JOUR 24 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

05/09/2018 00:23

JOUR 24 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

 

LUC 3 ET 4

 

LUC 3 * 1 à 38

1 ¶  La quinzième année du règne de Tibère César, — lorsque Ponce Pilate était gouverneur de la Judée, Hérode tétrarque de la Galilée, son frère Philippe tétrarque de l’Iturée et du territoire de la Trachonite, Lysanias tétrarque de l’Abilène,

 

La quinzième année du règne de Tibère. A cause du processus complexe qui porta Tibère au pouvoir, il n’est pas aisé d’établir cette date avec précision. Lorsque les sénateurs romains proclamèrent Auguste comme empereur, ils le firent à la condition expresse que ce pouvoir prenne fin à sa mort et ne soit pas transmis à ses héritiers. Le sénat se réservait ainsi le droit de choisir les successeurs au trône. Cependant, Auguste parvint à contourner cette difficulté en nommant un corégent à qui il projetait de confier graduellement le pouvoir impérial. Comme il survécut à celui qui devait être son successeur, Auguste choisit ensuite Tibère, son beau-fils, qu’il avait adopté et à qui il avait confié sa succession en l’an 4 apr. J.-C. (Auguste n’aimait pas Tibère et escomptait transmettre le pouvoir impérial à ses petits-fils par son intermédiaire). Tibère fut nommé corégent en l’an 11 et devint seul tenant du pouvoir à la mort d’Auguste, le 19 août 14. Si la chronologie de Luc débute au moment de la nomination de Tibère à la corégence, la 15e année devait être l’an 25 ou 26. Si, en revanche, Luc compte à partir de la mort d’Auguste, cette période se situerait entre le 19 août 28 et le 18 août 29. Un autre élément complique l’établissement de la date précise : les Juifs considéraient que le début du règne d’un monarque commençait officiellement au nouvel an juif suivant l’accession au trône. Si Luc suit ici ce principe, la date réelle pourrait être un peu plus tardive.

 

Lysanias. Il régnait sur la région située au nord-ouest de Damas. L’histoire est quasiment muette à son sujet.

 

2  et du temps des souverains sacrificateurs Anne et Caïphe, — la parole de Dieu fut adressée à Jean, fils de Zacharie, dans le désert.

 

du temps des souverains sacrificateurs Anne et Caïphe D’après l’historien juif Flavius Josèphe, Anne servit en tant que souverain sacrificateur de 6 à 15 apr. J.-C. avant d’être déposé par les représentants du pouvoir romain. Il conserva cependant son pouvoir de facto : parmi ses successeurs figurent cinq de ses fils ainsi que son beau-fils Caïphe. Caïphe occupait le poste de souverain sacrificateur à l’époque décrite par Luc, mais en réalité Anne tenait encore les rênes du pouvoir. Cette hiérarchie apparut clairement après l’arrestation de Jésus, qui fut présenté d’abord devant Anne, avant d’être amené chez Caïphe.

 

3  Et il alla dans tout le pays des environs du Jourdain, prêchant le baptême de repentance, pour la rémission des péchés,

 

à cause du pardon des péchés. En témoignage symbolique du pardon déjà accordé au moment de la repentance.

 

4  selon ce qui est écrit dans le livre des paroles d’Esaïe, le prophète: C’est la voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, Aplanissez ses sentiers.

 

aplanissez ses sentiers. Ce passage est une citation d’#Esa 40:3-5 (voir les notes sur ces vv.). Un monarque en voyage dans des contrées désertiques se faisait précéder par un groupe d’ouvriers qui devait s’assurer que la route était dégagée et praticable, libre de tout danger (obstacle encombrant, dénivellation soudaine) susceptible de ralentir ou d’empêcher le voyage. Au sens spirituel, Jean appelait les membres du peuple d’Israël à préparer leur cœur pour la venue de leur Messie.

 

5  Toute vallée sera comblée, Toute montagne et toute colline seront abaissées ; Ce qui est tortueux sera redressé, Et les chemins raboteux seront aplanis.

6  Et toute chair verra le salut de Dieu.

 

toute chair. C’est-à-dire les Juifs et les non-Juifs. Les quatre Evangiles citent #Esa 40:3 (#Mt 3:3 ; #Mr 1:3 ; #Jn 1:23). Luc ajoute les vv. #Lu 3:4-5 ; il utilise ce texte familier d’Esaïe pour souligner la dimension universelle de l’Evangile

7  Il disait donc à ceux qui venaient en foule pour être baptisés par lui : Races de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir ?

 

la colère à venir. Certainement une allusion à la destruction future de Jérusalem. Mais au-delà des calamités terrestres, ce passage fait aussi entrevoir le déversement de la colère divine le jour du Seigneur, en particulier le jugement dernier, où la colère de Dieu sera le juste fruit pour tous ceux qui ne se seront pas repentis (cf. #Ro 1:18 ; #1Th 1:10 ; #Hé 10:27).

 

8  Produisez donc des fruits dignes de la repentance, et ne vous mettez pas à dire en vous-mêmes : Nous avons Abraham pour père ! Car je vous déclare que de ces pierres Dieu peut susciter des enfants à Abraham.

 

des enfants à Abraham. Les vrais enfants d’Abraham ne sont pas simplement ses descendants physiques, mais tous ceux qui marchent avec la même attitude de foi que lui et qui croient en la Parole de Dieu comme il a cru (#Ro 4:11-16 ; #Ro 9:8 ; #Ga 3:7). Si nous mettons notre confiance en notre lignée, cela revient à placer le fondement de notre foi ailleurs qu’en Dieu lui-même. Cette attitude a toujours des conséquences fatales (cf. #Jn 8:39-44).

 

pierres. Cf. #Lu 19:40. L’image fait écho à des vv. de l’A.T. tels qu’#Ez 11:19 ; #Ez 36:26. Dieu peut souverainement changer un cœur de pierre en un cœur qui croit. Il peut donner des enfants à Abraham à partir d’objets inanimés, ou de non-Juifs au cœur de pierre, s’il le désire (cf. #Ga 3:29).

 

9  Déjà même la cognée est mise à la racine des arbres : tout arbre donc qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu.

10  La foule l’interrogeait, disant : Que devons-nous donc faire ?

11  Il leur répondit : Que celui qui a deux tuniques partage avec celui qui n’en a point, et que celui qui a de quoi manger agisse de même.

 

deux tuniques. Semblables à des chemises, les tuniques se portaient une à la fois. Jean continue d’insister sur l’imminence du jugement à venir : ce n’était pas le moment de faire des réserves de biens supplémentaires.

12  Il vint aussi des publicains pour être baptisés, et ils lui dirent : Maître, que devons-nous faire ?

13  Il leur répondit : N’exigez rien au delà de ce qui vous a été ordonné.

14  Des soldats aussi lui demandèrent : Et nous, que devons-nous faire ? Il leur répondit: Ne commettez ni extorsion ni fraude envers personne, et contentez-vous de votre solde.

 

soldats. Il s’agissait probablement de membres des forces d’Hérode Antipas stationnées en Pérée, peut-être parallèlement à la police judéenne.

 

Ne commettez ni extorsion ni fraude. Dans ce passage, ainsi qu’au v. 13, Jean réclame de l’intégrité et de la grandeur de caractère au quotidien, et non un style de vie monacal ou un ascétisme mystique. Cf. #Ja 1:27.

 

15 ¶  Comme le peuple était dans l’attente, et que tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Christ,

16  il leur dit à tous : Moi, je vous baptise d’eau ; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit et de feu.

 

la courroie de ses souliers. Délacer les sandales, avant le lavement des pieds, était la tâche la plus ingrate de l’esclave.

 

17  Il a son van à la main ; il nettoiera son aire, et il amassera le blé dans son grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s’éteint point.

18  C’est ainsi que Jean annonçait la bonne nouvelle au peuple, en lui adressant encore beaucoup d’autres exhortations.

19  Mais Hérode le tétrarque, étant repris par Jean au sujet d’Hérodias, femme de son frère, et pour toutes les mauvaises actions qu’il avait commises,

20  ajouta encore à toutes les autres celle d’enfermer Jean dans la prison.

 

enfermer Jean dans la prison. En réalité, cet événement eut lieu bien plus tard au cours du ministère de Jésus (#Mt 14:1-12 ; #Jn 3:22-24). Cependant, Luc organisa sa documentation sur Jean-Baptiste par thèmes, plutôt que dans l’ordre chronologique.

 

21 ¶  Tout le peuple se faisant baptiser, Jésus fut aussi baptisé ; et, pendant qu’il priait, le ciel s’ouvrit,

 

pendant qu’il priait. Luc seul fait remarquer que Jésus priait. La prière est l’un de ses thèmes favoris.

 

22  et le Saint-Esprit descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. Et une voix fit entendre du ciel ces paroles : Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi j’ai mis toute mon affection.

 

le Saint-Esprit.   Les trois personnes de la Trinité sont présentes de manière distincte dans ce v., ce qui constitue un argument solide contre l’hérésie appelée modalisme qui prétend que Dieu serait une personne unique se manifestant dans trois modes distincts, un seul à la fois.

 

sous une forme corporelle. C’est-à-dire de manière physique et visible de tous (#Mt 3:16 ; #Jn 1:32).

 

comme une colombe. Une image de la douceur (#Mt 10:16).

 

23  Jésus avait environ trente ans lorsqu’il commença son ministère, étant, comme on le croyait, fils de Joseph, fils d’Héli,

 

3:23-38

La généalogie de Luc remonte en arrière, partant de Jésus pour aller jusqu’à Adam. Celle de Matthieu suit au contraire un ordre chronologique, elle part d’Abraham pour aboutir à Joseph. Chez Luc, la partie comprise entre Joseph et David est entièrement différente de la section analogue chez Matthieu. Les deux listes peuvent être facilement harmonisées, si l’on considère que Luc présente la généalogie de Marie et Matthieu celle de Joseph. Ainsi, Jésus est héritier de la lignée royale par son père légal, tandis que la preuve qu’il est physiquement un descendant de David passe par Marie. Contrairement à Matthieu, Luc ne mentionne aucune femme dans sa généalogie, pas même Marie. Joseph devint « fils d’Héli » par mariage (Héli n’ayant eu aucun fils), c’est pourquoi il a sa place en tant que représentant de la génération de Marie (v. #Lu 3:23). Un précédent pour ce genre de substitution avait été établi par Moïse lui-même en #No 27:1-11 ; #No 36:1-12. Les noms des hommes mentionnés entre Héli (v. #Lu 3:23) et Rhésa (v. #Lu 3:27) ne se trouvent nulle part ailleurs dans l’Ecriture. Zorobabel et Salathiel (v. #Lu 3:27) sont les deux seuls personnages de cette liste qui correspondent à celle de la généalogie de Matthieu entre David et Jésus.

 

environ trente ans. Luc n’avait probablement pas l’intention de donner un âge précis. Il s’agissait plutôt d’établir une analogie approximative entre le début de l’activité publique de Jésus et l’âge habituel auquel un prophète (#Ez 1:1), un sacrificateur (#No 4:3, #No 4:35, #No 4:39, #No 4:43, #No 4:47) ou un roi (#Ge 41:46 ; #2S 5:4) prenait sa fonction.

 

comme on le croyait. Luc a déjà établi le fait de la naissance virginale (#Lu 1:34-35). Il rappelle ici une fois de plus que Joseph n’était pas le vrai père de Jésus.

 

24  fils de Matthat, fils de Lévi, fils de Melchi, fils de Jannaï, fils de Joseph,

25  fils de Mattathias, fils d’Amos, fils de Nahum, fils d’Esli, fils de Naggaï,

26  fils de Maath, fils de Mattathias, fils de Sémeï, fils de Josech, fils de Joda,

27  fils de Joanan, fils de Rhésa, fils de Zorobabel, fils de Salathiel, fils de Néri,

28  fils de Melchi, fils d’Addi, fils de Kosam, fils d’Elmadam, fils D’Er,

29  fils de Jésus, fils d’Eliézer, fils de Jorim, fils de Matthat, fils de Lévi,

30  fils de Siméon, fils de Juda, fils de Joseph, fils de Jonam, fils d’Eliakim,

31  fils de Méléa, fils de Menna, fils de Mattatha, fils de Nathan, fils de David,

32  fils d’Isaï, fils de Jobed, fils de Booz, fils de Salmon, fils de Naasson,

33  fils d’Aminadab, fils d’Admin, fils d’Arni, fils d’Esrom, fils de Pharès, fils de Juda,

34  fils de Jacob, fils d’Isaac, fils d’Abraham, fils de Thara, fils de Nachor,

35  fils de Seruch, fils de Ragau, fils de Phalek, fils d’Eber, fils de Sala,

36  fils de Kaïnam, fils d’Arphaxad, fils de Sem, fils de Noé, fils de Lamech,

37  fils de Mathusala, fils d’Enoch, fils de Jared, fils de Maléléel, fils de Kaïnan,

38  fils d’Enos, fils de Seth, fils d’Adam, fils de Dieu.

 

LUC 4 * 1 à 44

 

1 ¶  Jésus, rempli du Saint-Esprit, revint du Jourdain, et il fut conduit par l’Esprit dans le désert,

2  où il fut tenté par le diable pendant quarante jours. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, après qu’ils furent écoulés, il eut faim.

 

tenté …  pendant quarante jours. De toute évidence, la tentation de Christ s’étendit sur l’ensemble des quarante jours de son jeûne. Matthieu et Luc n’en donnent qu’un récit condensé, où seulement trois tentations particulières sont mentionnées. Luc inverse l’ordre des deux dernières par rapport à Matthieu. Il structure quelquefois son récit de manière logique plutôt que chronologique. Luc devait certainement avoir une raison de procéder ainsi; peut-être tenait-il à finir son récit de la tentation de Jésus au temple de Jérusalem (cf. v. #Lu 4:9), un lieu qui revêt une très grande importance dans son Evangile.

 

3  Le diable lui dit : Si tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre qu’elle devienne du pain.

4  Jésus lui répondit: Il est écrit : L’Homme ne vivra pas de pain seulement.

 

Citation par Jésus de #De 8:3.

 

5  Le diable, l’ayant élevé, lui montra en un instant tous les royaumes de la terre,

6  et lui dit : Je te donnerai toute cette puissance, et la gloire de ces royaumes ; car elle m’a été donnée, et je la donne à qui je veux.

7  Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi.

8  Jésus lui répondit : Il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.

 

Citation par Jésus de #De 6:13.

 

9  Le diable le conduisit encore à Jérusalem, le plaça sur le haut du temple, et lui dit : Si tu es Fils de Dieu, jette-toi d’ici en bas ;

10  (4-9) car il est écrit : (4-10) Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet, Afin qu’ils te gardent ;

 

4:10-11

Citation par Satan de #Ps 91:11-12

 

11  et : Ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre.

12  Jésus lui répondit : Il est dit : Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu.

 

Citation par Jésus de #De 6:16

 

13  Après l’avoir tenté de toutes ces manières, le diable s’éloigna de lui jusqu’à un moment favorable.

 

jusqu’à un moment favorable. Les tentations de Satan contre Christ ne prirent pas fin pour autant, elles persistèrent au contraire durant tout son ministère (cf. #Hé 4:15) et atteignirent leur point culminant à Gethsémané (#Lu 22:39-46).

 

14 ¶  Jésus, revêtu de la puissance de l’Esprit, retourna en Galilée, et sa renommée se répandit dans tout le pays d’alentour.

 

retourna en Galilée. Les Evangiles synoptiques ne parlent guère du ministère de Jésus entre son baptême et son retour en Galilée, mais Jean fait cependant état d’un ministère assez intense à Jérusalem et en Judée (#Jn 2:12-4:1). En conséquence, les nouvelles à son sujet se répandirent rapidement.

 

15  Il enseignait dans les synagogues, et il était glorifié par tous.

16  Il se rendit à Nazareth, où il avait été élevé, et, selon sa coutume, il entra dans la synagogue le jour du sabbat. Il se leva pour faire la lecture,

 

Il se rendit à Nazareth. Au v. #Lu 4:23, Luc fait comprendre que Christ avait déjà exercé son ministère à Capernaüm auparavant. Pourtant, il décide d’inclure cet épisode au début de son récit sur le ministère public de Christ. Nous avons là un parfait exemple du travail d’agencement logique plutôt que chronologique effectué par Luc.

 

selon sa coutume. Nazareth étant sa ville d’origine, il devait être bien connu de tous ceux qui fréquentaient régulièrement cette synagogue.

 

17  et on lui remit le livre du prophète Esaïe. L’ayant déroulé, il trouva l’endroit où il était écrit:

18  L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, (4-19) Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés,

 

il m’a oint. L’Esprit lui-même était l’onction (vv. #Lu 4:1, #Lu 4:14).

 

19  Pour publier une année de grâce du Seigneur.

 

une année de grâce du Seigneur. Ce passage est tiré d’#Esa 61:1-2. Christ s’arrêta au milieu du v. 2, sans lire la suite du v., qui annonce le jugement au jour de la vengeance de Dieu et se rapporte à sa seconde venue.

 

20  Ensuite, il roula le livre, le remit au serviteur, et s’assit. Tous ceux qui se trouvaient dans la synagogue avaient les regards fixés sur lui.

 

s’assit. La coutume voulait que l’enseignant se tienne debout, dans une position de respect, durant la lecture de l’Ecriture (v. #Lu 4:16), et qu’il s’assoie, dans une attitude d’humilité, pour enseigner.

21  Alors il commença à leur dire : Aujourd’hui cette parole de l’Ecriture, que vous venez d’entendre, est accomplie.

 

cette parole de l’Ecriture …  est accomplie. Sans la moindre ambiguïté, Jésus déclarait être le Messie qui accomplissait cette prophétie. L’auditoire comprit clairement la signification de ses paroles, mais ne put accepter une telle affirmation de supériorité de la part de celui qu’il connaissait en tant que fils du charpentier (v. #Lu 4:22 ; cf. #Mt 13:55).

 

22  Et tous lui rendaient témoignage ; ils étaient étonnés des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche, et ils disaient : N’est-ce pas le fils de Joseph ?

23  Jésus leur dit : Sans doute vous m’appliquerez ce proverbe : Médecin, guéris-toi toi-même ; et vous me direz : Fais ici, dans ta patrie, tout ce que nous avons appris que tu as fait à Capernaüm.

 

Capernaüm. De toute évidence, Christ avait déjà acquis une réputation suite à des actes miraculeux dans cette ville. L’Ecriture donne peu de détails à propos de la première année de son ministère public. L’Evangile de Jean, qui en présente l’aperçu le plus large, suggère que Christ resta surtout en Judée. Cependant, #Jn 2:12 mentionne une brève visite à Capernaüm, sans autre précision. #Jn 4:46-54 rapporte que lors de son séjour à Cana, Christ guérit le fils d’un officier du roi, alité à Capernaüm. Nous savons aussi qu’il avait déjà fait quelques disciples parmi les hommes de la côte nord de la mer de Galilée (#Jn 1:35-42 ). Il est possible qu’il ait visité cette ville plus d’une fois au cours de la première année de son ministère. Quoi qu’il en soit, il y était resté suffisamment longtemps pour avoir le temps d’accomplir des miracles ; en conséquence, sa réputation s’était répandue dans toute la Galilée (cf. v. #Lu 4:14).

 

24  Mais, ajouta-t-il, je vous le dis en vérité, aucun prophète n’est bien reçu dans sa patrie.

25  Je vous le dis en vérité : il y avait plusieurs veuves en Israël du temps d’Elie, lorsque le ciel fut fermé trois ans et six mois et qu’il y eut une grande famine sur toute la terre ;

 

4:25-27

La veuve de Sarepta (#1R 17:8-24) et Naaman le Syrien (#2R 5) étaient tous deux des non-Juifs qui vivaient à une époque d’incrédulité généralisée en Israël. Jésus souligne ici que Dieu ne tint pas compte de toutes les veuves et tous les lépreux présents en Israël, mais qu’il manifesta sa grâce à deux habitants de nations païennes. La compassion de Dieu pour les non-Juifs et ceux qui sont rejetés constitue un thème récurrent de l’Evangile de Luc.

 

26  et cependant Elie ne fut envoyé vers aucune d’elles, si ce n’est vers une femme veuve, à Sarepta, dans le pays de Sidon.

27  Il y avait aussi plusieurs lépreux en Israël du temps d’Elisée, le prophète ; et cependant aucun d’eux ne fut purifié, si ce n’est Naaman le Syrien.

28  Ils furent tous remplis de colère dans la synagogue, lorsqu’ils entendirent ces choses.

 

remplis de colère. Pour la première fois, Luc mentionne une opposition au ministère de Christ. Ce qui déclencha la colère des Nazaréens, ce fut apparemment l’idée que la grâce de Dieu pouvait leur être retirée et être étendue aux non-Juifs.

 

29  Et s’étant levés, ils le chassèrent de la ville, et le menèrent jusqu’au sommet de la montagne sur laquelle leur ville était bâtie, afin de le précipiter en bas.

30  Mais Jésus, passant au milieu d’eux, s’en alla.

 

passant au milieu d’eux. Ces paroles suggèrent une fuite miraculeuse, le premier d’une série d’incidents similaires où Jésus échappa à une mort prématurée entre les mains de la foule (cf. #Jn 7:30 ; #Jn 8:59 ; #Jn 10:39).

 

31 ¶  Il descendit à Capernaüm, ville de la Galilée ; et il enseignait, le jour du sabbat.

32  On était frappé de sa doctrine ; car il parlait avec autorité.

33  Il se trouva dans la synagogue un homme qui avait un esprit de démon impur, et qui s’écria d’une voix forte:

34  Ah ! qu’y a-t-il entre nous et toi, Jésus de Nazareth ? Tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es : le Saint de Dieu.

 

le Saint de Dieu. Les démons reconnaissaient toujours immédiatement Christ (cf. v. #Lu 4:41 ; #Lu 8:28 ; #Mt 8:29 ; #Mr 1:24 ; #Mr 3:11 ; #Mr 5:7).

 

35  Jésus le menaça, disant: Tais-toi, et sors de cet homme. Et le démon le jeta au milieu de l’assemblée, et sortit de lui, sans lui faire aucun mal.

36  Tous furent saisis de stupeur, et ils se disaient les uns aux autres : Quelle est cette parole ? il commande avec autorité et puissance aux esprits impurs, et ils sortent !

37  Et sa renommée se répandit dans tous les lieux d’alentour.

38  En sortant de la synagogue, il se rendit à la maison de Simon. La belle-mère de Simon avait une violente fièvre, et ils le prièrent en sa faveur.

 

La belle-mère de Simon. Il est établi que Pierre était marié (cf. #1Co 9:5), même si l’Ecriture ne donne aucun détail concernant sa femme.

 

une violente fièvre. #Mt 8:14-15 et #Mr 1:30-31 rapportent aussi ce miracle. Toutefois, Luc le médecin est le seul à remarquer que la fièvre était « violente » et à mentionner le moyen employé par Jésus pour guérir la malade (v. #Lu 4:39).

 

39  S’étant penché sur elle, il menaça la fièvre, et la fièvre la quitta. A l’instant elle se leva, et les servit.

40  Après le coucher du soleil, tous ceux qui avaient des malades atteints de diverses maladies les lui amenèrent. Il imposa les mains à chacun d’eux, et il les guérit.

 

Après le coucher du soleil. Il marquait la fin du sabbat. Dès que la foule put voyager, elle vint à Jésus.

 

41  Des démons aussi sortirent de beaucoup de personnes, en criant et en disant : Tu es le Fils de Dieu. Mais il les menaçait et ne leur permettait pas de parler, parce qu’ils savaient qu’il était le Christ.

42  Dès que le jour parut, il sortit et alla dans un lieu désert. Une foule de gens se mirent à sa recherche, et arrivèrent jusqu’à lui ; ils voulaient le retenir, afin qu’il ne les quittât point.

43  Mais il leur dit : Il faut aussi que j’annonce aux autres villes la bonne nouvelle du royaume de Dieu ; car c’est pour cela que j’ai été envoyé.

 

royaume de Dieu. Cette expression, fréquemment employée dans l’Evangile de Luc, apparaît ici pour la première fois.

 

44  Et il prêchait dans les synagogues de la Galilée.

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/