ANCIEN TESTAMENT JOUR 407 DE 929

10/02/2020 00:28

ANCIEN TESTAMENT JOUR 407 DE 929

Esdras 4 de 10

 

 

Esdras 4 : 1 À 24

1 ¶  Les ennemis de Juda et de Benjamin apprirent que les fils de la captivité bâtissaient un temple à l’Eternel, le Dieu d’Israël.

 

Les ennemis. Cf. #Esd 5:3-17. Il s’agissait des ennemis d’Israël habitant la région, qui s’opposèrent au rétablissement des Juifs.

 

2  Ils vinrent auprès de Zorobabel et des chefs de familles, et leur dirent : Nous bâtirons avec vous ; car, comme vous, nous invoquons votre Dieu, et nous lui offrons des sacrifices depuis le temps d’Esar-Haddon, roi d’Assyrie, qui nous a fait monter ici.

 

nous lui offrons des sacrifices. Cette fausse déclaration reflétait bien le culte syncrétiste des Samaritains, qui étaient issus de mariages mixtes avec des étrangers immigrés en Samarie après 722 av. J.-C. (cf. v. #Esd 4:10). Sur un grand cylindre conservé au British Museum figurent les annales du roi assyrien Esar-Haddon (av. J.-C.), qui déporta un grand nombre d’Israélites. Des colons babyloniens s’installèrent à leur place et épousèrent les femmes juives qui étaient restées ainsi que leur progéniture. Ces mariages mixtes donnèrent naissance à une population métisse, les Samaritains. Ils avaient développé une forme superstitieuse de culte de Dieu (cf. #2R 17:26-34).

 

3  Mais Zorobabel, Josué, et les autres chefs des familles d’Israël, leur répondirent : Ce n’est pas à vous et à nous de bâtir la maison de notre Dieu ; nous la bâtirons nous seuls à l’Eternel, le Dieu d’Israël, comme nous l’a ordonné le roi Cyrus, roi de Perse.

 

nous seuls. L’idolâtrie ayant été la principale cause de la déportation de Juda à Babylone, ils voulaient en éviter toute résurgence. Bien qu’ayant leurs propres problèmes spirituels (ch. #Esd 9:1-10:2), ils rejetèrent toute forme de religion mixte, et en particulier cette offre de coopération qui avait pour objectif de tout saboter (cf. vv. #Esd 4:4-5).

nous l’a ordonné le roi Cyrus. Cf. #Esd 1:2-4 (vers 538 av. J.-C.). Cette mention conférait de l’autorité à leur refus de collaborer.

 

4  Alors les gens du pays découragèrent le peuple de Juda ; ils l’intimidèrent pour l’empêcher de bâtir,

5  et ils gagnèrent à prix d’argent des conseillers pour faire échouer son entreprise. Il en fut ainsi pendant toute la vie de Cyrus, roi de Perse, et jusqu’au règne de Darius, roi de Perse.

 

faire échouer. Cela provoqua un arrêt des travaux pendant seize ans (av. J.-C.), période au cours de laquelle le peuple s’occupa plus de ses affaires personnelles que des questions spirituelles (cf. #Ag 1:2-6).

Darius. Il régna sur la Perse de 521 à 486 av. J.-C.

 

6 ¶  Sous le règne d’Assuérus, au commencement de son règne, ils écrivirent une accusation contre les habitants de Juda et de Jérusalem.

 

écrivirent une accusation. Le mot « accusation » désigne une plainte et est apparenté au nom Satan, qui signifie « adversaire ou ennemi légal ».

4:6-23 Esdras choisit d’insérer ici la narration d’un événement ultérieur, car il était lié au thème de l’opposition à la réinstallation et à la reconstruction de Juda. Il mentionne d’abord l’opposition des ennemis d’Israël sous le règne d’Assuérus (titre royal) ou Xerxès (av. J.-C.), le souverain en exercice à l’époque d’Esther (v. #Esd 4:6). Puis, aux vv. #Esd 4:7-23, il raconte l’opposition manifestée à l’époque de Néhémie, sous Artaxerxès Ier (av. J.-C.), et exprimée par une lettre d’accusation contre les Juifs (vv. #Esd 4:7-16). Cette lettre atteignit son objectif  l’interruption des travaux - comme l’indique la réponse du roi (vv. #Esd 4:17-23). C’est probablement de cette opposition qu’il est question en #Né 1:3. L’animosité entre les Israélites et les Samaritains ne faisait que grandir, et elle s’aggrava encore lorsque ces derniers construisirent leur propre temple sur le mont Garizim (cf. #Jn 4:9). Le récit de l’opposition à Zorobabel sous Darius Ier, prédécesseur d’Assuérus et d’Artaxerxès, reprend en #Esd 4:24-5:2.

 

7  Et du temps d’Artaxerxès, Bischlam, Mithredath, Thabeel, et le reste de leurs collègues, écrivirent à Artaxerxès, roi de Perse. La lettre fut transcrite en caractères araméens et traduite en araméen.

 

4:7-8

lettre …  lettre. Il s’agit en hébreu de deux mots différents. Le premier désignait un document officiel par opposition à une simple lettre. Le second était le terme générique pour un courrier. Le contexte confirme l’emploi de ces deux termes différents, puisque deux lettres différentes sont mentionnées.

 

8  Rehum, gouverneur, et Schimschaï, secrétaire écrivirent au roi Artaxerxès la lettre suivante concernant Jérusalem:

 

4:8 à 6:18 Puisque cette section contient essentiellement de la correspondance, elle est écrite en araméen (tout comme 7:12-26) plutôt qu’en hébreu, l’araméen étant la langue diplomatique de l’époque (cf. #2R 18:26 ; #Esa 36:11).

 

9  Rehum, gouverneur, Schimschaï, secrétaire, et le reste de leurs collègues, ceux de Din, d’Arpharsathac, de Tharpel, d’Apharas, d’Erec, de Babylone, de Suse, de Déha, d’Elam,

10  et les autres peuples que le grand et illustre Osnappar a transportés et établis dans la ville de Samarie et autres lieux de ce côté du fleuve, etc.

 

Osnappar. Probablement un autre nom du roi assyrien Assurbanipal (av. J.-C.).

établis dans la ville de Samarie. La population samaritaine était issue de mariages mixtes entre ces immigrants et les Israélites pauvres qui n’avaient pas été déportés à Ninive.

 

11  C’est ici la copie de la lettre qu’ils envoyèrent au roi Artaxerxès : Tes serviteurs, les gens de ce côté du fleuve, etc.

 

de ce côté du fleuve. C’est-à-dire à l’ouest de l’Euphrate.

 

12  Que le roi sache que les Juifs partis de chez toi et arrivés parmi nous à Jérusalem rebâtissent la ville rebelle et méchante, en relèvent les murs et en restaurent les fondements.

 

Juifs. Ce nom fut utilisé de façon générale pour les Israélites après la captivité, parce que la plupart des exilés qui revinrent étaient originaires du royaume de Juda, c’est-à-dire des deux tribus du sud. La majorité des membres des tribus du nord restèrent dispersés.

 

13  Que le roi sache donc que, si cette ville est rebâtie et si ses murs sont relevés, ils ne paieront ni tribut, ni impôt, ni droit de passage, et que le trésor royal en souffrira.

 

4:13-14

Cette accusation était pleine d’hypocrisie : eux non plus n’aimaient pas payer leur tribut, mais ils haïssaient les Juifs.

 

14  Or, comme nous mangeons le sel du palais et qu’il ne nous paraît pas convenable de voir mépriser le roi, nous envoyons au roi ces informations.

15  Qu’on fasse des recherches dans le livre des mémoires de tes pères ; et tu trouveras et verras dans le livre des mémoires que cette ville est une ville rebelle, funeste aux rois et aux provinces, et qu’on s’y est livré à la révolte dès les temps anciens. C’est pourquoi cette ville a été détruite.

 

le livre des mémoires. Document administratif appelé « mémorandum » et conservé dans les archives royales.

cette ville a été détruite. Allusion à la destruction de Jérusalem par le roi Babylonien Nebucadnetsar (vers 586 av. J.-C.).

 

16  Nous faisons savoir au roi que, si cette ville est rebâtie et si ses murs sont relevés, par cela même tu n’auras plus de possession de ce côté du fleuve.

17 ¶  Réponse envoyée par le roi à Rehum, gouverneur, à Schimschaï, secrétaire, et au reste de leurs collègues, demeurant à Samarie et autres lieux de l’autre côté du fleuve : Salut, etc.

18  La lettre que vous nous avez envoyée a été lue exactement devant moi.

19  J’ai donné ordre de faire des recherches ; et l’on a trouvé que dès les temps anciens cette ville s’est soulevée contre les rois, et qu’on s’y est livré à la sédition et à la révolte.

 

donné ordre. Ou plutôt « promulgué un décret ». En d’autres termes, il ne s’agissait pas d’un simple ordre de routine donné à une personne, mais d’un édit important adressé à un grand nombre de personnes.

 

20  Il y eut à Jérusalem des rois puissants, maîtres de tout le pays de l’autre côté du fleuve, et auxquels on payait tribut, impôt, et droit de passage.

21  En conséquence, ordonnez de faire cesser les travaux de ces gens, afin que cette ville ne se rebâtisse point avant une autorisation de ma part.

 

En conséquence, ordonnez. Cet ordre n’appelait pas seulement une ou deux personnes à interrompre leurs efforts, mais 50 000. Ce décret était donc d’une grande importance. Le langage utilisé dans l’original souligne la distinction. Cet édit ne serait caduc que le jour où le roi en promulguerait un nouveau.

 

22  Gardez-vous de mettre en cela de la négligence, de peur que le mal n’augmente au préjudice des rois.

23  Aussitôt que la copie de la lettre du roi Artaxerxès eut été lue devant Rehum, Schimschaï, le secrétaire, et leurs collègues, ils allèrent en hâte à Jérusalem vers les Juifs, et firent cesser leurs travaux par violence et par force.

 

lettre. Un autre document officiel  par opposition à un courrier générique - émana du transfert d’autorité d’Artaxerxès aux chefs régionaux pour l’application du décret. Sans cette correspondance officielle administrative du roi, il ne pouvait être appliqué.

 

24  Alors s’arrêta l’ouvrage de la maison de Dieu à Jérusalem, et il fut interrompu jusqu’à la seconde année du règne de Darius, roi de Perse.

 

s’arrêta …  interrompu. Les travaux furent interrompus pendant seize ans, de 536 à 520 av. J.-C.

 

REVENIR AU JOUR 406   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-406-de-929/

Allez au jour 408   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-408-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/