ANNE

25/06/2018 12:40

ANNE

 

Femme qui reconnut en Jésus le Messie tant attendu

 

LUC 2 : 36 à 38

 

36  Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était fort avancée en âge, et elle avait vécu sept ans avec son mari depuis sa virginité.

 

une prophétesse. Une femme qui exposait la Parole de Dieu. Elle enseignait l’A.T., mais n’était pas elle-même une source de révélation. L’A.T. ne fait mention que de trois femmes qui avaient prophétisé: Marie, la sœur de Moïse (#Ex 15: 20); Débora (#Jug 4:4) et Hulda (#2R 22: 14 ; #2Ch 34:22). Une quatrième, la « prophétesse » Noadia, était de toute évidence une fausse prophétesse, puisque Néhémie la cite parmi ses ennemis (#Né 6:14). #Esa 8:3 qualifie de « prophétesse » la femme du prophète, mais rien ne permet d’affirmer qu’elle prophétisait réellement; l’emploi de ce terme à son sujet peut s’expliquer par le fait que son enfant reçut un nom prophétique (#Esa 8:3-4). Il indique aussi que la personne désignée par le nom de prophète n’était pas nécessairement investie d’un ministère prophétique consistant à apporter des révélations de Dieu. La tradition rabbinique comptait quatre prophétesses en plus des trois déjà citées: Sara, Anne, Abigaïl et Esther (probablement dans le but de parvenir au nombre de 7). Dans le N.T., les filles de Philippe prophétisaient.

 

37  Restée veuve, et âgée de quatre-vingt-quatre ans, elle ne quittait pas le temple, et elle servait Dieu nuit et jour dans le jeûne et dans la prière.

 

ne quittait pas le temple. De toute évidence, elle avait pris ses quartiers sur le territoire du temple. Les sacrificateurs disposaient d’un certain nombre de lieux d’habitation dans la cour extérieure; Anne avait certainement reçu l’autorisation d’y demeurer de manière permanente en raison de son statut inhabituel de prophétesse. 

 

38  Étant survenue, elle aussi, à cette même heure, elle louait Dieu, et elle parlait de Jésus à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.

 

 

AUTRES NOTES 

 

(#Lu 2:36-38) Autre sujet de joie pour Joseph et pour Marie. Il y avait à Jérusalem une femme pieuse nommée Anne. Âgée de quatre-vingt-quatre ans et veuve depuis fort longtemps, elle s’était consacrée au service particulier de l’Éternel dans le lieu saint, c’est-à-dire, plus exactement, dans le second des parvis du temple, réservé aux femmes ; c’est même là qu’elle demeurait, se livrant à de constants exercices de piété. L’écrivain sacré lui donne le titre de prophétesse, soit que son mari ait exercé le ministère de la Parole en Israël, soit qu’elle-même se serait vouée, depuis son veuvage, à l’enseignement religieux de la jeunesse, ou bien simplement parce qu’il lui fut donné de célébrer avec Siméon la venue du Sauveur. Toujours est-il que cette descendante d’Ascer vint, en quelque sorte au nom des dix tribus dispersées, saluer à son tour l’enfant Jésus, et qu’elle eut le bonheur de pouvoir, dans les derniers jours de sa longue vie, parler du Christ à tous ceux de Jérusalem qui l’attendaient avec foi. 

 

 

AUTRES NOTES 

 

36-38 Quand Siméon eut terminé de prophétiser, Anne, une prophétesse, parla aussi de l’enfant Jésus. Elle était de la tribu d’Aser {12}. Elle s’adressait à tous ceux qui attendaient la rédemption de Jérusalem. Beaucoup parmi les Juifs de Jérusalem étaient effectivement dans l’attente du Messie, le Sauveur, pour qu’Il apporte la rédemption en Israël. Mais lorsqu’Il est venu, la plupart ne L’ont pas reconnu. Ils n’ont pas cru que le Fils de Dieu pouvait naître dans une étable, qu’Il serait le fils d’un pauvre charpentier et d’une villageoise.

 

AUTRES NOTES 

 

#36-40 Bien qu’à cette époque une certaine dégradation morale régnât dans la Maison de Dieu, ce Dernier ne l’a cependant pas laissée sans témoin. Anne ne quittait pas le temple, elle y œuvrait en permanence. Elle priait sans cesse : c’était pour elle une vocation spirituelle et en toutes choses elle servait Dieu.

 

Ceux qui connaissent Christ ont de grandes raisons de remercier Dieu. Anne témoignait de Sa Personne. Que ces deux exemples de sainteté, Siméon et Anne, puissent encourager spirituellement ceux qui portent des cheveux blancs, véritable couronne de gloire : qu’ils soient trouvés dans le « chemin de la Justice » ! Avant que leurs lèvres ne soient muettes, dans la tombe, ils doivent faire monter avec force leurs louanges vers le Rédempteur.

 

En toutes choses, Christ a été rendu semblable à Ses frères : Il est donc passé par l’enfance et l’adolescence, comme les autres enfants, cependant sans commettre le péché, avec des preuves manifestes de la nature divine qui L’animait. Par l’Esprit de Dieu, toutes les facultés de Jésus démontrèrent qu’Il était différent des autres jeunes. En effet, ces derniers commettaient certaines fautes, par la nature de leur cœur, ce qui se manifestait dans leurs paroles ou leurs actes ; Christ, quant à Lui était rempli de Sagesse, sous l’influence du Saint-Esprit : tout ce qu’Il a prononcé et accompli a été parfait, malgré Son jeune âge. Les enfants de Son entourage montraient la corruption inhérente à leur nature humaine …  Nulle autre chose que la Grâce de Dieu ne reposait sur les épaules de Jésus !

 

AUTRES NOTES 

 

#36-37

 

K. La prophétesse Anne (2.36-39)

 

Comme Siméon, la prophétesse Anne faisait partie de ce reste fidèle d’Israël qui attendait la venue du Messie. Elle était de la tribu d’Aser (nom qui signifie « heureux » ou « béni »), l’une des 10 tribus emmenées en captivité par les Assyriens en 721 av. J.-C. Anne avait forcément plus de 100 ans puisqu’elle avait été mariée pendant sept ans avant d’être veuve pendant 84 ans {1}. En tant que prophétesse, elle recevait certainement des révélations divines et faisait fonction de porte-parole de Dieu. Elle assistait fidèlement aux offices qui se tenaient dans le temple ; elle servait Dieu nuit et jour dans le jeûne et dans la prière. Son grand âge ne l’empêchait pas de servir le Seigneur.

 

{1} N.D.E. : Texte difficile. La NEG considère 84 ans comme l’âge qu’elle avait lors de cette rencontre.

 

AUTRES NOTES 

 

37 Anne avait quatre-vingt-quatre ans. Mais le grec pourrait aussi dire qu’elle avait été veuve pendant cette durée. Il ne convient pas de prendre la seconde partie du verset au pied de la lettre, au point d’affirmer qu’Anne ne sortait jamais du Temple (cf. 24, 53). 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/