of Cyprus,

... ... Levite Joseph Barnabas. Barnabas Luke presents a model of those who gave their property. A native of Cyprus, Barnabas was a member of the tribe of the Levites (the tribe of priests). He would become the partner of Paul and marking a character later in the book (cf. #AC 9: 26-27; #AC 11: 22-24, 11:30 #AC; #AC 13: 1-15: 2).

Cyprus. The third largest island in the Mediterranean, after Sicily and Sardinia. It is located about 100 km west of the Syrian coast Saul and Barnabas had many reasons to choose this island as a starting point of their missionary journey. Homeland Barnabas, accessible from Antioch in two days of travel, it included a large number of Jewish inhabitants.

37 sold a field he owned, brought the money and laid it at the apostles' feet.

sold a field he owned. The A.T. Levites prohibited from owning land in Israel (#No 18: 20 #No 18: 24; # of 10: 9), but this law was not visibly applied, or when the property was in Cyprus.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/