JOUR 31 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

12/09/2018 00:50

JOUR 31 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

 

LUC 17 ET 18

 

LUC 17 * 1 à 37

1 ¶  Jésus dit à ses disciples : Il est impossible qu’il n’arrive pas des scandales ; mais malheur à celui par qui ils arrivent !

 

scandales. Littéralement « obstacles qui font trébucher ».

 

2  Il vaudrait mieux pour lui qu’on mît à son cou une pierre de moulin et qu’on le jetât dans la mer, que s’il scandalisait un de ces petits.

 

ces petits. C’est-à-dire les croyants, les enfants de Dieu qui sont sous sa protection.

 

3  Prenez garde à vous-mêmes. Si ton frère a péché, reprends-le ; et, s’il se repent, pardonne-lui.

 

reprends-le. Un chrétien doit agir avec droiture et franchise envers un frère ou une sœur qui commet un péché.

 

4  Et s’il a péché contre toi sept fois dans un jour et que sept fois il revienne à toi, disant : Je me repens, — tu lui pardonneras.

 

sept fois dans un jour. C’est-à-dire quel que soit le nombre de fois où il pèche et se repent. Le chiffre sept ne constitue pas une limite à ne pas dépasser (cf. #Ps 119:164); bien au contraire, Christ déclare que le pardon doit être accordé de manière illimitée (cf. #Ep 4:32 ; #Col 3:13).

 

5  Les apôtres dirent au Seigneur : Augmente-nous la foi.

 

Augmente-nous la foi. Ils se sentaient incapables de satisfaire aux normes élevées qu’il plaçait devant eux.

 

6  Et le Seigneur dit : Si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à ce sycomore: Déracine-toi, et plante-toi dans la mer ; et il vous obéirait.

7  Qui de vous, ayant un serviteur qui laboure ou paît les troupeaux, lui dira, quand il revient des champs : Approche vite, et mets-toi à table ?

 

17:7-10

Le message de cette parabole, c’est qu’un serviteur ne doit s’attendre à aucune récompense particulière pour avoir accompli son devoir. Les principes exigeants définis par Christ (vv. #Lu 17:1-4) pouvaient sembler trop élevés aux disciples, mais ils ne représentaient que les devoirs minimaux d’un serviteur de Christ. Ceux qui obéissent à ses commandements ne doivent en aucun cas penser que leur obéissance correspond à un quelconque mérite.

 

8  Ne lui dira-t-il pas au contraire: Prépare-moi à souper, ceins-toi, et sers-moi, jusqu’à ce que j’aie mangé et bu ; après cela, toi, tu mangeras et boiras ?

9  Doit-il de la reconnaissance à ce serviteur parce qu’il a fait ce qui lui était ordonné ?

10  Vous de même, quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné, dites : Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire.

 

serviteurs inutiles. Ils ne méritent aucun honneur particulier.

 

11 ¶  Jésus, se rendant à Jérusalem, passait entre la Samarie et la Galilée.

 

se rendant à Jérusalem, passait entre la Samarie et la Galilée. Luc n’explique pas pourquoi Jésus effectua ce détour, mais une comparaison des Evangiles fournit quelques indications ; on peut en déduire que du temps s’était écoulé entre le v. 10 et le v. 11. La résurrection de Lazare à Béthanie, près de Jérusalem (#Jn 11), semble s’insérer dans cette période. #Jn 11:54 affirme qu’après la résurrection de Lazare, et dans le but d’échapper aux autorités qui cherchaient à le tuer, Christ se retira dans « une ville appelée Ephraïm », située au nord de Jérusalem et près de la frontière avec la Samarie. De là, il voyagea apparemment une fois de plus vers le nord, à travers la Samarie et la Galilée, peut-être dans le but de retrouver des amis et des membres de sa famille, venus de Galilée, qui faisaient un pèlerinage à Jérusalem pour la Pâque. Il serait ensuite allé vers le sud en empruntant la route habituelle, qui le conduirait à Jérusalem en passant par Jéricho (#Lu 18:35).

 

12  Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Se tenant à distance,

 

lépreux. Ces hommes rituellement impurs étaient condamnés à vivre en dehors du village (#Lé 13:46 ; #No 5:2-3). Selon la loi, ils devaient se tenir à distance, c’est pourquoi ils s’adressent à Christ en criant. Pour une description de la lèpre,

 

13  (17-12) ils élevèrent la voix, et dirent : (17-13) Jésus, maître, aie pitié de nous !

 

aie pitié de nous. Cf. #Lu 16:24 ; #Lu 18:38-39 ; #Mt 9:27 ; #Mt 15:22 ; #Mt 17:15 ; #Mt 20:31 ; #Mr 10:47-48. C’était la requête habituelle émanant de ceux qui désiraient être guéris.

 

14  Dès qu’il les eut vus, il leur dit : Allez-vous montrer aux sacrificateurs. Et, pendant qu’ils y allaient, il arriva, qu’ils furent guéris.

 

vous montrer aux sacrificateurs. Pour que ceux-ci les déclarent purs (#Lé 13:2-3 ; #Lé 14:2-32).

 

pendant qu’ils y allaient. La guérison est soudaine et immédiatement visible, mais elle ne se produit qu’une fois qu’ils ont obéi à son ordre.

 

15  L’un d’eux, se voyant guéri, revint sur ses pas, glorifiant Dieu à haute voix.

 

L’un d’eux …  revint. Sa réaction rappelle celle de Naaman (#2R 5:15). Les autres, dans leur hâte d’être déclarés purs et de reprendre leur vie et leur place normale dans la société, continuent certainement leur route vers les sacrificateurs et oublient d’exprimer leur reconnaissance.

 

16  Il tomba sur sa face aux pieds de Jésus, et lui rendit grâces. C’était un Samaritain.

 

C’était un Samaritain. Le fait que Jésus envoya les lépreux vers les sacrificateurs permet de supposer qu’ils étaient juifs. Ce Samaritain avait été autorisé à se joindre à eux lorsqu’ils étaient tous rituellement impurs, mais une fois guéris, ils ne manifestèrent pas la même gratitude que lui.

 

17  Jésus, prenant la parole, dit: Les dix n’ont-ils pas été guéris ? Et les neuf autres, où sont-ils ?

18  Ne s’est-il trouvé que cet étranger pour revenir et donner gloire à Dieu ?

 

cet étranger. De toute évidence, Jésus considérait les Samaritains à l’égal des autres non-Juifs.

 

19  Puis il lui dit : Lève-toi, va ; ta foi t’a sauvé.

 

t’a sauvé. Cf. #Mt 9:22

 

20 ¶  Les pharisiens demandèrent à Jésus quand viendrait le royaume de Dieu. Il leur répondit : Le royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards.

 

quand viendrait le royaume de Dieu. Il est possible qu’ils aient posé cette question avec une intention moqueuse, car ils avaient déjà acquis la conviction qu’il n’était pas le Messie.

 

ne vient pas de manière à frapper les regards. Les pharisiens croyaient que le triomphe du Messie serait immédiat. Ils espéraient qu’il viendrait pour chasser l’occupant romain et établir un royaume millénaire. Mais les projets de Christ étaient bien différents : il inaugurait une ère durant laquelle le royaume serait rendu manifeste par le règne de Dieu dans le cœur des hommes, par le moyen de la foi en leur Sauveur (v. #Lu 17:21 ; cf. #Ro 14:17). Ce royaume ne serait ni confiné à une région géographique particulière ni visible aux yeux humains. Il viendrait tranquillement, de manière invisible, sans le faste et la splendeur habituellement associés à l’arrivée d’un roi. Jésus ne dit pas pour autant que les promesses de l’A.T. concernant un royaume terrestre sont annulées, mais que la manifestation terrestre et visible du royaume est encore à venir (#Ap 20:1-6).

 

21  On ne dira point : Il est ici, ou : Il est là. Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous.

 

au milieu de vous. Dans le cœur des hommes. Le pronom peut difficilement renvoyer aux pharisiens en général.

 

22  Et il dit aux disciples : Des jours viendront où vous désirerez voir l’un des jours du Fils de l’homme, et vous ne le verrez point.

 

Des jours viendront. Ce passage introduit un bref discours qui possède quelques similitudes avec le discours sur le mont des Oliviers de #Mt 24:1-25:2.

 

vous désirerez voir un des jours du Fils de l’homme. Ils voudront le voir physiquement présent. Cela suggère un espoir ardent de son retour pour qu’il fasse régner la justice (cf. #Ap 6:9-11 ; #Ap 22:20).

 

23  On vous dira : Il est ici, il est là. N’y allez pas, ne courez pas après.

24  Car, comme l’éclair resplendit et brille d’une extrémité du ciel à l’autre, ainsi sera le Fils de l’homme en son jour.

25  Mais il faut auparavant qu’il souffre beaucoup, et qu’il soit rejeté par cette génération.

 

il faut …  qu’il souffre. La volonté souveraine de Dieu était que Christ meure à la place des pécheurs. Cf. #Lu 9:22 ; #Lu 18:31-33 ; #Lu 24:25-26 ; #Mt 16:21 ; #Mr 8:31.

 

26  Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l’homme.

27  Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; le déluge vint, et les fit tous périr.

28  Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement. Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient ;

 

du temps de Lot. Le jugement était venu soudainement et avait détruit les hommes au milieu de leurs occupations quotidiennes (#Ge 19:24-25). Aucune des activités citées par Jésus en rapport avec le temps de Noé ou de Lot ne constituait un péché en soi. Cependant, les hommes étaient alors si absorbés par les choses de cette vie qu’ils avaient été entièrement pris au dépourvu lorsque le temps du jugement était venu.

 

29  mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de soufre tomba du ciel, et les fit tous périr.

30  Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme paraîtra.

31  En ce jour-là, que celui qui sera sur le toit, et qui aura ses effets dans la maison, ne descende pas pour les prendre ; et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas non plus en arrière.

 

sur le toit. Une maison typique possédait un toit plat accessible par un escalier extérieur. Le danger serait tellement grand que ceux qui se trouveraient sur le toit devraient fuir sans même entrer dans la maison pour emporter quoi que ce soit.

 

32  Souvenez-vous de la femme de Lot.

 

La femme de Lot était morte au seuil même de la délivrance. Son attachement à Sodome était si fort qu’elle s’était attardée et avait regardé en arrière. A cet instant, le jugement l’avait atteinte, juste avant qu’elle ne se trouve en sécurité (#Ge 19:26).

 

33  Celui qui cherchera à sauver sa vie la perdra, et celui qui la perdra la retrouvera.

34  Je vous le dis, en cette nuit-là, de deux personnes qui seront dans un même lit, l’une sera prise et l’autre laissée ;

35  de deux femmes qui moudront ensemble, l’une sera prise et l’autre laissée.

36  De deux hommes qui seront dans un champ, l’un sera pris et l’autre laissé.

37  Les disciples lui dirent : Où sera-ce, Seigneur ? Et il répondit : Où sera le corps, là s’assembleront les aigles.

 

 

LUC 18 * 1 à 43

1 ¶  Jésus leur adressa une parabole, pour montrer qu’il faut toujours prier, et ne point se relâcher.

 

toujours prier. Un thème fréquent dans les épîtres de Paul. Cf. #Ro 1:9-10 ; #Ro 12:12 ; #Ep 6:18 ; #1Th 5:17 ; #2Th 1:11.

 

ne point se relâcher. Il faut persévérer malgré les difficultés et les afflictions de la vie, et en dépit des signes d’un jugement tout proche (décrit dans le passage précédent).

 

2  Il dit : Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait point Dieu et qui n’avait d’égard pour personne.

 

qui ne craignait point Dieu et qui n’avait d’égard pour personne. Cet homme est foncièrement mauvais, puisque Christ le qualifie d’« inique » (v. #Lu 18:6 ; le même mot grec décrit l’économe de 16:8). Le juge ne représente pas Dieu, mais il permet de créer un effet de contraste avec lui : si un homme aussi injuste finit par réagir aux demandes insistantes, Dieu, qui est justice et même plus amour et miséricorde -sera bien plus prompt à répondre !

 

3  Il y avait aussi dans cette ville une veuve qui venait lui dire : Fais-moi justice de ma partie adverse.

4  Pendant longtemps il refusa. Mais ensuite il dit en lui-même : Quoique je ne craigne point Dieu et que je n’aie d’égard pour personne,

5  néanmoins, parce que cette veuve m’importune, je lui ferai justice, afin qu’elle ne vienne pas sans cesse me rompre la tête.

 

me casser la tête. Littéralement « me frapper sous les yeux ». Même s’il n’agit pas par compassion pour la veuve ou par respect pour Dieu, le juge cède, simplement pour ne plus être ennuyé par les plaintes incessantes.

 

6  Le Seigneur ajouta : Entendez ce que dit le juge inique.

 

Entendez ce que dit le juge inique. Autrement dit, écoutez et entendez la leçon de cette histoire : Dieu, qui agit toujours avec justice et qui est rempli de compassion pour les croyants qui souffrent, répondra sans aucun doute aux cris de ses bien-aimés lorsqu’ils l’appellent à l’aide (v. #Lu 18:7).

 

7  Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard ?

8  Je vous le dis, il leur fera promptement justice. Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?

 

promptement. Sa réponse peut tarder à venir, mais il a de bonnes raisons pour patienter (cf. #2P 3:8-9); le moment venu, sa vengeance est rapide.

 

trouvera-t-il la foi. Cette question suggère qu’à son retour la foi se fera plutôt rare, comme du temps de Noé (#Lu 17:26), où seulement huit personnes furent sauvées. La période qui précédera immédiatement son retour sera caractérisée par la persécution, l’apostasie et l’incrédulité (#Mt 24:9-13, #Mt 24:24).

 

9 ¶  Il dit encore cette parabole, en vue de certaines personnes se persuadant qu’elles étaient justes, et ne faisant aucun cas des autres:

 

Cette parabole est riche en vérités concernant la doctrine de la justification par la foi. Elle illustre parfaitement le moyen par lequel un pécheur, dénué de toute justice personnelle, peut être instantanément déclaré juste aux yeux de Dieu : un acte de repentance par la foi. Cette parabole s’adresse aux pharisiens, puisqu’ils mettaient leur confiance dans leur propre justice (vv. #Lu 18:10-11). Celui qui croit être juste par lui-même entretient une espérance vaine qui aboutit à la damnation (cf. #Ro 10:3 ; #Ph 3:9) parce que la justice humaine  y compris celle du pharisien le plus scrupuleux - est inférieure à la norme divine (#Mt 5:48). L’Ecriture enseigne invariablement que les pécheurs sont justifiés lorsque la justice parfaite de Dieu leur est imputée par la foi (cf. #Ge 15:6 ; #Ro 4:4-5 ; #2Co 5:21 ; #Ph 3:4-9). Ce n’est que sur cette base que le salut peut être accordé au publicain (comme à n’importe qui d’autre).

 

10  Deux hommes montèrent au temple pour prier ; l’un était pharisien, et l’autre publicain.

11  Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même : O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain ;

12  je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tous mes revenus.

 

jeûne deux fois par semaine. Plus que n’importe quelle instruction biblique ne le demande. En faisant la louange de ses propres œuvres, le pharisien montre qu’il fonde toute son espérance sur la conviction de ne pas être aussi mauvais que certains. La pensée de son indignité ne l’effleure même pas, et il n’éprouve pas le moindre sentiment de péché. Cf. vv. #Lu 18:18-21 ; #Mt 19:17-20.

 

13  Le publicain, se tenant à distance, n’osait même pas lever les yeux au ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur.

 

L’humilité du publicain transparaît dans son attitude et dans tout son comportement. Lorsque cet homme est confronté à la réalité de son péché, sa seule réaction est un humble abaissement et la repentance. Son attitude tranche avec celle du pharisien sur pratiquement tous les points.

 

O Dieu, sois apaisé. Il n’a d’autre espérance que la compassion de Dieu. C’est précisément à une telle prise de conscience que la loi de Dieu veut amener chaque pécheur (cf. #Ro 3:19-20 ; #Ro 7:13 ; #Ga 3:22-24).

 

14  Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison justifié, plutôt que l’autre. Car quiconque s’élève sera abaissé, et celui qui s’abaisse sera élevé.

 

justifié. Déclaré juste devant Dieu par le moyen d’une justice qui lui est imputée.

 

15 ¶  On lui amena aussi les petits enfants, afin qu’il les touchât. Mais les disciples, voyant cela, reprenaient ceux qui les amenaient.

16  Et Jésus les appela, et dit : Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas ; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent.

17  Je vous le dis en vérité, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n’y entrera point.

18 ¶  Un chef interrogea Jésus, et dit : Bon maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ?

19  Jésus lui répondit : Pourquoi m’appelles-tu bon ? Il n’y a de bon que Dieu seul.

20  Tu connais les commandements : Tu ne commettras point d’adultère ; tu ne tueras point ; tu ne déroberas point ; tu ne diras point de faux témoignage ; honore ton père et ta mère.

 

Citation d’#Ex 20:12-16 ; #De 5:16-20.

 

21  J’ai, dit-il, observé toutes ces choses dès ma jeunesse.

22  Jésus, ayant entendu cela, lui dit : Il te manque encore une chose : vends tout ce que tu as, distribue-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis, viens, et suis-moi.

23  Lorsqu’il entendit ces paroles, il devint tout triste ; car il était très riche.

24  Jésus, voyant qu’il était devenu tout triste, dit : Qu’il est difficile à ceux qui ont des richesses d’entrer dans le royaume de Dieu !

25  Car il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu.

26  Ceux qui l’écoutaient dirent : Et qui peut être sauvé ?

27  Jésus répondit : Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu.

28  Pierre dit alors : Voici, nous avons tout quitté, et nous t’avons suivi.

29  Et Jésus leur dit : Je vous le dis en vérité, il n’est personne qui, ayant quitté, à cause du royaume de Dieu, sa maison, ou sa femme, ou ses frères, ou ses parents, ou ses enfants,

30  ne reçoive beaucoup plus dans ce siècle-ci, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle.

31 ¶  Jésus prit les douze auprès de lui, et leur dit : Voici, nous montons à Jérusalem, et tout ce qui a été écrit par les prophètes au sujet du Fils de l’homme s’accomplira.

 

tout ce qui a été écrit par les prophètes. Notamment dans #Ps 22 ; #Ps 69 ; #Esa 53 ; #Da 9:26 ; #Za 13:7.

 

32  Car il sera livré aux païens ; on se moquera de lui, on l’outragera, on crachera sur lui,

 

livré aux païens. Chaque prédiction de Jésus concernant sa mort (cf. #Lu 9:22, #Lu 9:44 ; #Lu 12:50 ; #Lu 13:32-33 ; #Lu 17:25) est plus précise que la précédente. Ce passage constitue sa première allusion au fait qu’il serait livré aux non-Juifs.

 

33  et, après l’avoir battu de verges, on le fera mourir ; et le troisième jour il ressuscitera.

 

il ressuscitera. Christ avait déjà prédit qu’il ressusciterait le troisième jour (#Lu 9:22), mais les disciples n’avaient pas saisi la portée de ses paroles, et ils accueillirent sa résurrection avec surprise (#Lu 24:6).

 

34  Mais ils ne comprirent rien à cela ; c’était pour eux un langage caché, des paroles dont ils ne saisissaient pas le sens.

 

ils ne comprirent rien à cela. Les douze ne comprirent rien aux événements majeurs que furent sa mort et sa résurrection. La raison en est probablement qu’ils entretenaient une tout autre conception du Messie et de son règne terrestre (cf. #Mt 16:22 ; #Mt 17:10 ; #Ac 1:6).

 

35 ¶  Comme Jésus approchait de Jéricho, un aveugle était assis au bord du chemin, et mendiait.

 

un aveugle. Il y avait en réalité deux aveugles, dont l’un officia comme porte-parole.

 

36  Entendant la foule passer, il demanda ce que c’était.

37  On lui dit : C’est Jésus de Nazareth qui passe.

38  Et il cria : Jésus, Fils de David, aie pitié de moi !

 

Fils de David. Une affirmation par laquelle il reconnaissait Jésus comme Messie et Roi.

 

39  Ceux qui marchaient devant le reprenaient, pour le faire taire ; mais il criait beaucoup plus fort : Fils de David, aie pitié de moi !

40  Jésus, s’étant arrêté, ordonna qu’on le lui amène ; et, quand il se fut approché, (18-41) il lui demanda:

41  Que veux-tu que je te fasse ? Il répondit : Seigneur, que je recouvre la vue.

42  Et Jésus lui dit : Recouvre la vue ; ta foi t’a sauvé.

43  A l’instant il recouvra la vue, et suivit Jésus, en glorifiant Dieu. Tout le peuple, voyant cela, loua Dieu.

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/