ANCIEN TESTAMENT JOUR 69 DE 929

10/03/2019 00:08

ANCIEN TESTAMENT JOUR 69 DE 929

Exode 19 de 40

 

EXODE 19 : 1 À 25

1 ¶  Le troisième mois après leur sortie du pays d’Egypte, les enfants d’Israël arrivèrent ce jour-là au désert du Sinaï.

19:1 à 40:38  

Ce passage mentionne les activités d’Israël pendant son séjour d’environ 11 mois au Sinaï (cf. #Ex 19:1 avec #No 10:11).

2  Etant partis de Rephidim, ils arrivèrent au désert du Sinaï, et ils campèrent dans le désert ; Israël campa là, vis-à-vis de la montagne.

3  Moïse monta vers Dieu, et l’Eternel l’appela du haut de la montagne, en disant : Tu parleras ainsi à la maison de Jacob, et tu diras aux enfants d’Israël :

du haut de la montagne. C’est l’accomplissement du signe particulier que l’Eternel avait donné à Moïse lorsqu’il se trouvait encore en Madian (#Ex 3:12) pour certifier qu’il l’avait effectivement envoyé: il se trouvait avec le peuple au pied de la montagne de Dieu.

la maison de Jacob …  enfants d’Israël. En employant cette double désignation, le Seigneur rappelait aux Israélites leur humble commencement en tant que descendants d’Abraham par Isaac et Jacob et leur statut actuel de nation (enfants = peuple).

19:3-8

Les Israélites pouvaient discerner le schéma habituel, sous forme raccourcie, d’un traité de suzeraineté (relation souverain-vassal) dans les paroles de Dieu: un préambule (v. #Ex 19:3), un prologue historique (v. #Ex 19:4), certaines stipulations (v. #Ex 19:5a) et des bénédictions (vv. #Ex 19:5b-6a). L’acceptation de l’assemblée solennelle était normalement rapportée dans le document du traité final. Ici, elle suit la présentation du traité (vv. #Ex 19:7-8).

4  Vous avez vu ce que j’ai fait à l’Egypte, et comment je vous ai portés sur des ailes d’aigle et amenés vers moi.

portés sur des ailes d’aigle. C’est à l’aide d’une métaphore particulièrement appropriée que Dieu décrivit l’exode et le voyage jusqu’au Sinaï. L’aigle porte son petit hors du nid sur ses ailes et lui apprend à voler, le rattrapant si nécessaire sur ses ailes déployées. Moïse, dans son dernier cantique, employa la même métaphore en parlant des soins de Dieu pour Israël et releva que seul l’Eternel pouvait accomplir une telle chose (#De 32:11-12).

5  Maintenant, si vous écoutez ma voix, et si vous gardez mon alliance, vous m’appartiendrez entre tous les peuples, car toute la terre est à moi ;

19:5-6

Trois titres «  une propriété personnelle » (littéralement), « un royaume de sacrificateurs » et « une nation sainte » - sont attribués à Israël, mais à la condition qu’il obéisse à l’Eternel et garde son alliance. Ils résumaient les bénédictions divines que les Israélites pourraient expérimenter: appartenir en propre à Dieu, le représenter sur la terre et être mis à part pour lui afin de servir ses objectifs. Ils développaient, d’un point de vue ethnique et moral, ce que cela signifiait d’avoir été « amenés » vers lui. L’affirmation « toute la terre est à moi » faisait ressortir le caractère unique et la souveraineté de l’Eternel et devait encourager les Israélites à rejeter toutes les prétentions des soi-disant dieux des nations. Il ne s’agissait pas que de la supériorité de puissance d’un dieu sur un autre, dans le cas d’Israël, il s’agissait du choix et de la puissance du seul Seigneur! Voir #1Pi 2:9 où Pierre utilise les mêmes titres à propos du royaume spirituel des rachetés.

6  vous serez pour moi un royaume de sacrificateurs et une nation sainte. Voilà les paroles que tu diras aux enfants d’Israël.

7  Moïse vint appeler les anciens du peuple, et il mit devant eux toutes ces paroles, comme l’Eternel le lui avait ordonné.

8  Le peuple tout entier répondit : Nous ferons tout ce que l’Eternel a dit. Moïse rapporta les paroles du peuple à l’Eternel.

Le peuple tout entier répondit. Informé par les anciens des détails de cette alliance bilatérale et conditionnelle (« si vous écoutez …  vous » au v. 5), le peuple réagit de façon positive et avec enthousiasme. L’Eternel ne considéra pas cette réponse comme une promesse en l’air (cf. #De 5:27-29).

9 ¶  Et l’Eternel dit à Moïse : Voici, je viendrai vers toi dans une épaisse nuée, afin que le peuple entende quand je te parlerai, et qu’il ait toujours confiance en toi. Moïse rapporta les paroles du peuple à l’Eternel.

qu’il ait toujours confiance en toi. L’Eternel mentionna leur prochaine rencontre afin de contrecarrer par avance toute accusation qui prétendrait que Moïse aurait lui-même compilé la loi et n’aurait pas rencontré le Seigneur sur la montagne. Après cette puissante manifestation de l’Eternel, le peuple témoigna une grande déférence à Moïse.

10  Et l’Eternel dit à Moïse : Va vers le peuple ; sanctifie-les aujourd’hui et demain, qu’ils lavent leurs vêtements.

sanctifie-les. Pour souligner le sérieux de cette étape, Dieu accorda deux jours de préparation au peuple. La rencontre avec Dieu nécessite une préparation intérieure qui, dans ce cas, fut représentée par des actes extérieurs de purification.

11  Qu’ils soient prêts pour le troisième jour ; car le troisième jour l’Eternel descendra, aux yeux de tout le peuple, sur le mont Sinaï.

12  Tu fixeras au peuple des limites tout autour, et tu diras : Gardez-vous de monter sur la montagne, ou d’en toucher le bord. Quiconque touchera la montagne sera puni de mort.

19:12-13

On ne pouvait mieux souligner la nécessité de s’approcher du Dieu saint de façon appropriée qu’en infligeant la peine de mort à celui qui violerait les limites arbitraires qu’il avait fixées autour de la montagne. Même les animaux ne pouvaient pas empiéter sur ce lieu sacré (cf. #Hé 12:20).

13  On ne mettra pas la main sur lui, mais on le lapidera, ou on le percera de flèches : animal ou homme, il ne vivra point. Quand la trompette sonnera, ils s’avanceront près de la montagne.

14  Moïse descendit de la montagne vers le peuple ; il sanctifia le peuple, et ils lavèrent leurs vêtements.

15  Et il dit au peuple : Soyez prêts dans trois jours ; ne vous approchez d’aucune femme.

ne vous approchez d’aucune femme. Afin d’être purs pour la cérémonie (cf. #Lé 15:16-18).

16 ¶  Le troisième jour au matin, il y eut des coups de tonnerre, des éclairs, et une épaisse nuée sur la montagne ; le son de la trompette retentit fortement ; et tout le peuple qui était dans le camp fut saisi d’épouvante.

des coups de tonnerre, des éclairs. Cette manifestation surnaturelle et visible de la présence de Dieu sur la montagne, avec les épais nuages et le son de la trompette qui l’accompagnaient, donna aux spectateurs une impression forte de la majesté et de la puissance de Dieu: ils tremblèrent, y compris Moïse (#Hé 12:21). Quelque chose d’inhabituel se passait, et il ne s’agissait pas d’un phénomène volcanique naturel, comme certains commentateurs l’ont supposé.

17  Moïse fit sortir le peuple du camp, à la rencontre de Dieu ; et ils se placèrent au bas de la montagne.

18  Le mont Sinaï était tout en fumée, parce que l’Eternel y était descendu au milieu du feu ; cette fumée s’élevait comme la fumée d’une fournaise, et toute la montagne tremblait avec violence.

19  Le son de la trompette retentissait de plus en plus fortement. Moïse parlait, et Dieu lui répondait à haute voix.

20  Ainsi l’Eternel descendit sur le mont Sinaï, sur le sommet de la montagne ; l’Eternel appela Moïse sur le sommet de la montagne. Et Moïse monta.

21  L’Eternel dit à Moïse : Descends, fais au peuple la défense expresse de se précipiter vers l’Eternel, pour regarder, de peur qu’un grand nombre d’entre eux ne périssent.

22  Que les sacrificateurs, qui s’approchent de l’Eternel, se sanctifient aussi, de peur que l’Eternel ne les frappe de mort.

23  Moïse dit à l’Eternel : Le peuple ne pourra pas monter sur le mont Sinaï, car tu nous en as fait la défense expresse, en disant : Fixe des limites autour de la montagne, et sanctifie-la.

24  L’Eternel lui dit : Va, descends ; tu monteras ensuite avec Aaron ; mais que les sacrificateurs et le peuple ne se précipitent point pour monter vers l’Eternel, de peur qu’il ne les frappe de mort.

les sacrificateurs. La loi n’ayant pas été donnée, aucun sacerdoce n’avait encore été établi en Israël. Ces sacrificateurs étaient sans doute les premiers-nés de chaque famille qui officiaient comme sacrificateurs familiaux, puisqu’ils avaient été consacrés à l’Eternel (cf. #Ex 13:2 ; #Ex 24:5). Les Lévites assumeraient cette fonction plus tard (#No 3:45).

25  Moïse descendit vers le peuple, et lui dit ces choses.

 

REVENIR AU JOUR 68   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-68-de-929/

Allez au jour 70   www.chercherjesus-christ.com/news/ancien-testament-jour-70-de-929/

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/