ANCIEN TESTAMENT JOUR 38 DE 929

07/02/2019 00:38

ANCIEN TESTAMENT JOUR 38 DE 929

Genèse 38 de 50

 

GENÈSE 38 : 1 À 30

1 ¶  En ce temps-là, Juda s’éloigna de ses frères, et se retira vers un homme d’Adullam, nommé Hira.

Adullam. Ville située à 1,6 km au nord-ouest d’Hébron.

38:1-30

Cet interlude relatif à Juda constitue comme une parenthèse dans le récit de Joseph, qu’il interrompt (#Ge 37:36 et #Ge 39:1 parlent de sa vente). Pourquoi un ch. marqué par la méchanceté, l’immoralité et les subterfuges devait-il se trouver là? En fait, les événements rapportés sont à la bonne place d’un point de vue chronologique, étant contemporains de l’esclavage de Joseph en Egypte (v. #Ge 38:1: « en ce temps-là »). Du point de vue généalogique, le récit est aussi à la bonne place; en effet, puisque Joseph était parti (apparemment pour de bon) et Ruben, Siméon et Lévi mal vus (pour raisons d’inceste et de perfidie), Juda faisait office de candidat au statut de premier-né. Mais quel contraste entre son immoralité et le caractère vertueux de Joseph! La religion cananéenne, avec son syncrétisme inclusif, menaçait d’absorber la quatrième génération  et les suivantes - des héritiers d’Abraham; l’exil en Egypte, avec la ségrégation ethnique qui le caractériserait, allait permettre aux Israélites de conserver leur identité, au lieu de la perdre.

2  Là, Juda vit la fille d’un Cananéen, nommé Schua ; il la prit pour femme, et alla vers elle.

38:2-5

En se séparant de ses frères, Juda prit de la distance non seulement sur le plan géographique, mais aussi par l’intégration au pays que cela impliquait: il eut trois fils de son épouse cananéenne.

3  Elle devint enceinte, et enfanta un fils, qu’elle appela Er.

4  Elle devint encore enceinte, et enfanta un fils, qu’elle appela Onan.

5  Elle enfanta de nouveau un fils, qu’elle appela Schéla ; Juda était à Czib quand elle l’enfanta.

6  Juda prit pour Er, son premier-né, une femme nommée Tamar.

38:6-10

Deux fils de Juda furent mis à mort par l’Eternel: l’un à cause de sa méchanceté, l’autre pour avoir délibérément refusé d’épouser la veuve de son frère, selon la coutume dite du lévirat. C’était plutôt une triste manière de se distinguer, pour la lignée de Juda!

7  Er, premier-né de Juda, était méchant aux yeux de l’Eternel ; et l’Eternel le fit mourir.

8  Alors Juda dit à Onan : Va vers la femme de ton frère, prends-la, comme beau-frère, et suscite une postérité à ton frère.

9  Onan, sachant que cette postérité ne serait pas à lui, se souillait à terre lorsqu’il allait vers la femme de son frère, afin de ne pas donner de postérité à son frère.

10  Ce qu’il faisait déplut à l’Eternel, qui le fit aussi mourir.

11  Alors Juda dit à Tamar, sa belle-fille : Demeure veuve dans la maison de ton père, jusqu’à ce que Schéla, mon fils, soit grand. Il parlait ainsi dans la crainte que Schéla ne mourût comme ses frères. Tamar s’en alla, et elle habita dans la maison de son père.

Demeure veuve …  jusqu’à ce que Schéla, mon fils. Prenant son beau-père au mot, Tamar résida chez son père comme le faisait toute veuve. Elle attendit vainement le troisième fils de Juda pour protéger les droits d’héritage de son mari décédé (v. #Ge 38:14) et, finalement, recourut à un subterfuge pour obtenir gain de cause (vv. #Ge 38:13-16). Il se peut qu’elle ait été influencée par les coutumes des Hittites qui voulaient qu’en l’absence de beau-frère ce soit le beau-père qui épouse la veuve.

12 ¶  Les jours s’écoulèrent, et la fille de Schua, femme de Juda, mourut. Lorsque Juda fut consolé, il monta à Thimna, vers ceux qui tondaient ses brebis, lui et son ami Hira, l’Adullamite.

Thimna. Ville située dans la région montagneuse de Juda. Cf. Samson, #Jug 14:1.

13  On en informa Tamar, et on lui dit: Voici ton beau-père qui monte à Thimna, pour tondre ses brebis.

tondre ses brebis. Dans l’Antiquité, un tel événement était fréquemment associé à une fête et à un comportement licencieux caractéristique des pratiques païennes liées au culte de la fertilité.

14  Alors elle ôta ses habits de veuve, elle se couvrit d’un voile et s’enveloppa, et elle s’assit à l’entrée d’Enaïm, sur le chemin de Thimna ; car elle voyait que Schéla était devenu grand, et qu’elle ne lui était point donnée pour femme.

38:14-15 Consciente que personne n’allait lui donner d’enfant, Tamar décida de se déguiser en prostituée, certaine de pouvoir piéger Juda; cela en dit long sur ce qu’elle pensait des qualités morales de son beau-père! Le fait que l’ami cananéen de Juda l’appelle qedescha, terme qui désignait une prostituée sacrée (v. #Ge 38:21), et que la prostitution sacrée était tolérée dans la culture cananéenne n’excuse pas les actes de Juda. Il pécha en sollicitant lui-même les faveurs de cette femme et en lui faisant une proposition (v. #Ge 38:16), et elle joua le jeu de la négociation (v. #Ge 38:17).

15  Juda la vit, et la prit pour une prostituée, parce qu’elle avait couvert son visage.

16  Il l’aborda sur le chemin, et dit: Laisse-moi aller vers toi. Car il ne connut pas que c’était sa belle-fille. Elle dit : Que me donneras-tu pour venir vers moi ?

17  Il répondit : Je t’enverrai un chevreau de mon troupeau. Elle dit : Me donneras-tu un gage, jusqu’à ce que tu l’envoies ?

18  Il répondit : Quel gage te donnerai-je ? Elle dit : Ton cachet, ton cordon, et le bâton que tu as à la main. Il les lui donna. Puis il alla vers elle ; et elle devint enceinte de lui.

Ton cachet, ton cordon, et le bâton. Un homme important du Proche-Orient antique signait ses contrats avec le sceau cylindrique qu’il portait à un cordon autour du cou. Le fait qu’elle demanda le bâton suggère que cet objet aussi portait des signes distinctifs permettant de reconnaître son propriétaire (cf. v. #Ge 38:25, « reconnais, je te prie, à qui sont … »). La coutume d’utiliser trois pièces d’identité est attestée dans la littérature ougaritique (cananéenne).

19  Elle se leva, et s’en alla ; elle ôta son voile, et remit ses habits de veuve.

20  Juda envoya le chevreau par son ami l’Adullamite, pour retirer le gage des mains de la femme. Mais il ne la trouva point.

38:20-23

Il n’était pas bon pour la réputation de Juda de continuer à demander où se trouvait une prostituée.

21  Il interrogea les gens du lieu, en disant : Où est cette prostituée qui se tenait à Enaïm, sur le chemin ? Ils répondirent : Il n’y a point eu ici de prostituée.

22  Il retourna auprès de Juda, et dit: Je ne l’ai pas trouvée, et même les gens du lieu ont dit : Il n’y a point eu ici de prostituée.

23  Juda dit : Qu’elle garde ce qu’elle a ! Ne nous exposons pas au mépris. Voici, j’ai envoyé ce chevreau, et tu ne l’as pas trouvée.

24 ¶  Environ trois mois après, on vint dire à Juda : Tamar, ta belle-fille, s’est prostituée, et même la voilà enceinte à la suite de sa prostitution. Et Juda dit: Faites-la sortir, et qu’elle soit brûlée.

qu’elle soit brûlée. Une justice à deux vitesses l’emportait: Juda n’était pas moins coupable que Tamar, mais il ordonna son exécution pour immoralité. Plus tard, la loi mosaïque prescrivit cette sentence pour la fille d’un sacrificateur qui s’était prostituée et pour les personnes coupables de certaines formes d’inceste (#Lé 20:14 ; #Lé 21:9).

25  Comme on l’amenait dehors, elle fit dire à son beau-père : C’est de l’homme à qui ces choses appartiennent que je suis enceinte ; reconnais, je te prie, à qui sont ce cachet, ces cordons et ce bâton.

26  Juda les reconnut, et dit : Elle est moins coupable que moi, puisque je ne l’ai pas donnée à Schéla, mon fils. Et il ne la connut plus.

Elle est moins coupable que moi. Ce n’était pas un éloge de la moralité ou la foi de sa belle-fille, mais de son intérêt pour les droits d’héritage de sa lignée familiale, qui révélait sa propre négligence en la matière. La sentence de mort fut ainsi abrogée.

27  Quand elle fut au moment d’accoucher, voici, il y avait deux jumeaux dans son ventre.

28  Et pendant l’accouchement il y en eut un qui présenta la main ; la sage-femme la prit, et y attacha un fil cramoisi, en disant : Celui-ci sort le premier.

29  Mais il retira la main, et son frère sortit. Alors la sage-femme dit : Quelle brèche tu as faite ! Et elle lui donna le nom de Pérets.

Pérets. Le premier des jumeaux nés de la prostitution et de l’inceste de Tamar fait néanmoins partie de la lignée messianique, puisqu’il fut l’ancêtre de Boaz et du roi David (#Ru 4:18-22 ; #Mt 1:3). Son nom signifiait « brèche » ou « ouverture ».

30  Ensuite sortit son frère, qui avait à la main le fil cramoisi ; et on lui donna le nom de Zérach.

 

REVENIR AU JOUR 37   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-37-de-929/ 

Allez au jour 39  www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-39-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/