IL VIENDRA PARMI NOUS

11/10/2019 00:01

« ¶ L’Éternel, ton Dieu, te suscitera du milieu de toi, d’entre tes frères, un prophète comme moi : vous l’écouterez ! Il répondra ainsi à la demande que tu fis à l’Eternel, ton Dieu, à Horeb, le jour de l’assemblée, quand tu disais : Que je n’entende plus la voix de l’Eternel, mon Dieu, et que je ne voie plus ce grand feu, afin de ne pas mourir. L’Eternel me dit : Ce qu’ils ont dit est bien. Je leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète comme toi, je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai. Et si quelqu’un n’écoute pas mes paroles qu’il dira en mon nom, c’est moi qui lui en demanderai compte..»

Deutéronome 18:15-19

 

IL VIENDRA PARMI NOUS

Cette prophétie de la bouche de Moise peut être considérée comme la pierre angulaire de l’espérance messianique du peuple d’Israël. Cette promesse d’un « prophète comme moi » apporta de la précision aux promesses faites à Abraham, et aida le peuple à comprendre ce que Dieu allait accomplir pour eux. Comme Moise, le Messie allait être un sauveur, un messager de bonnes nouvelles et un libérateur de l’oppression. Il allait confronter ce qui les gardait en captivité, vaincre leurs ennemis et les libérer afin qu’ils puissent servir Dieu (Ex. 4.22-23). Toutes les prophéties qui suivent dans les livres des psaumes et des prophètes prennent pour acquis cette notion de base : le Christ sera libérateur.

Mais le Messie sera de loin supérieur à Moise, puisqu’Il saura apporter une libération beaucoup plus profonde et intercéder d’une manière beaucoup plus intime. Lorsque le peuple a dit : « Je ne veux plus entendre la voix de l'Éternel, mon Dieu, ni voir ce grand feu, afin de ne pas mourir », Moise intercéda pour eux en allant lui-même sur le mont Sinaï, et revint avec les 10 commandements. Mais le Messie ne fut pas seulement un intermédiaire entre Dieu et les hommes comme Moise (bien qu’Il le fût aussi). En Jésus, Dieu vint vers nous. Il nous apporta les paroles mêmes de Dieu, sans que nous n’ayons à monter sur la montagne les chercher.

Et bien que les paroles de Jésus ne fussent pas aussi intimidantes que la voix de L’Éternel manifestée à travers le tonnerre et le feu sur la montagne, Ses paroles sont néanmoins un feu dévorant. Si nous prenons au sérieux le Sermon sur la montagne (Matthieu 5-7), comment ne pas en ressentir une insuffisance accablante, et voir toutes nos bonnes œuvres et bonnes intentions instantanément dévorées par les flammes ?

Mais la même personne qui nous dévore par ses paroles est celui qui intercède pour nous. Tout autant que les paroles du Messie dépassent celles de Moise, Son intercession est de loin supérieure également.

Que faisons-nous des paroles difficiles de Jésus que nous retrouvons un peu partout dans les évangiles ? Trouvons-nous un moyen de les classifier qui nous enlève la responsabilité de leur faire face ? Cherchons-nous un moyen d'éviter la conviction qu’elles ne manqueront pas de nous apporter ? Si nous désirons que nos vies contribuent à l’avènement du royaume de Dieu (Jésus nous a dit de prier : « Que ton royaume vienne sur la terre… » ), ce royaume doit tout d’abord prendre racine dans nos vies. C’est normal que nous n’y soyons pas encore arrivés, mais ce désir doit être le cri de nos cœurs. Il est venu vers nous et Il vit en nous précisément dans ce but.

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/