Apparition du Ressuscité 8 de 12

31/05/2018 08:46

Apparition du Ressuscité 8 de 12

 

À sept disciples, près du lac de Galilée ou mer Tibériade

 

 

Jean 21 : 1 à 25

 

1 ¶  Après cela, Jésus se montra encore aux disciples, sur les bords de la mer de Tibériade. Et voici de quelle manière il se montra.

 

21:1-25

Epilogue ou appendice de l’Evangile de Jean. Alors que 20:30-31 constitue la conclusion de l’ensemble du 4e Evangile, l’information placée ici, à la fin de son œuvre, fait pendant à son prologue de 1:1-18. L’essentiel de l’épilogue sert à répondre à cinq questions restées sans réponse au ch. #Jn 20.

1° Jésus cesserait-il de fournir aux siens ce dont ils ont besoin (cf. #Jn 20:17)? Cette question trouve réponse aux vv. #Jn 21:1-14.

2° Qu’adviendrait-il de Pierre, qui avait renié par trois fois Christ avant de prendre honteusement la fuite ? La dernière scène avec Pierre était en #Jn 20:6-8, où Jean et lui-même constataient que le tombeau était vide; or, à cette occasion, seul Jean avait cru (#Jn 20:8). La réponse à cette question se trouve aux vv. #Jn 21:15-17.

3° Qu’adviendrait-il des disciples, maintenant qu’ils étaient privés de leur Maître? La réponse figure aux vv. #Jn 21:18-19.

4° Jean allait-il mourir? Jésus apporte la réponse aux vv. #Jn 21:20-23.

5° Pourquoi Jean ne rapporta-t-il pas les autres faits et gestes de Jésus? Jean répond aux vv. #Jn 21:24-25.

 

mer de Tibériade. Autre nom de la mer de Galilée que l’on trouve seulement en Jn (voir #Jn 6:1).

 

2  Simon Pierre, Thomas, appelé Didyme, Nathanaël, de Cana en Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres disciples de Jésus, étaient ensemble.

 

Simon Pierre. Dans toutes les listes d’apôtres, il est cité le premier, ce qui indique qu’il était, en quelque sorte, le chef du groupe (p. ex. #Mt 10:2).

 

3  Simon Pierre leur dit : Je vais pêcher. Ils lui dirent : Nous allons aussi avec toi. Ils sortirent et montèrent dans une barque, et cette nuit-là ils ne prirent rien.

 

Je vais pêcher. L’explication la plus raisonnable au départ de Pierre et des autres pour aller pêcher en Galilée, c’est qu’ils obéissaient au commandement de Jésus de venir à sa rencontre dans cette région (#Mt 28:16). En attendant que Jésus leur apparaisse, ils s’occupaient à pêcher, selon leur ancienne manière de gagner leur vie.

 

4  Le matin étant venu, Jésus se trouva sur le rivage ; mais les disciples ne savaient pas que c’était Jésus.

 

Cela pourrait constituer un nouvel exemple où Jésus empêche que ses disciples le reconnaissent tout de suite (#Jn 20:14-15 ; cf. #Lu 24:16).

 

5  Jésus leur dit : Enfants, n’avez-vous rien à manger ? Ils lui répondirent : Non.

6  Il leur dit : Jetez le filet du côté droit de la barque, et vous trouverez. Ils le jetèrent donc, et ils ne pouvaient plus le retirer, à cause de la grande quantité de poissons.

7  Alors le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : C’est le Seigneur ! Et Simon Pierre, dès qu’il eut entendu que c’était le Seigneur, mit son vêtement et sa ceinture, car il était nu, et se jeta dans la mer.

 

le disciple que Jésus aimait. Jean reconnut immédiatement dans cet étranger le Seigneur ressuscité, car lui seul pouvait avoir cette connaissance et cette puissance surnaturelles (v. #Jn 21:6). Pierre, sous le coup d’une impulsion, se jeta hors de la barque pour rejoindre le Seigneur.

 

8  Les autres disciples vinrent avec la barque, tirant le filet plein de poissons, car ils n’étaient éloignés de terre que d’environ deux cents coudées.

 

deux cents coudées. Environ 100 m du rivage.

 

9  Lorsqu’ils furent descendus à terre, ils virent là des charbons allumés, du poisson dessus, et du pain.

 

poisson …  pain. Apparemment, le Seigneur créa ce petit-déjeuner comme lors de la multiplication des pains (#Jn 6:1-13).

 

10  Jésus leur dit : Apportez des poissons que vous venez de prendre.

11  Simon Pierre monta dans la barque, et tira à terre le filet plein de cent cinquante-trois grands poissons ; et quoiqu’il y en eût tant, le filet ne se rompit point.

 

cent cinquante-trois. La mention par Jean de ce nombre précis prouve qu’il a été témoin oculaire des événements dont il parle (#1Jn 1:1-4). En fournissant ici le poisson, Jésus indiquait qu’il continuerait à pourvoir aux besoins de ses disciples (voir #Ph 4:19 ; #Mt 6:25-33).

 

12  Jésus leur dit : Venez, mangez. Et aucun des disciples n’osait lui demander : Qui es-tu ? sachant que c’était le Seigneur.

13  Jésus s’approcha, prit le pain, et leur en donna ; il fit de même du poisson.

14  C’était déjà la troisième fois que Jésus se montrait à ses disciples depuis qu’il était ressuscité des morts.

 

la troisième fois. Cette « troisième fois » renvoie seulement aux apparitions rapportées dans l’Evangile de Jean ; la première se trouve en #Jn 20:19-23 et la deuxième en #Jn 20:26-29.

 

15 ¶  Après qu’ils eurent mangé, Jésus dit à Simon Pierre : Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu plus que ne m’aiment ceux-ci ? Il lui répondit : Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit : Pais mes agneaux.

 

21:15-17

Le sens de cette section tourne autour de l’usage de deux synonymes pour « aimer ». En termes d’interprétation, lorsque deux synonymes sont placés à proximité l’un de l’autre, une différence de sens, même légère, est soulignée. Quand Jésus demande à Pierre s’il l’aime, il utilise un verbe qui implique une consécration totale. Pierre répond avec un terme qui exprime son amour pour Jésus, mais sans impliquer cette consécration. Ce n’est pas qu’il répugne à lui exprimer un amour plus grand, mais il se rappelle avoir fait preuve de désobéissance et avoir renié le Seigneur. Peut-être, est-il désormais réticent à se lancer dans de grandes déclarations, du fait que, par le passé, il n’a pas tenu ses engagements. Jésus fait ainsi comprendre à Pierre qu’il attend un dévouement inconditionnel en lui redemandant si son amour pour lui est absolu. L’essentiel du message, c’est que Jésus exige un engagement total de ses disciples. Leur amour pour lui doit le placer au-dessus de tout autre objet d’amour. Jésus confronta Pierre à la question de l’amour, parce qu’il voulait qu’il dirige les autres apôtres (#Mt 16:18); mais, pour être un berger efficace, il devait avoir pour motivation première de donner l’exemple d’un amour absolu pour son Seigneur.

 

m’aimes-tu plus que ne m’aiment ceux-ci? Ou « m’aimes-tu plus que tu n’aimes ceux-ci », avec une allusion probable aux poissons (v. #Jn 21:11) qui représentaient la profession de pêcheur de Pierre; en effet, il avait repris son ancien emploi en attendant Jésus (voir v. 3). Jésus voulait que Pierre l’aime au point d’abandonner ce qui lui était familier et de se consacrer exclusivement à devenir un pêcheur d’hommes (#Mt 4:19). « Ceux-ci » peut aussi renvoyer aux autres disciples, puisque Pierre avait prétendu qu’il serait plus consacré que tous les autres (#Mt 26:33).

 

Pais mes agneaux. Le verbe « paître » évoque l’idée d’une consécration au service du Seigneur comme un berger auxiliaire qui s’occupe du troupeau de Dieu (voir #1Pi 5:1-4). L’idée est ici de nourrir régulièrement les brebis et d’en prendre soin. Le premier devoir du messager de Jésus-Christ est d’enseigner la Parole de Dieu (#2Ti 4:2). #Ac 1:1-12:2 relate l’obéissance de Pierre à cet ordre de mission.

 

16  Il lui dit une seconde fois : Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu ? Pierre lui répondit : Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit : Pais mes brebis.

17  Il lui dit pour la troisième fois : Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu ? Pierre fut attristé de ce qu’il lui avait dit pour la troisième fois : M’aimes-tu ? Et il lui répondit : Seigneur, tu sais toutes choses, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit : Pais mes brebis.

 

Pierre fut attristé. La troisième fois que Jésus pose sa question à Pierre, il utilise le verbe employé par celui-ci dans ses réponses, verbe qui désigne moins qu’un total dévouement ; il met ainsi en doute le degré d’amour que le disciple pense pouvoir revendiquer. Les leçons que Jésus enseignait ainsi à Pierre brisaient toute prétention de sa part ; il put, dès lors, s’attacher à une juste compréhension de lui-même, basée non pas sur ses paroles ou ses actes, mais sur l’omniscience du Seigneur (cf. #Jn 2:24-25).

 

18  En vérité, en vérité, je te le dis, quand tu étais plus jeune, tu te ceignais toi-même, et tu allais où tu voulais ; mais quand tu seras vieux, tu étendras tes mains, et un autre te ceindra, et te mènera où tu ne voudras pas.

 

21:18-19

Prophétie du martyre de Pierre. L’appel lancé par Jésus à une entière consécration signifiait aussi que la consécration de Pierre entraînerait sa mort (#Mt 10:37-39). Quand un chrétien suit Christ, il doit être prêt à souffrir et à mourir (#Mt 16:24-26). Pendant trois décennies, Pierre servit le Seigneur et attendit la mort qui lui était réservée (#2P 1:12-15); il écrivit cependant que les souffrances et la mort au service du Seigneur glorifient Dieu (#1Pi 4:14-16). La tradition de l’Eglise rapporte que Pierre subit le martyre sous l’empereur Néron (vers 67-68 apr. J.-C.), crucifié la tête en bas, parce qu’il refusa d’être crucifié comme son Seigneur.

 

19  Il dit cela pour indiquer par quelle mort Pierre glorifierait Dieu. Et ayant ainsi parlé, il lui dit : Suis-moi.

20 ¶  Pierre, s’étant retourné, vit venir après eux le disciple que Jésus aimait, celui qui, pendant le souper, s’était penché sur la poitrine de Jésus, et avait dit : Seigneur, qui est celui qui te livre ?

 

21:20-22

La prophétie de Jésus concernant le martyre de Pierre pousse ce dernier à demander ce qu’il adviendra de Jean (« le disciple que Jésus aimait », voir #Jn 13:23). Il pose peut-être cette question à cause de la profonde inquiétude que lui cause l’avenir de ce disciple, un ami intime. Le Seigneur lui répond : « Suis-moi » pour lui faire comprendre que son souci majeur devrait être non pas le sort de Jean, mais la persévérance dans la consécration au Seigneur et à son service. Son service pour Christ devrait constituer sa seule passion, dont rien ne pourrait le distraire.

 

21  En le voyant, Pierre dit à Jésus : Et celui-ci, Seigneur, que lui arrivera-t-il ?

22  Jésus lui dit : Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? Toi, suis-moi.

 

21:22-23

 

jusqu’à ce que je vienne. Que Jean vive jusqu’à sa seconde venue ou non, ce n’était pas l’affaire de Pierre : il devait se contenter de vivre dans la fidélité, sans se comparer à d’autres.

 

23  Là-dessus, le bruit courut parmi les frères que ce disciple ne mourrait point. Cependant Jésus n’avait pas dit à Pierre qu’il ne mourrait point ; mais : Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ?

24  C’est ce disciple qui rend témoignage de ces choses, et qui les a écrites. Et nous savons que son témoignage est vrai.

 

ce disciple qui rend témoignage. Jean fut personnellement témoin des événements qu’il rapporte. Le « nous » désigne probablement l’auteur lui-même (voir #Jn 1:14 ; #1Jn 1:1-4 ; #3Jn 12 ), mais on peut aussi l’interpréter comme renvoyant au témoignage collectif des apôtres.

 

25  Jésus a fait encore beaucoup d’autres choses ; si on les écrivait en détail, je ne pense pas que le monde même pût contenir les livres qu’on écrirait.

 

Jean explique qu’il n’a pas voulu être exhaustif, mais sélectif, dans son témoignage. Bien que partielle, la vérité révélée dans l’Evangile de Jean suffit à amener quelqu’un à la foi dans le Messie et Fils de Dieu (#Jn 14:26 ; #Jn 16:13).

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/