ANCIEN TESTAMENT JOUR 312 DE 929

07/11/2019 00:01

ANCIEN TESTAMENT JOUR 312 DE 929

1 Rois 21 de 22

 

1 Rois 21 : 1 À 29

¶  Après ces choses, voici ce qui arriva. Naboth, de Jizreel, avait une vigne à Jizreel, à côté du palais d’Achab, roi de Samarie.

 

Jizreel. Achab avait construit un deuxième palais à Jizreel, et il y vivait quand il n’était pas dans la capitale, Samarie.

 

2  Et Achab parla ainsi à Naboth: Cède-moi ta vigne, pour que j’en fasse un jardin potager, car elle est tout près de ma maison. Je te donnerai à la place une vigne meilleure ; ou, si cela te convient, je te paierai la valeur en argent.

 

Cède-moi ta vigne. Dans la culture cananéenne, la terre était une simple matière première qui servait aux échanges ou pouvait être vendue pour un bénéfice. L’offre, faite par Achab à Naboth, de procéder à un échange de propriétés ou d’acheter sa vigne correspondait donc à une transaction courante au Proche-Orient.

 

3  Mais Naboth répondit à Achab : Que l’Eternel me garde de te donner l’héritage de mes pères !

 

Que l’Eternel me garde. Naboth considérait l’échange ou la vente de sa propriété comme une transgression de la loi, un acte qui ne pouvait plaire à Dieu (cf. #1S 24:7 ; #1S 26:11 ; #2S 23:17), car c’était un domaine ancestral. L’Eternel, qui était le propriétaire de tout le pays d’Israël, avait interdit aux familles israélites d’abandonner de façon définitive les terres familiales (#Lé 25:23-28 ; #No 36:7-9). Ce fut donc par loyauté envers Dieu que Naboth déclina l’offre d’Achab.

 

4  Achab rentra dans sa maison, triste et irrité, à cause de cette parole que lui avait dite Naboth de Jizreel : Je ne te donnerai pas l’héritage de mes pères ! Et il se coucha sur son lit, détourna le visage, et ne mangea rien.

5 ¶  Jézabel, sa femme, vint auprès de lui, et lui dit : Pourquoi as-tu l’esprit triste et ne manges-tu point ?

6  Il lui répondit : J’ai parlé à Naboth de Jizreel, et je lui ai dit : Cède-moi ta vigne pour de l’argent ; ou, si tu veux, je te donnerai une autre vigne à la place. Mais il a dit : Je ne te donnerai pas ma vigne !

7  Alors Jézabel, sa femme, lui dit : Est-ce bien toi maintenant qui exerces la souveraineté sur Israël ? Lève-toi, prends de la nourriture, et que ton cœur se réjouisse ; moi, je te donnerai la vigne de Naboth de Jizreel.

 

toi …  qui exerces la souveraineté sur Israël? Cette phrase peut être comprise comme une exclamation ou comme une question. Quoi qu’il en soit, il s’agissait d’une réprimande sarcastique de la part de Jézabel; elle reprochait à Achab de ne pas exercer, dans cette affaire, le pouvoir absolu dont il jouissait en tant que roi.

 

8  Et elle écrivit au nom d’Achab des lettres qu’elle scella du sceau d’Achab, et qu’elle envoya aux anciens et aux magistrats qui habitaient avec Naboth dans sa ville.

 

elle écrivit …  des lettres. Dans l’Antiquité, les lettres écrites par le secrétaire royal se présentaient sous la forme d’un rouleau, scellé du sceau personnel de l’expéditeur avec de la cire ou de l’argile. Le sceau conférait la valeur de mandat royal au contenu des lettres, et cela impliquait qu’une désobéissance aux ordres entraînerait des sanctions.

 

9  Voici ce qu’elle écrivit dans ces lettres : Publiez un jeûne ; placez Naboth à la tête du peuple,

 

Publiez un jeûne. Appeler une assemblée à un jeûne officiel laissait entendre qu’un malheur menaçait le peuple, et qu’il ne pouvait être évité que si l’on s’humiliait devant l’Eternel et que l’on éliminait toute personne dont le péché avait pu provoquer le jugement divin (cf. #Jug 20:26 ; #1S 7:5-6 ; #2Ch 20:2-4).

 

10  et mettez en face de lui deux méchants hommes qui déposeront ainsi contre lui : Tu as maudit Dieu et le roi ! Puis menez-le dehors, lapidez-le, et qu’il meure.

 

deux …  hommes. La loi mosaïque exigeait deux témoins dans les cas de peine capitale (#No 35:30 ; #De 17:6 ; #De 19:5).

méchants. Littéralement « fils de Bélial ».

maudit Dieu et le roi. La peine requise pour une telle malédiction était la mort (#Ex 22:28).

 

11  Les gens de la ville de Naboth, les anciens et les magistrats qui habitaient dans la ville, agirent comme Jézabel le leur avait fait dire, d’après ce qui était écrit dans les lettres qu’elle leur avait envoyées.

12  Ils publièrent un jeûne, et ils placèrent Naboth à la tête du peuple ;

13  les deux méchants hommes vinrent se mettre en face de lui, et ces méchants hommes déposèrent ainsi devant le peuple contre Naboth : Naboth a maudit Dieu et le roi ! Puis ils le menèrent hors de la ville, ils le lapidèrent, et il mourut.

 

hors de la ville. Quelle hypocrisie! Ils commettaient un crime en tuant l’innocent Naboth, mais ils se soucièrent de le faire à un endroit approuvé par la loi mosaïque (#Lé 24:14 ; #No 15:35-36). On le lapida dans un champ avec ses fils (#2R 9:26), de manière à éliminer tous les héritiers potentiels.

 

14  Et ils envoyèrent dire à Jézabel: Naboth a été lapidé, et il est mort.

15  Lorsque Jézabel apprit que Naboth avait été lapidé et qu’il était mort, elle dit à Achab : Lève-toi, prends possession de la vigne de Naboth de Jizreel, qui a refusé de te la céder pour de l’argent ; car Naboth n’est plus en vie, il est mort.

16  Achab, entendant que Naboth était mort, se leva pour descendre à la vigne de Naboth de Jizreel, afin d’en prendre possession.

17 ¶  Alors la parole de l’Eternel fut adressée à Elie, le Thischbite, en ces mots:

18  Lève-toi, descends au-devant d’Achab, roi d’Israël à Samarie ; le voilà dans la vigne de Naboth, où il est descendu pour en prendre possession.

19  Tu lui diras : Ainsi parle l’Eternel : N’es-tu pas un assassin et un voleur ? Et tu lui diras : Ainsi parle l’Eternel : Au lieu même où les chiens ont léché le sang de Naboth, les chiens lécheront aussi ton propre sang.

 

La première annonce de jugement d’Elie s’adressait à Achab en particulier. Il annonça que les chiens lécheraient son sang à l’endroit où Naboth était mort, à l’extérieur de la ville de Jizreel. En raison de sa repentance, cette prophétie ne s’accomplit pas totalement (vv. #1R 21:27-29), mais elle se réalisa partiellement, puisque les chiens léchèrent le sang d’Achab à l’étang de Samarie (#1R 22:37-38).

 

20  Achab dit à Elie : M’as-tu trouvé, mon ennemi ? Et il répondit : Je t’ai trouvé, parce que tu t’es vendu pour faire ce qui est mal aux yeux de l’Eternel.

21  Voici, je vais faire venir le malheur sur toi ; je te balaierai, j’exterminerai quiconque appartient à Achab, celui qui est esclave et celui qui est libre en Israël,

 

21:21-24

La seconde annonce de jugement d’Elie s’adressait à Achab et à sa famille. Il s’agissait d’un verdict quasiment identique à celui prononcé contre Jéroboam (#1R 14:10-11) et contre Baescha (#1R 16:3-4).

 

22  et je rendrai ta maison semblable à la maison de Jéroboam, fils de Nebath, et à la maison de Baescha, fils d’Achija, parce que tu m’as irrité et que tu as fait pécher Israël.

23  L’Eternel parle aussi sur Jézabel, et il dit : Les chiens mangeront Jézabel près du rempart de Jizreel.

 

sur Jézabel. Jézabel fit l’objet d’un jugement particulier, car elle avait poussé Achab à promouvoir le culte de Baal (v. #1R 21:25). La prophétie d’Elie la concernant s’accomplit littéralement en #2R 9:10, #2R 9:30-37.

 

24  Celui de la maison d’Achab qui mourra dans la ville sera mangé par les chiens, et celui qui mourra dans les champs sera mangé par les oiseaux du ciel.

25  Il n’y a eu personne qui se soit vendu comme Achab pour faire ce qui est mal aux yeux de l’Eternel, et Jézabel, sa femme, l’y excitait.

26  Il a agi de la manière la plus abominable, en allant après les idoles, comme le faisaient les Amoréens, que l’Eternel chassa devant les enfants d’Israël.

27  Après avoir entendu les paroles d’Elie, Achab déchira ses vêtements, il mit un sac sur son corps, et il jeûna ; il couchait avec ce sac, et il marchait lentement.

 

déchira ses vêtements. C’était un geste courant pour exprimer le deuil, la terreur ou la repentance, suite à un grand malheur personnel ou national (#No 14:6 ; #Jos 7:6 ; #Jug 11:35 ; #2S 1:2 ; #2S 3:31).

 

28  Et la parole de l’Eternel fut adressée à Elie, le Thischbite, en ces mots:

29  As-tu vu comment Achab s’est humilié devant moi ? Parce qu’il s’est humilié devant moi, je ne ferai pas venir le malheur pendant sa vie ; ce sera pendant la vie de son fils que je ferai venir le malheur sur sa maison.

 

pendant la vie de son fils. Puisque Achab s’était sincèrement humilié devant l’Eternel, il ne connut pas le malheur qui lui avait été annoncé (v. #1R 21:19). Dieu retarda son accomplissement jusqu’au règne de son fils, Joram, en 852-841 av. J.-C. (#2R 9:25-26). Joram mourut dans le champ de Naboth (cf. v. #1R 21:19).

 

 

REVENIR AU JOUR 311  www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-311-de-929/

Allez au jour 313     www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-313-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/