ANCIEN TESTAMENT JOUR 286 DE 929

12/10/2019 00:48

ANCIEN TESTAMENT JOUR 286 DE 929

2 Samuel 19 de 24

 

2 Samuel 19 : 1 À 43

1 ¶  On vint dire à Joab : Voici, le roi pleure et se lamente à cause d’Absalom.

2  Et la victoire, ce jour-là, fut changée en deuil pour tout le peuple, car en ce jour le peuple entendait dire : Le roi est affligé à cause de son fils.

3  Ce même jour, le peuple rentra dans la ville à la dérobée, comme l’auraient fait des gens honteux d’avoir pris la fuite dans le combat.

le peuple rentra. Du fait de la douleur excessive de David, ses soldats revinrent de la bataille sans se réjouir de la victoire, comme s’ils avaient subi l’humiliation d’une défaite.

4  Le roi s’était couvert le visage, et il criait à haute voix : Mon fils Absalom ! Absalom, mon fils, mon fils !

5  Joab entra dans la chambre où était le roi, et dit : Tu couvres aujourd’hui de confusion la face de tous tes serviteurs, qui ont aujourd’hui sauvé ta vie, celle de tes fils et de tes filles, celle de tes femmes et de tes concubines.

confusion la face de tous tes serviteurs. Joab réprimanda sévèrement David pour son attitude: il se laissait égoïstement dominer par le chagrin et ne montrait aucune reconnaissance pour la victoire que ses hommes venaient de remporter pour lui.

6  Tu aimes ceux qui te haïssent et tu hais ceux qui t’aiment, car tu montres aujourd’hui qu’il n’y a pour toi ni chefs ni serviteurs ; et je vois maintenant que, si Absalom vivait et que nous fussions tous morts en ce jour, cela serait agréable à tes yeux.

7  Lève-toi donc, sors, et parle au cœur de tes serviteurs ! Car je jure par l’Eternel que, si tu ne sors pas, il ne restera pas un homme avec toi cette nuit ; et ce sera pour toi pire que tous les malheurs qui te sont arrivés depuis ta jeunesse jusqu’à présent.

il ne restera pas un homme avec toi. Joab, en tant que général estimé, était dangereux du fait même de ce pouvoir. Il était aussi dangereux pour le roi, puisqu’il avait désobéi à son ordre d’épargner Absalom, le tuant sans aucun remords. Lorsqu’il l’appela à exprimer immédiatement sa reconnaissance à ses hommes pour leur victoire s’il ne voulait pas avoir de problèmes, David prit conscience du danger qui le menaçait.

8  Alors le roi se leva, et il s’assit à la porte. On fit dire à tout le peuple : Voici, le roi est assis à la porte. Et tout le peuple vint devant le roi. Cependant Israël s’était enfui, chacun dans sa tente.

s’assit à la porte. C’était la porte de Mahanaïm, où David avait passé ses troupes en revue avant la bataille (#2S 18:4). En prenant place à la porte, il signalait son retour à l’exercice de l’autorité royale.

9 ¶  Et dans toutes les tribus d’Israël, tout le peuple était en contestation, disant : Le roi nous a délivrés de la main de nos ennemis, c’est lui qui nous a sauvés de la main des Philistins ; et maintenant il a dû fuir du pays devant Absalom.

Contestation ; Le peuple d’Israël s’interrogeait quant à l’opportunité de faire revenir David sur le trône. Ses victoires militaires passées sur les Philistins et l’échec d’Absalom parlaient en faveur de son retour. C’est pourquoi ses partisans cherchèrent avec insistance à savoir pourquoi leurs compatriotes israélites gardaient le silence sur son retour à sa juste place: sur le trône de Jérusalem.

10  Or Absalom, que nous avions oint pour qu’il régnât sur nous, est mort dans la bataille : pourquoi ne parlez-vous pas de faire revenir le roi ?

11  De son côté, le roi David envoya dire aux sacrificateurs Tsadok et Abiathar : Parlez aux anciens de Juda, et dites-leur : Pourquoi seriez-vous les derniers à ramener le roi dans sa maison ? — Car ce qui se disait dans tout Israël était parvenu jusqu’au roi.

anciens de Juda. Par l’intermédiaire des sacrificateurs restés à Jérusalem pendant la rébellion, David pria les chefs de sa propre tribu de prendre l’initiative de le rétablir comme roi (voir #2S 2:4 ; #1S 30:26). Même si son appel produisit l’effet désiré, il provoqua aussi des jalousies tribales (vv. #2S 19:40-43).

12  Vous êtes mes frères, vous êtes mes os et ma chair ; pourquoi seriez-vous les derniers à ramener le roi ?

13  Vous direz aussi à Amasa : N’es-tu pas mon os et ma chair ? Que Dieu me traite dans toute sa rigueur, si tu ne deviens pas devant moi pour toujours chef de l’armée à la place de Joab !

chef de l’armée à la place de Joab. David nomma Amasa chef de son armée parce qu’il espérait ainsi s’assurer la loyauté de ceux qui l’avaient suivi lorsqu’il dirigeait l’armée d’Absalom, surtout ceux de Juda. Cette nomination persuada la tribu de Juda de donner son appui au retour de David sur le trône (v. #2S 19:14), mais elle provoqua aussi l’animosité de Joab contre l’homme qui avait pris sa place (cf. #2S 20:8-10).

14  David fléchit le cœur de tous ceux de Juda, comme s’ils n’eussent été qu’un seul homme ; et ils envoyèrent dire au roi : Reviens, toi, et tous tes serviteurs.

15  Le roi revint et arriva jusqu’au Jourdain ; et Juda se rendit à Guilgal, afin d’aller à la rencontre du roi et de lui faire passer le Jourdain.

16 ¶  Schimeï, fils de Guéra, Benjamite, qui était de Bachurim, se hâta de descendre avec ceux de Juda à la rencontre du roi David.

Schimeï. Schimeï confessa son péché, à savoir la malédiction prononcée contre David. Sa vie fut épargnée, mais temporairement, car sur son lit de mort David ordonna qu’il soit puni pour son crime (#1R 2:8-9, #1R 2:36-46).

17  Il avait avec lui mille hommes de Benjamin, et Tsiba, serviteur de la maison de Saül, et les quinze fils et les vingt serviteurs de Tsiba. Ils passèrent le Jourdain à la vue du roi.

18  Le bateau, mis à la disposition du roi, faisait la traversée pour transporter sa maison ; et au moment où le roi allait passer le Jourdain, Schimeï, fils de Guéra, se prosterna devant lui.

19  Et il dit au roi : Que mon seigneur ne tienne pas compte de mon iniquité, qu’il oublie que ton serviteur l’a offensé le jour où le roi mon seigneur sortait de Jérusalem, et que le roi n’y ait point égard !

20  Car ton serviteur reconnaît qu’il a péché. Et voici, je viens aujourd’hui le premier de toute la maison de Joseph à la rencontre du roi mon seigneur.

maison de Joseph. Cette allusion à Ephraïm, la tribu issue de Joseph qui était devenue représentative des dix tribus du nord, incluait même la tribu de Schimeï, Benjamin.

21  Alors Abischaï, fils de Tseruja, prit la parole et dit : Schimeï ne doit-il pas mourir pour avoir maudit l’oint de l’Eternel ?

22  Mais David dit : Qu’ai-je affaire avec vous, fils de Tseruja, et pourquoi vous montrez-vous aujourd’hui mes adversaires ? Aujourd’hui ferait-on mourir un homme en Israël ? Ne sais-je donc pas que je règne aujourd’hui sur Israël ?

23  Et le roi dit à Schimeï : Tu ne mourras point ! Et le roi le lui jura.

24 ¶  Mephiboscheth, fils de Saül, descendit aussi à la rencontre du roi. Il n’avait point soigné ses pieds, ni fait sa barbe, ni lavé ses vêtements, depuis le jour où le roi s’en était allé jusqu’à celui où il revenait en paix.

19:24-30

 

Mephiboscheth ; Mephiboscheth vint à la rencontre de David avec les signes traditionnels de deuil afin d’expliquer que, s’il ne l’avait pas suivi en exil, c’était parce qu’il avait été trompé par son serviteur Tsiba (voir #2S 16:1-4). Il vint vers David avec une grande humilité et une attitude de générosité et de reconnaissance, conscient de tout ce que le roi avait fait pour lui en dépit du mauvais comportement de sa famille (v. #2S 19:28).

25  Lorsqu’il se rendit au-devant du roi à Jérusalem, le roi lui dit : Pourquoi n’es-tu pas venu avec moi, Mephiboscheth ?

26  Et il répondit : O roi mon seigneur, mon serviteur m’a trompé, car ton serviteur, qui est boiteux, avait dit : Je ferai seller mon âne, je le monterai, et j’irai avec le roi.

27  Et il a calomnié ton serviteur auprès de mon seigneur le roi. Mais mon seigneur le roi est comme un ange de Dieu. Fais ce qui te semblera bon.

28  Car tous ceux de la maison de mon père n’ont été que des gens dignes de mort devant le roi mon seigneur ; et cependant tu as mis ton serviteur au nombre de ceux qui mangent à ta table. Quel droit puis-je encore avoir, et qu’ai-je à demander au roi ?

29  Le roi lui dit : A quoi bon toutes tes paroles ? Je l’ai déclaré : Toi et Tsiba, vous partagerez les terres.

partagerez les terres. David avait d’abord donné le domaine de Saül à Mephiboscheth pour qu’il soit cultivé sous ses ordres par Tsiba (#2S 9:9-10). Puis il l’avait donné à Tsiba suite au mensonge de ce dernier (#2S 16:4). Il décida finalement de partager le domaine parce qu’il ne parvenait pas à déterminer lequel des deux disait la vérité ou parce qu’il était trop préoccupé pour se renseigner correctement sur cette affaire. Ce partage du domaine entre le fils au noble cœur de Jonathan et un menteur fut de toute façon une mauvaise décision. Mephiboscheth n’était pas égoïste, et il le démontra en proposant à son serviteur déloyal de prendre le tout; il lui suffisait de savoir David de retour.

30  Et Mephiboscheth dit au roi : Qu’il prenne même le tout, puisque le roi mon seigneur rentre en paix dans sa maison.

31 ¶  Barzillaï, le Galaadite, descendit de Roguelim, et passa le Jourdain avec le roi, pour l’accompagner jusqu’au delà du Jourdain.

19:31-39

Barzillaï. David proposa à Barzillaï de vivre à Jérusalem et d’y être son hôte, mais il préféra passer ses dernières années dans sa famille.

32  Barzillaï était très vieux, âgé de quatre-vingts ans. Il avait entretenu le roi pendant son séjour à Mahanaïm, car c’était un homme fort riche.

33  Le roi dit à Barzillaï : Viens avec moi, je te nourrirai chez moi à Jérusalem.

34  Mais Barzillaï répondit au roi : Combien d’années vivrai-je encore, pour que je monte avec le roi à Jérusalem ?

35  Je suis aujourd’hui âgé de quatre-vingts ans. Puis-je connaître ce qui est bon et ce qui est mauvais ? Ton serviteur peut-il savourer ce qu’il mange et ce qu’il boit ? Puis-je encore entendre la voix des chanteurs et des chanteuses ? Et pourquoi ton serviteur serait-il encore à charge à mon seigneur le roi ?

36  Ton serviteur ira un peu au delà du Jourdain avec le roi. Pourquoi, d’ailleurs, le roi m’accorderait-il ce bienfait ?

37  Que ton serviteur s’en retourne, et que je meure dans ma ville, près du sépulcre de mon père et de ma mère ! Mais voici ton serviteur Kimham, qui passera avec le roi mon seigneur ; fais pour lui ce que tu trouveras bon.

Kimham. Peut-être , un fils de Barzillaï (voir #1R 2:7). David donna probablement une partie de son domaine personnel de Bethléhem à cet homme et à sa postérité (voir #Jér 41:17).

38  Le roi dit : Que Kimham passe avec moi, et je ferai pour lui ce qui te plaira ; tout ce que tu désireras de moi, je te l’accorderai.

39  Quand tout le peuple eut passé le Jourdain et que le roi l’eut aussi passé, le roi baisa Barzillaï et le bénit. Et Barzillaï retourna dans sa demeure.

40 ¶  Le roi se dirigea vers Guilgal, et Kimham l’accompagna. Tout le peuple de Juda et la moitié du peuple d’Israël avaient fait passer le Jourdain au roi.

41  Mais voici, tous les hommes d’Israël abordèrent le roi, et lui dirent : Pourquoi nos frères, les hommes de Juda, t’ont-ils enlevé, et ont-ils fait passer le Jourdain au roi, à sa maison, et à tous les gens de David ?

t’ont-ils enlevé. Puisque seules les troupes de Juda avaient accompagné David lors de sa traversée du Jourdain, les dix tribus du nord se plaignirent que les hommes de Juda aient « kidnappé » le roi.

42  Tous les hommes de Juda répondirent aux hommes d’Israël : C’est que le roi nous tient de plus près ; et qu’y a-t-il là pour vous irriter ? Avons-nous vécu aux dépens du roi ? Nous a-t-il fait des présents ?

de plus près. Les hommes de Juda répondirent aux hommes d’Israël que David était un membre de leur tribu mais qu’ils n’avaient pas cherché à tirer profit de cette relation, comme l’avaient fait certaines tribus du nord.

43  Et les hommes d’Israël répondirent aux hommes de Juda : Le roi nous appartient dix fois autant, et David même plus qu’à vous. Pourquoi nous avez-vous méprisés ? N’avons-nous pas été les premiers à proposer de faire revenir notre roi ? Et les hommes de Juda parlèrent avec plus de violence que les hommes d’Israël.

dix fois. Les hommes d’Israël répliquèrent aux hommes de Juda qu’ils avaient plus de droits sur David, puisque Israël comptait dix tribus au nord alors que Juda n’en comptait qu’une seule. Noter le contraste entre « dix fois » et « point de part » en #2S 20:1.

nous avez-vous méprisés. L’hostilité croissante entre Israël et Juda conduirait à la rébellion de Schéba (#2S 20:1-22) et, finalement, à la division du royaume (#1R 12:1-24).

 

REVENIR AU JOUR 285   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-285-de-929/

Allez au jour 287     www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-287-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/