1- Écris à l’ange de l’Église d’Éphèse

24/01/2015 16:45

1-      Écris à l’ange de l’Église d’Éphèse

 

Dès le début de chaque lettre, nous remarquons que le message, que l'apôtre Jean va recevoir et transmettre, est adressé premièrement au messager, au responsable de l'église. 

C'est lui en premier qui va entendre la description de la situation, les félicitations, les reproches et les exhortations du Seigneur, qu'il devra ensuite  transmettre à l'église. 

Le terme "ange" signifie messager ou envoyé avec une mission, ce qui peut encore se traduire par "apôtre"

On pourrait lire : Écris à l'apôtre de l'église de... (Il y a-t-il des apôtres aujourd'hui ?) 

 

A quoi ressemble l'église d'Éphèse, au-delà des apparences, comment le Seigneur la voit-il ? 

Nous avons quelques précisions la concernant dans d'autres passages du Nouveau Testament. 

Éphèse est alors une grande ville,  très prospère, mais aussi très idolâtre. On y trouve entre autres, le temple dédié à Artémis, déesse de la fécondité, la Diane d'Éphèse. 

L'apôtre Paul est arrivé dans la ville une première fois et après y être resté peu de temps, il a confié  à Priscille et Aquilas la responsabilité de la toute jeune église. Actes 18.19

Il y reviendra ensuite pour y demeurer durant deux ans pendant lesquels l'église s'est développée au point d'être une menace pour le culte et l'industrie florissante et idolâtre en l'honneur d’Artémis. Actes 19.

L'église a alors souffert la persécution pour conserver sa fidélité au témoignage de Christ et l'apôtre Paul a dû quitter la ville.

L'église était dirigée par un groupe d'anciens à qui Paul donnera des instructions, les mettant en garde contre les faux apôtres. Actes 20.17

Plus tard il écrira "la lettre aux saints qui sont à Éphèse et aux fidèles en Jésus-Christ". Éphésiens 1.1 

Dans cette épître nous découvrons un enseignement très riche pour notre façon de vivre dans la foi, la charité et l'espérance, insistant sur une relation personnelle avec le Seigneur et sur la compréhension de l'amour de Dieu.

C'est une église bien structurée, dans laquelle s'exercent les différents ministères, au sujet desquels l'apôtre précise l'utilité pour l'église. EPh.4


L'écrit adressé "au messager" de l'église d'Éphèse, met en évidence de grandes qualités spirituelles : ses oeuvres, son travail et sa persévérance, son attachement à la doctrine de Christ, son discernement et son courage concernant les faux apôtres, les souffrances qu'il endure sans se lasser pour son témoignage au Seigneur. 

Certainement que ce fidèle serviteur de Dieu conduisait l'église avec sagesse et consécration, lui communiquant sa foi et ses qualités. Nous voudrions un tel pasteur et il en existe de nombreux. 

Cependant le Seigneur, qui voit au-delà de ce qui est humainement visible, a remarqué une faille : 

Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour. Apocalypse 2:4 

Il est donc possible de travailler avec zèle pour le Seigneur, d'être fondé sur la doctrine, d'être exigeant concernant la sanctification, de souffrir pour le Seigneur  sans se décourager et d'avoir abandonné l'essentiel : le premier amour.

Cela est suffisamment grave pour que le Seigneur menace ce messager de lui ôter le chandelier, l'église dans laquelle il exerce son ministère. 

Il faut toujours se souvenir que c'est le Seigneur Jésus-Christ le chef des églises et de ceux qui les dirigent. Il a en son pouvoir, dans sa main, leur destin. Et il avertit le messager de l'église d'Éphèse que s'il ne se repent pas et ne revient pas à ses premières oeuvres, il va ôter le chandelier de sa place. Son ministère sera confié à quelqu'un d'autre.

Quel est ce premier amour. 

Il s'agit d'un attachement au Seigneur sans concession, dans lequel la personne du Seigneur passe avant tout autre chose, même avant les oeuvres excellentes que nous pourrions faire pour lui ou ses églises.

C'est de cet amour que parle le prophète Jérémie, concernant la Parole de Dieu à Israël :

Jérémie 2:2 Va, et crie aux oreilles de Jérusalem: Ainsi parle l’Éternel: Je me souviens de ton amour lorsque tu étais jeune, de ton affection lorsque tu étais fiancée, quand tu me suivais au désert, dans une terre inculte.

C'est cet amour qui nous entraîne à nous attacher au Seigneur sans distraction, à le suivre en priorité, même dans les situations les plus difficiles, la croix la plus lourde.

C'est cet amour qui doit motiver nos élans, nos oeuvres, notre consécration et qui leur donne leur véritable valeur,  le premier amour.

Alors le Seigneur adresse une exhortation à son serviteur : 

Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières oeuvres; sinon, je viendrai à toi, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes. Apocalypse 2:5 

Il faut remarquer que le Seigneur use de patience et exhorte toujours à la repentance et au retour avant d'exécuter ses jugements.

Souviens-toi ! 

Il y a un appel au souvenir des expériences passées, les moments que nous pouvons regretter.

Ici, le messager de l'église d'Éphèse est appelé à se souvenir de la façon dont il aimait le Seigneur et à examiner ce qui l'a fait tomber.

Nous pouvons retrouver les expériences du passé, revenir sur les anciens sentiers, afin de nous remettre en mémoire la raison de notre échec :  Souviens-toi d'où tu es tombé.

Il y a dans l'ancien Testament le récit du fer de hache tombé dans l'eau, où le prophète pose la question : Où est-il tombé ? 

Cette circonstance fut l'occasion d'un merveilleux miracle de Dieu, qui au moyen d'un morceau de bois jeté dans l'eau fit surnager le fer ! 2 Rois 6.1/7

La repentance fait revenir aux circonstances de la chute. Où es-tu tombé ? Comment cela s'est-il produit ?

Il y a des choses que nous avons perdues, en particulier "notre premier amour" pour le Seigneur ou peut-être notre affection fraternelle ?

Il y a alors un bois ou nous retrouvons notre communion perdue, notre amour avec le Seigneur ou avec quelqu'un, c'est la croix du Seigneur Jésus. Là où toutes les brisures se réparent et où tous les bonheurs perdus se retrouvent, là où toutes les fautes sont pardonnées, expiées par les souffrances de notre Sauveur, lavées par le sang précieux de l'Agneau.

Sinon...

Si nous ne faisons pas cette démarche de la repentance, alors le Seigneur vient et la sentence tombe.

...sinon, je viendrai à toi, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes. Apocalypse 2:5 

Chacun en particulier, et les églises et leurs responsables,  confrontés à cette situation, doivent tirer la leçon de ce que le Seigneur dit au messager de l'église.

Ce qui vaut pour un, vaut pour tous : 

Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises: A celui qui vaincra je donnerai à manger de l’arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu. Apocalypse 2:7 

La répréhension du Seigneur à l'égard des autres, doit être pour tous  une exhortation à la vigilance, à la repentance personnelle et non au jugement. 

Osée 14:9 Que celui qui est sage prenne garde à ces choses! Que celui qui est intelligent les comprenne! Car les voies de l’Éternel sont droites; Les justes y marcheront, mais les rebelles y tomberont.

1 Corinthiens 10:12 Ainsi donc, que celui qui croit être debout prenne garde de tomber !

Le but c'est d'être vainqueur : A celui qui vaincra...

Il y a un encouragement à être victorieux à la fin de chacun de ces écrits, assorti d'une promesse.

Ici le Seigneur promet "une communion éternelle avec Lui dans la présence de Dieu". Il parle non seulement à son messager, mais aussi à l'église, aux églises. Sachons être attentifs et comprendre sa Parole. 

Apocalypse 2:7 Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises: A celui qui vaincra je donnerai à manger de l’arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu.

https://www.pasteurweb.org/Etudes/Apocalypse/LettreAEphese.htm

***

Apocalypse 2 : 1

1 ¶  Écris à l’ange de l’Église d’Éphèse: Voici ce que dit celui qui tient les sept étoiles dans sa main droite, celui qui marche au milieu des sept chandeliers d’or:

Éphèse. Ville située dans les terres, à 5 km environ de la mer, mais l’embouchure du fleuve Caystre en facilitait l’accès et constituait le plus grand port d’Asie Mineure. Ephese se trouvait au carrefour de quatre grandes voies commerciales, raison pour laquelle on la considérait comme la porte d’entrée de l’Asie. C’était le centre du culte d’Artémis (pour les Grecs) ou Diane (pour les Romains), dont le temple était l’une des sept merveilles du monde antique. Paul y exerça son ministère pendant trois ans (#Ac 20: 31) et rencontra plus tard les anciens de cette Église alors qu’il était en route pour Jérusalem (#Ac 20). Timothée, Tychique et l’apôtre Jean exercèrent eux aussi un ministère dans cette Église. Jean se trouvait à Ephese lors de son arrestation par Domitien, et il fut exilé à 80 km environ, à Patmos.

 

Éphèse détruite par un séisme En 17

 
Un séisme secoue la côte ouest de l’actuelle Turquie, en Lydie. Extrêmement violent, ce tremblement de terre aurait rasé une douzaine de villes, dont les célèbres Éphèse et Sardes, connues pour être deux des sept Églises citées dans l’Apocalypse de Jean. Selon le témoignage de Pline l’Ancien, le séisme dépasse en violence tous ceux que l’homme garde alors en mémoire. Tibère, l’empereur de Rome, fera acheminer de l’aide tandis que les fonds de la riche cité d’Éphèse, un des plus grands ports de l’Antiquité, aideront à une reconstruction rapide.

2  Je connais tes œuvres, ton travail, et ta persévérance. Je sais que tu ne peux supporter les méchants ; que tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres et qui ne le sont pas, et que tu les as trouvés menteurs ;

ceux qui se disent apôtres. L’Église d’Éphèse exerçait le discernement spirituel. Elle savait comment évaluer, par leur doctrine et leur comportement, les hommes qui prétendaient à une autorité spirituelle (cf. #1Th 5:20-21).

3  que tu as de la persévérance, que tu as souffert à cause de mon nom, et que tu ne t’es point lassé.

tu ne t’es point lassé. Pendant plus de 40 ans, depuis sa fondation, cette Église était restée fidèle à la Parole et au Seigneur. Au travers des difficultés et des persécutions, les membres avaient persévéré, toujours poussés par le bon motif: le nom et la réputation de Christ.

4  Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour.

abandonné ton premier amour. Être chrétien, c’est aimer le Seigneur Jésus-Christ (#Jn 14: 21, #Jn 14: 23 ; #1Co 16: 22). Or, la ferveur et la passion des Éphésiens pour Christ étaient devenues une orthodoxie froide et mécanique. Leur pureté morale et doctrinale, leur zèle toujours aussi grand en faveur de la vérité et leur service discipliné ne pouvaient remplacer l’amour pour Christ qu’ils avaient perdu.

5  Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi, et pratique tes premières œuvres ; sinon, je viendrai à toi, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes.

j’ôterai ton chandelier. Le jugement de Dieu allait amener la fin de l’Église d’Éphèse.

6  Tu as pourtant ceci, c’est que tu hais les œuvres des Nicolaïtes, œuvres que je hais aussi.

les œuvres des Nicolaïtes. Le même problème existait à Pergame (vv. #Ap 2:12-15). Cette hérésie ressemblait aux enseignements de Balaam (vv. #Ap 2:14-15). Nicolas signifie « vainqueur des peuples ». D’après Irénée, le Nicolas nommé diacre en #Ac 6 était un faux croyant qui aurait sombré plus tard dans l’apostasie et égaré des membres de l’Église grâce au crédit dont il jouissait; tout comme Balaam, il aurait poussé les croyants à l’immoralité et à la méchanceté. Les Nicolaïtes se livraient à l’immoralité et faisaient assaut de tentations sensuelles contre l’Église. Clément d’Alexandrie écrivit qu’ils s’adonnaient aux plaisirs comme des chèvres et ne se refusaient rien. Par leur enseignement erroné, ils pervertissaient le sens de la grâce et remplaçaient la liberté par la licence.

7  Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises : A celui qui vaincra je donnerai à manger de l’arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu.

A celui qui vaincra. Selon la définition qu’en donne Jean, être chrétien c’est être un vainqueur  cf. vv. #Ap 2:11, #Ap 2:17, #Ap 2:26 ; #Ap 3:5, #Ap 3:12, #Ap 3:21).

l’arbre de vie. Les vrais croyants bénéficient de la promesse du ciel.

 

UN PEU D`HISTOIRE SUR ÉPHÈSE

Ville de Lydie, sur la côte occidentale de l’Asie Mineure, à l’embouchure du Caystre, à mi-chemin entre Milet au sud et Smyrne au nord Éphèse était placée à la jonction des voies commerciales naturelles, sur l’artère principale allant de Rome à l’Orient. Elle possédait le célèbre temple d’Artémis (Diane) représentant une divinité mère dont le corps était couvert de mamelles. Voir Diane, Divinités païennes. Au XIe siècle avant Jésus-Christ, les Ioniens, de race grecque, s’emparèrent de la ville. Éphèse devint l’une des 12 cités de la confédération ionienne, puis sa capitale. Vers 555 avant Jésus-Christ, Crésus, roi de Lydie, dont la capitale était Sardes, prit Éphèse, mais elle tomba bientôt sous le joug perse. Lors des victoires d’Alexandre le Grand, Éphèse dut se soumettre à l’hégémonie gréco-macédonienne. Jusqu’à cette époque, la ville n’avait occupé qu’une plaine d’alluvions exposée aux inondations. Vers 286 avant Jésus-Christ, Lysimaque, général d’Alexandre, prolongea la ville jusqu’à une éminence voisine, que l’eau ne pouvait atteindre. Cette opération laissa le temple d’Artémis hors des murs de la nouvelle cité. En 190 avant Jésus-Christ, les Romains, vainqueurs d’Antiochus le Grand à Magnésie, lui arrachèrent Éphèse et l’octroyèrent à Eumène II, roi de Pergame. À la mort d’Attale III de Pergame, en 133 avant Jésus-Christ, Éphèse revint aux Romains, qui en firent la capitale de la province romaine d’Asie. La ville souffrit beaucoup du tremblement de terre entre l’an 17 et 29 de notre ère, mais l’empereur Tibère la reconstruisit. De nombreux Juifs, possesseurs du titre de citoyens romains, résidaient à Éphèse et y maintenaient une synagogue (#Ac 18:19; 19:17 ; Antiquités 14.10.11 et 13) À la fin de son second voyage missionnaire, Paul, en route pour Jérusalem, accorde une brève visite à Éphèse et prêche dans la synagogue. Il laisse Aquilas et Priscille dans cette ville, pour qu’ils y poursuivent l’œuvre (#Ac 18:18-21). Lors de son 3e voyage, Paul travaille au moins 2 ans et 3 mois à Éphèse. Il quitte la ville après l’émeute provoquée par Démétrius, fabricant de maquettes en argent du temple, qui redoutait pour son métier les effets de la prédication de l’apôtre (#Ac 19:1 ; cf. #1Co 15:32; 16:8,9 ; #2Ti 1:1-18). Paul laisse Timothée à Éphèse, afin qu’il empêche l’Église de se corrompre par les fausses doctrines (#1Ti 1:3). Plus tard, ne pouvant s’arrêter à Éphèse en revenant d’Europe, Paul fait venir auprès de lui à Milet les anciens de l’Église d’Éphèse (#Ac 20:15,16,17). Tychique, porteur de l’épître aux Éphésiens, est ensuite envoyé à Éphèse (#Ep 1:1; 6:21 ; #2Ti 4:12). L’Église d’Éphèse est l’une des 7 Églises d’Asie auxquelles s’adressent les lettres de l’Apocalypse de Jean (#Ap 1:11; 2:1-7). Selon la tradition, l’apôtre Jean passa les dernières années de sa vie à Éphèse. Le 3e concile œcuménique de l’Église se tint dans cette ville, en 431 après Jésus-Christ, il précisa le dogme de la personne de Christ et de ses 2 natures, divine et humaine.

      L’envasement du port par les alluvions du Caystre, a ruiné la ville ; il y subsiste des vestiges de murailles, une porte, un stade, un bel amphithéâtre, des thermes, et une bibliothèque ; l’emplacement du grand temple en fut envasé. En 356 avant Jésus-Christ, Érostrate incendia un temple ionien très ancien ; mais, en quelques années, il fut reconstruit. Le nouvel édifice était un magnifique ouvrage, d’ordre ionien, 4 fois plus grand que le Parthénon d’Athènes. Compté parmi les 7 merveilles du monde, il avait à peu près 104 m de long et 50 de large. Il était soutenu par 100 colonnes dont chacune était un monolithe de marbre atteignant 16 m de hauteur. Des œuvres de Phidias, de Praxitèle, de Scopas, de Parrhasios, d’Apelle décoraient l’intérieur de cet incomparable sanctuaire. Les Goths le détruisirent, vers l’an 260 de notre ère.

      Le théâtre était l’un des plus grands de ceux qui subsistèrent jusqu’à l’époque moderne. Le demi-cercle de gradins mesurait plus de 150 m de diamètre et l’orchestre (partie du théâtre où le chœur évoluait) plus de 33 m. La scène avait 7 m de large ; 66 rangées de gradins pouvaient contenir 24 500 spectateurs.

Copyright Éditions Emmaüs et notes de John Macarthur

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/