ANCIEN TESTAMENT JOUR 67 DE 929

08/03/2019 00:55

ANCIEN TESTAMENT JOUR 67 DE 929

Exode 17 de 40

 

EXODE 17 : 1 À 16

1 ¶  Toute l’assemblée des enfants d’Israël partit du désert de Sin, selon les marches que l’Eternel leur avait ordonnées ; et ils campèrent à Rephidim, où le peuple ne trouva point d’eau à boire.

Rephidim. Identifié à Wadi Refayid.

2  Alors le peuple chercha querelle à Moïse. Ils dirent : Donnez-nous de l’eau à boire. Moïse leur répondit : Pourquoi me cherchez-vous querelle ? Pourquoi tentez-vous l’Eternel ?

le peuple chercha querelle. Cette fois-ci, c’est contre Moïse que se tournèrent les Israélites, après avoir été conduits par lui dans un endroit sans eau. Leur réaction fut si violente que celui-ci crut qu’il allait être lapidé (v. #Ex 17:4). Ils étaient pourtant arrivés là en suivant la direction divine (v. #Ex 17:1), indiquée par la colonne de feu et de nuée. Réagissant de façon émotionnelle, ils étaient incapables de voir que devant leurs yeux se trouvait la preuve de la direction de Dieu.

3  Le peuple était là, pressé par la soif, et murmurait contre Moïse. Il disait : Pourquoi nous as-tu fait monter hors d’Egypte, pour nous faire mourir de soif, moi, mes enfants et mes troupeaux ?

4  Moïse cria à l’Eternel, en disant : Que ferai-je à ce peuple ? Encore un peu, et ils me lapideront.

Moïse cria à l’Eternel. Le conducteur du peuple se tourna vers Dieu dans la prière, tandis que le peuple, au lieu de suivre son exemple, se tourna contre son conducteur. La requête de Moïse ne constitua pas un incident isolé; sa vie était caractérisée par la prière (cf. #Ex 15:25 ; #Ex 32:30-32 ; #No 11:2, #No 11:11 ; #No 12:13 ; #No 14:13, #No 14:19) et par son aptitude à se tourner vers Dieu pour chercher des solutions aux problèmes et aux crises.

5  L’Eternel dit à Moïse : Passe devant le peuple, et prends avec toi des anciens d’Israël ; prends aussi dans ta main ta verge avec laquelle tu as frappé le fleuve, et marche !

17:5-6

Passe devant …  je me tiendrai devant toi. Par ces paroles, le Seigneur renforçait à la fois la position de Moïse comme conducteur et la sienne propre comme présence prête à agir. Il répondit ainsi à l’accusation portée par les Israélites contre Moïse et à leur remise en question de sa propre présence (v. #Ex 17:7). En fait, il intervint miraculeusement!

6  Voici, je me tiendrai devant toi sur le rocher d’Horeb ; tu frapperas le rocher, et il en sortira de l’eau, et le peuple boira. Et Moïse fit ainsi, aux yeux des anciens d’Israël.

7  Il donna à ce lieu le nom de Massa et Meriba, parce que les enfants d’Israël avaient contesté, et parce qu’ils avaient tenté l’Eternel, en disant : L’Eternel est-il au milieu de nous, ou n’y est-il pas ?

Massa et Meriba. Des noms appropriés, « tentation » et « querelle », furent attribués à ce lieu, qui représentait un apogée bien décevant au vu de tout ce qu’ils avaient expérimenté des soins miraculeux et de la direction de Dieu (cf. #Ps 95:7-8 ; #Hé 3:7-8).

8 ¶  Amalek vint combattre Israël à Rephidim.

Amalek vint combattre. Les Amalécites étaient les descendants d’Amalek, un petit-fils d’Esaü. Ces nomades séjournaient dans le Néguev, et Israël rencontra pour la première fois leur armée à Rephidim, dans le désert (#Ex 17:8-13 ; #De 25:17-18). Ils furent condamnés à l’anéantissement par Dieu (#Ex 17:14 ; #No 24:20 ; #De 25:19), mais pas immédiatement (#Ex 17:16). Ils battirent les Israélites désobéissants à Horma (#No 14:43-45). Saül ne parvint pas à les détruire comme Dieu l’avait ordonné (#1S 15:2-3, #1S 15:9). Plus tard, David les attaqua et les battit (#1S 30:1-20). A l’époque d’Ezéchias, ceux qui restaient encore dans le pays furent finalement détruits (vers 716-687 av. J.-C.). Les derniers descendants d’Agag (#Est 3:1), le roi amalécite de l’époque de Saül, furent tués en Perse à l’époque d’Esther et de Mardochée (vers 473 av. J.-C.; #Est 2:5, #Est 2:8-10).

9  Alors Moïse dit à Josué : Choisis-nous des hommes, sors, et combats Amalek ; demain je me tiendrai sur le sommet de la colline, la verge de Dieu dans ma main.

Josué. Le nom de l’aide de camp ou de l’assistant personnel de Moïse (#Ex 24:13 ; #Ex 33:11 ; #Jos 1:1) est mentionné ici pour la première fois. Sa tâche de rassembler un corps expéditionnaire faisait partie de sa formation au commandement militaire. En fait, il s’appelait alors Hosée. Il reçut le nom de Josué juste avant sa mission de reconnaissance en Canaan (#No 13:16). La nation israélite n’avait rien d’une armée aguerrie et n’était même pas préparée et formée militairement. Voir l’introduction à Josué.

la verge de Dieu. Il ne s’agissait pas d’une baguette magique. Ce bâton avait été choisi pour marquer le déclenchement, par l’intermédiaire de Moïse, des miracles divins dont celui-ci avait été informé au préalable. Il était par conséquent devenu le symbole de l’implication personnelle et puissante de Dieu, et le fait de lever les bras était peut-être une manière d’implorer l’Eternel. En levant et baissant les bras, Moïse transmettait plus qu’un encouragement psychologique aux soldats qui le regardaient sur la colline, et son geste était plus qu’une intercession; c’était la preuve qu’ils reconnaissaient devoir dépendre de Dieu pour la victoire, sans compter sur leurs propres forces ni sur leur zèle. Cela confirmait aussi la position de Moïse en rapport avec Dieu et avec le bien-être et la sécurité du peuple. Les Israélites l’avaient blâmé avec colère en raison de leurs problèmes, mais Dieu confirmait son rôle de chef.

17:9-13

Les Israélites avaient appris de leurs diverses expériences que Dieu pourvoyait à leurs besoins. Ils devaient encore apprendre par la guerre qu’il pouvait aussi causer la défaite de leurs ennemis.

10  Josué fit ce que lui avait dit Moïse, pour combattre Amalek. Et Moïse, Aaron et Hur montèrent au sommet de la colline.

Hur. Le fils d’un dénommé Caleb et le grand-père de l’artisan Betsaleel (cf. #Ex 31:2-11 ; #1Ch 2:19-20).

11  Lorsque Moïse élevait sa main, Israël était le plus fort ; et lorsqu’il baissait sa main, Amalek était le plus fort.

12  Les mains de Moïse étant fatiguées, ils prirent une pierre qu’ils placèrent sous lui, et il s’assit dessus. Aaron et Hur soutenaient ses mains, l’un d’un côté, l’autre de l’autre ; et ses mains restèrent fermes jusqu’au coucher du soleil.

13  Et Josué vainquit Amalek et son peuple, au tranchant de l’épée.

14  L’Eternel dit à Moïse : Ecris cela dans le livre, pour que le souvenir s’en conserve, et déclare à Josué que j’effacerai la mémoire d’Amalek de dessous les cieux.

Ecris cela …  souvenir …  déclare. Moïse avait dû apprendre à la cour du Pharaon à écrire et noter les événements. D’autres récits officiels que ceux de l’Ecriture durent aussi être conservés par les Hébreux. Dans ce cas, ils visaient à rappeler le souvenir de la toute première bataille victorieuse livrée en tant que nation. Moïse avait de toute évidence déjà commencé à écrire « le livre ». Il s’agissait peut-être du « livre des Guerres de l’Eternel » (#No 21:14). Il était essentiel de l’écrire afin de pouvoir vérifier les faits sans dépendre de la mémoire humaine ni de la tradition orale.

j’effacerai la mémoire. La sentence d’anéantissement total qu’avaient décidée les Amalécites et d’autres contre Israël (cf. #Ps 83:5-8) se retourna contre eux par décret divin. Elle fut partiellement exécutée à l’époque de Saül et David (cf. #1S 15:1-9 et #2S 1:1 ; #2S 8:11-12), puis il n’en est presque plus fait mention. Comme Saül désobéit en épargnant Agag, le roi amalécite, et quelques-uns de son peuple (#1S 15:7-9), il perdit son trône (v. #1S 15:23). Samuel tua Agag (v. #1S 15:33), mais certains Amalécites survécurent et revinrent attaquer le territoire sud d’Israël quelques années plus tard, capturant même la famille de David (#1S 30:1-5). David les tua tous à l’exception de 400 personnes (#1S 30:16-17) qui s’enfuirent. Ce fut un descendant d’Agag, Haman, qui essaya d’exterminer les Juifs à l’époque d’Esther (cf. #Est 3:1, #Est 3:6).

15  Moïse bâtit un autel, et lui donna pour nom : l’Eternel ma bannière.

l’Eternel ma bannière. En donnant à l’autel le titre de Yahvé-Nissi, Moïse déclarait que l’Eternel lui-même était l’étendard de son peuple.

16  Il dit : Parce que la main a été levée sur le trône de l’Eternel, il y aura guerre de l’Eternel contre Amalek, de génération en génération.

la main a été levée sur le trône de l’Eternel. Le texte hébreu est difficile à comprendre. Certains y voient une supplication, d’autres un serment. Toutefois, le contexte est clair, quelle que soit la traduction adoptée: il ne s’agissait pas simplement de l’hostilité d’une nation envers une autre, mais d’une guerre entre Dieu et Amalek.

 

REVENIR AU JOUR 66   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-66-de-929/

Allez au jour 68   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-68-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/