ANCIEN TESTAMENT JOUR 185 DE 929

03/07/2019 00:36

ANCIEN TESTAMENT JOUR 185 DE 929

Deutéronomes 32 de 34

 

DEUTÉRONOMES 32 : 1 À 52

1 ¶  Cieux ! prêtez l’oreille, et je parlerai ; Terre ! écoute les paroles de ma bouche.

Cieux! prêtez l’oreille …  Terre! écoute. Toute la création est appelée à écouter le message adressé à Israël, comme en #De 30:19, car la vérité que Moïse s’apprêtait à proclamer concernait tout l’univers. Elle impliquait en effet l’honneur du Dieu créateur méprisé par les pécheurs, la justification du Dieu juste dans toutes ses voies et la manifestation, dans les cieux et sur la terre, du jugement et du salut de ce même Dieu (v. #De 32:43).

2  Que mes instructions se répandent comme la pluie, Que ma parole tombe comme la rosée, Comme des ondées sur la verdure, Comme des gouttes d’eau sur l’herbe !

mes instructions. Moïse transmettait des instructions qui, si elles étaient suivies, étaient porteuses de grands bienfaits pour le cœur et l’esprit des auditeurs, tout comme la pluie, la rosée, les ondées et les gouttes d’eau sont bénéfiques à la terre.

3  Car je proclamerai le nom de l’Eternel. Rendez gloire à notre Dieu !

Rendez gloire à notre Dieu! Cf. #De 3:24 ; #De 5:24 ; #De 9:26 ; #De 11:2 ; #Ps 150:2. Ce commandement renvoie à la grandeur de Dieu telle qu’elle se révèle dans ses actes d’omnipotence.

4  Il est le rocher ; ses œuvres sont parfaites, Car toutes ses voies sont justes ; C’est un Dieu fidèle et sans iniquité, Il est juste et droit.

le rocher. Ce mot, qui représente la stabilité et la permanence de Dieu, est suivi de plusieurs expressions qui décrivent les attributs de Dieu en tant que rocher d’Israël. C’est l’un des principaux thèmes du cantique (cf. vv. #De 32:15, #De 32:18, #De 32:30-31), et il souligne la nature immuable de Dieu, en contraste flagrant avec l’instabilité du peuple.

5  S’ils se sont corrompus, à lui n’est point la faute ; La honte est à ses enfants, Race fausse et perverse.

race fausse et perverse. Contrairement à Dieu, Israël était perverti et tordu. Jésus utilisa une expression similaire en #Mt 17:17 en parlant de l’incrédulité de sa génération, et Paul fit de même en #Ph 2:15 à propos des ténèbres qui caractérisent l’humanité en rébellion contre Dieu.

6  Est-ce l’Eternel que vous en rendrez responsable, Peuple insensé et dépourvu de sagesse ? N’est-il pas ton père, ton créateur ? N’est-ce pas lui qui t’a formé, et qui t’a affermi ?

ton père. La folie et la stupidité d’Israël ressortaient du fait que c’était contre le Dieu qui lui avait donné naissance et l’avait établi en tant que nation qu’il se rebellait. En tant que père, il était le fondateur et le créateur du peuple, mais aussi celui qui l’avait affermi et soutenu. L’A.T. met l’accent sur la présentation de Dieu comme père de la nation tout entière (cf. #1Ch 29:10 ; #Esa 63:16 ; #Esa 64:7 ; #Mal 2:10), tandis que le N.T. le présente comme père des croyants en tant qu’individus (cf. #Ro 8:15 ; #Ga 4:6).

7 ¶  Rappelle à ton souvenir les anciens jours, Passe en revue les années, génération par génération, Interroge ton père, et il te l’apprendra, Tes vieillards, et ils te le diront.

Rappelle à ton souvenir les anciens jours. C’était un appel à réfléchir à l’histoire passée et à en tirer les leçons.

8  Quand le Très-Haut donna un héritage aux nations, Quand il sépara les enfants des hommes, Il fixa les limites des peuples D’après le nombre des enfants d’Israël,

32:8-9

le Très-Haut. Ce titre souligne la souveraineté et l’autorité de Dieu sur toutes les nations (cf. #Ge 11:9 ; #Ge 10:32 ; #Ge 14:18 ; #No 24:16). Le passage apporte aussi une révélation étonnante: dans son plan pour le monde en général, Dieu avait comme objectif le salut du peuple élu. Il avait fixé un nombre de nations (70 selon #Ge 10) correspondant à celui des enfants d’Israël (70 selon #Ge 46:27). De plus, lorsqu’il avait attribué un territoire aux divers peuples et déterminé leurs frontières, il avait gardé assez de place pour subvenir aux besoins de la future population d’Israël.

9  Car la portion de l’Eternel, c’est son peuple, Jacob est la part de son héritage.

10  Il l’a trouvé dans une contrée déserte, Dans une solitude aux effroyables hurlements ; Il l’a entouré, il en a pris soin, Il l’a gardé comme la prunelle de son œil,

la prunelle de son œil. Littéralement « le petit homme de son œil », c’est-à-dire la pupille. Tout comme la pupille de l’œil est essentielle à la vue et donc très bien protégée, en particulier lors de vents violents, Dieu protégeait étroitement Israël. Cf. #Ps 17:8 ; #Pr 7:2.

32:10-14

Toute cette description des interventions divines est à prendre au sens figuré. Israël ressemblait à un homme perdu dans le désert, sans nourriture et sans eau, que l’Eternel avait délivré.

11  Pareil à l’aigle qui éveille sa couvée, Voltige sur ses petits, Déploie ses ailes, les prend, Les porte sur ses plumes.

voltige sur ses petits. L’Eternel avait manifesté son amour envers Israël de la même manière que l’aigle s’occupe de ses petits et leur apprend à voler: lors de leurs premiers envols, ils tombent, et l’aigle plonge en ouvrant ses ailes afin qu’ils atterrissent sur elles. De même, l’Eternel avait porté la nation d’Israël sans la laisser tomber. Il lui avait appris à voler sur les ailes de son amour et de son omnipotence.

12  L’Eternel seul a conduit son peuple, Et il n’y avait avec lui aucun dieu étranger.

aucun dieu étranger. Moïse affirma clairement que Dieu seul avait porté Israël à travers toutes ses luttes et ses victoires, retirant par avance au peuple tout motif de se détourner de l’Eternel et de s’intéresser aux faux dieux.

13  Il l’a fait monter sur les hauteurs du pays, Et Israël a mangé les fruits des champs ; Il lui a fait sucer le miel du rocher, L’huile qui sort du rocher le plus dur,

miel du rocher. Il y avait de nombreuses abeilles sauvages en Canaan, et l’on trouvait des rayons de miel dans les fissures des falaises.

huile …  du rocher le plus dur. Probable allusion aux oliviers qui poussaient sur des terrains rocailleux, là où aucun autre arbre fruitier ne pouvait pousser. Ces mentions du miel et de l’huile soulignent, métaphoriquement, que les produits ayant le plus de valeur proviennent des endroits les plus improductifs.

14  La crème des vaches et le lait des brebis, Avec la graisse des agneaux, Des béliers de Basan et des boucs, Avec la fleur du froment ; Et tu as bu le sang du raisin, le vin.

15 ¶  Israël est devenu gras, et il a regimbé ; Tu es devenu gras, épais et replet ! — Et il a abandonné Dieu, son créateur, Il a méprisé le rocher de son salut,

Israël. Héb. Jeschurun, c’est-à-dire « droit, juste ». C’était une manière ironique de désigner Israël puisque, une fois entré dans le pays promis, il ne respecterait pas la loi de Dieu. En employant cette appellation, Dieu rappelait à son peuple quel était son appel et blâmait vigoureusement son apostasie.

tu es devenu gras, épais. Tel un bœuf devenu gras et intraitable, les Israélites avaient bénéficié de l’abondance et de la générosité divines, mais au lieu de se montrer reconnaissants et obéissants, ils se rebellaient contre l’Eternel (cf. #De 6:10-15).

16  Ils ont excité sa jalousie par des dieux étrangers, Ils l’ont irrité par des abominations ;

dieux étrangers. Israël choisirait d’adorer les dieux des peuples vivant dans le pays promis. C’étaient des dieux qui lui étaient inconnus jusqu’alors (v. #De 32:17).

17  Ils ont sacrifié à des idoles qui ne sont pas Dieu, A des dieux qu’ils ne connaissaient point, Nouveaux, venus depuis peu, Et que vos pères n’avaient pas craints.

idoles. Ou démons. Cf. #Ps 106:37. Le terme décrit les anges que Satan entraîna dans sa chute et qui constituent les forces du mal en lutte contre Dieu et contre ses saints anges. L’adoration d’idoles est une forme d’adoration des démons, car les esprits démoniaques se font passer pour l’idole et utilisent le système religieux associé au faux dieu au service de leurs projets diaboliques.

18  Tu as abandonné le rocher qui t’a fait naître, Et tu as oublié le Dieu qui t’a engendré.

32:18-33

L’Eternel allait juger sévèrement l’apostasie d’Israël. Ce jugement s’exprime sous la forme d’une résolution divine de punir les Israélites chaque fois qu’ils adoreraient des idoles, en incluant la génération suivante dans le châtiment (v. #De 32:19). Aux vv. #De 32:20-22, Moïse cite l’Eternel lui-même.

19 ¶  L’Eternel l’a vu, et il a été irrité, Indigné contre ses fils et ses filles.

20  Il a dit : Je leur cacherai ma face, Je verrai quelle sera leur fin ; Car c’est une race perverse, Ce sont des enfants infidèles.

21  Ils ont excité ma jalousie par ce qui n’est point Dieu, Ils m’ont irrité par leurs vaines idoles ; Et moi, j’exciterai leur jalousie par ce qui n’est point un peuple, Je les irriterai par une nation insensée.

point un peuple. Il y a une symétrie: de même que la jalousie de l’Eternel est provoquée par l’adoration de ce qui n’est « point Dieu », de même il provoquera aussi la jalousie et la colère des Israélites en les humiliant devant une nation vaine et insensée. En #Ro 10:19, Paul applique ce v. aux nations païennes en général. Les Juifs adorateurs de « ce qui n’est point Dieu » seront jugés par « ce qui n’est point un peuple ».

22  Car le feu de ma colère s’est allumé, Et il brûlera jusqu’au fond du séjour des morts ; Il dévorera la terre et ses produits, Il embrasera les fondements des montagnes.

le feu …  s’est allumé …  jusqu’au fond du séjour des morts. Cf. #De 29:20. Une fois le feu de la colère de l’Eternel allumé, il n’y a aucune limite à son pouvoir destructeur, puisqu’il atteint même les morts. Cela indique le caractère éternel du jugement de Dieu contre ceux qui s’opposent à lui.

23  J’accumulerai sur eux les maux, J’épuiserai mes traits contre eux.

maux …  traits. Les « maux » sont décrits au v. 24. Les « traits », décrits aux vv. #De 32:25-27, représentent les ennemis qui vaincront Israël au cours des batailles.

24  Ils seront desséchés par la faim, consumés par la fièvre Et par des maladies violentes ; J’enverrai parmi eux la dent des bêtes féroces Et le venin des serpents.

25  Au dehors, on périra par l’épée, Et au dedans, par d’effrayantes calamités : Il en sera du jeune homme comme de la jeune fille, De l’enfant à la mamelle comme du vieillard.

26 ¶  Je voudrais dire : Je les emporterai d’un souffle, Je ferai disparaître leur mémoire d’entre les hommes !

27  Mais je crains les insultes de l’ennemi, Je crains que leurs adversaires ne se méprennent, Et qu’ils ne disent : Notre main a été puissante, Et ce n’est pas l’Eternel qui a fait toutes ces choses.

Notre main a été puissante. C’était une attitude d’arrogance militaire typique. La seule chose qui empêchait l’Eternel de détruire complètement son peuple, c’était le risque que les païens ne s’attribuent tous les honneurs de la victoire sur Israël.

28  C’est une nation qui a perdu le bon sens, Et il n’y a point en eux d’intelligence.

29  S’ils étaient sages, voici ce qu’ils comprendraient, Et ils penseraient à ce qui leur arrivera.

30  Comment un seul en poursuivrait-il mille, Et deux en mettraient-ils dix mille en fuite, Si leur Rocher ne les avait vendus, Si l’Eternel ne les avait livrés ?

31  Car leur rocher n’est pas comme notre Rocher, Nos ennemis en sont juges.

rocher …  Rocher. Le contraste est ici établi entre les dieux des nations (« rocher ») et le vrai Dieu (« Rocher »). Israël pourrait assez facilement frapper ses ennemis en raison de la faiblesse de leurs dieux, incapables d’égaler le Rocher, Yahvé.

32  Mais leur vigne est du plant de Sodome Et du terroir de Gomorrhe ; Leurs raisins sont des raisins empoisonnés, Leurs grappes sont amères ;

plant de Sodome. A partir de la métaphore d’une vigne, de ses raisins et de son vin, la méchanceté des ennemis d’Israël est décrite comme prenant ses racines à Sodome et Gomorrhe, les villes perverses détruites par Dieu (cf. #Ge 19:1-29).

33  Leur vin, c’est le venin des serpents, C’est le poison cruel des aspics.

34  Cela n’est-il pas caché près de moi, Scellé dans mes trésors ?

scellé dans mes trésors. Les mauvaises actions des ennemis d’Israël étaient connues de Dieu, il ne les oubliait pas. Au moment voulu, il se vengerait. Paul utilise la même image en #Ro 2:4-5.

35  A moi la vengeance et la rétribution, Quand leur pied chancellera ! Car le jour de leur malheur est proche, Et ce qui les attend ne tardera pas.

A moi la vengeance et la rétribution. La manière et le moment de punir la méchanceté de l’homme sont des prérogatives divines. Ce principe est repris dans le N.T. en #Ro 12:19 ; #Hé 10:30.

36  L’Eternel jugera son peuple ; Mais il aura pitié de ses serviteurs, En voyant que leur force est épuisée, Et qu’il n’y a plus ni esclave ni homme libre.

C’est la promesse que l’Eternel jugera Israël en tant que nation mais que, comme celle-ci est composée de justes et de méchants, il aide les justes en détruisant les méchants. « Ses serviteurs » sont les justes, tous ceux qui seront trouvés fidèles à l’Eternel au jour du jugement (cf. #Mal 3:16-4:3). Le jugement de l’Eternel contre Israël ne vise pas à détruire ce peuple, mais à en punir les pécheurs et à montrer la folie de leurs faux dieux (vv. #De 32:37-38). Dans le même temps, il a toujours témoigné de la compassion à ceux qui l’ont aimé et lui ont obéi.

37  Il dira : Où sont leurs dieux, Le rocher qui leur servait de refuge,

38  Ces dieux qui mangeaient la graisse de leurs victimes, Qui buvaient le vin de leurs libations ? Qu’ils se lèvent, qu’ils vous secourent, Qu’ils vous couvrent de leur protection !

39 ¶  Sachez donc que c’est moi qui suis Dieu, Et qu’il n’y a point de dieu près de moi ; Je fais vivre et je fais mourir, Je blesse et je guéris, Et personne ne délivre de ma main.

c’est moi qui suis Dieu. Après la démonstration de l’inutilité des faux dieux (vv. #De 32:37-38), cette déclaration vise à montrer que le Dieu d’Israël est le Dieu vivant, le seul qui puisse offrir aide et protection à Israël. Il a le pouvoir de vie et de mort sur Israël (cf. #1S 2:6 ; #2R 5:7), le pouvoir de blesser et de guérir (cf. #Esa 30:26 ; #Esa 57:17-18 ; #Jér 17:14: #Os 6:1).

40  Car je lève ma main vers le ciel, Et je dis : Je vis éternellement !

32:40-42

je lève ma main. Dieu fait ici le serment de se venger de ses ennemis. Comme dans #Ex 6:8 ; #No 14:28, il s’agit d’un anthropomorphisme. Dieu ne peut jurer par personne de plus grand que lui (cf. #Esa 45:23 ; #Jér 22:5 ; #Hé 6:17).

41  Si j’aiguise l’éclair de mon épée Et si ma main saisit la justice, Je me vengerai de mes adversaires Et je punirai ceux qui me haïssent ;

42  Mon épée dévorera leur chair, Et j’enivrerai mes flèches de sang, Du sang des blessés et des captifs, De la tête des chefs de l’ennemi.

43  Nations, chantez les louanges de son peuple ! Car l’Eternel venge le sang de ses serviteurs, Il se venge de ses adversaires, Et il fait l’expiation pour son pays, pour son peuple.

Nations, chantez les louanges de son peuple! Après l’exécution de la vengeance divine, toutes les nations sont appelées à louer, avec les Israélites, l’Eternel qui leur a offert la rédemption en Christ ainsi qu’un nouveau départ dans le pays. L’« expiation pour son pays », c’est l’apaisement de la colère de Dieu par le sacrifice de ses ennemis au jour du jugement. L’« expiation pour son peuple » s’accomplit, elle, par le sacrifice de Jésus-Christ sur la croix (cf. #Ps 79:9). Paul cite ce passage en #Ro 15:10, et l’auteur de l’épître aux Hébreux en #De 1:6.

44 ¶  Moïse vint et prononça toutes les paroles de ce cantique en présence du peuple ; Josué, fils de Nun, était avec lui.

45  Lorsque Moïse eut achevé de prononcer toutes ces paroles devant tout Israël,

46  il leur dit : Prenez à cœur toutes les paroles que je vous conjure aujourd’hui de recommander à vos enfants, afin qu’ils observent et mettent en pratique toutes les paroles de cette loi.

47  Car ce n’est pas une chose sans importance pour vous ; c’est votre vie, et c’est par là que vous prolongerez vos jours dans le pays dont vous aurez la possession, après avoir passé le Jourdain.

c’est votre vie. Moïse rappela que l’obéissance aux commandements de l’Eternel serait la clé d’un long séjour d’Israël en Canaan, dans le pays préparé pour eux par Dieu. Il proposa aussi que ce cantique devienne une sorte d’hymne national (le mot « chose » peut être traduit « parole »). Les chefs devaient veiller à ce qu’il soit souvent chanté pour motiver le peuple à aimer Dieu et à lui obéir.

48  Ce même jour, l’Eternel parla à Moïse, et dit:

32:48-34:12

L’annonce de la mort de Moïse et le récit qui en est fait (#De 32:48-52 ; #De 34:1-12) encadrent la bénédiction prononcée sur Israël par le même Moïse avant sa mort. Cette unité littéraire dut être composée et ajoutée au texte après la mort de Moïse.

49  Monte sur cette montagne d’Abarim, sur le mont Nebo, au pays de Moab, vis-à-vis de Jéricho ; et regarde le pays de Canaan que je donne en propriété aux enfants d’Israël.

mont Nebo. Un sommet de la chaîne montagneuse des Abarim, à l’est de l’extrémité nord de la mer Morte, d’où Moïse pourrait apercevoir le pays promis, puisqu’il n’avait pas l’autorisation d’y entrer.

50  Tu mourras sur la montagne où tu vas monter, et tu seras recueilli auprès de ton peuple, comme Aaron, ton frère, est mort sur la montagne de Hor et a été recueilli auprès de son peuple,

recueilli auprès de ton peuple. Expression idiomatique pour parler de la mort. Voir #Ge 25:8, #Ge 25:17 ; #Ge 35:29 ; #Ge 49:33 ; #No 20:24, #No 20:26 ; #No 31:2.

51  parce que vous avez péché contre moi au milieu des enfants d’Israël, près des eaux de Meriba, à Kadès, dans le désert de Tsin, et que vous ne m’avez point sanctifié au milieu des enfants d’Israël.

52  Tu verras le pays devant toi ; mais tu n’entreras point dans le pays que je donne aux enfants d’Israël.

 

REVENIR AU JOUR 184www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-184-de-929/

Allez au jour 186     www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-186-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/