ANCIEN TESTAMENT JOUR 449 DE 929

23/03/2020 00:41

ANCIEN TESTAMENT JOUR 449 DE 929

Job 13 de 42

 

Job 13 : 1 À 28

1 ¶  Voici, mon œil a vu tout cela, Mon oreille l’a entendu et y a pris garde.

2  Ce que vous savez, je le sais aussi, Je ne vous suis point inférieur.

3  Mais je veux parler au Tout-Puissant, Je veux plaider ma cause devant Dieu ;

4  Car vous, vous n’imaginez que des faussetés, Vous êtes tous des médecins de néant.

 

13:4-5

Job ne pouvait plus se retenir face à ses prétendus conseillers. Il leur expliqua sur un ton acerbe qu’il ferait preuve de sagesse si eux-mêmes décidaient enfin de se taire (cf. v. #Job 13:13).

13:4-19

Job s’adressait à ses inefficaces conseillers.

 

5  Que n’avez-vous gardé le silence ? Vous auriez passé pour avoir de la sagesse.

6  Ecoutez, je vous prie, ma défense, Et soyez attentifs à la réplique de mes lèvres.

7  Direz-vous en faveur de Dieu ce qui est injuste, Et pour le soutenir alléguerez-vous des faussetés ?

 

en faveur de Dieu ce qui est injuste …  alléguerez-vous des faussetés? Job accusa ses amis d’avoir eu recours à des mensonges et à des arguments fallacieux, pour justifier Dieu, en affirmant qu’il ne pouvait qu’être un pécheur puisqu’il souffrait.

 

8  Voulez-vous avoir égard à sa personne ? Voulez-vous plaider pour Dieu ?

 

Voulez-vous plaider pour Dieu? Job demanda à ses amis s’ils s’estimaient assez sages pour plaider la cause de Dieu. Une telle prétention était le signe d’une grande témérité et revenait à se moquer de Dieu en donnant une fausse image de lui (v. #Job 13:9). Cela devait amener à craindre un châtiment (vv. #Job 13:10-11).

 

9  S’il vous sonde, vous approuvera-t-il ? Ou le tromperez-vous comme on trompe un homme ?

10  Certainement il vous condamnera, Si vous n’agissez en secret que par égard pour sa personne.

11  Sa majesté ne vous épouvantera-t-elle pas ? Sa terreur ne tombera-t-elle pas sur vous ?

12  Vos sentences sont des sentences de cendre, Vos retranchements sont des retranchements de boue.

 

cendre …  boue. C’est-à-dire inutiles et sans valeur.

 

13 ¶  Taisez-vous, laissez-moi, je veux parler ! Il m’en arrivera ce qu’il pourra.

14  Pourquoi saisirais-je ma chair entre les dents ? J’exposerai plutôt ma vie.

 

Pourquoi …  dents? Proverbe signifiant: « Pourquoi devrais-je à tout prix désirer sauver ma vie? » Comme un animal agrippant sa proie avec sa bouche pour ne pas la perdre ou un homme serrant dans sa main ce qu’il veut garder, Job pouvait essayer de préserver sa vie, mais ce n’était pas son objectif.

 

15  Voici, il me tuera ; je n’ai rien à espérer ; Mais devant lui je défendrai ma conduite.

 

quand même il me tuerait, je ne cesserais d’espérer en lui. En s’affirmant disposé à mourir dans la confiance en Dieu, Job assurait à ses accusateurs que ses convictions n’étaient pas dues à un quelconque opportunisme. Néanmoins, il voulait défendre sa cause devant Dieu, car il était certain d’être innocent devant lui; il avait la conviction d’être vraiment sauvé et de ne pas être un hypocrite (sens possible d’« impie », v. 16).

 

16  Cela même peut servir à mon salut, Car un impie n’ose paraître en sa présence.

17  Ecoutez, écoutez mes paroles, Prêtez l’oreille à ce que je vais dire.

 

13:17-19

paroles …  dire …  plaider ma cause …  j’ai raison. Ce langage juridique donne de la force à la déclaration de Job, avant qu’il ne se tourne vers Dieu dans la prière (#Job 13:20-14:22).

 

18  Me voici prêt à plaider ma cause ; Je sais que j’ai raison.

19  Quelqu’un disputera-t-il contre moi ? Alors je me tais, et je veux mourir.

20  Seulement, accorde-moi deux choses Et je ne me cacherai pas loin de ta face:

 

13:20-22

Job demanda à Dieu de mettre un terme à son épreuve en cessant de l’effrayer par de si grandes terreurs (cf. v. #Job 13:24), puis de dialoguer avec lui. Il était certes préoccupé par son malheur, mais bien plus encore par sa relation avec le Dieu qu’il aimait et adorait.

13:20-14:22

Job chercha à convaincre Dieu (v. #Job 13:3) en plaidant sa cause.

 

21  Retire ta main de dessus moi, Et que tes terreurs ne me troublent plus.

22  Puis appelle, et je répondrai, Ou si je parle, réponds-moi !

23 ¶  Quel est le nombre de mes iniquités et de mes péchés ? Fais-moi connaître mes transgressions et mes péchés.

 

le nombre de mes iniquités. Connaître cela permettrait à Job de déterminer si ses souffrances étaient proportionnelles à ses fautes, et il pourrait se repentir de péchés dont il n’avait pas le souvenir.

 

24  Pourquoi caches-tu ton visage, Et me prends-tu pour ton ennemi ?

25  Veux-tu frapper une feuille agitée ? Veux-tu poursuivre une paille desséchée ?

26  Pourquoi m’infliger d’amères souffrances, Me punir pour des fautes de jeunesse ?

 

m’infliger d’amères souffrances. Littéralement « écrire des choses amères sur moi », expression liée au domaine juridique et à la rédaction d’une sentence à l’encontre d’un criminel. Au figuré, elle présente ces souffrances comme le fruit d’un verdict divin, la juste sanction d’un péché abominable. Job se disait que Dieu le punissait peut-être pour des péchés commis de nombreuses années plus tôt, du temps de sa jeunesse.

 

27  Pourquoi mettre mes pieds dans les ceps, Surveiller tous mes mouvements, Tracer une limite à mes pas,

 

surveiller tous mes mouvements. Dans un autre contexte, ces paroles exprimeraient la notion de protection, mais ici, Job reprocha à Dieu de le serrer de trop près, c’est-à-dire de sanctionner ses péchés avec plus de sévérité que ceux des autres.

 

28  Quand mon corps tombe en pourriture, Comme un vêtement que dévore la teigne ?

 

Ce v. peut être compris comme un commentaire général sur le sort de l’homme, qui devrait être rattaché à 14:1, auquel il sert d’introduction.

 

 

REVENIR AU JOUR 448   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-448-de-929/

Allez au jour 450   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-450-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/