ESDRAS 4 : 1 à 24 *** + EZRA 4 : 1 to 24 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

06/05/2017 08:24

ESDRAS  4 : 1 à 24 *** +
 

 1 ¶  Mais lorsque les ennemis de Juda et de Benjamin apprirent que les exilés construisaient un sanctuaire à Yahvé, le Dieu d’Israël,

 

Les ennemis. Cf. #Esd 5:3-17. Il s’agissait des ennemis d’Israël habitant la région, qui s’opposèrent au rétablissement des Juifs.

 

2  ils s’en vinrent trouver Zorobabel, Josué et les chefs de famille et leur dirent : « Nous voulons bâtir avec vous, car, comme vous, nous cherchons votre Dieu et lui sacrifions depuis le temps d’Asarhaddon, roi d’Assur, qui nous amena ici. »

 

nous lui offrons des sacrifices. Cette fausse déclaration reflétait bien le culte syncrétiste des Samaritains, qui étaient issus de mariages mixtes avec des étrangers immigrés en Samarie après 722 av. J.-C. (cf. v. #Esd 4:10). Sur un grand cylindre conservé au British Museum figurent les annales du roi assyrien Esar-Haddon (av. J.-C.), qui déporta un grand nombre d’Israélites. Des colons babyloniens s’installèrent à leur place et épousèrent les femmes juives qui étaient restées ainsi que leur progéniture. Ces mariages mixtes donnèrent naissance à une population métisse, les Samaritains. Ils avaient développé une forme superstitieuse de culte de Dieu (cf. #2R 17:26-34).

 

3  Zorobabel, Josué et les autres chefs de familles israélites leur répondirent : « Il ne convient point que nous bâtissions, vous et nous, un Temple à notre Dieu : C’est à nous seuls de bâtir pour Yahvé le Dieu d’Israël, comme nous l’a prescrit Cyrus, roi de Perse. »

 

nous seuls. L’idolâtrie ayant été la principale cause de la déportation de Juda à Babylone, ils voulaient en éviter toute résurgence. Bien qu’ayant leurs propres problèmes spirituels (ch. #Esd 9:1-10:2), ils rejetèrent toute forme de religion mixte, et en particulier cette offre de coopération qui avait pour objectif de tout saboter (cf. vv. #Esd 4:4-5).

 

nous l’a ordonné le roi Cyrus. Cf. #Esd 1:2-4 (vers 538 av. J.-C.). Cette mention conférait de l’autorité à leur refus de collaborer.

 

4  Alors le peuple du pays se mit à décourager les gens de Juda et à les effrayer pour qu’ils ne bâtissent plus ;

5  on soudoya contre eux des conseillers pour faire échouer leur plan, pendant tout le temps de Cyrus, roi de Perse, jusqu’au règne de Darius, roi de Perse.

 

faire échouer. Cela provoqua un arrêt des travaux pendant seize ans (av. J.-C.), période au cours de laquelle le peuple s’occupa plus de ses affaires personnelles que des questions spirituelles (cf. #Ag 1:2-6).

Darius. Il régna sur la Perse de 521 à 486 av. J.-C.

 

6 ¶  Sous le règne de Xerxès, au début de son règne, ils rédigèrent une plainte contre les habitants de Juda et de Jérusalem.

 

4:6-23

Esdras choisit d’insérer ici la narration d’un événement ultérieur, car il était lié au thème de l’opposition à la réinstallation et à la reconstruction de Juda. Il mentionne d’abord l’opposition des ennemis d’Israël sous le règne d’Assuérus (titre royal) ou Xerxès (av. J.-C.), le souverain en exercice à l’époque d’Esther (v. #Esd 4:6). Puis, aux vv. #Esd 4:7-23, il raconte l’opposition manifestée à l’époque de Néhémie, sous Artaxerxès Ier (av. J.-C.), et exprimée par une lettre d’accusation contre les Juifs (vv. #Esd 4:7-16). Cette lettre atteignit son objectif  l’interruption des travaux - comme l’indique la réponse du roi (vv. #Esd 4:17-23). C’est probablement de cette opposition qu’il est question en #Né 1:3. L’animosité entre les Israélites et les Samaritains ne faisait que grandir, et elle s’aggrava encore lorsque ces derniers construisirent leur propre temple sur le mont Garizim (cf. #Jn 4:9). Le récit de l’opposition à Zorobabel sous Darius Ier, prédécesseur d’Assuérus et d’Artaxerxès, reprend en #Esd 4:24-5:2.

écrivirent une accusation. Le mot « accusation » désigne une plainte et est apparenté au nom Satan, qui signifie « adversaire ou ennemi légal ».

 

7  Au temps d’Artaxerxès, Mithridate, Tabéel et leurs autres collègues écrivirent contre Jérusalem à Artaxerxès, roi de Perse. Le texte du document était d’écriture araméenne et de langue araméenne.

 

4:7-8

lettre …  lettre. Il s’agit en hébreu de deux mots différents. Le premier désignait un document officiel par opposition à une simple lettre. Le second était le terme générique pour un courrier. Le contexte confirme l’emploi de ces deux termes différents, puisque deux lettres différentes sont mentionnées.

 

8  Puis Réhum, gouverneur, et Shimshaï, secrétaire, écrivirent au roi Artaxerxès, contre Jérusalem, la lettre qui suit-

 

4:8-6:18

Puisque cette section contient essentiellement de la correspondance, elle est écrite en araméen (tout comme 7:12-26) plutôt qu’en hébreu, l’araméen étant la langue diplomatique de l’époque (cf. #2R 18:26 ; #Esa 36:11).

 

9  Réhum, le gouverneur, Shimshaï, le secrétaire et leurs autres collègues ; les juges et les légats, fonctionnaires perses ; les gens d’Uruk, de Babylone et de Suse - c’est-à-dire les Élamites-

10  et les autres peuples que le grand et illustre Assurbanipal a déportés et établis dans les villes de Samarie et dans le reste de la Transeuphratène.

 

Osnappar. Probablement un autre nom du roi assyrien Assurbanipal (av. J.-C.).

 

établis dans la ville de Samarie. La population samaritaine était issue de mariages mixtes entre ces immigrants et les Israélites pauvres qui n’avaient pas été déportés à Ninive.

 

11  Voici la copie de la lettre qu’ils lui envoyèrent : « Au roi Artaxerxès, tes serviteurs, les gens de Transeuphratène : Maintenant donc

 

de ce côté du fleuve. C’est-à-dire à l’ouest de l’Euphrate.

 

12  le roi doit être informé que les Juifs, montés de chez toi vers nous, et venus à Jérusalem, sont en train de rebâtir la ville rebelle et perverse ; ils commencent à restaurer les remparts et ils creusent les fondations.

 

Juifs. Ce nom fut utilisé de façon générale pour les Israélites après la captivité, parce que la plupart des exilés qui revinrent étaient originaires du royaume de Juda, c’est-à-dire des deux tribus du sud. La majorité des membres des tribus du nord restèrent dispersés.

 

13  Maintenant le roi doit être informé que si cette ville est rebâtie et les remparts restaurés, on ne paiera plus impôts, contributions ni droits de passage, et qu’en fin de compte mon roi sera lésé.

 

4:13-14

Cette accusation était pleine d’hypocrisie: eux non plus n’aimaient pas payer leur tribut, mais ils haïssaient les Juifs.

 

14  Maintenant, mangeant le sel du palais, il ne nous paraît pas décent de voir cet affront fait au roi ; aussi envoyons-nous au roi ces informations

15  pour qu’on fasse des recherches dans les Mémoriaux de tes pères : dans ces Mémoriaux, tu trouveras et constateras que cette ville est une ville rebelle, néfaste aux rois et aux provinces, et qu’on y a fomenté des séditions depuis les temps anciens. C’est pourquoi cette ville fut détruite.

 

le livre des mémoires. Document administratif appelé « mémorandum » et conservé dans les archives royales.

cette ville a été détruite. Allusion à la destruction de Jérusalem par le roi Babylonien Nébucadnetsar (vers 586 av. J.-C.).

 

16  Nous informons le roi que si cette ville est rebâtie et ses remparts relevés, tu n’auras bientôt plus de territoires en Transeuphratène ! »

17 ¶  Le roi envoya cette réponse : « À Réhum, gouverneur, à Shimshaï, secrétaire, et à leurs autres collègues, résidant à Samarie et ailleurs, en Transeuphratène, paix ! Maintenant donc

18  le document que vous nous avez envoyé a été, devant moi, lu dans sa traduction.

19  Sur mon ordre, on a fait des recherches et l’on a trouvé que cette ville s’est soulevée contre les rois depuis les temps anciens et que des révoltes et des séditions s’y produisirent.

 

donné ordre. Ou plutôt « promulgué un décret ». En d’autres termes, il ne s’agissait pas d’un simple ordre de routine donné à une personne, mais d’un édit important adressé à un grand nombre de personnes.

 

20  Des rois puissants ont régné à Jérusalem, qui dominèrent toute la Transeuphratène : on leur payait impôt, contributions et droits de passage.

21  Donnez donc l’ordre qu’on interrompe l’entreprise de ces hommes : cette ville ne doit pas être rebâtie tant que je n’aurai rien décidé.

 

En conséquence, ordonnez. Cet ordre n’appelait pas seulement une ou deux personnes à interrompre leurs efforts, mais 50 000. Ce décret était donc d’une grande importance. Le langage utilisé dans l’original souligne la distinction. Cet édit ne serait caduc que le jour où le roi en promulguerait un nouveau.

 

22  Gardez-vous d’agir avec négligence en cette affaire, de peur que le mal n’empire au préjudice des rois. »

23  Dès que la copie du document du roi Artaxerxès eut été lue devant Réhum, le gouverneur, Shimshaï, le secrétaire, et leurs collègues, ils partirent en toute hâte pour Jérusalem chez les Juifs et, par la force des armes, arrêtèrent leurs travaux. (520-515).

 

lettre. Un autre document officiel  par opposition à un courrier générique - émana du transfert d’autorité d’Artaxerxès aux chefs régionaux pour l’application du décret. Sans cette correspondance officielle administrative du roi, il ne pouvait être appliqué.

 

24  C’est ainsi qu’avaient été arrêtés les travaux pour le Temple de Dieu à Jérusalem : ils demeurèrent interrompus jusqu’à la deuxième année du règne de Darius, roi de Perse.

 

s’arrêta …  interrompu. Les travaux furent interrompus pendant seize ans, de 536 à 520 av. J.-C.

 

EZRA  4 : 1 to 24 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

 

1 ¶ But when the enemies of Judah and Benjamin heard that the exiles were building a sanctuary for Yahweh, the God of Israel,

 

Enemies. See #Esd 5: 3-17. These were the enemies of Israel living in the region, who opposed the restoration of the Jews.

 

2 And they came to Zerubbabel, and Joshua, and the heads of the fathers, and said unto them, We will build with you: for we seek you and your God, since the days of Asarhaddon king of Assyria, Which brought us here. "

 

We offer him sacrifices. This false statement reflected the syncretistic cult of the Samaritans, who were the result of mixed marriages with foreign immigrants in Samaria after 722 BC. J.-C. (cf. #Esd 4:10). On a large cylinder preserved in the British Museum are the annals of the Assyrian king Esar-Haddon (BC), who deported a large number of Israelites. Babylonian settlers settled in their place and married the remaining Jewish women and their offspring. These mixed marriages gave birth to a Métis population, the Samaritans. They had developed a superstitious form of worship of God (cf # 2R 17: 26-34).

 

3 Zerubbabel, Joshua, and the other Israelite heads of families said to them, "It is not fitting for us and you to build a temple to our God. It is for us alone to build for Yahweh the God of Israel as Cyrus, king of Persia, prescribes to us. "

 

We alone. Idolatry having been the principal cause of the deportation of Judah to Babylon, they wished to avoid any resurgence. Although they had their own spiritual problems (Eph. #Esd 9: 1-10: 2), they rejected any form of mixed religion, and in particular this offer of co-operation which was intended to sabotage everything (cf. Ees 4: 4-5).

 

King Cyrus ordered us. Cf. #Esd 1: 2-4 (c. 538 BC). This mention conferred authority on their refusal to cooperate.

 

4 Then the people of the land began to discourage the people of Judah, and to frighten them, that they should not build again;

5 and they hurled counsel against them, to destroy their plan, all the days of Cyrus king of Persia, until the reign of Darius king of Persia.

 

to make loose. This resulted in a halt to the work for sixteen years, during which the people were more concerned with their personal affairs than with spiritual matters (see #Ag.1: 2-6).

Darius. He reigned over Persia from 521 to 486 BC. AD

 

6 ¶ During the reign of Xerxes, at the beginning of his reign, they wrote a complaint against the inhabitants of Judah and Jerusalem.

 

4: 6-23

Ezra chose to insert here the narrative of a later event, for it was related to the theme of opposition to the resettlement and reconstruction of Judah. He first mentions the opposition of the enemies of Israel under the reign of Ahasuerus (royal title) or Xerxes (bc), the sovereign in office at the time of Esther (see # Ezra 4: 6). Then, to the vv. #Esd 4: 7-23, he relates the opposition manifested in the time of Nehemiah, under Artaxerxes I (BC), and expressed by a letter of accusation against the Jews (vv. #Esd 4: 7-16). This letter reached its goal of interrupting the work - as the King's reply indicates (vv. #Esd 4: 17-23). It is probably from this opposition that it is question in # Born 1: 3. The animosity between the Israelites and the Samaritans only grew, and it became even worse when the latter built their own temple on Mount Garizim (cf. Jn 4: 9). The story of the opposition to Zerubbabel under Darius I, the predecessor of Ahasuerus and Artaxerxes, resumes in #Esd 4: 24-5: 2.

Wrote an accusation. The word "accusation" refers to a complaint and is related to the name Satan, which means "adversary or legal enemy".

 

7 In the days of Artaxerxes, Mithridates, Tabeel and their other colleagues wrote against Jerusalem to Artaxerxes, king of Persia. The text of the document was Aramaic and Aramaic.

 

4: 7-8

Letter ... letter. In Hebrew there are two different words. The former designated an official document as opposed to a simple letter. The second was the generic term for a mail. The context confirms the use of these two different terms, since two different letters are mentioned.

 

8 And Rehum the governor, and Shimshai the secretary, wrote to Artaxerxes the king against Jerusalem,

 

4: 8-6: 18

Since this section contains essentially correspondence, it is written in Aramaic (as 7: 12-26) rather than Hebrew, as Aramaic is the diplomatic language of the time (see # 2R 18:26; Esa 36:11).

 

9 Rehum, the governor, Shimshai, the secretary and their other colleagues; Judges and legates, Persian officials; The people of Uruk, Babylon and Susa - that is, the Elamites –

10 and the other peoples whom the great and illustrious Assurbanipal has deported and established in the cities of Samaria and the rest of the Transeuphratene.

 

Osnappar. Probably another name of the Assyrian king Assurbanipal (BC).

 

Established in the city of Samaria. The Samaritan population was the result of mixed marriages between these immigrants and the poor Israelites who had not been deported to Nineveh.

 

11 This is the copy of the letter which they sent unto him, saying unto King Artaxerxes, thy servants, the men of Transuphrates:

 

On this side of the river. That is, to the west of the Euphrates.

 

12 The king must be informed that the Jews who have come up to us and come to Jerusalem are rebuilding the rebellious and perverse city. They begin to restore the ramparts and they dig the foundations.

 

Jews. This name was used generally for the Israelites after the captivity, because most of the exiles who returned came from the kingdom of Judah, that is to say, from the two tribes of the south. The majority of the tribes of the north remained dispersed.

 

13 Now the king must be informed that if this city is rebuilt and the ramparts restored, no more taxes, contributions or rights of passage will be paid, and in the end my king will be wronged.

 

4: 13-14

This accusation was full of hypocrisy: neither did they like paying their tribute, but they hated the Jews.

 

14 Now, eating the salt of the palace, it does not seem to us decent to see this affront to the king; So we send the king this information

15 that you may search in the memorials of your fathers. In these Memorials you will find and find that this city is a rebellious city, harmful to kings and provinces, and that seditions have been fomented there since time old. That is why this city was destroyed.

 

The book of memories. Administrative document called "memorandum" and preserved in the royal archives.

This city was destroyed. Allusion to the destruction of Jerusalem by the Babylonian king Nebuchadnezzar (c. 586 BC).

 

16 We tell the king that if this city is rebuilt and its ramparts raised, you will soon have no territories in Transeuphratene! "

17 ¶ And the king sent a reply, saying, "In Rehum, the governor, and Shimshai the secretary, and their fellows, who dwell in Samaria and elsewhere, in peace. So now

The document that you have sent to us has been read to me in its translation.

19 At my command there was research, and it was found that this city has risen up against kings since ancient times, and that revolts and seditions have taken place there.

 

Order. Or rather "promulgated a decree". In other words, it was not simply a routine order given to a person, but an important edict addressed to a large number of people.

 

20 Powerful kings reigned in Jerusalem, who ruled over all Transeuphrates: they were paid taxes, contributions and rights of way.

21 Give the order to interrupt the enterprise of these men: this city must not be rebuilt until I have decided.

 

As a result, order. This order called not only one or two persons to interrupt their efforts, but 50,000. This decree was therefore of great importance. The language used in the original emphasizes distinction. This edict would be obsolete only on the day when the king promulgated a new one.

 

22 Be careful not to act negligently in this affair, lest evil prevail over the prejudice of kings. "

23 As soon as the copy of the document of King Artaxerxes had been read before Rehum, the governor, Shimshai, the secretary, and their colleagues, they went in haste for Jerusalem to the Jews, and by force of arms stopped their work. (520-515).

 

letter. Another official document as opposed to a generic letter - emanated from the transfer of authority from Artaxerxes to the regional chiefs for the application of the decree. Without this official administrative correspondence of the King, it could not be applied.

 

24 Thus the work for the Temple of God in Jerusalem was stopped. They were interrupted until the second year of the reign of Darius king of Persia.

 

Stopped ... interrupted. The work was interrupted for sixteen years, from 536 to 520 BC. AD

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/