ACTES 25 : 01 À 27 *** + ACTS 25 : 01 à 27 NOTES : JOHN MACARTHUR

07/10/2015 09:59

ACTES 25 : 01 À 27 *** +


1 ¶  Festus, étant arrivé dans la province, monta trois jours après de Césarée à Jérusalem.

monta …  de Césarée à Jérusalem. Pour se familiariser avec la situation de sa nouvelle province.

25:1-12 La quatrième des défenses de Paul (cf. #Ac 22:1-21 ; #Ac 22:30-23 ; #Ac 24:10-21 ; #Ac 26:1-29 ; #Ac 28:17-29).

2  Les principaux sacrificateurs et les principaux d’entre les Juifs lui portèrent plainte contre Paul. Ils firent des instances auprès de lui, et,

3  (25-2) dans des vues hostiles, (25-3) lui demandèrent comme une faveur qu’il le fît venir à Jérusalem. Ils préparaient un guet-apens, pour le tuer en chemin.

guet-apens. Deuxième tentative d’attaquer Paul dans une embuscade. Cette fois-ci, les membres du sanhédrin n’étaient pas les complices (cf. #Ac 23:14-15), mais les organisateurs.

4  Festus répondit que Paul était gardé à Césarée, et que lui-même devait partir sous peu.

Césarée. En tant que quartier général du gouvernement romain de Judée, Césarée était un lieu approprié pour juger Paul, citoyen romain.

5  Que les principaux d’entre vous descendent avec moi, dit-il, et s’il y a quelque chose de coupable en cet homme, qu’ils l’accusent.

6  Festus ne passa que huit à dix jours parmi eux, puis il descendit à Césarée. Le lendemain, s’étant assis sur son tribunal, il donna l’ordre qu’on amenât Paul.

siégeant au tribunal. Cela signifie que son audience se déroulait dans le cadre d’un procès romain officiel (cf. vv. #Ac 25: 10, #Ac 25: 17 ; #Ac 18: 12 ; #Mt 27:19 ; #Jn 19: 13).

7  Quand il fut arrivé, les Juifs qui étaient venus de Jérusalem l’entourèrent, et portèrent contre lui de nombreuses et graves accusations, qu’ils n’étaient pas en état de prouver.

8  Paul entreprit sa défense, en disant : Je n’ai rien fait de coupable, ni contre la loi des Juifs, ni contre le temple, ni contre César.

9  Festus, désirant plaire aux Juifs, répondit à Paul: Veux-tu monter à Jérusalem, et y être jugé sur ces choses en ma présence ?

désirant plaire aux Juifs. Cf. #Ac 24: 27.

10  Paul dit : C’est devant le tribunal de César que je comparais, c’est là que je dois être jugé. Je n’ai fait aucun tort aux Juifs, comme tu le sais fort bien.

le tribunal de César. Le compromis suggéré par Festus permettait aux chefs religieux juifs d’obtenir ce qu’ils escomptaient. Ils avaient en effet l’intention de tuer Paul avant que celui-ci ne parvienne à Jérusalem. L’apôtre ne manqua pas de rejeter la proposition de Festus et de rappeler au gouverneur qu’il comparaissait devant le tribunal de César où, en tant que citoyen romain, il avait parfaitement le droit d’être jugé.

11  Si j’ai commis quelque injustice, ou quelque crime digne de mort, je ne refuse pas de mourir ; mais, si les choses dont ils m’accusent sont fausses, personne n’a le droit de me livrer à eux. J’en appelle à César.

J’en appelle à César. Paul fit valoir son droit de citoyen romain d’être jugé à Rome.

12  Alors Festus, après avoir délibéré avec le conseil, répondit : Tu en as appelé à César ; tu iras devant César.

le conseil. Les conseillers de Festus.

tu iras devant César. En répondant favorablement à sa demande, le gouverneur se déchargea de toute responsabilité dans cette affaire et transféra son cas à l’empereur.

13 ¶  Quelques jours après, le roi Agrippa et Bérénice arrivèrent à Césarée, pour saluer Festus.

roi Agrippa. Hérode Agrippa II, fils de celui qui fit tuer Jacques et emprisonner Pierre. Il fut le dernier des Hérode, qui ont souvent joué un rôle de premier plan dans l’histoire du N.T. Son grand-oncle, Hérode Antipas, est un des protagonistes des Évangiles (#Mr 6:14-29 ; #Lu 3:1 ; #Lu 13:31-33 ; #Lu 23:7-12), tandis que son arrière-grand-père régnait à la naissance de Jésus (#Mt 2:1-19 ; #Lu 1:5). Même s’il ne régnait pas sur la Judée, Agrippa avait une connaissance approfondie des affaires juives (cf. #Ac 26:3).

Bérénice. Elle n’était pas sa femme, mais sa sœur et sa compagne. (Leur sœur Drusille était mariée au gouverneur précédent, Félix.) Leur relation incestueuse était un sujet de discussions à Rome, où Agrippa avait grandi. Bérénice devint un temps la maîtresse de l’empereur Vespasien, puis de son fils Titus, mais elle revint toujours vers son frère.

14  Comme ils passèrent là plusieurs jours, Festus exposa au roi l’affaire de Paul, et dit : Félix a laissé prisonnier un homme

15  contre lequel, lorsque j’étais à Jérusalem, les principaux sacrificateurs et les anciens des Juifs ont porté plainte, en demandant sa condamnation.

16  Je leur ai répondu que ce n’est pas la coutume des Romains de livrer un homme avant que l’inculpé ait été mis en présence de ses accusateurs, et qu’il ait eu la faculté de se défendre sur les choses dont on l’accuse.

17  Ils sont donc venus ici, et, sans différer, je m’assis le lendemain sur mon tribunal, et je donnai l’ordre qu’on amenât cet homme.

18  Les accusateurs, s’étant présentés, ne lui imputèrent rien de ce que je supposais ;

19  ils avaient avec lui des discussions relatives à leur religion particulière, et à un certain Jésus qui est mort, et que Paul affirmait être vivant.

religion. De telles accusations ne pouvaient être présentées devant un tribunal romain (cf. #Ac 18:12-16).

20  Ne sachant quel parti prendre dans ce débat, je lui demandai s’il voulait aller à Jérusalem, et y être jugé sur ces choses.

Ne sachant quel parti prendre dans ce débat. Festus, qui était un Romain païen, nouvellement arrivé en Judée, ne pouvait certainement pas comprendre les différences théologiques entre les Juifs et les chrétiens.

21  Mais Paul en ayant appelé, pour que sa cause fût réservée à la connaissance de l’empereur, j’ai ordonné qu’on le gardât jusqu’à ce que je l’envoyasse à César.

empereur …  César. Le mot grec pour « empereur » utilisé ici, équivalent du latin « Augustus », signifie « vénéré, respectable ». Le « César » qui régnait à cette époque-là n’était autre que l’infâme Néron.

22  Agrippa dit à Festus : Je voudrais aussi entendre cet homme. Demain, répondit Festus, tu l’entendras.

Je voudrais aussi entendre. Le temps du verbe grec implique qu’Hérode souhaitait depuis longtemps entendre Paul. En tant qu’expert des affaires juives (cf. #Ac 26:3), il se réjouissait à l’idée de pouvoir entendre le porte-parole des croyants de la foi chrétienne.

23  Le lendemain donc, Agrippa et Bérénice vinrent en grande pompe, et entrèrent dans le lieu de l’audience avec les tribuns et les principaux de la ville. Sur l’ordre de Festus, Paul fut amené.

Agrippa et Bérénice. Les deux sont inséparables dans le récit de Luc (cf. v. #Ac 25:13 ; #Ac 26:30); c’est un rappel permanent de la vie privée scandaleuse d’Agrippa.

tribuns. Les cinq tribuns qui commandaient les cinq cohortes stationnées à Césarée.

les principaux de la ville. C’est-à-dire les notables de la ville.

24  Alors Festus dit : Roi Agrippa, et vous tous qui êtes présents avec nous, vous voyez cet homme au sujet duquel toute la multitude des Juifs s’est adressée à moi, soit à Jérusalem, soit ici, en s’écriant qu’il ne devait plus vivre.

25  Pour moi, ayant reconnu qu’il n’a rien fait qui mérite la mort, et lui-même en ayant appelé à l’empereur, j’ai résolu de le faire partir.

26  Je n’ai rien de certain à écrire à l’empereur sur son compte ; c’est pourquoi je l’ai fait paraître devant vous, et surtout devant toi, roi Agrippa, afin de savoir qu’écrire, après qu’il aura été examiné.

Je n’ai rien de certain. Étant donné que Festus ne comprenait pas la nature des accusations portées contre Paul, il ne savait qu’écrire dans son rapport officiel à Néron. Il était insensé, voire dangereux, pour un gouverneur de province d’envoyer un prisonnier à l’empereur sans accusations claires contre lui.

surtout devant toi, roi Agrippa. Festus espérait que la compétence d’Hérode dans les questions juives (v. #Ac 25:26:3) lui permettrait de mieux comprendre les accusations portées contre Paul.

27  Car il me semble absurde d’envoyer un prisonnier sans indiquer de quoi on l’accuse.

 

 ACTS 25 : 01 à 27 NOTES : JOHN MACARTHUR

1 ¶ Festus was come into the province, after three days went to Jerusalem from Caesarea.

... went to Jerusalem from Caesarea. To get acquainted with the situation of his new province.

25: 1-12 The fourth of Paul's defenses (see #AC 22: 1-21; #AC 22: 30-23; #AC 24: 10-21; #AC 26: 1-29; 28 #AC: 17-29).

2 The chief priests and the principal men of the Jews informed him against Paul. They besought him, and,

3 (25-2) in hostile views, (25-3) asked him as a favor that he would send for him to Jerusalem. They were preparing an ambush to kill him along the way.

ambush. Second attempt to attack Paul in an ambush. This time, the members of the Sanhedrin were not accomplices (see #AC 23: 14-15), but the organizers.

4 Festus answered that Paul was kept in Caesarea, and that he himself would depart shortly.

Caesarea. As headquarters of the Roman government in Judea, Caesarea was an appropriate place to judge Paul, a Roman citizen.

5 That which among you go down with me, he says, and if there is something wrong in the man, let them accuse him.

6 Festus spent only eight or ten days among them, he went down to Caesarea. The next day he sat on the tribunal, he ordered Paul to be brought.

sitting in court. This means that the hearing was taking place as part of an official Roman process (see verses #AC 25: 10 #AC. 25: 17; #AC 18: 12; #Mt 27:19; #Jn 19: 13 ).

7 When he arrived, the Jews who had come from Jerusalem surrounded him, bringing against him many and grievous charges which they were not able to prove.

8 Paul said in his defense, saying: I have done nothing sinful nor against the law of the Jews, nor against the temple, nor against Caesar.

9 Festus, wishing to please the Jews, answered Paul, Will you go up to Jerusalem, and there be judged of these things before me?

wishing to please the Jews. See #AC 24: 27.

10 Paul said, It is in the court of Caesar I appear, this is where I must be judged. I have done no wrong to the Jews, as you know very well.

Caesar's tribunal. The compromise suggested by Festus allowed Jewish leaders to get what they expected. They had indeed intended to kill Paul before it reaches Jerusalem. The apostle did not fail to reject the proposal of Festus and remind the governor that he appeared before Caesar's tribunal, where, as a Roman citizen, he had every right to be tried.

11 If I have committed any injustice or any crime worthy of death, I refuse not to die; but if the things they accuse me, no man may deliver me to them. I appeal to Caesar.

I appeal to Caesar. Paul argued his Roman citizen right to be tried in Rome.

12 Then Festus, having conferred with the council, answered, Thou hast appealed to Caesar; you go before Caesar.

the board. The Festus advisers.

you go before Caesar. In responding favorably to his request, the governor is discharged from all liability in this case and transferred his case to the emperor.

13 ¶ A few days later King Agrippa and Bernice arrived at Caesarea to salute Festus.

King Agrippa. Herod Agrippa II, son of the man who did kill and imprison Jacques Pierre. It was the last of Herod, who have often played a leading role in the history NT His great-uncle, Herod Antipas, was one of the protagonists of the Gospels (#Mr 6: 14-29; #Lu 3: 1 ; #Lu 13: 31-33; #Lu 23: 7-12), while his great-grandfather reigned at the birth of Jesus (#Mt 2: 1-19; #Lu 1: 5). Even if he does not reign in Judaea Agrippa had a deep knowledge of Jewish affairs (cf. #AC 26: 3).

Berenice. She was not his wife but his sister and girlfriend. (Their sister Drusilla was married to the former governor, Felix.) Their incestuous relationship was a subject of discussions in Rome, where Agrippa had grown. Berenice became a time mistress of Emperor Vespasian and his son Titus, but she always returned to her brother.

14 As he stayed there many days, Festus laid Paul's case before the king, and said: Felix left a man prisoner

15 against whom, when I was at Jerusalem, the chief priests and the elders of the Jews complained, asking his conviction.

16 I answered them that it is not the custom of the Romans to deliver any man before the accused was confronted with his accusers, and he had the right to defend itself on the things we accused.

17 So they came here, and without delay, but the next day sat on the judgment seat, and gave commanded to bring this man.

18 The accusers stood up, do nothing imputed to him what I assumed;

19 they had with him about their own superstition, and of one Jesus who is dead, whom Paul affirmed to be alive.

religion. Such accusations could not be brought before a Roman court (see #AC 18: 12-16).

20 Not knowing what to do in this debate, I asked him whether he would go to Jerusalem and there be judged of these things.

Not knowing what to do in this debate. Festus, who was a pagan Roman, newly arrived in Judea, certainly could not understand the theological differences between Jews and Christians.

21 But when Paul had appealed to have his case be reserved to the hearing of Augustus, I commanded him to be kept till I might send him to Caesar.

... Emperor Caesar. The Greek word for "emperor" used herein, the Latin equivalent "Augustus" means "venerable, respectable." The "Caesar" that prevailed at that time was none other than the infamous Nero.

22 Agrippa said to Festus, I would also hear the man. Morrow, said he, thou shalt hear him.

I would also like to hear. The time of the Greek verb implies that Herod had long wanted to hear Paul. As an expert on Jewish affairs (cf. #AC 26: 3), he rejoiced at the idea of ​​being able to hear the spokesman of the believers of the Christian faith.

23 The next day, when Agrippa and Bernice came with great pomp and entered the place of hearing with the commanding officers and principal of the city. At the command of Festus, Paul was brought.

Agrippa and Bernice. The two are inseparable in Luke's account (cf. v #AC 25:13;. #AC 26:30); it is a permanent reminder of the scandalous private life of Agrippa.

tribunes. The five tribunes who commanded five cohorts stationed in Caesarea.

the main town. That is to say, the notables of the city.

24 Festus said, King Agrippa, and all who are present with us, you see this man, about whom all the multitude of the Jews petitioned me, both at Jerusalem and here, crying that he should not live.

25 But when I found that he had done nothing worthy of death, and he himself appealed to the emperor I determined to send him.

26 I have nothing certain to write to the Emperor about him; that's why I brought him before you, and especially before you, King Agrippa, in order to know that writing after it has been reviewed.

I have nothing certain. Since Festus did not understand the nature of the charges against Paul, he knew that writing in his official report to Nero. It was foolish, even dangerous, for a provincial governor to send a prisoner to the emperor without clear charges against him.

especially before you, King Agrippa. Festus hoped that the jurisdiction of Herod in Jewish issues (v #AC. 25: 26: 3) allow him to better understand the charges against Paul.

27 For it seems to me unreasonable to send a prisoner without indicating the charges against him.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/