JOB 4: 1 à 21 *** + JOB 4 : 1 to 21 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

11/06/2017 07:07

JOB  4: 1 à 21 *** +
 

1 ¶  Éliphaz de Théman prit la parole et dit:

 

4:1-5:27

Éliphaz. Premier discours d’Éliphaz (voir les ch. #Job 15 et 22 pour les autres). Il parla avec profondeur et gentillesse, mais sans avoir connaissance du débat céleste qui avait entraîné la souffrance de Job.

 

2  Si nous osons ouvrir la bouche, en seras-tu peiné ? Mais qui pourrait garder le silence ?

 

4:2-6

Après une semaine de silence, un des amis de Job se mit finalement à parler. Il commença par reconnaître que ce dernier était, de l’avis de tous, un sage. Malheureusement, dès que ces « consolateurs » ouvrirent la bouche, c’en fut fait de toute la sagesse qu’on pouvait leur supposer lorsqu’ils avaient gardé le silence.

 

3  Voici, tu as souvent enseigné les autres, Tu as fortifié les mains languissantes,

4  Tes paroles ont relevé ceux qui chancelaient, Tu as affermi les genoux qui pliaient.

5  Et maintenant qu’il s’agit de toi, tu faiblis ! Maintenant que tu es atteint, tu te troubles !

6  Ta crainte de Dieu n’est-elle pas ton soutien ? Ton espérance, n’est-ce pas ton intégrité ?

7 ¶  Cherche dans ton souvenir : quel est l’innocent qui a péri ? Quels sont les justes qui ont été exterminés ?

 

quel est l’innocent qui a péri? En reconnaissant la « crainte de Dieu » et l’« intégrité » (v. #Job 4:6) de Job, Éliphaz se voulait sans doute encourageant: il affirmait ainsi que son ami ne mourrait pas, puisqu’il était innocent de tout péché mortel, mais il insinua aussi qu’il devait s’être rendu coupable d’une grave faute, puisqu’il récoltait un tel déchaînement de la colère divine. D’après lui, l’univers était régi par un ordre moral implacable. Il simplifiait exagérément le mode de rétribution de Dieu. L’axiome qui veut que les justes prospèrent et que les méchants souffrent ne se vérifie pas systématiquement dans la pratique. Il est vrai qu’en semant le mal on récolte ses fruits et qu’Éliphaz avait donc partiellement raison (cf. #Ga 6:7-9 ; #1Pi 3:12), mais il est aussi vrai que tout ce que l’on récolte n’est pas nécessairement le fruit de ce que l’on a semé. Éliphaz remplaçait la théologie par une logique simpliste. Il est faux de dire que la souffrance est nécessairement la conséquence d’un péché (cf. #Ex 4:11 ; #Jn 9:1-3).

 

8  Pour moi, je l’ai vu, ceux qui labourent l’iniquité Et qui sèment l’injustice en moissonnent les fruits ;

9  Ils périssent par le souffle de Dieu, Ils sont consumés par le vent de sa colère,

10  Le rugissement des lions prend fin, Les dents des lionceaux sont brisées ;

 

4:10-11

Dans son désir de démontrer que les méchants souffrent de calamités en dépit de leur force et de leurs ressources, Éliphaz illustra son développement en évoquant la destruction qui frappe les lions malgré leurs prouesses. L’emploi de divers mots hébreux pour désigner le lion souligne les différentes facettes des méchants, qui encourent tous, néanmoins, la destruction et la mort.

 

11  Le lion périt faute de proie, Et les petits de la lionne se dispersent.

12 ¶  Une parole est arrivée furtivement jusqu’à moi, Et mon oreille en a recueilli les sons légers.

 

4:12-16

arrivée furtivement jusqu’à moi. Allusion à un mystérieux messager aperçu dans une vision, dans l’imagination ou dans un rêve. Pour donner plus de crédibilité à son point de vue, il prétendit qu’il était le fruit d’une révélation divine.

 

13  Au moment où les visions de la nuit agitent la pensée, Quand les hommes sont livrés à un profond sommeil,

14  Je fus saisi de frayeur et d’épouvante, Et tous mes os tremblèrent.

15  Un esprit passa près de moi … . Tous mes cheveux se hérissèrent … .

16  Une figure d’un aspect inconnu était devant mes yeux, Et j’entendis une voix qui murmurait doucement:

17  L’homme serait-il juste devant Dieu ? Serait-il pur devant celui qui l’a fait ?

 

4:17-21

Ces vv. présentent l’essentiel du message d’Éliphaz: Dieu juge le péché et ceux qui le commettent chez les hommes (« ceux qui habitent des maisons d’argile », v. 19), tout comme il l’a fait pour les anges (v. #Job 4:18 ; cf. #Ap 12:3-4).

Telle était la conclusion de la « révélation » d’Éliphaz: Job souffrait parce qu’il n’avait pas été assez saint ni assez juste.

 

18  Si Dieu n’a pas confiance en ses serviteurs, S’il trouve de la folie chez ses anges,

19  Combien plus chez ceux qui habitent des maisons d’argile, Qui tirent leur origine de la poussière, Et qui peuvent être écrasés comme un vermisseau !

20  Du matin au soir ils sont brisés, Ils périssent pour toujours, et nul n’y prend garde ;

21  Le fil de leur vie est coupé, Ils meurent, et ils n’ont pas acquis la sagesse.

 

JOB  4 : 1 to 21 + NOTES TO JOHN MACARTHUR

 

1 And Eliphaz the Teman spoke, and said,

 

4: 1-5: 27

Eliphaz. First speech of Eliphaz (see ch. #Job 15 and 22 for others). He spoke with depth and kindness, but without knowledge of the heavenly debate that had brought about the suffering of Job.

 

2 If we dare to open our mouths, will you be sad? But who could keep silent?

 

4: 2-6

After a week of silence, one of Job's friends finally began to speak. He began by admitting that the latter was, in the opinion of all, a wise man. Unfortunately, as soon as these "consolers" opened their mouths, all the wisdom that could be supposed to them when they had remained silent was made.

 

3 Behold, thou hast often taught others, Thou hast strengthened thy languishing hands,

4 Your words have lifted up those who were staggering. You have strengthened your knees.

5 And now that it concerns you, you weaken! Now that you are attacked, you are disturbed!

6 Is not your fear of God your support? Your hope, is it not your integrity?

7 Seek in your remembrance: who is the innocent who perished? What are the righteous who have been exterminated?

 

Who is the innocent who perished? Recognizing Eliphaz's "fear of God" and the "integrity" (Job # 4, 6), Eliphaz was no doubt encouraging: he asserted that his friend would not die, since he was innocent of everything Mortal sin, but he also insinuated that he must have been guilty of a grave fault, for he harbored such an outburst of divine wrath. According to him, the universe was governed by an implacable moral order. He exaggeratedly simplified the mode of retribution of God. The axiom that the righteous thrive and that the wicked suffer is not systematically verified in practice. It is true that in sowing evil one reaps its fruit and that Eliphaz was therefore partially right (cf # # 6: 7-9; # 1Pi 3:12), but it is also true that all that the " The harvest is not necessarily the result of what has been sown. Eliphaz replaced theology with a simplistic logic. It is false to say that suffering is necessarily the consequence of sin (cf. #Ex 4:11; #Jn 9: 1-3).

 

8 As for me, I have seen, those who labor iniquity, and sow unrighteousness, reap the fruits;

9 They perish by the breath of God, they are consumed by the wind of his wrath,

10 The roaring of the lions is over, The teeth of the lions are broken;

 

4: 10-11

In his desire to show that the wicked are suffering from calamities in spite of their strength and resources, Eliphaz illustrated his development by evoking the destruction that strikes the lions despite their prowess. The use of various Hebrew words to designate the lion highlights the different facets of the wicked, all of which, nevertheless, incur destruction and death.

 

11 The lion perishes for want of prey, and the young of the lioness are scattered.

12 ¶ A word came to me furtively, and my ear heard it lightly.

 

4: 12-16

Arriving furtively to me. Allusion to a mysterious messenger seen in a vision, in the imagination or in a dream. To give more credibility to his point of view, he claimed that it was the fruit of a divine revelation.

 

13 At the moment when the visions of night agitate the thought, When men are given up to a deep sleep,

14 I was filled with fear and terror, and all my bones trembled.

15 A spirit passed by me. All my hair bristled ....

16 A figure of an unknown aspect was before my eyes, and I heard a voice that murmured gently:

17 Would man be righteous before God? Would it be pure before the one who made it?

 

4: 17-21

These vv. Present the essence of Eliphaz's message: God judges sin and those who commit it among men ("those who dwell in clay houses", v. 19), just as he did for angels V. #Job 4:18, see #Ap 12: 3-4).

Such was the conclusion of Eliphaz's "revelation": Job was suffering because he had not been holy enough or just enough.

 

18 If God does not trust his servants, If he finds folly among his angels,

19 How much more in those who dwell in clay houses, who derive their origin from the dust, and can be crushed like a worm!

20 From morning till night they are broken, they perish forever, and no man heareth;

21 The thread of their life is cut off, they die, and they have not acquired wisdom.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/