JEAN 8 : 31 À 59 + ***JOHN 8 : 31 à 59 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

15/07/2015 09:21

JEAN 8 : 31 À 59 + ***

31 ¶  Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui : Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ;

qui avaient cru en lui. Le premier pas pour progresser dans la vie de disciple authentique, c’est la foi en Jésus-Christ en tant que Messie et Fils de Dieu.

 

Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples. Cela révèle le deuxième pas que doit faire un disciple authentique: persévérer dans l’obéissance aux Écritures (cf. #Mt 28:19-20), ce qui constitue le fruit  et la preuve - d’une foi authentique (voir #Ep 2:10). Le verbe « demeurer » signifie « rester en permanence » à l’écoute des paroles de Jésus. Un croyant authentique tient ferme, obéit aux enseignements de Jésus et les met en pratique. Celui qui persévère dans ces enseignements possède autant le Père que le Fils (#2Jn 9 ; cf. #Hé 3:14 ; #Ap 2:26). Les vrais disciples sont autant des apprentis (sens premier de ce mot) que des partisans fidèles.

8:31-36 Ces vv. sont d’une importance cruciale pour comprendre ce qu’est le salut authentique, le véritable engagement en tant que disciple. Jean met en valeur ces réalités en soulignant les notions de vérité et de liberté. Ce passage se concentre sur ceux qui commençaient à croire en Jésus comme le Messie et le Fils de Dieu. Jésus désirait qu’ils ne s’en tiennent pas là mais développent leur foi. La foi qui sauve n’est pas capricieuse mais ferme et solide. Cette maturité s’exprime par un engagement total en faveur de la vérité en Jésus-Christ, qui procure une liberté authentique. Ce passage a trois caractéristiques:

1° le progrès de la liberté (vv. #Jn 8:1-32);

2° la prétendue liberté (vv. #Jn 8:33-34);

3° la promesse de la liberté (vv. #Jn 8:35-36).

32  vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira.

la vérité. « Vérité » fait ici allusion non seulement aux faits concernant Jésus comme Messie et Fils de Dieu, mais aussi à l’enseignement qu’il apporta. Un disciple authentiquement sauvé et obéissant du Seigneur Jésus connaîtra la vérité divine, la libération du péché (v. #Jn 8:34) et la recherche de la réalité. Cette vérité divine vient non seulement par un assentiment intellectuel (#1Co 2:14), mais par un engagement à salut en faveur de Christ (cf. #Tit 1:1-2).

33  Ils lui répondirent : Nous sommes la postérité d’Abraham, et nous ne fûmes jamais esclaves de personne ; comment dis-tu : Vous deviendrez libres ?

jamais esclaves de personne. Du fait que les Juifs avaient été soumis politiquement à bien des nations (l’Égypte, l’Assyrie, Babylone, la Grèce et Rome), il est sans doute ici question du sentiment intérieur de liberté.

34  En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché.

En vérité, en vérité. Cf. #Jn 5:19, #Jn 5:24-25. Expression fréquemment employée par Jésus pour signifier l’importance et la vérité de ce qu’il allait ajouter.

quiconque se livre au péché. La sorte d’esclavage que Jésus avait à l’esprit n’était pas l’esclavage physique mais l’esclavage du péché (cf. #Ro 6:17-18). « Commettre le péché », c’est s’y livrer de façon habituelle (#1Jn 3:4, #1Jn 3:8-9). L’esclavage le plus grave n’est pas économique ou politique mais celui qui nous livre spirituellement au péché et à la rébellion contre Dieu. Cela explique aussi pourquoi Jésus ne voulait pas se laisser réduire à un simple Messie politique (#Jn 6:14-15).

35  Or, l’esclave ne demeure pas toujours dans la maison ; le fils y demeure toujours.

8:35-36 De la notion d’esclavage au v. 34, on passe au statut des esclaves. Alors que les Juifs se considéraient comme les fils  libres - d’Abraham, ils étaient en réalité esclaves du péché. Le Fils authentique, dans ce contexte, c’est Christ lui-même, qui libère les esclaves du péché. Ceux que Jésus libère de la tyrannie du péché et de l’esclavage du légalisme sont vraiment libres (#Ro 8:2 ; #Ga 5:1).

36  Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres.

37  Je sais que vous êtes la postérité d’Abraham ; mais vous cherchez à me faire mourir, parce que ma parole ne pénètre pas en vous.

38 ¶  Je dis ce que j’ai vu chez mon Père ; et vous, vous faites ce que vous avez entendu de la part de votre père.

39  Ils lui répondirent : Notre père, c’est Abraham. Jésus leur dit : Si vous étiez enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’Abraham.

Si vous étiez enfants d’Abraham. La syntaxe de cette expression indique que Jésus niait que la simple filiation biologique soit suffisante pour obtenir le salut (#Ph 3:4-9). On peut paraphraser en disant: « Si vous étiez effectivement les enfants d’Abraham, ce que vous n’êtes pas, vous vous conduiriez comme le feraient les enfants d’Abraham. » De même que les enfants héritent des caractéristiques génétiques de leurs parents, ceux qui sont les vrais enfants d’Abraham se conduiront comme leur père, c’est-à-dire qu’ils imiteront la foi d’Abraham et son obéissance (voir #Ro 4:16 ; #Ga 3:6-9 ; #Hé 11:8-19 ; #Ja 2:21-24).

œuvres d’Abraham. La foi d’Abraham se démontrait par son obéissance à Dieu (#Ja 2:21-24). Ce que Jésus voulait faire comprendre aux Juifs incrédules, c’est que leur conduite s’opposait diamétralement à celle d’Abraham, car ce dernier avait vécu dans l’obéissance requise par Dieu. Leur rejet de Jésus prouvait donc que leur père était en fait Satan (vv. #Jn 8:41, #Jn 8:44).

40  Mais maintenant vous cherchez à me faire mourir, moi qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de Dieu. Cela, Abraham ne l’a point fait.

41  Vous faites les œuvres de votre père. Ils lui dirent : Nous ne sommes pas des enfants illégitimes ; nous avons un seul Père, Dieu.

Nous ne sommes pas des enfants illégitimes. Les Juifs faisaient sans doute allusion à la controverse autour de la naissance de Jésus. Ils devaient savoir que Marie n’était alors que fiancée à Joseph et que ce dernier ne pouvait donc pas être le père biologique de Jésus; ils insinuaient que Jésus était un enfant illégitime (voir #Mt 1:18-25 ; #Lu 1:26-38).

42  Jésus leur dit : Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens ; je ne suis pas venu de moi-même, mais c’est lui qui m’a envoyé.

Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez. La syntaxe ici (comme au v. #Jn 8:39) implique que Dieu n’était pas vraiment leur Père. Bien que l’A.T. appelle Israël « fils premier-né » de l’Éternel (#Ex 4:22) et affirme qu’il est le père d’Israël par création et mise à part (#Jér 31:9), l’incrédulité des Juifs envers Jésus démontrait que Dieu n’était pas leur Père spirituellement parlant. Jésus souligne que le critère explicite pour vérifier les prétentions d’une personne à être enfant de Dieu, c’est l’amour qu’elle porte à son Fils, c’est-à-dire lui-même. Puisque Dieu est amour, ceux qui aiment son Fils démontrent aussi par-là quelle est la nature du Père (#1Jn 4:7-11 ; #1Jn 5:1).

43  Pourquoi ne comprenez-vous pas mon langage ? Parce que vous ne pouvez écouter ma parole.

44  Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge.

Vous avez pour père le diable. La filiation se prouve par le comportement. Un fils manifestera les caractéristiques de son père (cf. #Ep 5:1-2). Les Juifs démontraient une attitude similaire à celle de Satan, par leur conduite envers Jésus et leur refus de le reconnaître comme le Messie; leur filiation était donc à l’opposé de ce qu’ils prétendaient, et ils appartenaient à Satan.

Il a été meurtrier dès le commencement. Les paroles de Jésus renvoient à la chute, où Satan tenta Adam et Ève et réussit à les mettre à mort spirituellement (#Ge 2:17 ; #Ge 3:17-24 ; #Ro 5:12 ; #Hé 2:14). Certains pensent qu’il peut aussi y avoir une allusion au meurtre d’Abel par Caïn (#Ge 4:1-9 ; #1Jn 3:12).

45  Et moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas.

46 ¶  Qui de vous me convaincra de péché ? Si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas ?

me convaincra de péché. Les Juifs pensaient que Jésus était coupable de péché (#Jn 5:18), mais ce qui est impliqué ici, c’est que la parfaite sainteté de Christ fut démontrée, non par le silence des Juifs à la question posée par Jésus, mais par l’assurance qu’il possédait que toute sa vie était pure. Seule une personne parfaitement sainte, en communion intime avec le Père, pouvait s’exprimer ainsi. S’ils voulaient traîner Jésus devant le tribunal céleste pour l’accuser de péché, les Juifs n’auraient qu’un dossier vide.

47  Celui qui est de Dieu, écoute les paroles de Dieu ; vous n’écoutez pas, parce que vous n’êtes pas de Dieu.

48  Les Juifs lui répondirent : N’avons-nous pas raison de dire que tu es un Samaritain, et que tu as un démon ?

tu es un Samaritain. Comme les Juifs ne trouvaient rien à redire à la vie personnelle et à la conduite de Jésus (v. #Jn 8:46), ils essayèrent de lancer contre lui une attaque ad hominem pour le calomnier personnellement. Ils l’accusèrent d’être un Samaritain car les Samaritains, tout comme lui, mettaient en doute le droit exclusif des Juifs au statut d’enfants d’Abraham (voir les vv. 33, 39).

49  Jésus répliqua : Je n’ai point de démon ; mais j’honore mon Père, et vous m’outragez.

50  Je ne cherche point ma gloire ; il en est un qui la cherche et qui juge.

51 ¶  En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort.

ne verra jamais la mort. Prêter attention aux enseignements de Jésus et le suivre a pour résultat la vie éternelle (#Jn 6:63, #Jn 6:68). Une telle vie ne saurait se laisser éteindre par la mort physique (voir #Jn 5:24 ; #Jn 6:40, #Jn 6:47 ; #Jn 11:25-26).

52  Maintenant, lui dirent les Juifs, nous connaissons que tu as un démon. Abraham est mort, les prophètes aussi, et tu dis : Si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort.

Abraham est mort. En affirmant que quiconque gardait sa parole ne mourrait pas (v. #Jn 8:51), Jésus poussait les Juifs à répliquer, d’une façon qui démontrait qu’ils n’en restaient qu’à un niveau strictement littéral et terrestre (voir #Jn 3:4 ; #Jn 4:15).

53  Es-tu plus grand que notre père Abraham, qui est mort ? Les prophètes aussi sont morts. Qui prétends-tu être ?

54  Jésus répondit : Si je me glorifie moi-même, ma gloire n’est rien. C’est mon Père qui me glorifie, lui que vous dites être votre Dieu,

55  et que vous ne connaissez pas. Pour moi, je le connais ; et, si je disais que je ne le connais pas, je serais semblable à vous, un menteur. Mais je le connais, et je garde sa parole.

56  Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu’il verrait mon jour : il l’a vu, et il s’est réjoui.

#Hé 11:13 indique qu’Abraham a vu le jour du Christ. Il a surtout vu dans la descendance qui commençait avec Isaac le moyen choisi par Dieu pour accomplir les promesses de l’alliance (#Ge 12:1-3 ; #Ge 15:1-21 ; #Ge 17:1-8 ; cf. #Ge 22: 8) qui allaient culminer en Christ.

57  Les Juifs lui dirent : Tu n’as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham !

58  Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis.

je suis.  Jésus se présente ici comme Yahvé, l’Éternel de l’A.T. A la base de cette déclaration figurent des passages tels que #Ex 3:14 ; #De 32:39 ; #Esa 41:4 ; #Esa 43:10 où Dieu se présentait comme le Dieu éternel préexistant à toute chose, qui se révéla aux Juifs dans l’A.T.

59  Là-dessus, ils prirent des pierres pour les jeter contre lui ; mais Jésus se cacha, et il sortit du temple.

ils prirent des pierres. Les Juifs comprirent les prétentions de Jésus et suivirent le commandement de #Lé 24: 16, qui ordonne que tout homme blasphémant contre Dieu soit lapidé.

Jésus se cacha, et il sortit du temple. Jésus échappa plusieurs fois aux arrestations et à la mort, car son heure n’était pas encore venue. Ce v. indique probablement que Jésus échappa par un moyen miraculeux.

 

JOHN 8 : 31 à 59 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

31 ¶ And he said to those Jews which believed on him, If ye continue in my word, you are truly my disciples;

who believed in him. The first step in advance in authentic discipleship, it is faith in Jesus Christ as the Messiah and Son of God.

If you continue in my word, you are truly my disciples. This reveals that the second step must be an authentic disciple persevere in obedience to Scripture (cf. #Mt 28: 19-20), which is the fruit and the proof - of authentic faith (see 2 #EP : 10). The verb "abide" means "remain permanently" listen to the words of Jesus. A true believer holds fast, obeys the teachings of Jesus and puts them into practice. He who perseveres in these lessons has as the Father and the Son (# 2Jn 9; cf. Heb 3:14 #; #Ap 2:26). True disciples are all apprentices (first sense of the word) as loyal supporters.

8: 31-36 These vv. are crucial to understand what the true salvation, true commitment as a disciple. Jean highlights those realities by emphasizing the concepts of truth and freedom. This passage focuses on those who were beginning to believe in Jesus as the Messiah and Son of God. Jesus desired that they do not stop there but develop their faith. Saving faith is not capricious but firm and solid. This maturity is expressed by a total commitment to the truth in Christ, which gives true freedom. This passage has three characteristics:

1. progress of freedom (vv #Jn. 8: 1-32);

2. the alleged freedom, (8 #Jn vv 33-34).

3. the promise of freedom (vv #Jn. 8: 35-36).

32 You shall know the truth, and the truth shall make you free.

The truth. "Truth" is referring here not only to facts about Jesus as Messiah and Son of God, but also the teaching he brought. A genuinely saved and obedient disciple of the Lord Jesus will know divine truth, liberation from sin (v. #Jn 8:34) and the search for reality. This divine truth comes not only by intellectual assent (# 1 Cor 2:14), but by a commitment to salvation of Christ (cf. #Tit 1: 1-2).

33 They answered him, We are Abraham's seed, and have never been in bondage; how do you say, You will become free?

never in bondage. Because the Jews had been subjected politically in many nations (Egypt, Assyria, Babylon, Greece and Rome), he is probably talking about the inner feeling of freedom.

34 Verily, verily, I say unto you, Jesus answered them, everyone who commits sin is a slave of sin.

Verily, verily. See #Jn 5:19, #Jn 5: 24-25. Expression frequently used by Jesus to signify the importance and truth of what he would say.

Whosoever committeth sin. The kind of slavery that Jesus had in mind was not physical slavery, but slavery of sin (cf. #Ro 6: 17-18). "Committing sin" is habitually devote himself (# 1 John 3: 4, # 1 John 3: 8-9). Slavery worst is not economic or political, but one that gives us spiritually to sin and rebellion against God. It also explains why Jesus did not get reduced to a mere political Messiah (#Jn 6: 14-15).

35 And the servant abideth not in the house; the son remains forever.

8: 35-36 The notion of slavery in v. 34, one passes to the status of slaves. While the Jews considered themselves free son - Abraham, they were actually slaves to sin. Genuine Son, in this context, it is Christ himself, freeing the slaves of sin. Those whom Jesus frees from the tyranny of sin and slavery of legalism are truly free (#Ro 8: 2; #Ga 5: 1).

36 Therefore if the Son makes you free, you shall be free indeed.

37 I know you are Abraham's seed; but ye seek to kill me, because my word hath no place in you.

38 ¶ I speak what I have seen with my Father; and you, you do what you have heard from your father.

39 They answered him, Our father is Abraham. Jesus said to them, If ye were Abraham's children, ye would do the works of Abraham.

If you were Abraham's children. The syntax of this phrase indicates that Jesus denied that the mere biological parentage is sufficient for salvation (#Ph 3: 4-9). Can be paraphrased by saying, "If you were actually children of Abraham, that you are not, you got inside you as would the children of Abraham. "Just as children inherit genetic characteristics from their parents, those who are the true children of Abraham will conduct themselves like their father, that is to say, they imitate Abraham's faith and obedience (see #Ro 4:16; #Ga 3: 6-9; Heb # 11: 8-19; #Ja 2: 21-24).

works of Abraham. Abraham's faith is demonstrated by his obedience to God (#Ja 2: 21-24). What Jesus wanted to convey to the unbelieving Jews, is that their behavior is diametrically opposed to that of Abraham, because he had lived in obedience required by God. Their rejection of Jesus thus proved that their father was actually Satan (vv. #Jn 8:41, 8:44 #Jn).

40 But now ye seek to kill me, I who told you the truth that I heard from God. It Abraham hath not done.

41 Ye do the deeds of your father. They said to him: We are not born of fornication; we have one Father, God.

We are not illegitimate children. The Jews were probably referring to the controversy surrounding the birth of Jesus. They had to know that Mary was betrothed to Joseph while and that he therefore could not be the biological father of Jesus; They insinuated that Jesus was illegitimate (see #Mt 1: 18-25; #Lu 1: 26-38).

42 Jesus said unto them, If God were your Father, you would love me, for from God I came forth and have come; I came not of myself, but he sent me.

If God were your Father, you would love me. The syntax here (as in v. #Jn 8:39) implies that God was not really their Father. Although A.T. Israel calls "firstborn son" of the Lord (#Ex 4:22) and says he is the father of Israel by creating and setting apart (# Jer 31: 9), the unbelief of the Jews to Jesus showed that God was not their Father spiritually speaking. Jesus emphasized that the explicit criterion to verify the claims of a person to be a child of God is the love she has for her Son, that is to say himself. Since God is love, those who love His Son also demonstrate by then what is the nature of the Father (# 1 Jn 4: 7-11; 1 John # 5: 1).

43 Why do ye not understand my speech? Because you can not hear my word.

44 You are of your father the devil, and you want to do the desires of your father. He was a murderer from the beginning, and abode not in the truth, because there is no truth in him. When he speaketh a lie, he speaketh of his own: for he is a liar and the father of lies.

You are of your father the devil. Filiation is proved by the behavior. A son manifest the characteristics of his father (cf. #EP 5: 1-2). The Jews showed a similar attitude to that of Satan, by their conduct towards Jesus and their refusal to recognize him as the Messiah; their parentage was therefore the opposite of what they claimed, and they belonged to Satan.

He was a murderer from the beginning. Jesus' words refer to the fall, when Satan tempted Adam and Eve and managed to put them to death spiritually (#Ge 2:17; #Ge 3: 17-24; 5:12 #Ro; # Hey 2:14) . Some think it may also be an allusion to the murder of Abel by Cain (#Ge 4: 1-9; 1 Jn 3:12 #).

45 But because I tell the truth, you do not believe me.

46 ¶ Which of you convicts me of sin? If I tell the truth, why do you not believe me?

convicts me of sin. The Jews thought that Jesus was guilty of sin (5:18 #Jn) but what is involved here is that the perfect holiness of Christ was demonstrated, not by the silence of the Jews to the question posed by Jesus, but by the insurance he had that his whole life was pure. Only a perfectly saintly person, in intimate communion with the Father, could say so. If they wanted to hang Jesus before the heavenly court to accuse him of sin, the Jews would have an empty folder.

47 He that is of God hears God's words; you do not listen, because you are not of God.

48 The Jews answered him: Do not we right in saying that you are a Samaritan, and hast a devil?

thou art a Samaritan. Like the Jews had found no fault with the life and conduct of Jesus (v. #Jn 8:46), they tried to run against him ad hominem attacks to slander personally. They accused him of being a Samaritan Samaritans because, like him, questioned the exclusive right of the Jews to the status of children of Abraham (see vv. 33, 39).

49 Jesus answered: I have a demon; but I honor my Father, and you dishonor me.

50 And I seek not mine own glory there is one who seeks and judges.

51 ¶ Verily, verily, I say unto you, If a man keep my saying, he shall never see death.

never see death. Paying attention to the teachings of Jesus and follow the results in eternal life (6:63 #Jn, #Jn 6:68). Such a life can not be let off through physical death (see #Jn 5:24; 6:40 #Jn, #Jn 6:47; #Jn 11: 25-26).

52 Now the Jews said to him, we know that thou hast a devil. Abraham died, and the prophets; and you say, If a man keep my saying, he shall never see death.

Abraham died. By asserting that whoever kept his word would not die (v. #Jn 8:51), Jesus drove the Jews to replicate, in a way that showed that they remained only in a strictly literal and ground level ( see #Jn 3: 4; #Jn 4:15).

53 Art thou greater than our father Abraham, who died? The prophets died. Who do you claim to be?

54 Jesus answered, If I glorify myself, my glory is nothing. It is my Father who glorifies me, you say is your God

55 and you do not know. For me, I know; and if I said I did not know him, I would be like you, a liar. But I know him and I keep his word.

56 Abraham your father rejoiced to see my day: he saw it and was glad.

# Hey 11:13 indicates that Abraham saw the day of Christ. He especially seen in the offspring that began with Isaac the means chosen by God to fulfill the promises of the covenant (#Ge 12: 1-3; #Ge 15: 1-21; #Ge 17: 1-8; cf. . #Ge 22: 8) that would culminate in Christ.

57 The Jews therefore said to him: Thou art not yet fifty years old, and hast thou seen Abraham?

58 Jesus said unto them, Verily, verily, I say unto you, Before Abraham was, I am.

I am. Jesus appears here as Yahweh, the Lord of the OT At the basis of this declaration are passages such as 3:14 #Ex; # Of 32:39; #Esa 41: 4; #Esa 43:10 where God himself as the eternal God existing in everything, that turned to the Jews in the OT

59 Then they took up stones to throw against him; but Jesus hid himself, and went out of the temple.

They took up stones. The Jews understood Jesus' claims and followed the command of # Lev 24: 16, which orders that every man blaspheming against God be stoned.

Jesus hid himself, and went out of the temple. Jesus repeatedly escaped arrest and death, because his hour had not yet come. This v. probably indicates that Jesus escaped by miraculous means.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/