DISPENSATIONS bibliques 1

12/02/2017 00:01

DISPENSATIONS 1

 

1). L’innocence 

 

Limites : de la création à l’expulsion du jardin d’Éden.

DURÉE : Inconnue

Genèse 1 : 1 à Genèse 3 : 24

 

a) L’homme fait à l`image et la ressemblance de Dieu. (Genèse 1 : 26)

b) L’homme et la femme étaient innocents mais pas ignorants. (Genèse 2 : 16)

c) Dieu fit une femme à Adam qui lui était semblable. (genèse 2 : 18)

d) Ils dominaient sur tous les animaux et la nature. (Genèse 1 : 28)

e) Ils devaient obéir à un seul commandement de Dieu ! (Genèse 2 : 16 – 17)

f) Ils étaient tous deux nus et n`avaient point honte. Genèse 2 : 25)

g) Ils ont été tentés et ont succombés. Genèse 3 : 1 à 6)

h) Ils étaient sans péché, mais capables de pécher. (Genèse 3 : 6)

i) Première peur dû au péché. (Genèse 3 : 10)

j) La première désobéissance et non repentance. (Genèse 3 : 23)

 

A)   L`homme fait à l`image et à la ressemblance de Dieu vivait à l`abris du besoin et de la souffrance. Sa durée de vie était surement sans limite et aucune maladie ou problème venaient le tourmenter.

B)   Adam avait été averti du danger de mort s`il désobéissait et avait avertis sa compagne de ce danger, à en voir Genèse 3 : 3.

C)   Adam après qu`il eut donné les noms à tous les animaux, il ne trouva pas d`aide semblable à lui. Alors Dieu, plongea Adam dans un profond sommeil et à partir d`une côte d`Adam (ish) lui fit une compagne semblable à lui. (Isha).

D)   En plus de dominer sur tous les animaux et sur la nature ils devaient ordonner sur leur environnement.

E)   Un seul commandement leur était imposé. La mort contient une notion fondamentale de séparation. Il peut s’agir d’une séparation spirituelle, d’une séparation physique et / ou d’une séparation éternelle. Lorsqu’ils péchèrent, Adam et Ève moururent spirituellement, mais comme Dieu est plein de grâce, ils ne moururent pas physiquement, en tout cas pas tout de suite (#Ge 5:5). Aucune raison n’est donnée à cette interdiction, à part le fait qu’il s’agissait d’une mise à l’épreuve. Il n’y avait rien de magique sur cet arbre, mais manger de son fruit après en avoir reçu l’interdiction de la part de Dieu donnerait en effet à l’homme la connaissance du mal, puisque le mal peut être défini comme le fait de désobéir à Dieu. L’homme avait déjà la connaissance du bien.

F)   Avant la chute, l’homme et la femme ignoraient le mal, et la nudité était donc naturelle et innocente. Ils trouvaient leur complète satisfaction dans la joie de leur union et de leur service pour Dieu. En principe, aucun mal venu de l’intérieur ne pouvait les atteindre; la sollicitation au péché ne pouvait venir que de l’extérieur, et elle vint effectivement de là.

G)   C’est Ève qui fut l’objet de l’attaque, car elle était la plus fragile des deux et avait besoin de la protection de son mari. Seule, elle ne pouvait bénéficier de l’expérience et des conseils d’Adam. Cf. #2Ti 3:6. Même si elle était sans péché, il était possible de la tenter et la séduire. En fait, Satan demandait: « Est-il vrai qu’il vous empêche de jouir de cet endroit? Cela ne ressemble pas à quelqu’un de vraiment bon et gentil. Il doit y avoir une erreur. » Il fit naître le doute quant à la compréhension qu’avait Ève de la volonté de Dieu et, déguisé en ange de lumière (#2Co 11:14), il l’amena à une interprétation prétendument plus juste. Elle accueillit ses propos sans peur ni méfiance, comme s’il était un messager crédible venu du ciel et au bénéfice d’une bonne compréhension de la réalité, du fait de son habileté.

H)   Adam et Ève connurent effectivement le bien et le mal, mais compte tenu de leur corruption personnelle, ils ne connurent pas comme Dieu connaît, dans un état de parfaite sainteté. Elle décida, sans savoir vraiment ce qu’elle faisait, que Satan disait la vérité et qu’elle avait mal compris Dieu. Ce n’était pas une rébellion ouverte contre Dieu: Satan l’avait trompée en lui faisant croire qu’elle faisait le bon choix (cf. v. #Ge 3:13). Le N.T. confirme qu’Ève fut trompée (#2Co 11:3 ; #1Ti 2:14 ; #Ap 12:9). Dans le cas d’Adam, il s’agit d’une transgression directe: il n’avait pas été trompé. Le rôle subordonné de la femme n’est pas la conséquence de la chute, d’une corruption culturelle machiste du plan divin parfait; il a été établi par Dieu dès le début de sa création (v. #1Ti 2:13). C’est après l’homme que Dieu a créé la femme, pour qu’elle devienne une aide semblable à lui;  cf. #1Co 11:8-9). La chute corrobore donc le plan créationnel divin. Par nature, Ève n’était pas destinée à assumer les plus hautes responsabilités. En s’écartant de la protection d’Adam et en usurpant ainsi son rôle de responsable, elle s’est rendue vulnérable et a chuté, confirmant de ce fait qu’il était important qu’elle demeure sous la protection et la direction de son mari. Adam non plus n’a pas assumé son rôle, puisqu’il a suivi Ève dans la faute et a ainsi plongé toute la race humaine dans le péché. Tout cela a été le résultat direct d’une violation des rôles attribués par Dieu à chacun des deux sexes. En dernier ressort, la responsabilité de la chute revient à Adam, puisqu’il a choisi de désobéir à Dieu (#Ro 5:12-21 ; #1Co 15:21-22).

I)     L’innocence relevée en #Ge 2:25 fut remplacée par la culpabilité et la honte (vv. #Ge 3:8-10), et dès lors ils durent compter sur leur conscience pour discerner entre le bien et leur capacité nouvellement acquise de voir et connaître le mal. Où es-tu? Avec cette question, Dieu offrit la possibilité à l’homme d’expliquer pourquoi il se cachait et ne feignit pas d’ignorer la situation de l’homme. La honte, le remords, la confusion, la culpabilité et la peur les poussèrent à rechercher la clandestinité. Il n’y avait aucun endroit où se cacher, et il n’y en a toujours pas. Voir #Ps 139:1-12. Adam répondit en manifestant sa peur, mais pas ses regrets.

J)    Le péché d’Adam était mis en évidence par sa connaissance, toute nouvelle, des aspects négatifs de la nudité, mais Dieu voulait qu’il le confesse, même s’il était déjà au courant de leur désobéissance. La réticence fondamentale des hommes pécheurs à admettre leurs fautes est ici établie. C’est toujours la repentance qui pose problème. Lorsque les pécheurs refusent de se repentir, ils subissent le jugement; lorsqu’ils se repentent, ils reçoivent le pardon.

 

 

 

À cause de la transgression (Genèse 3 : 6) Dieu ne renie pas son alliance avec lui, il le chasse d’Éden. Genèse 3-15 je mettrai l’obscurité entre toi et la femme entre ta postérité et sa postérité. Celle-ci t’écrasera la tête et tu lui blesseras le talon Actes 13-23,  Ézéchiel 22 :30-31

La fin de la première dispensation expulsion Adam et Ève du  jardin d`Éden Genèse 3-24.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/