12 DIEU A L`IDOLÂTRIE EN HORREUR: Pas d`idoles dans votre maison!

23/03/2015 16:54

DIEU A L`IDOLÂTRIE EN HORREUR

 

Pas d`idoles dans votre maison!

 

Deutéronomes7 : 24 à 26

24  Il livrera leurs rois entre tes mains, et tu feras disparaître leurs noms de dessous les cieux ; aucun ne tiendra contre toi, jusqu’à ce que tu les aies détruits.

25  Vous brûlerez au feu les images taillées de leurs dieux. Tu ne convoiteras point et tu ne prendras point pour toi l’argent et l’or qui sont sur elles, de peur que ces choses ne te deviennent un piège ; car elles sont en abomination à l’Éternel, ton Dieu.

26  Tu n’introduiras point une chose abominable dans ta maison, afin que tu ne sois pas, comme cette chose, dévoué par interdit ; tu l’auras en horreur, tu l’auras en abomination, car c’est une chose dévouée par interdit.

en horreur …  en abomination. Ces mots expriment une désapprobation et un rejet particulièrement forts. Israël devait adopter envers les idoles des Cananéens la même attitude que Dieu lui-même.

chose dévouée par interdit. Cela signifiait qu’il fallait détruire toutes les images ou idoles.

***Pourquoi y avait-il pendant le ministère de Christ tant de personnes possédés par un démon dans la nation choisie de Dieu?

Leurs ancêtres avaient adoré des démons!***

 

Psaumes 106 : 36-37 et 40

36  Ils servirent leurs idoles, Qui furent pour eux un piège ;

37  Ils sacrifièrent leurs fils Et leurs filles aux idoles,

40  La colère de l’Éternel s’enflamma contre son peuple, Et il prit en horreur son héritage.

106:34-39 Section qui décrit les péchés des Israélites en général, depuis leur entrée dans le pays promis (#Jos 3:1-4:2) jusqu’à leur exil en Assyrie (#2R 17) et à Babylone (#2R 24:1-25:2). Ils n’avaient pas pris la peine de chasser les païens; au contraire, ils avaient adopté leurs pratiques idolâtriques.

106:36-38

idoles …  idoles …  idoles. Il s’agissait en fait de démons qui encourageaient l’idolâtrie (cf. #De 32:17 ; #2Ch 33:5-7 ; #1Co 10:14-21 ; #Ap 9:20). Les sacrifices d’enfants n’étaient pas rares (cf. #De 12: 31 ; #2R 17: 17 ; #Ez 16:20-21).

Exode 20 :  5 

5 Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent,

20:4-6 Le culte rendu à un seul Seigneur interdit toute tentative de le représenter ou le caricaturer en recourant à quelque chose qu’il a créé. Il ne s’agit pas ici d’une censure de toute expression artistique, mais d’une interdiction absolue de l’idolâtrie et des faux cultes. La violation de ce commandement serait très préjudiciable aux générations successives, car l’Éternel exigeait une consécration totale et exclusive; il est un Dieu jaloux (cf. #Ex 34:14 ; #De 4:24 ; #De 5:9). L’adoration d’images fabriquées par des hommes ne correspond à rien moins qu’à de la haine envers le vrai Dieu.

20:5-6 jusqu’à la troisième et quatrième génération …  mille. Moïse dit clairement que les enfants ne sont pas punis pour les péchés de leurs parents (#De 24: 16 ; voir #Ez 18:19-32); ils subissent néanmoins l’influence des infractions à la loi divine commises par ceux-ci, et ce par une conséquence naturelle de leur désobéissance, de leur haine envers Dieu. Les enfants éduqués dans un milieu idolâtre s’en imprègnent et suivent ensuite l’exemple de leurs parents, développant eux-mêmes de la haine envers Dieu. La différence de conséquences ainsi soulignée sert à la fois d’avertissement et de stimulant: l’influence d’une génération désobéissante entraînait un enracinement si profond de l’impiété qu’il fallait plusieurs générations pour changer du tout au tout.

 

Autres notes

Dieu, qui connaît le triste penchant du cœur humain vers l’idolâtrie et qui sait combien le mal se communique aisément d’homme à homme, condamne expressément toute alliance que les Israélites songeraient à contracter avec les Cananéens. À mesure donc que le Seigneur les chassera devant eux (car la conquête du pays ne sera pas l’affaire d’un jour), on devra non seulement effacer toute trace de l’idolâtrie cananéenne, mais encore détruire ces hommes méchants et pervertis. Bien que les tribus cananéennes formassent un peuple puissant, Israël n’avait pas à les redouter tant que l’Éternel demeurerait avec lui, et quand il en serait devenu maître, il n’aurait aucune raison de s’enorgueillir. Il est vrai, dit Moïse, que « tu es un peuple consacré à l’Éternel ton Dieu ; l’Éternel ton Dieu t’a choisi, etc. » Mais « ce n’est point parce que vous étiez un peuple nombreux qu’il vous a aimés et choisis …  c’est parce que l’Éternel vous aime et qu’il garde le serment qu’il a fait à vos pères, etc. » Parole remarquable autant qu’extraordinaire ? Pourquoi l’Éternel aime-t-il ses élus et leur fait-il des promesses ? Est-ce parce qu’ils ont en eux quelque chose qui leur mérite son amour ? Non, c’est simplement parce qu’il lui a plu de les aimer. Et pourquoi leur accorde-t-il tant de grâces ? C’est parce qu’il lui a plu de leur faire des promesses. Telle est la libre et souveraine miséricorde de Dieu, source inépuisable de la joie et de la sainte humilité de ses enfants.

 

Autres notes

  Observons la marche de l’apostasie des Israélites. Ils épargnèrent les nations, que Dieu avait vouées à la destruction. En agissant ainsi, ils se promirent à la vérité de ne former avec elles aucune liaison dangereuse ; mais le chemin du péché est une pente glissante ; les péchés d’omission conduisent à ceux de commission ; et en négligeant de détruire les Païens, « ils apprirent leurs manières de faire » (#Ps 106:35). Un péché les entraîna dans plusieurs autres, et attira ainsi sur eux les jugements de Dieu. Ils sacrifièrent leurs fils et leurs filles aux démons, ajoutant ainsi à l’idolâtrie le meurtre le plus révoltant pour la nature. Remarquons ici la puissance et la méchanceté de « l’esprit qui agit avec efficace dans les enfants rebelles. » L’idolâtrie et la superstition sont comme un torrent irrésistible ; il n’y a pas de raison pour que ceux qui s’y abandonnent une fois ne soient entraînés jusqu’aux plus effrayantes monstruosités. « Car Dieu les livre à un esprit dépourvu de tout jugement » (#Ro 1:28)

   Leur péché même fut en partie leur propre châtiment, et Dieu les visita par ses jugements. Leurs ennemis tombèrent sur eux, qui, étant abandonnés de Dieu, devinrent aisément leur proie. La ruine des pécheurs a souvent pour auteurs ceux par qui ils se sont laissé entraîner au mal. Satan qui est le tentateur, est aussi un persécuteur.

   Dieu prit pitié de son peuple, à cause de son alliance. Son amour constant le porta à changer en dispensations miséricordieuses le cours de ses jugements : voilà ce qu’il faut entendre par la repentance de Dieu (#Ps 106:45). Lors même que Dieu est entré en jugement avec le pécheur, il le traite cependant avec miséricorde, comme cela nous est prouvé par l’histoire d’Israël. Il tient dans sa main les cœurs et les affections des hommes, et la pitié que son peuple peut leur inspirer a toujours pour cause celle qu’il inspire lui-même à Dieu.

  Si nous portons nos regards sur l’Église extérieure, nous trouverons notre position bien effrayante. Plusieurs chrétiens de nom ont abandonné leur Sauveur pour adorer les saints et les images ! Une grande multitude met de côté le Dieu et le Sauveur de la Bible, pour lui substituer une divinité créée par son imagination. Parmi ceux-là même qui ne partagent pas de telles dispositions, nous trouvons beaucoup de mondanité, beaucoup d’abandon aux convoitises charnelles et de penchant à l’avarice et à l’égoïsme. Un grand nombre de personnes élèvent leurs enfants dans la vanité et dans le vice, comme si leur intention était de les consacrer à Satan. Quand des nations qui font profession de christianisme se rendent coupables de pareilles abominations, il ne faut pas s’étonner que l’Éternel les abaisse, à cause de leurs iniquités ; et à moins qu’une repentance sincère et générale ne se manifeste au milieu d’elles, elles ne peuvent s’attendre qu’à un surcroît de calamités.

   Le Psaume se termine par des prières et des louanges ; des prières pour que Dieu accomplisse la délivrance de son peuple ; des louanges pour les commencements et les progrès de cette délivrance. Nous devons demander à Dieu avec ardeur que, par sa grâce sanctifiante, il rende son véritable peuple distinct des gens du présent siècle, et qu’il unisse par une vraie charité tous ceux qui le composent, afin que tous ensemble célèbrent le nom de sa sainteté, « se glorifient dans sa louange. »

   Prions Dieu de ramener dans son Église les Juifs dispersés, bénissons-le pour ses miséricordes envers nous, et faisons des vœux pour que son nom soit célébré en tous lieux et à toujours, de sorte que tous les peuples de la terre soient d’accord pour dire ensemble : Amen ! 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/