Chrétiens persécutés

22/09/2020 06:43

Chrétiens persécutés

 

Beaucoup de chrétiens ignorent que des milliers de leurs frères sont persécutés dans le monde à cause de leur foi en Jésus-Christ. En Juin 2013, un observateur permanent à l’ONU a rapporté que 100 000 chrétiens sont tués violemment chaque année à cause de leur foi ! C’est pourquoi nous avons à coeur par le moyen de ces articles, et d’autres qui suivront Dieu voulant, d’informer le plus grand nombre possible de nos lecteurs sur le sort de nos frères et soeurs qui ne reçoivent aucun secours dans leur pays.

En Ukraine : terreur, troubles, incertitudes… Voici le témoignage d’E. Pronin, pasteur dans l’ouest de l’Ukraine :

« L’Ukraine, mon pays, s’est récemment transformé en une nation de la peur. J’ai eu froid dans le dos quand, mi-février, j’ai vu des cadavres de jeunes-gens froidement abattus par des tireurs d’élite. En larmes, j’ai alors pleinement réalisé que le conflit qui fait rage a laissé des dizaines de morts et des centaines de blessés. Je me demande comment il est possible que des hommes parviennent à tuer leurs propres compatriotes. Aucune ambition, aucune position, aucune richesse et aucun pouvoir au monde ne peut être plus précieux que la vie humaine. Mais le sang a coulé et des vies humaines se sont éteintes. La situation actuelle est incertaine dans ma patrie et me préoccupe personnellement. Comment tout cela est-il arrivé ?

La criminalité et la corruption en Ukraine sont immenses et touchent toutes les couches de la société. Les structures établies extorquent de l’argent aux gens ordinaires, et cela à tous les niveaux. Les gens sont de plus en plus pauvres, alors que certains hommes politiques et des oligarques sont de plus en plus riches… L’espoir de beaucoup de gens résidait dans l’union avec l’Europe. Ils rêvaient que notre gouvernement deviendrait transparent et responsable. Mais au moment le plus crucial le gouvernement a dit « non ». Nos élites, les oligarques, les ministres et les députés voulaient continuer à commettre des crimes en toute impunité. Les gens n’étaient cependant pas disposés à accepter cela plus longtemps, et c’est ainsi qu’ils ont commencé à se soulever contre ces injustices.

Cette protestation était populaire et pacifique, et les gens ont persévéré malgré les températures au-dessous de zéro. C’est alors que le gouvernement a envoyé des soldats sur la place avec des matraques, et ceux-ci ont commencé à frapper brutalement les manifestants composés d’hommes, d’étudiants, de femmes et de journalistes. Le gouvernement avait essayé d’intimider les gens mais c’était trop tard. Les manifestations agressives ont alors malheureusement commencé. Les gens ont pris des pierres et des bâtons et des bombes fabriquées à la main afin de se protéger. Et c’est comme cela qu’a commencé un soulèvement semblable à une guerre…

Est-il possible de rester indifférent quand les droits des personnes sont violés, quand on détruit l’avenir de notre pays, de nos enfants ? L’indifférence est une violation de la justice de Dieu. Lorsque des criminels restent impunis, quand les gens volent, quand ceux qui ont un autre point de vue sont enlevés, voire tués, tout cela devrait alerter la communauté chrétienne…

Ma conclusion est que la communauté chrétienne ne peut rester à l’écart; elle devrait être avec les gens plutôt que de chanter des hymnes avec des fonctionnaires corrompus. Je suis heureux que l’Église et les chrétiens de Kiev ne soient pas restés indifférents. Ils sont allés dans la rue pour prier, prêcher l’Évangile et distribuer des Nouveaux Testaments. Ils ont donné aux gens des vêtements chauds, une tasse de thé et un morceau de pain.

Dieu seul sait quel est l’avenir de notre pays. En tant que chrétiens, nous voulons faire Sa volonté. » (Source AEM)

 

Au Cambodge : dans les infos de décembre 2013 un article était consacré à ce pays ravagé par le communisme. Beaucoup d’enfants pauvres ou orphelins vivent dans les bidonvilles de Phnom Penh et passent leur journées dans les décharges, cherchant avec leurs parents des objets pouvant être revendus, dans l’espoir de se procurer un peu de riz, et mangeant quelquefois des restes de nourriture trouvés parmi les déchets… Un jeune couple bouleversé par cette situation a commencé à s’occuper de quelques enfants, leur apportant de la nourriture chaude et passant du temps avec eux en leur parlant de Jésus. Puis, par la prière et dirigés par le Seigneur, un bâtiment a pu être loué à prix réduit, et aujourd’hui près de soixante-dix enfant de trois à treize ans sont reçus régulièrement avec la permission de leurs parents au Centre Joie du Cambodge, bien nourris, soignés et instruits, pouvant ainsi transmettre ce qu’ils apprennent à leur famille… Ils peuvent espérer une formation qui leur permettra plus tard de subvenir à leurs besoins.  Comme en Thaïlande, certains échappent ainsi au trafic d’êtres humains, ou à la prostitution, malheureusement répandus dans l’Asie du Sud-Est à cause de la grande misère.

Que le Seigneur bénisse ces enfants, pourvoie aux besoins quotidiens de nos frères et soeurs qui ont laissé leur travail pour prendre soin d’eux ! (Pour plus d’infos : nouvelles transmises par l’AEM, pouvant être consultées sur le site www.hmk-aem.ch, vidéos de projet Cambodge)

En Bulgarie : Après la persécution au temps du communisme, les chrétiens « rescapés » connaissent aujourd’hui dans certaines régions une vive opposition de la part des musulmans cette fois. Ailleurs, la liberté retrouvée représente cependant pour eux un danger plus terrible, comme l’exprime un responsable pasteur : « Au temps de la persécution, la foi était très forte, mais aujourd’hui on observe un éloignement de Dieu et un attiédissement même au sein du peuple de Dieu ».

La Bulgarie s’ouvre à l’oeuvre missionnaire, auprès des réfugiés musulmans qui arrivent par milliers depuis la Syrie, la Turquie, et même la Somalie. Un champ missionnaire tout préparé pour jeter la semence de la Parole de Dieu !

 

En Afrique Centrale : la terreur s’est installée depuis le coup d’État au printemps 2013, avec l’organisation de la  résistance  « anti- balaka. Il n’y a plus ni ordre ni loi,  les minorités sont violemment brutalisées et fuient massivement, avant d’avoir pu ensemencer leurs champs. Les conséquences s’annoncent catastrophiques. Dans toute la Corne de l’Afrique, des centaines de milliers de réfugiés ne survivent que grâce aux aides extérieures. Les besoins ne font que croître… « La couverture médiatique pour ce vaste territoire est rare et la violence  croissante envers les chrétiens n’atteint souvent jamais le public. C’est pourquoi nous soutenons l’acquisition et le traitement de l’information, afin que les chrétiens persécutés puissent avoir une voix dans cette région. » (AEM)

 

Là où les chrétiens sont le plus persécutés :

Depuis 12 ans la Corée du Nord tient la première place sur l’index mondial de persécution que publie « Portes Ouvertes ». Pratiquer la foi chrétienne est très difficile à cause des perquisitions et des contrôles encore plus stricts aux frontières depuis que le jeune Kim Jong-Un est au pouvoir (2012). La Somalie vient au deuxième rang; être chrétien dans ce pays est une question de vie ou de mort. Celui qui quitte l’Islam est lynché par la population. La Syrie est passée du onzième au troisième rang. Les chrétiens reconnus par l’ISIS  ou EIIL sont immédiatement exécutés. « C’est de la torture systématique; ils exécutent en tirant une balle dans la nuque, décapitent à la machette, tranchent la gorge avec un couteau émoussé. La brutalité a pris des proportions extraordinaires. ce sont vraiment des bêtes et des maraudeurs de la pire espèce. » (Journaliste suisse Kurt Pelda).

Puis viennent  l’Irak, l’Afghanistan, l’Arabie Saoudite, les Maldives, le Pakistan, l’Iran, le Yémen, le Vietnam, la Birmanie, l’Inde, le Sri Lanka, la Colombie… Selon les ONG, environ 80% des gens persécutés pour leur foi sont des chrétiens, principalement par l’Islam radical.


 

Pourtant, de bonnes nouvelles nous parviennent sur la croissance de l’Église (souvent églises de maisons) au Vietnam, à Cuba, en Égypte, en Chine, ou dans le monde arabe  Dans le Sud-est de Madagascar où les minorités chrétiennes sont toujours menacées, et où un centre de la communauté chrétienne a été attaqué et incendié au cours d’un service religieux, l’assemblée ne se décourage pas et connait un réveil spirituel.

Dans l’histoire de l’islam, il n’y a jamais eu autant  de musulmans qui se sont tournés vers le Christ Jésus que durant les dix dernières années ! Considérés comme des « kafir » (infidèles et apostats), et subissant de terribles rejets, ils tiennent fermes dans leur foi, et deviennent de fidèles témoins parmi les leurs; dans de nombreux pays islamiques se déroule un réveil spirituel massif.

Voici le témoignage de Kenan, jeune musulman en Turquie, qui a trouvé le salut par la foi en Jésus-Christ. Durement persécuté par ses proches dans le passé,  il annonce maintenant l’évangile dans beaucoup de pays (Source : AEM) :

« Je m’appelle Kenan et j’ai grandi dans une famille turque. Comme la grande majorité des musulmans, ma famille ne pratiquait pas un islam rigoriste. Enfant, je regardais souvent ma mère lire le Coran. « Qu’est-ce qu’il dit ? » lui ai-je un jour demandé. Elle m’a répondu : « je ne sais pas. » Je lui ai alors dit : « Mais tu l’as lu ? » Et elle a rétorqué : « Oui, bien-sûr, je peux lire l’arabe, mais je ne comprends pas la signification. » C’était étrange pour moi et cela n’avait pas de sens. « -Il est important de comprendre ce que tu lis pour que cela ait un sens pour toi !  » Mais elle pensait que lire était déjà une bénédiction.

J’ai donc grandi comme un garçon qui avait faim de la vérité. A quatorze ans j’ai acheté un Coran, parce que je voulais savoir ce qu’il enseignait, mais j’ai trouvé que le contenu n’avait aucun sens pour moi. Alors je l’ai mis de côté, déçu. A la période de l’adolescence, j’ai créé avec des camarades un groupe de rock and roll. La musique était devenue ma religion. J’ai vécu quelques années rebelles en m’efforçant de copier mes idoles du monde. Mais le vide en moi devenait de plus en plus grand.

Le premier jour de l’école professionnelle, j’ai rencontré Martin, l’un de mes camarades d’études. Quand je l’ai observé, j’ai vu que son visage brillait dans le vrai sens du mot. Je me demandais ce qui se passait et si les autres le voyaient aussi. Avait-il quelque chose que je n’avais pas ? Je l’ai pris à part et je lui ai demandé : « Tu es différent. » Il m’a répondu : « Oui, je crois en Jésus- Christ. » Sa façon de parler de sa foi m’a impressionné. Je lui ai dit : « Je suis musulman, j’ai lu le Coran, et je cherche la vérité. » Sur ce, il m’a donné un Nouveau Testament. « Si tu es à la recherche de la vérité, lis ceci », m’a dit Martin. « Avec plaisir », lui ai-je répondu, tout en pensant à l’intérieur de moi que je lui prouverais que ce livre était corrompu, déformé, obsolète, et plein de contradictions.

J’ai commencé à lire la Bible en cachette. Je savais que j’aurais de gros problèmes si je me faisais surprendre par mes parents. Matthieu 5:4 a percé mon coeur comme une flèche : « Heureux les affligés, car ils seront consolés ! » Je me suis mis à pleurer en réalisant que le Dieu Tout Puissant s’intéressait à moi et voulait me consoler. J’ai pensé : « Ouah ! Je viens de découvrir quelque chose de très intéressant ! »

Ensuite, un combat de trois ans a commencé dans ma vie. Martin m’a invité dans son église, où je suis allé avec tous les potes du groupe. Un soir d’été 1991, nous sommes retournés là-bas, et, à genoux, nous avons donné nos vies à Jésus. Cela a été un moment de grâce qui a changé complètement ma vie. Une paix incroyable m’a envahi, c’était quelque chose que je n’avais jamais connu auparavant. Cette paix, je la porte en moi aujourd’hui.

Cela a été le beau côté de ma décision, et il n’a pas fallu longtemps jusqu’à ce que ma mère me demande : « Fils, que t’est-il arrivé ? » Je lui ai dit avec joie : « Maman, je suis devenu chrétien ! » Là, elle m’a giflé et a commencé à me frapper. Ma chère mère, avec laquelle je m’entendais bien, était devenue vraiment folle. Mon père est entré dans la chambre et a demandé ce qui se passait. Elle a dit : « Ton fils est devenu un kafir (mécréant), un chrétien. » Alors mon père s’est jeté sur moi et m’a frappé aussi. Ma mère a pris un couteau de cuisine et a essayé de me poignarder, mais mon père l’a retenue. Je voulais m’enfuir, mais mon père a fermé la porte en disant : « Tu n’iras nulle part. Maintenant nous allons tous nous coucher, et demain nous réglerons la question. »

Je n’ai pas dormi de la nuit. Le lendemain matin, je me suis levé, j’ai trouvé la clé et je suis parti. Après quelques temps, mes parents m’ont dit par téléphone qu’ils acceptaient ma décision. Mais, après être rentré, très vite la situation a de nouveau dégénéré et j’ai dû déménager.

Dans notre bunker à musique, nous avons vu chaque semaine de plus en plus de gens venir à la foi en Jésus… Trente, soixante, cent jeunes de la rue, des amis et leurs collègues, qui s’entassaient dans notre local puant, mais où régnait la paix et l’Esprit de Dieu. C’est comme cela que Dieu m’a conduit à ouvrir des églises, même si au début, je ne savais pas trop ce que je faisais. C’est toujours ma passion aujourd’hui. Dieu m’a parlé de mes racines et m’a dit : « Je veux que tu ailles vers ton peuple et que tu lui parles de Jésus-Christ. »

C’était il y a plus de vingt ans. Depuis, je suis allé dans plus de quarante pays. Je n’aurais jamais pu imaginer ce que Dieu pouvait faire de ma vie. Je peux voir aujourd’hui comment les musulmans de différentes nations viennent à la foi en Jésus, comment des quartiers entiers se tournent vers Lui, et des églises de maisons se fondent. Au cours des dix dernières années, plus de musulmans sont venus à la foi en Jésus que durant toute l’histoire de l’islam. Dieu agit massivement chez les musulmans, mais beaucoup aussi doivent payer un prix très élevé. Ils perdent leur travail et leur famille, ils sont jetés en prison, torturés, violés, et leur maison incendiée. Et pourtant ils disent : « La chose la plus incroyable qui pouvait m’arriver s’est produite, j’ai rencontré Jésus ! »

————————————-

« Nous nous rendons à tous égards recommandables, comme serviteurs de Dieu, par beaucoup de persévérance dans les tribulations, dans les privations, dans les angoisses, sous les coups, dans les prisons, dans les émeutes, dans les travaux, dans les veilles, dans les jeûnes; par la pureté, par la connaissance, par la patience, par la bonté, par l’Esprit Saint, par un amour sans hypocrisie, par la parole de la vérité, par la puissance de Dieu… au milieu de la gloire et du déshonneur, au milieu de la mauvaise et de la bonne réputation; regardés comme imposteurs, quoique véridiques… comme mourants et voici que nous vivons… comme attristés et nous sommes toujours joyeux; comme pauvres, et nous enrichissons plusieurs; comme n’ayant rien, et nous possédons tout. » (L’apôtre Paul, persécuté, aux Corinthiens, 2 Cor.6:4-10)

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/