ISRAËL, un peuple, un pays (2e partie )

02/03/2020 00:54

UN PEU D'HISTOIRE

ISRAËL,  un peuple, un pays (2e partie )

 

Lorsque nous faisons une recherche rigoureuse de l'histoire d'Israël et de sa légitimité historique et biblique, en tant que peuple, nation et pays, il nous faut partir du début et la Bible  est encore la source la plus fiable. C'est la Parole de Dieu !

Les origines

Sem, Cham et Japhet, les trois fils de Noé ont donné naissance aux nations qui ont peuplé la terre.

Genèse 10.31/32  Ce sont là les fils de Sem, selon leurs familles, selon leurs langues, selon leurs pays, selon leurs nations.

32 Telles sont les familles des fils de Noé, selon leurs générations, selon leurs nations. Et c’est d’eux que sont sorties les nations qui se sont répandues sur la terre après le déluge.

Sem, ascendant d'Abraham, est la souche du peuple juif, par Abraham, Isaac et Jacob, qui fut le premier à recevoir de Dieu le nom : Israël

Dieu a promis à Abraham de donner le pays, dans lequel Il l'avait conduit, à sa postérité : Isaac et à ses descendants.

Nous ne pouvons pas oublier cette parole de l'Éternel :

Deutéronome 32:8 Quand le Très-Haut donna un héritage aux nations, Quand il sépara les enfants des hommes, Il fixa les limites des peuples D’après le nombre des enfants d’Israël,

Actes 17:26 Il a fait que tous les hommes, sortis d’un seul sang, habitassent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure;

Ce pays s'appelait "Canaan". Il était peuplé de descendants de Cham, par  son quatrième fils : Canaan.

Ce sont les familles des Cananéens qui peuplèrent le pays auquel fut donné le nom de Canaan.

Genèse 10.15/19  Canaan engendra Sidon, son premier-né, et Heth;  et les Jébusiens, les Amoréens, les Guirgasiens,  les Héviens, les Arkiens, les Siniens,  les Arvadiens, les Tsemariens, les Hamathiens. Ensuite, les familles des Cananéens se dispersèrent.

Les limites des Cananéens allèrent depuis Sidon, du côté de Guérar, jusqu’à Gaza, et du côté de Sodome, de Gomorrhe, d’Adma et de Tseboïm, jusqu’à Léscha.

La conquête

Nous connaissons les récits qui rapportent comment Jacob et ses fils, furent conduits en Égypte, comment Dieu les délivra et les fit monter vers le pays des Cananéens, sous la conduite de Moïse et comment Josué fit la conquête du pays.

Tout cela accompagné de miracles, de prodiges et d'une constante intervention de l'Éternel, marquant sa volonté d'établir son peuple "Israël" dans un pays qu'il lui donnait en héritage.

Il est irréfutable, que la conquête du pays de Canaan par le peuple d'Israël, s'est opérée selon la volonté expresse de l'Éternel, de nombreuses paroles de Dieu, ayant été adressée à Abraham, Isaac, Jacob, Moïse, Josué et à tous les prophètes.

Voici quelques rappels de ces paroles divines à Israël :

A Abraham :

Genèse 13:15 car tout le pays que tu vois, je le donnerai à toi et à ta postérité pour toujours

Genèse 17:8 Je te donnerai, et à tes descendants après toi, le pays que tu habites comme étranger, tout le pays de Canaan, en possession perpétuelle, et je serai leur Dieu.

A Isaac :

Genèse 26:3 Séjourne dans ce pays-ci: je serai avec toi, et je te bénirai, car je donnerai toutes ces contrées à toi et à ta postérité, et je tiendrai le serment que j’ai fait à Abraham, ton père.

A Jacob :

Genèse 28:13 Et voici, l’Éternel se tenait au-dessus d’elle; et il dit: Je suis l’Éternel, le Dieu d’Abraham, ton père, et le Dieu d’Isaac. La terre sur laquelle tu es couché, je la donnerai à toi et à ta postérité.

A Josué :

Josué 24:13 Je vous donnai un pays que vous n’aviez point cultivé, des villes que vous n’aviez point bâties et que vous habitez, des vignes et des oliviers que vous n’aviez point plantés et qui vous servent de nourriture.

A Israël :

Deutéronome 1:8 Voyez, j’ai mis le pays devant vous; allez, et prenez possession du pays que l’Eternel a juré à vos pères, Abraham, Isaac et Jacob, de donner à eux et à leur postérité après eux.

Il chassa devant eux les nations, Leur distribua le pays en héritage, Et fit habiter dans leurs tentes les tribus d’Israël. Psaumes 78:55

Il y a tellement de passages des Écritures qui attestent que c'est Dieu, par sa propre volonté, qui a donné le pays de Canaan à son peuple Israël, que je ne puis tous les citer ici.

Le mensonge palestinien

J'ai lu des commentaires qui disaient que le pays en question appartenait historiquement et bibliquement, aux palestiniens.

Premièrement, affirmer cela, c'est ignorer délibérément le texte biblique et aussi l'histoire, comme nous l'avons vu plus haut.

Satan comme toujours, veut dépossédé les hommes de ce que Dieu leur a donné.

Nous l'avons vu en Eden, puis tout au long de l'histoire d'Israël. Nous le constatons avec ceux qui croient en Christ et avec l'Église. Nous le voyons à nouveau avec Israël.

Qui sont les palestiniens ?

Le nom de" Palestine", n'existe pas dans la Bible.

Dictionnaire biblique Emmaüs :

Palestine : Nom que les Grecs et les Romains donnèrent à toute la contrée habitée par les Israélites, et qui lui est resté depuis ce temps-là. (La Palestine a reçu son nom des Grecs puis des Romains, d'après celui des Philistins, peuple de la mer venu de Crète, qui sont maîtres de la côte fertile au XIIe siècle av. J.-C.)

Le terme Palestine dérive de Philistie, nom du pays des Philistins (cf. Hérodote. 7.89). Les anciens Hébreux appelaient Canaan la fraction de ce territoire situé à l’Ouest du Jourdain et la distinguaient du pays de Galaad, à l’Est du fleuve. Après la conquête, la région tout entière se nomma pays d’Israël. 1Sa 13.19; 1Ch 22.2; Mt 2.20

Nous sommes loin des prétentions des palestiniens actuels, considérant que ce pays leur appartient depuis toujours.

Les philistins étaient des envahisseurs venus de la Crête voisine, qui se sont cantonnés dans le territoire de Gaza. Leur ambition était d'occupé tout le territoire d'Israël.

Note du dictionnaire biblique Emmaüs :

Philistins : Peuple mentionné comme descendant de Mitsraïm Genèse 10.14.

Ils  avaient avec les Égyptiens des affinités politiques plutôt que raciales. Les Kaslouhim étaient au nombre de ses ancêtres.

Les Philistins provenaient d’une île (ou d’une région maritime) appelée Kaphtor Jérémie 47.4; Amos 9.7 v. Kaphtor.

Ils quittèrent sans doute la Crète, dans le 1er quart du XIIe s. av. J.-C. La contrée voisine de Gaza fut habitée d’abord par les Avviens, mais les envahisseurs venus de Kaphtor détruisirent ces aborigènes et prirent leur place

La Philistie : Pays, ou Terre des Philistins. Nom figurant dans des passages  de l’A.T. Ps 60.10; 87.4; Isa 14.29 et appliqué au pays des Philistins.

Cette appellation désignait surtout une partie de la plaine cananéenne, entre Jaffa et Gaza; elle mesurait approximativement 80 km. de long sur 24 de large.

La contrée, généralement très fertile, fournit d’abondantes récoltes de céréales, d’oranges, de figues, d’olives et d’autres fruits. La côte a des dunes dont le sable empiète constamment sur les cultures.

Les 5 villes principales Jos 13.3; 1Sa 6.17 3 étaient au bord de la mer: Gaza, Askalon, Asdod.

A environ 9 km. à l’intérieur se trouvait Ekron, et Gath sur les collines en bordure de la plaine; toutes ces villes étaient fortifiées.

Nous pouvons en déduire que ce sont des envahisseurs, en conflit permanent avec Israël, l'histoire biblique nous le confirme.

 

Voici un document venant d'un site Solidarité-Palestine :

L'Antiquité

Période pré-biblique

La conquête ottomane

La Palestine recèle de nombreux vestiges néolithiques. La ville de Er Riha (Jéricho), habitée dès le VIIIe millénaire avant JC, est l'une des plus vieilles du monde. Au ~IIIe millénaire, la civilisation cananéenne se fonde sur un système de cités-États faites d'agriculteurs sédentaires et de pasteurs semi-nomades. L'existence de la cité cananéenne Ourousalim (rebaptisée Yéroushalayim, Jérusalem, lorsqu'elle sera finalement conquise par David vers ~1000) est évoquée dans des écrits datant de 2000 avant JC.

La civilisation cananéenne fut tour à tour sous l'influence des Mésopotamiens venus de Chaldée au ~XVIIIe siècle, et des Égyptiens (~XVIe-~XIIIe s.), et pris fin lors de l'invasion de la zone côtière de Gaza par les Philistins originaires de la mer Égée (qui laissèrent leur nom - «peuples de la mer» - à la Palestine) en ~1175.

Période biblique

D'après le récit biblico-coranique, Moïse (Musa) conduit l'invasion des Hébreux à Canaan et, quelques siècles plus tard, David (Dawoud) unifie le royaume et en fait une puissance régionale. Sa victoire sur Goliath consacre la chute des Philistins. Après la mort de Salomon, l'État hébreu fut divisé en ~931 en royaume d'Israël au nord (conquis plus tard par les Assyriens) et de Juda au sud (conquis par les Babyloniens). En ~538, la région passe sous l'emprise perse; la Judée et la Samarie se redressent; Jérusalem est restaurée et les communautés sous les Perses retrouvent une certaine liberté.

Période romaine

Du ~IVe siècle jusqu'à 636 après JC, la Palestine s'hellénise progressivement, après l'arrivée d'Alexandre le Grand. Ses descendants, les Séleucides, contrôlent la région au ~IIIe siècle; de nombreux grecs s'installent et la communauté juive devient minoritaire. Celle-ci, fortement influencée par la culture grecque, finit par se redresser et donne naissance en ~164 au nouvel État juif, la dynastie des Asmonéens.

Sous la domination romaine qui vit la naissance du christianisme, la Palestine fut agitée par deux révoltes juives, en 66-70 puis en 132-135 dont l'échec conduit à l'expulsion des Juifs de Judée. Le pays devient alors province de Syro-Palestine.

À partir du IVe siècle, avec le déclin de l'empire romain et la montée du christianisme, la Palestine est devenue Terre sainte. Les empereurs byzantins de Constantinople et de l'empire romain d'Orient s'y intéressent.

Au VIIe siècle, sous la dynastie des califes Omeyyades, les Arabes conquièrent la Palestine et s'y établissent. Jérusalem est investie et proclamée lieu sacré de l'Islam.

L'expansion arabe et musulmane prend fin en 1099 avec la première croisade chrétienne, qui fonde pour deux siècles le royaume latin de Jérusalem. Reprise par Saladin en 1187, la Palestine devient la destination des réfugiés arabes chassés par les Mongols en Irak et en Syrie. Quant à la communauté juive, elle est renforcée par l'arrivée à la fin du XVe siècle de réfugiés juifs venant d'Espagne.

En 1516, la Palestine est conquise par les Ottomans et fait désormais partie, pour quatre siècles, des provinces arabes de l'empire. Son économie se développe. Les lieux de culte musulmans à Jérusalem sont rénovés et la population s'accroît fortement. Les communautés chrétiennes sont composées de Grecs orthodoxes, d'Arméniens et de catholiques; la population juive se concentre et se renforce en Galilée.

Les Ottomans se retirent progressivement de la Palestine au XVIe siècle, Bonaparte y passe, suivi d'une courte présence égyptienne au XIXe siècle, et la région subit une forte dépression économique. Mais, à la fin du XIXe siècle, la Palestine redevient l'objet de convoitises, notamment européennes, et sa population voit l'arrivée massive d'Arabes de Transjordanie, tandis que les minorités chrétiennes et juives s'étendent également.

Ibrahim Pacha, sous les ordres de son père Mohammed Ali, gouverneur d'Égypte, envahit la Palestine et la Syrie, défait les soldats ottomans et dirige ces deux derniers pays pendant dix ans, de 1830 à 1840. Pendant son règne, la culture arabe se développe; des centres culturels, de nombreuses écoles voient le jour.

En 1840, une conférence a lieu à Londres. Elle réunit les pays européens, dont la France et l'Angleterre. À l'issue de cette réunion, les participants décident d'intervenir dans les affaires publiques concernant l'invasion dirigée par Mohammed Ali en Palestine et en Syrie. Il est convenu, en échange du retrait des forces des territoires qu'a occupés Mohammed Ali, que lui et ses héritiers deviendront, à l'avenir, gouverneurs d' Égypte.

L'éveil nationaliste

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe, un sursaut de nationalisme s'empare des Arabes. Pour conserver leur culture, obtenir leur liberté et aussi devenir propriétaires de leurs terres qui, à l'époque, appartiennent aux dirigeants de l'Empire et non aux paysans, des Arabes établissent des organisations secrètes opposées au gouvernement. Jamal Pacha, un des dirigeants des Jeunes Turcs, en fait pendre plusieurs, et laisse les Arabes dans un état déplorable. Le peuple est acculé à la famine.

Le moment est propice pour réclamer l'indépendance politique. Les Arabes exigent un État indépendant.

A la lecture de ce texte, comparé aux données bibliques, on voit que la prétention des arabes à revendiquer "la Palestine" comme leur patrie séculaire est infondée.

L'histoire de ce pays, ressemble à celle des nations qui a travers les siècles se sont établies dans leurs pays actuels.

Mais, Il ne faut pas oublier qu'Israël, par sa naissance comme peuple et nation dans son pays, a été établie par la souveraineté de Dieu, selon le propos délibéré de sa propre volonté.

Pour ceux qui croient La Parole DE Dieu, il est bien claire que le pays des juifs est Israël : "Erezt Israël"

Deutéronome 32:8 Quand le Très-Haut donna un héritage aux nations, Quand il sépara les enfants des hommes, Il fixa les limites des peuples D’après le nombre des enfants d’Israël,

Actes 17:26 Il a fait que tous les hommes, sortis d’un seul sang, habitassent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure.

Aujourd'hui, le monde entier constate un fait évident : Dieu avait promis de faire revenir son peuple Israël, dispersé parmi les nations, dans son pays, sur sa terre :  ארץ ישראל = Eretz Israel et Il l'a fait !

De même il a promis de protéger son peuple Israël contre les mauvais desseins de ses ennemis et il le fera !

Ils habiteront le pays que j’ai donné à mon serviteur Jacob, et qu’ont habité vos pères; ils y habiteront, eux, leurs enfants, et les enfants de leurs enfants, à perpétuité; et mon serviteur David sera leur prince pour toujours. Ezékiel 37:25

https://www.pasteurweb.org/index.htm

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/