ANCIEN TESTAMENT JOUR 39 DE 929

08/02/2019 00:45

ANCIEN TESTAMENT JOUR 39 DE 929

Genèse 39 de 50

 

GENÈSE 39 : 1 À 23

1 ¶  On fit descendre Joseph en Egypte ; et Potiphar, officier de Pharaon, chef des gardes, Egyptien, l’acheta des Ismaélites qui l’y avaient fait descendre.

2  L’Eternel fut avec lui, et la prospérité l’accompagna ; il habitait dans la maison de son maître, l’Egyptien.

L’Eternel fut avec lui. Toute idée que Joseph, par deux fois victime d’injustices, aurait été abandonné par l’Eternel est bannie par l’emploi d’expressions qui soulignent l’intervention divine dans sa vie: « avec lui » (vv. #Ge 39:3, #Ge 39:21), « faisait prospérer » (vv. #Ge 39:3, #Ge 39:23), « trouva grâce/mit en faveur » (v. #Ge 39:4, #Ge 39:21), « bénit/bénédiction » (v. #Ge 39:5) et « étendit sur lui sa bonté » (v. #Ge 39:21). Le fait que Joseph avait été injustement vendu et enlevé de force de son pays (#Ge 37:28), puis injustement accusé de harcèlement sexuel et emprisonné (vv. #Ge 39:13-18), n’indiquait absolument pas que Dieu avait lâché, même de façon temporaire, les rênes de la vie de Joseph et perdu de vue son objectif pour son peuple, Israël.

39:2-4

l’établit sur sa maison. Le maître de Joseph fit de lui son homme de confiance pour gérer tous ses biens (v. #Ge 39:5: « soit à la maison, soit aux champs » et v. 9: « pas plus grand que moi »). Joseph parlait sans doute couramment la langue égyptienne.

3  Son maître vit que l’Eternel était avec lui, et que l’Eternel faisait prospérer entre ses mains tout ce qu’il entreprenait.

4  Joseph trouva grâce aux yeux de son maître, qui l’employa à son service, l’établit sur sa maison, et lui confia tout ce qu’il possédait.

5  Dès que Potiphar l’eut établi sur sa maison et sur tout ce qu’il possédait, l’Eternel bénit la maison de l’Egyptien, à cause de Joseph ; et la bénédiction de l’Eternel fut sur tout ce qui lui appartenait, soit à la maison, soit aux champs.

la bénédiction de l’Eternel. Joseph bénéficiait d’un accomplissement de l’alliance de Dieu avec Abraham, avant même qu’Israël ne soit établi dans le pays promis (voir #Ge 12:1-3).

6  Il abandonna aux mains de Joseph tout ce qui lui appartenait, et il n’avait avec lui d’autre soin que celui de prendre sa nourriture. Or, Joseph était beau de taille et beau de figure.

prendre sa nourriture. Puisque Joseph se montrait suffisamment digne de confiance pour n’avoir aucun besoin d’être surveillé, son maître ne s’occupa plus que de ses repas et de ses affaires personnelles. Joseph lui-même remarqua que Potiphar lui avait tant délégué qu’il ne connaissait plus l’étendue de ses propres affaires (v. #Ge 39:8); en fait, il connaissait uniquement ce qui lui était explicitement soumis (v. #Ge 39:6).

7 ¶  Après ces choses, il arriva que la femme de son maître porta les yeux sur Joseph, et dit : Couche avec moi !

8  Il refusa, et dit à la femme de son maître : Voici, mon maître ne prend avec moi connaissance de rien dans la maison, et il a remis entre mes mains tout ce qui lui appartient.

9  Il n’est pas plus grand que moi dans cette maison, et il ne m’a rien interdit, excepté toi, parce que tu es sa femme. Comment ferais-je un aussi grand mal et pécherais-je contre Dieu ?

un aussi grand mal. Dès la première tentation, Joseph expliqua que l’adultère serait une grave violation de ses convictions éthiques; celles-ci impliquaient en effet

1° qu’il fasse preuve du plus grand respect pour son maître et

2° qu’il mène une vie de sainteté devant son Dieu.

Il s’agissait bien plus que de respecter à la lettre les codes législatifs du Proche-Orient antique, dont plusieurs interdisaient l’adultère; pour lui, ce qui importait plutôt, c’était d’obéir aux normes morales qu’impliquait l’appartenance à Dieu, et ce bien avant que ne soient connues les prescriptions de la loi mosaïque (cf. #Ps 51:6).

10  Quoiqu’elle parlât tous les jours à Joseph, il refusa de coucher auprès d’elle, d’être avec elle.

39:10-18

Les efforts incessants de cette femme pour séduire Joseph échouèrent face à la ferme conviction qu’avait celui-ci de ne pas devoir céder ni se compromettre. Au moment critique, il prit la fuite! Sur la base de fausses accusations, il fut jugé coupable et emprisonné. Cf. #2Ti 2:22 pour l’attitude d’un cœur pareil à celui de Joseph.

11  Un jour qu’il était entré dans la maison pour faire son ouvrage, et qu’il n’y avait là aucun des gens de la maison,

12  elle le saisit par son vêtement, en disant : Couche avec moi ! Il lui laissa son vêtement dans la main, et s’enfuit au dehors.

son vêtement. Voir #Ge 37:31-35 pour l’autre fois où l’une des tuniques de Joseph fut utilisée dans un complot contre lui.

13 ¶  Lorsqu’elle vit qu’il lui avait laissé son vêtement dans la main, et qu’il s’était enfui dehors,

14  elle appela les gens de sa maison, et leur dit : Voyez, il nous a amené un Hébreu pour se jouer de nous. Cet homme est venu vers moi pour coucher avec moi ; mais j’ai crié à haute voix.

15  Et quand il a entendu que j’élevais la voix et que je criais, il a laissé son vêtement à côté de moi et s’est enfui dehors.

16  Et elle posa le vêtement de Joseph à côté d’elle, jusqu’à ce que son maître rentrât à la maison.

17  Alors elle lui parla ainsi : L’esclave hébreu que tu nous as amené est venu vers moi pour se jouer de moi.

L’esclave hébreu. Cette expression péjorative visait, dans la bouche de la femme de Potiphar, à ridiculiser Joseph en le présentant comme indigne de tout respect. Elle est peut-être aussi révélatrice d’une attitude latente de mépris envers les habitants de Canaan, exagérée à son avantage. Cette femme rejeta habilement toute responsabilité sur son mari en lui reprochant d’avoir engagé Joseph (vv. #Ge 39:16-18), et ce déjà devant ses serviteurs (v. #Ge 39:14).

18  Et comme j’ai élevé la voix et que j’ai crié, il a laissé son vêtement à côté de moi et s’est enfui dehors.

19 ¶  Après avoir entendu les paroles de sa femme, qui lui disait : Voilà ce que m’a fait ton esclave ! le maître de Joseph fut enflammé de colère.

39:19-20 Apparemment, la peine de mort ne s’appliquait pas aux tentatives d’adultère, de séduction ou de viol (cf. vv. #Ge 39:14, #Ge 39:18); ainsi Potiphar enferma Joseph dans la prison réservée aux serviteurs royaux. C’était de là que, par l’effet de la providence divine, il devait être amené en présence du Pharaon pour commencer la prochaine étape de sa vie (cf. ch. #Ge 40:1-41:2).

20  Il prit Joseph, et le mit dans la prison, dans le lieu où les prisonniers du roi étaient enfermés : il fut là, en prison.

21  L’Eternel fut avec Joseph, et il étendit sur lui sa bonté. Il le mit en faveur aux yeux du chef de la prison.

étendit sur lui sa bonté. Dieu ne permit pas que cet emprisonnement douloureux se prolonge (cf. #Ps 105:18-19).

22  Et le chef de la prison plaça sous sa surveillance tous les prisonniers qui étaient dans la prison ; et rien ne s’y faisait que par lui.

39:22-23

Une fois de plus, Joseph, bien que dans des circonstances considérablement moins agréables que chez Potiphar, fut élevé à un poste d’autorité et se montra suffisamment digne de confiance pour n’avoir aucun besoin de surveillance.

23  Le chef de la prison ne prenait aucune connaissance de ce que Joseph avait en main, parce que l’Eternel était avec lui. Et l’Eternel donnait de la réussite à ce qu’il faisait.

 

REVENIR AU JOUR 38  www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-38-de-929/

Allez au jour 40  www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-40-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/