ESDRAS 9 : 1 à 15 *** + EZRA 9 : 1 to 15 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

11/05/2017 06:44

ESDRAS  9 : 1 à 15 *** +
 

 1 ¶  Après que cela fut terminé, les chefs s’approchèrent de moi, en disant : Le peuple d’Israël, les sacrificateurs et les Lévites ne se sont point séparés des peuples de ces pays, et ils imitent leurs abominations, celles des Cananéens, des Héthiens, des Phéréziens, des Jébusiens, des Ammonites, des Moabites, des Égyptiens et des Amoréens.

 

Après que cela fut terminé. Allusion à l’achèvement des différentes responsabilités et tâches qui avaient été confiées à Esdras.

 

sacrificateurs …  Lévites. Comme c’était déjà le cas avant les déportations assyrienne et babylonienne, les chefs spirituels avaient autant péché que le peuple (cf. #Esa 24: 2 ; #Jér 5:30-31 ; #Jér 6:13-15 ; #Os 4:9 ; #Mal 2:1-9 ; #2Ti 4:2-4).

 

abominations. La séparation d’avec les autres nations visait à garder le peuple de Dieu pur. À son arrivée en Canaan, Israël avait été averti qu’il ne devait pas conclure d’alliances avec les autres nations, car elles déboucheraient sur des mariages mixtes et, inévitablement, sur l’adoration de dieux étrangers (#Ex 34:10-17 ; #De 7:1-5). C’était la violation continuelle de ce commandement qui avait, en grande partie, été la cause de l’exil. Esdras découvrit que, à peine de retour de captivité, le peuple désobéissait à nouveau, et il exigea une repentance immédiate. Néhémie (#Né 13:23-27) et Malachie (#Mal 2:14-16) furent aussi confrontés à ce péché. Il paraît incompréhensible que les Israélites aient pu si rapidement s’engager de nouveau sur la voie désastreuse de l’idolâtrie. Ni la colère de Dieu durant l’exil à Babylone ni la grâce dont il avait fait preuve en permettant leur retour n’avaient suffi pour les empêcher de faillir à nouveau.

Cananéens …  Amoréens. Les peuples cananéens qui devaient être tués ou vaincus commettaient les pires des péchés (cf. #Ge 15: 16 ; #Lé 18:24-25). En tant que juge, Dieu est en droit de traiter le cas de tous les hommes, que ce soit à la fin des temps (#Ap 20:11-15) ou à un autre moment, selon ce qu’il juge nécessaire pour parvenir à ses objectifs. En fait, la véritable question n’est pas de savoir pourquoi il a choisi de détruire ces peuples, mais pourquoi il les a laissés vivre si longtemps et pourquoi tous les pécheurs ne sont pas exterminés plus tôt. Si les hommes pécheurs peuvent subsister, c’est seulement du fait de la grâce divine (cf. #Ge 2:17 ; #Ez 18: 20 ; #Ro 6:23).

 

2  Car ils ont pris de leurs filles pour eux et pour leurs fils, et ont mêlé la race sainte avec les peuples de ces pays ; et les chefs et les magistrats ont été les premiers à commettre ce péché.

 

race sainte. C’est-à-dire la descendance d’Abraham, que Dieu avait mise à part (cf. #Ge 13:15-16 ; #Ge 17:4-14). Elle ne devait pas se mélanger à d’autres nations, pour ne pas violer l’alliance de Dieu (cf. #De 7:2-3). Les mariages avec des femmes païennes introduiraient à coup sûr l’idolâtrie dans la génération suivante, et c’est ce qui explique la vive réaction d’Esdras.

 

3  Lorsque j’entendis cela, je déchirai mes vêtements et mon manteau, je m’arrachai les cheveux de la tête et les poils de la barbe, et je m’assis désolé.

 

déchirai …  arrachai …  assis. Esdras exprima sa douleur et son trouble en découvrant ce péché (cf. #2Ch 34:27). Il souffrait de voir le peuple retourner à ses anciennes voies et risquer de provoquer un nouveau jugement.

 

4  Auprès de moi s’assemblèrent tous ceux que faisaient trembler les paroles du Dieu d’Israël, à cause du péché des fils de la captivité ; et moi, je restai assis et désolé, jusqu’à l’offrande du soir.

 

trembler les paroles. Contrairement à ceux qui avaient épousé des femmes païennes, ceux-ci considéraient les mariages mixtes comme une abomination. Dans la crainte du jugement de Dieu (cf. #Esa 66:2, #Esa 66:5), ils s’assirent avec Esdras jusqu’à ce que le peuple soit rassemblé pour l’offrande du soir. Il y eut sûrement un moment de prière et de confession publiques, puisque Esdras jeûna, pleura et pria (v. #Esd 9:5) afin d’amener les chefs et le peuple à la repentance.

 

5 ¶  Puis, au moment de l’offrande du soir, je me levai du sein de mon humiliation, avec mes vêtements et mon manteau déchirés, je tombai à genoux, j’étendis les mains vers l’Éternel, mon Dieu,

 

9:5-15

La prière sacerdotale d’Esdras, prière d’intercession et de confession, ressemble à celle de Daniel (#Da 9:1-20) et de Néhémie (#Né 1:4-11) en ce qu’il s’identifie au péché du peuple sans y avoir activement participé. L’emploi de « nous » et « nos » prouve qu’il avait compris que le péché de quelques-uns suffisait pour contaminer le reste.

 

6  et je dis : Mon Dieu, je suis dans la confusion, et j’ai honte, ô mon Dieu, de lever ma face vers toi ; car nos iniquités se sont multipliées par-dessus nos têtes, et nos fautes ont atteint jusqu’aux cieux.

7  Depuis les jours de nos pères nous avons été grandement coupables jusqu’à ce jour, et c’est à cause de nos iniquités que nous avons été livrés, nous, nos rois et nos sacrificateurs, aux mains des rois étrangers, à l’épée, à la captivité, au pillage, et à la honte qui couvre aujourd’hui notre visage.

8  Et cependant l’Éternel, notre Dieu, vient de nous faire grâce en nous laissant quelques réchappés et en nous accordant un abri dans son saint lieu, afin d’éclaircir nos yeux et de nous donner un peu de vie au milieu de notre servitude.

 

9:8-9

grâce …  bienveillance. Dieu était resté fidèle à son caractère et à son alliance (cf. #La 3:22-23) en restaurant Israël, Jérusalem et le temple.

un abri dans son saint lieu. Figure de rhétorique pour indiquer la permanence et l’éminence.

 

9  Car nous sommes esclaves, mais Dieu ne nous a pas abandonnés dans notre servitude. Il nous a rendus les objets de la bienveillance des rois de Perse, pour nous conserver la vie afin que nous puissions bâtir la maison de notre Dieu et en relever les ruines, et pour nous donner une retraite en Juda et à Jérusalem.

 

une retraite. Quand les Juifs étaient dispersés dans tout le Croissant fertile, ils étaient vulnérables. Rassemblés en Juda, avec Dieu comme protecteur, ils se sentaient en sécurité. Le terme de « retraite » peut renvoyer à la reconstruction à venir des murailles de Jérusalem, mais il désigne plus largement la protection assurée par Dieu.

 

10  Maintenant, que dirons-nous après cela, ô notre Dieu ? Car nous avons abandonné tes commandements,

 

9:10-12

tes commandements. Il ne s’agit pas d’une citation d’un texte particulier de l’Écriture, mais plutôt d’un résumé des commandements de Dieu sur le sujet (cf. #Ex 34:15-17 ; #De 7:1-6).

 

11  que tu nous avais prescrits par tes serviteurs les prophètes, en disant : Le pays dans lequel vous entrez pour le posséder est un pays souillé par les impuretés des peuples de ces contrées, par les abominations dont ils l’ont rempli d’un bout à l’autre avec leurs impuretés ;

12  ne donnez donc point vos filles à leurs fils et ne prenez point leurs filles pour vos fils, et n’ayez jamais souci ni de leur prospérité ni de leur bien-être, et ainsi vous deviendrez forts, vous mangerez les meilleures productions du pays, et vous le laisserez pour toujours en héritage à vos fils.

13  Après tout ce qui nous est arrivé à cause des mauvaises actions et des grandes fautes que nous avons commises, quoique tu ne nous aies pas, ô notre Dieu, punis en proportion de nos iniquités, et maintenant que tu nous as conservé ces réchappés,

 

9:13-14

Comparer avec une situation identique, au cours de l’exode, où les Israélites s’étaient adonnés à l’idolâtrie et à l’immoralité sous la conduite d’Aaron, qui dut ensuite affronter Moïse (#Ex 32:1-35).

 

14  recommencerions-nous à violer tes commandements et à nous allier avec ces peuples abominables ? Ta colère n’éclaterait-elle pas encore contre nous jusqu’à nous détruire, sans laisser ni reste ni réchappés ?

 

ni reste. Esdras craignait que ce péché ne provoque le jugement final de Dieu et l’abrogation de ses alliances inconditionnelles. Dieu jugera effectivement le péché, mais la venue du Messie et l’enseignement de Paul sur la fidélité de Dieu à ses promesses (#Ro 9:1-11:2) certifient qu’Israël est le peuple élu, la nation bien-aimée de Dieu, et que son appel est irrévocable (#Ro 11:25-29).

 

15  Éternel, Dieu d’Israël, tu es juste, car nous sommes aujourd’hui un reste de réchappés. Nous voici devant toi comme des coupables, et nous ne saurions ainsi subsister devant ta face.

 

subsister devant ta face. Tous reconnus coupables, ils n’avaient pas le droit de se tenir dans la présence de Dieu. Ils vinrent pourtant, dans un esprit de repentance, chercher la grâce du pardon.

 

 

EZRA  9 : 1 to 15 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

 

1 ¶ And when it was finished, the princes came to me, saying, The people of Israel, the priests, and the Levites, have not separated themselves from the people of these lands, and imitate their abominations, that of the Canaanites , The Hittites, the Perizzites, the Jebusites, the Ammonites, the Moabites, the Egyptians, and the Amorites.

 

After that was finished. Allusion to the completion of the various responsibilities and tasks entrusted to Esdras.

 

The priests, the Levites. As was already the case before the Assyrian and Babylonian deportations, the spiritual leaders had sinned as much as the people (cf. #Esa 24: 2; # Jer 5: 30-31; # Jer 6: 13-15; 4: 9; #Mal 2: 1-9; # 2Ti 4: 2-4).

 

abominations. Separation from other nations was meant to keep the people of God pure. Upon his arrival in Canaan, Israel had been warned that it should not enter into alliances with other nations, for it would lead to mixed marriages and, inevitably, to the worship of foreign gods (#Ex 34: 10- 17; # 7: 1-5). It was the continual violation of this command which had largely been the cause of the exile. Ezra discovered that, on returning from captivity, the people disobeyed again, and demanded immediate repentance. Nehemiah (# 13: 23-27) and Malachi (#Mal 2: 14-16) were also confronted with this sin. It seems incomprehensible that the Israelites were able to commit themselves so quickly to the disastrous path of idolatry. Neither the anger of God during the exile in Babylon, nor the grace which he had shown in allowing their return, had sufficed to prevent them from failing again.

Canaanites ... Amorites. The Canaanite peoples who were to be killed or vanquished committed the worst of sins (cf. Ge 15:16; # Lev. 18: 24-25). As a judge, God is entitled to deal with the case of all men, whether at the end of time (#Ap 20: 11-15) or at another time, as he deems necessary to achieve To its objectives. In fact, the real question is not why he chose to destroy these peoples, but why he let them live so long and why not all sinners are exterminated earlier. If sinful men can subsist, it is only because of divine grace (cf. Gen. 2:17, #Ez 18:20, #Ro 6:23).

 

2 For they took of their daughters for themselves and for their sons, and mingled the holy race with the peoples of these lands; And the chiefs and magistrates were the first to commit this sin.

 

A holy race. That is, the offspring of Abraham, whom God had set apart (cf. Ge 13: 15-16, # 17: 4-14). It was not to mix with other nations, not to break the covenant of God (cf. # 7: 2-3). Marriages with pagan women would surely introduce idolatry into the next generation, and this is the reason for the lively reaction of Ezra.

 

3 And when I heard this, I tore my clothes and my coat, and plucked my hair out of my head, and the hair of his beard, and I sat down with sorrow.

 

Torn ... arrachai ... seated. Ezra expressed his sorrow and trouble by discovering this sin (cf. 2Ch 34:27). He suffered from seeing the people return to their old ways and risking a new judgment.

 

4 And unto me were gathered all the trembling of the words of the God of Israel for the sins of the captivity; And I remained seated and desolate until the evening offering.

 

To tremble the words. Unlike those who had married pagan women, they regarded mixed marriages as an abomination. In fear of God's judgment (cf. #Esa 66: 2, #Esa 66: 5), they sat down with Ezra until the people were gathered together for the evening offering. There was surely a moment of public prayer and confession, since Ezra fasted, wept and prayed (Ezra 9: 5) to bring the leaders and the people to repentance.

 

5 ¶ And it came to pass at the time of the evening offering, that I rose up from the midst of my humiliation, with my clothes and my cloak torn, and fell on my knees, and stretched out my hands to the LORD my God,

 

9: 5-15

The priestly prayer of Ezra, prayer of intercession and confession, resembles that of Daniel (# 9: 1-20) and Nehemiah (# 1: 4-11) in that he is identified with Sin of the people without having actively participated. The use of "us" and "our" proves that he understood that the sin of a few was enough to contaminate the rest.

 

6 And I said, My God, I am in confusion, and I am ashamed, O my God, to lift up my face toward you; For our iniquities have multiplied above our heads, and our sins have reached even to the heavens.

7 From the days of our fathers we have been greatly guilty until this day, and it is because of our iniquities that we, our kings and priests, have been delivered into the hands of foreign kings, Sword, captivity, pillage, and the shame that now covers our face.

8 Yet the Lord our God has just given us pardon, leaving us a few escaped, and giving us shelter in his holy place, in order to clear up our eyes and give us a little life in the midst of our servitude .

 

9: 8-9

Thanks ... benevolence. God had remained faithful to his character and covenant (cf. # 3: 22-23) in restoring Israel, Jerusalem and the temple.

A shelter in his holy place. Figure of rhetoric to indicate permanence and eminence.

 

9 For we are slaves, but God has not forsaken us in our bondage. He has restored to us the objects of the benevolence of the kings of Persia, so that we may build the house of our God, and lift up the ruins thereof, and give us a retreat in Judah and Jerusalem.

 

a retreat. When the Jews were scattered throughout the fertile Crescent, they were vulnerable. Gathered in Judah, with God as protector, they felt safe. The term "retreat" may refer to the future reconstruction of the walls of Jerusalem, but it more broadly refers to the protection provided by God.

 

10 Now what shall we say after this, O our God? For we have forsaken thy commandments,

 

9: 10-12

Your commands. This is not a quotation from a particular text of Scripture, but rather a summary of God's commandments on the subject (cf #Ex 34: 15-17; #De 7: 1- 6).

 

11 That thou hadst commanded us by thy servants the prophets, saying, The land into which ye enter to possess it, is a land defiled by the uncleanness of the people of these lands, by the abominations with which they have filled it To the other with their impurities;

12 Therefore do not give your daughters to their sons, neither take their daughters for your sons, nor worry about their prosperity or well-being, and so you will become strong, you will eat the best productions of the land , And you will leave it forever as an inheritance to your sons.

13 After all that has happened unto us because of the evil deeds and evil things which we have committed, although thou hast not punished us in proportion to our iniquities, and now that thou hast preserved us these escaped souls,

 

9: 13-14

Comparing with an identical situation during the exodus, when the Israelites had indulged in idolatry and immorality under the guidance of Aaron, who then had to face Moses (# 32: 1-35) .

 

14 would we again be breaking your commandments and joining with these abominable people? Would not your anger still break out against us until we destroy ourselves, without leaving behind or escaping?

 

Nor remains. Ezra was afraid that this sin would provoke the final judgment of God and the abrogation of his unconditional alliances. God will indeed judge sin, but the coming of the Messiah and Paul's teaching about God's faithfulness to his promises (#Ro 9: 1-11: 2) certify that Israel is the chosen people, the beloved nation Of God, and that his calling is irrevocable (#Ro 11: 25-29).

 

15 Yahweh, God of Israel, you are righteous, for today we are a remnant of escaped. We are before you as guilty, and we can not stand before your face.

 

To stand before your face. All of them found guilty, they had no right to stand in the presence of God. They came, however, in a spirit of repentance, to seek the grace of forgiveness.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/