JOB 24 : 1 à 25 ** + JOB 24 : 1 to 25 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

01/07/2017 05:43

JOB  24 : 1 à 25 ** +
 

1 ¶  Pourquoi le Tout-Puissant ne met-il pas des temps en réserve, Et pourquoi ceux qui le connaissent ne voient-ils pas ses jours ?

 

24:1-25

Job avait relevé que les impies prospéraient en dépit de leur péché (ch. #Job 21). Pour prolonger ce thème, il dressa la liste des graves péchés commis dans le monde sans que Dieu fasse quoi que ce soit pour y mettre un terme (vv. #Job 24:2-17). C’était la raison pour laquelle les méchants, globalement, jouissaient d’une longue vie de prospérité apparemment sans nuages. Ces péchés  qui vont de l’oppression exercée envers la veuve, l’orphelin et les pauvres au meurtre, en passant par le vol et l’adultère - sont précisément ceux que réprouvent d’autres parties de l’A.T.

des temps en réserve. Job avait la conviction que Dieu connaissait le lieu et l’heure de tout ce qui se passe sous le soleil (#Ec 3:1-8), mais il déplorait qu’il n’en tienne pas l’homme informé.

 

2  On déplace les bornes, On vole des troupeaux, et on les fait paître ;

 

déplace les bornes. Cette pratique ancienne est évoquée et condamnée en #De 19: 14 ; #Pr 22: 28 ; #Pr 23: 10. Les propriétaires immobiliers se permettaient souvent de déplacer des bornes pour agrandir leurs terrains, surtout lorsque la terre qu’ils convoitaient était la propriété d’une veuve. L’oppression exercée envers les veuves sera punie par le tribunal céleste, dans les derniers jours.

 

3  On enlève l’âne de l’orphelin, On prend pour gage le bœuf de la veuve ;

4  On repousse du chemin les indigents, On force tous les malheureux du pays à se cacher.

5  Et voici, comme les ânes sauvages du désert, Ils sortent le matin pour chercher de la nourriture, Ils n’ont que le désert pour trouver le pain de leurs enfants ;

6  Ils coupent le fourrage qui reste dans les champs, Ils grappillent dans la vigne de l’impie ;

7  Ils passent la nuit dans la nudité, sans vêtement, Sans couverture contre le froid ;

 

ils passent la nuit. Il était courant d’exiger, en gage de remboursement d’une dette, le manteau du débiteur. Mais l’A.T. interdisait au créancier de garder le vêtement pendant la nuit, car son propriétaire risquait de prendre froid et de tomber malade (cf. v. #Job 24: 10).

 

8  Ils sont percés par la pluie des montagnes, Et ils embrassent les rochers comme unique refuge.

9  On arrache l’orphelin à la mamelle, On prend des gages sur le pauvre.

10  Ils vont tout nus, sans vêtement, Ils sont affamés, et ils portent les gerbes ;

11  Dans les enclos de l’impie ils font de l’huile, Ils foulent le pressoir, et ils ont soif ;

12  Dans les villes s’exhalent les soupirs des mourants, L’âme des blessés jette des cris … . Et Dieu ne prend pas garde à ces infamies !

 

Dieu ne prend pas garde à ces infamies. C’était une accusation cinglante dans la bouche de Job. Comme les tribunaux humains poursuivaient ceux qui se rendaient coupables de la plupart des délits évoqués, il demandait pourquoi Dieu, quant à lui, ne les punissait pas.

 

13 ¶  D’autres sont ennemis de la lumière, Ils n’en connaissent pas les voies, Ils n’en pratiquent pas les sentiers.

14  L’assassin se lève au point du jour, Tue le pauvre et l’indigent, Et il dérobe pendant la nuit.

15  L’œil de l’adultère épie le crépuscule ; Personne ne me verra, dit-il, Et il met un voile sur sa figure.

16  La nuit ils forcent les maisons, Le jour ils se tiennent enfermés ; Ils ne connaissent pas la lumière.

17  Pour eux, le matin c’est l’ombre de la mort, Ils en éprouvent toutes les terreurs.

18 ¶  Eh quoi ! l’impie est d’un poids léger sur la face des eaux, Il n’a sur la terre qu’une part maudite, Il ne prend jamais le chemin des vignes !

 

24:18-21

Job fit de nouveau allusion aux prémisses sur lesquelles se fondaient ses contradicteurs: si elles étaient correctes, tous les méchants devaient subir un châtiment, mais ce n’était, de toute évidence, pas le cas.

 

19  Comme la sécheresse et la chaleur absorbent les eaux de la neige, Ainsi le séjour des morts engloutit ceux qui pèchent !

20  Quoi ! le sein maternel l’oublie, Les vers en font leurs délices, On ne se souvient plus de lui ! L’impie est brisé comme un arbre,

21  Lui qui dépouille la femme stérile et sans enfants, Lui qui ne répand aucun bienfait sur la veuve ! … 

22  Non ! Dieu par sa force prolonge les jours des violents, Et les voilà debout quand ils désespéraient de la vie ;

 

24:22-25

Selon Job, le châtiment ne manquerait pas de frapper les méchants, finalement (« en un instant ils ne sont plus »). Leur rétribution était soumise au calendrier de la sagesse divine, à l’heure qu’il fixerait pour leur faire payer leurs méfaits. Job était persuadé que cette vérité-là était irréfutable.

 

23  Il leur donne de la sécurité et de la confiance, Il a les regards sur leurs voies.

24  Ils se sont élevés ; et en un instant ils ne sont plus, Ils tombent, ils meurent comme tous les hommes, Ils sont coupés comme la tête des épis.

25  S’il n’en est pas ainsi, qui me démentira, Qui réduira mes paroles à néant ?

 

JOB  24 : 1 to 25 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

 

1 Why does not the Almighty put time in reserve, and why do not those who know him see his days?

 

24: 1-25

Job had pointed out that the wicked prospered in spite of their sin (ch. #Job 21). To extend this theme, he listed the grave sins committed in the world without God doing anything to put an end to it (vv. #Job 24: 2-17). This was the reason why the wicked, overall, enjoyed a long life of apparently cloudless prosperity. These sins range from the oppression of the widow, the orphan, and the poor to murder, through theft and adultery - are precisely those that are reproached by other parts of the TA.

Of the time in reserve. Job was convinced that God knew the place and the hour of all that is happening under the sun (#Ec 3: 1-8), but he lamented that he did not keep the man informed.

 

2 They move the borders, they steal flocks, and feed them;

 

Moves the terminals. This ancient practice is evoked and condemned in 19:14; #Pr 22:28; #Pr 23:10. Real estate owners often allowed themselves to move pillars to enlarge their land, especially when the land they coveted was owned by a widow. The oppression of widows will be punished by the heavenly tribunal in the last days.

 

3 The donkey is taken from the orphan; the ox of the widow is taken for a pledge;

4 The poor are driven out of the way, and all the unfortunate people of the land are forced to hide.

5 And behold, like the wild asses of the wilderness, they go out in the morning to seek food; they have no other desert than to find the bread of their children;

6 They cut off the fodder that is left in the field, and they grape in the vineyard of the ungodly;

7 They spend the night in nakedness, without clothing, without cover against the cold;

 

They spend the night. It was common to demand, as pledge of repayment of a debt, the mantle of the debtor. But the A.T. Forbade the creditor to keep the garment during the night, for his owner risked getting cold and falling ill (see #Job 24:10).

 

8 They are pierced by the rain of the mountains, and they embrace the rocks as the only refuge.

9 The orphans are plucked from the breast, and they take wages from the poor.

10 They go naked and without clothing; they are hungry, and they carry the sheaves;

11 In the flesh of the ungodly they make oil; they tread the winepress, and they thirst;

12 The sighs of the dying are exhaled in the cities, and the souls of the wounded are crying. And God does not take care of these infamies!

 

God does not take care of these infamies. It was a scathing accusation in Job's mouth. As the human tribunals sued those who were guilty of most of the offenses mentioned, he asked why God, on the other hand, did not punish them.

 

13 ¶ Others are enemies of the light, they know not the ways thereof, neither do they make the paths.

14 The assassin rises at daybreak, kills the poor and needy, and steals during the night.

15 The eye of adultery spies the twilight; No one will see me, "he said," and put a veil over his face. "

16 At night they fortify the houses, and in the day they are shut up; They do not know the light.

17 For them, in the morning is the shadow of death, they experience all terrors.

18 ¶ What! The ungodly has a light weight on the face of the waters, He has only an accursed share on earth, He never takes the path of the vineyards!

 

24: 18-21

Job again alluded to the premises on which his opponents were founded. If they were correct, all the wicked were to be punished, but this was clearly not the case.

 

19 As the drought and the heat absorb the waters of the snow, so the abode of the dead engulfs those who sin!

20 What! The maternal womb forgets it, the worms are their delight, We do not remember him any more! The wicked is broken like a tree,

21 He who strips the barren and childless woman, who does not bestow any benefit on the widow! ...

22 No! God, by his strength, prolongs the days of the violent, And they stand when they despair of life;

 

24: 22-25

According to Job, the punishment would not fail to strike the wicked, finally ("in an instant they are no more"). Their reward was subject to the timetable of divine wisdom, at the hour he would fix to make them pay for their misdeeds. Job was persuaded that this truth was irrefutable.

 

23 He gives them security and confidence, He looks on their ways.

24 They rose up; And in an instant they are no more. They fall, they die like all men, They are cut like the head of the ears of corn.

25 If it be not so, who will contradict me, Who will reduce my words to nothing?

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/