ÉZÉKIEL 21 : 8-9-10-11-12-13-14 ***

14/01/2014 09:05

ÉZÉKIEL 21 : 8-9-10-11-12-13-14 ***

8 ¶  (21-13) La parole de l’Eternel me fut adressée, en ces mots:

9  (21-14) Fils de l’homme, prophétise, et dis : Ainsi parle l’Eternel. Dis : L’épée ! l’épée ! Elle est aiguisée, elle est polie.

10  (21-15) C’est pour massacrer qu’elle est aiguisée, C’est pour étinceler qu’elle est polie …  Nous réjouirons-nous ? Le sceptre de mon fils méprise tout bois … 

11  (21-16) On l’a donnée à polir, Pour que la main la saisisse ; Elle est aiguisée, l’épée, elle est polie, Pour armer la main de celui qui massacre.

12  (21-17) Crie et gémis, fils de l’homme ! Car elle est tirée contre mon peuple, Contre tous les princes d’Israël ; Ils sont livrés à l’épée avec mon peuple. Frappe donc sur ta cuisse !

13  (21-18) Oui, l’épreuve sera faite ; Et que sera-ce, si ce sceptre qui méprise tout est anéanti ? Dit le Seigneur, l’Eternel.

14  (21-19) Et toi, fils de l’homme, prophétise, Et frappe des mains ! Et que les coups de l’épée soient doublés, soient triplés ! C’est l’épée du carnage, l’épée du grand carnage, L’épée qui doit les poursuivre.

NOTES DE JOHN MACARTHUR

21:13-22

L’épée, c’est-à-dire Babylone, était tranchante.

21: 15

Le sceptre de mon fils méprise. Ou « Elle méprise le sceptre de mon fils, comme ». Cf. aussi v. 18. Ce v. affirme peut-être que l’épée de Dieu, particulièrement impressionnante d’après le v. 15a, allait mépriser le sceptre royal de Juda (cf. #Ge 49:9-10), incapable de l’arrêter et près de disparaître (vv. #Ez 21:30-32). Le jugement de Dieu se révélerait trop dur à supporter pour un objet fabriqué (du moins en partie) en bois. « Mon fils » peut représenter Juda (cf. #Ex 4:22-23) ou son roi (« fils » de Dieu au sens où l’était Salomon, #1Ch 28:6).

21: 16

celui qui massacre. Dieu reste le juge et l’exécuteur du jugement, même s’il utilise quelqu’un d’autre pour parvenir à ses fins.

21: 17

Frappe donc sur ta cuisse! Peut aussi se traduire « frappe-toi la poitrine ». Dans tous les cas, il s’agit d’un geste exprimant de façon ostentatoire le chagrin et dont le prophète se fit l’auteur. D’autres expressions de la douleur «  crier et gémir » (v. #Ez 21: 17), « frapper des mains » (vv. #Ez 21: 19, #Ez 21: 22) - accompagnent cette manifestation de détresse.

EZEKIEL 21 : 8-9-10-11-12-13-14 ***

¶ 8 ( 21-13 ) The word of the LORD came unto me , saying :
9 ( 21-14 ) Son of man , prophesy and say , Thus saith the LORD. Say: The sword ! the sword ! It is sharp , it is polished.
10 ( 21-15 ) This is to slaughter it is sharpened , it is polished to spark it ... we then make mirth ? The scepter of my son despises wood ...
11 ( 21-16 ) It was given to polishing, For the hand grasp , is sharpened, and the sword, it is furbished, to give the hand of the slayer .
12 ( 21-17 ) Cry and howl , son of man! As it is pulled against my people , against all the princes of Israel : they are delivered to the sword with my people. Smite therefore upon thy thigh
13 ( 21-18 ) Yes, a trial, and what will it be , if scepter who despises everything is destroyed ? Says the Lord GOD .
14 ( 21-19 ) And thou, son of man, prophesy, and clap your hands ! And the blows of the sword be doubled the triplets ! This is the sword of slaughter , the sword of the great slaughter , the sword shall pursue them.

 

NOTES JOHN MACARTHUR


21:13-22
The sword is to say Babylon, was sharp .
 

21 : 15
The scepter of my son despises . Or " She despises the scepter of my son , as ". See also vv . 18 . This v . says maybe the sword of God, especially impressive after c. 15a, would despise the royal scepter of Judah (see # Ge 49:9-10 ) , unable to stop and almost disappear (vv. # Ez 21:30-32 ) . God's judgment would be too hard to bear for an artifact (at least partly ) of wood . "My son " may represent Judah (cf. Ex 4:22-23 # ) or a king (" son " of God in the sense that was Solomon , # 1Ch 28:6 ) .
 

21 : 16
the slayer . God is the judge and the executor of judgment, even if someone else uses to achieve its purposes.
 

21 : 17
Smite therefore upon thy thigh Can also be translated " strike up the chest ." In all cases , it is a gesture expressing sorrow and ostentatiously whose prophet was the author. Other expressions of pain " scream and moan " (v. # Ez 21: 17 ), " clap " ( vv. # Ez 21: 19 # Ez 21: 22) - accompany the event of distress.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/