Fidélité à la Bible

21/07/2018 00:19

Fidélité à la Bible

Le titre de ce chapitre n’est peut-être pas très exact, nous dirons même, au risque de paraître paradoxal, pas très biblique.

Nous nous comprenons cependant : Il ne s’agit pas de fidélité à un livre, si précieux soit-il, mais d’attachement à la Parole de ce livre, à la doctrine, à la Vie, à la Personne que nous révèle la Bible.

Deux dangers nous menacent constamment : L’orthodoxie morte et le libéralisme.

Il est parfois troublant de rencontrer des gens accusés de libéralisme qui « vivent » les enseignements de l’Écriture et de voir d’ardents défenseurs de l’orthodoxie négliger de pratiquer les paroles du Christ.

Certes, nous avons sans cesse, et partout où nous allons, une Bible dans notre poche. Mais à quoi cet attachement nous servirait-il et serait-il utile aux autres si ce que dit « le Livre » n’agissait pas dans notre vie ?

 

Nous avons besoin du Livre pour diriger notre vie, mais Dieu ne veut pas que nous en restions au Livre.

Il est une boussole qui nous conduit, un phare qui nous fait éviter les récifs, une lampe qui nous éclaire dans la nuit.

Mais ni la boussole, ni le phare, ni la lampe n’ont de fin en eux-mêmes et n’existent pour eux-mêmes.

De même, la Bible n’a d’importance qu’en raison de ce qu’elle révèle d’une manière transcendante :

Le Dieu unique, notre Créateur et notre Rédempteur.

C’est une lettre sans prix en raison de l’absence de l’auteur.

Si l’homme était resté avec Dieu, il n’y aurait pas de Bible. On ne s’écrit que lorsqu’on est séparé.

S’il y a une Bible aujourd’hui, c’est à cause du péché qui a privé l’homme de la contemplation directe de Dieu.

Quand Jésus était sur la terre, il n’avait recours à l’Écriture que pour prouver son origine, et démontrer qu’Il était bien Celui dont chaque page est remplie, #Luc 4:16-21, 24:27. Les Écritures devaient conduire les Juifs au Christ, #Jean 5:39-40.

Les pharisiens, hélas, préférèrent le Livre à la Personne. Ils n’allèrent pas jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’au Christ, et leur attachement au Livre et à leurs traditions les conduisit à crucifier Jésus, #Jean 8:37-47.

La lettre non vivifiée par l’Esprit les a rendus aveugles et criminels. Tout cela peut encore se produire aujourd’hui, #2Corinthiens 3:6.

Que personne, cependant, ne croie que nous cherchons à diminuer la valeur du Livre par excellence.

Notre but, au contraire, est de montrer à la lumière des Écritures quelle est la véritable fidélité à la Parole de Dieu.

Qu’est-ce que la fidélité ?

Selon l’Écriture, on peut distinguer trois genres de fidélité :

— La fidélité de Dieu.
— La fidélité de l’homme naturel.
— La fidélité du chrétien.

 


1. Considérée en Dieu, la fidélité est la perfection qui consiste en l’action continue de son amour à travers les temps, et malgré les obstacles. « Dieu est fidèle » ! #1Corinthiens 10:13.

On est fidèle à ce qui est plus grand que soi. Dieu n’ayant rien au-dessus de Lui est absolument fidèle à lui-même. « Il n’y a en Lui ni changement, ni l’ombre d’une variation ». #Jacques 1:17.

Ses pensées sont immuables, ses paroles éternelles, ses actes irréprochables.

C’est sa fidélité qui donnera à ses promesses un plein accomplissement, #Néhémie 9:8; #Romains 4:20-21. Il achèvera l’œuvre qu’il a commencée en nous, #Philippiens 1:6; #Psaumes 138:8.

Sa fidélité est inébranlable, #Esaïe 49:7. Elle atteint jusqu’aux nues, #Psaumes 36:6, et demeure à toujours, #Psaumes 119:90.

 

2. Considérée en l’homme, la fidélité est une vertu naturelle, la force qui consiste en un ferme attachement aux promesses faites, #Genèse 31:45-54, au dessein arrêté, #Juges 11:39, à la personne aimée, #1Samuel 20:17, à l’idéal conçu au point de vue moral, #Galates 1:14.

On voit ainsi des hommes de tout âge, et de toute tendance, être fidèles à leur patrie, leur foyer, leur femme, leurs amis, leur club, leur parti, leur église, à un objet, à des coutumes et traditions. Il n’est pas nécessaire d’être chrétien pour avoir cette fidélité, #2Rois 12:15.

 

3. Chez l’enfant de Dieu authentique, la fidélité est un fruit de l’Esprit, #Galates 5:22.

C’est un attachement créé par l’Esprit pour les choses d’En-haut, pour ce qui plaît à Dieu, pour ce qui vient de Dieu, #Colossiens 3:1-3. C’est ce qui nous lie à Dieu Lui-même, à sa volonté qui est la Loi suprême, quelles que soient :

— Les circonstances adverses,
— les tentations incessantes de l’égoïsme et du monde,
— l’ingratitude des hommes et
— la ruine de nos espérances.

 


La fidélité à la Bible doit être un fruit de l’Esprit et non un zèle charnel qui conduit à l’aveuglement et au fanatisme.

La source de la fidélité chrétienne, c’est l’amour.

— Sa cause, la grandeur de Dieu.
— Son but, la gloire de Dieu.
— Son objet : Dieu Lui-même.
— Ses conséquences, une obéissance totale aux ordres divins.
— Son modèle, Jésus-Christ, « le témoin fidèle », #Apocalypse 2:22.
— Ses résultats, la paix du cœur, et des âmes sauvées.

 


Il y a donc fidélité :

Si la Source qui l’alimente est l’amour de Dieu versé dans nos cœurs par le Saint-Esprit, #Romain 5:5. Les pharisiens fidèles n’avaient pas l’amour de Dieu en eux, #Jean 5:42.

Si la Cause qui nous fait agir est la grandeur et la majesté de Dieu reconnues, et sa Seigneurie acceptée, #Psaumes 45:11.

Si le But que nous nous proposons constamment est la gloire de Dieu et non la nôtre, #Jean 5:44, 12:43.

Si son Objet est Dieu Lui-même devenu le centre de nos affections, #Actes 16:15.

La fidélité chrétienne n’existe que si elle se manifeste par une obéissance sans condition et sans limite qui va jusqu’à la mort, #Apocalypse 2:10.

Elle n’a de valeur que si elle est conforme à celle de Jésus-Christ, #Philippiens 2:5-11.

Enfin, les résultats de la fidélité se manifestent dans le cœur du croyant par une bonne conscience, source de paix et de sérénité, et, autour de lui, par un témoignage qui porte de bons fruits, #1Pierre 3:8-17.

À la lumière des points précédents, nous pouvons dire maintenant que la fidélité à la Bible n’est donc pas :

1. Une simple reconnaissance de l’inspiration verbale des Écritures.
2. L’adhésion à une confession de foi rédigée dans un langage orthodoxe consommé.
3. La proclamation véhémente* de notre attachement aux principes fondamentalistes.
4. La réputation d’être théopneuste**.

 


Ne nous y trompons pas ! Comme on peut se croire sauvé et ne pas l’être, on peut se croire fidèle à la Bible et s’illusionner, #Matthieu 7:21.

Gardons-nous aussi de confondre fidélité à la Bible avec fidélité :

— à une interprétation,
— à un système doctrinal,
— à la tradition,
— aux coutumes,
— à son église,
— aux principes de sa communauté.

 


La fidélité à la Bible n’est pas non plus un simple attachement à un Livre extraordinaire.

Elle n’a aucune valeur si elle n’est Pas une fidélité à la Parole vivante, à la Personne ineffable révélée par la Bible, au Christ !

Si la Bible est reconnue comme la révélation de Dieu aux hommes, si cette révélation est acceptée, elle s’imposera à nous, aura autorité sur nos cœurs, et nous conduira à l’obéissance.

Ce Livre nous instruira, nous critiquera, nous reprendra et nous laisserons cette parole réformer notre vie, #2Timothée 3:16-17.

 

En définitive, la fidélité à la Bible est donc manifestée :

1. Si on laisse l’Écriture corriger dans notre vie ce qui n’est pas conforme à son enseignement.

2. Si on permet à l’Écriture de reprendre, de modifier dans nos églises et communautés, ce qui n’est pas en harmonie avec ce qu’elle déclare.
3. Si on met l’Écriture au-dessus des hommes de réveil, des réformateurs, des Pères, des traditions, des coutumes, des habitudes.

4. Si on laisse la Parole diriger nos pas dans ce monde, n’étant plus guidés par les principes du monde.

5. Si on n’emploie plus la Bible pour y chercher la confirmation ou la justification de nos pensées, de nos principes, de nos coutumes, qu’on sait très bien être étrangers au Christ.

 

 

En conclusion, chacun peut mesurer la valeur qu’il accorde à la Bible, au prix que le Christ a pour son cœur.

Et la valeur que le Christ a pour nous se mesure à notre obéissance à ses commandements.

Cette obéissance trouve elle-même sa source dans l’amour que nous avons pour Celui qui a parlé.

Et cet amour naît dans nos cœurs en réponse à la révélation de son amour pour nous à la Croix.

La fidélité à la Bible n’est donc pas un attachement à un texte, mais à la Personne qui a inspiré ce texte.

Il y a un amour du texte qui est du pharisaïsme et qui tue. Un amour pour la Bible qui ne transforme pas la vie est de l’idolâtrie, et offre autant de danger que le libéralisme, #1Jean 5:21.

Que notre attachement à la Bible se manifeste non plus par des paroles, ou par une simple prise de position doctrinale, mais par une vie qui soit tous les jours un témoignage rendu à Jésus-Christ.

La ruine du témoignage chrétien ne vient pas des grands négateurs, mais de tous ceux qui affirment et ne vivent pas !

Quand nos vies deviendront davantage le parfum, la lettre et l’image du Christ, quand nous ferons vraiment fonction d’ambassadeurs pour le Christ, quand nos cœurs seront le temple du Dieu vivant, et notre attitude dans le monde, celle d’hommes en Christ, la Bible aura alors ses témoins véritables et fidèles.

 

* Véhémente Qui a une grande force expressive, qui entraîne ou émeut.

** théopneustie ou inspiration divine est un concept chrétien évangélique affirmant que l'Écriture (la Bible) est soufflée par Dieu.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/