JOUR 34 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

15/09/2018 00:24

JOUR 34 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

 

LUC 23 ET 24

 

LUC 23 * 1 à 56

1 ¶  Ils se levèrent tous, et ils conduisirent Jésus devant Pilate.

 

tous. L’ensemble du sanhédrin, composé de quelque soixante-dix hommes. Cependant, au moins l’un des membres de ce conseil, Joseph d’Arimathée, s’opposa à la décision de condamner Christ (vv. #Lu 23:50-52).

 

2  Ils se mirent à l’accuser, disant : Nous avons trouvé cet homme excitant notre nation à la révolte, empêchant de payer le tribut à César, et se disant lui-même Christ, roi.

 

empêchant de payer le tribut à César. C’était un mensonge délibéré. Les membres du sanhédrin avaient publiquement interrogé Jésus sur cette question précise (dans l’espoir de le discréditer devant les Juifs), et il avait expressément confirmé le droit de l’empereur de lever l’impôt (#Lu 20:20-25).

 

se disant lui-même Christ, roi. Ils insinuaient ainsi que Jésus était un rebelle opposé au pouvoir de Rome. Cette accusation était aussi fausse que la première.

 

3  Pilate l’interrogea, en ces termes : Es-tu le roi des Juifs ? Jésus lui répondit : Tu le dis.

 

Tu le dis. #Jn 18:33-37 donne une version plus complète de la réplique de Jésus.

 

4  Pilate dit aux principaux sacrificateurs et à la foule : Je ne trouve rien de coupable en cet homme.

 

rien de coupable. En dépit des tentatives forcenées des chefs religieux juifs pour accuser Jésus, Pilate reconnut avec satisfaction qu’il n’avait pas devant lui un insurgé. Cependant, il eut peur de la violence du peuple et n’osa pas le libérer. Il fut soulagé d’apprendre que Jésus était un Galiléen, car cela lui donnait une excuse pour l’envoyer à Hérode (vv. #Lu 23:5-6).

 

5  Mais ils insistèrent, et dirent : Il soulève le peuple, en enseignant par toute la Judée, depuis la Galilée, où il a commencé, jusqu’ici.

6  Quand Pilate entendit parler de la Galilée, il demanda si cet homme était Galiléen ;

7  et, ayant appris qu’il était de la juridiction d’Hérode, il le renvoya à Hérode, qui se trouvait aussi à Jérusalem en ces jours-là.

 

le renvoya à Hérode. Hérode était venu à Jérusalem pour la Pâque, et Pilate saisit cette occasion pour se débarrasser d’un dilemme politique en envoyant Jésus à son rival.

 

8  Lorsque Hérode vit Jésus, il en eut une grande joie ; car depuis longtemps, il désirait le voir, à cause de ce qu’il avait entendu dire de lui, et il espérait qu’il le verrait faire quelque miracle.

 

désirait le voir. L’intérêt d’Hérode pour Christ était suscité par le fait que celui-ci lui faisait penser à Jean-Baptiste, sa victime (cf. #Lu 9:7-9). A un moment donné, Hérode avait apparemment menacé de tuer Jésus (#Lu 13:31-33), mais depuis que celui-ci exerçait son ministère en Judée plutôt qu’en Galilée et en Pérée, qui faisaient partie du territoire d’Hérode, l’intérêt du roi se limitait, semble-t-il, à une vive curiosité.

 

9  Il lui adressa beaucoup de questions ; mais Jésus ne lui répondit rien.

 

ne lui répondit rien. Il est significatif qu’Hérode ait été le seul des interrogateurs de Jésus à se voir refuser toute réponse de sa part. Cf. #Mt 7:6. Puisqu’il avait sommairement rejeté la vérité lorsqu’il l’avait entendue de la part de Jean-Baptiste, il était inutile que Jésus lui réponde. Cf. #Esa 53:7 ; #Ps 38:14-15 ; #Ps 39:2-3, #Ps 39:10 ; #1Pi 2:23.

 

10  Les principaux sacrificateurs et les scribes étaient là, et l’accusaient avec violence.

11  Hérode, avec ses gardes, le traita avec mépris ; et, après s’être moqué de lui et l’avoir revêtu d’un habit éclatant, il le renvoya à Pilate.

 

gardes. C’étaient ses forces de sécurité.

 

le traita avec mépris. Hérode fit de Christ et des charges portées contre lui un divertissement pour amuser Pilate (v. #Lu 23:12).

 

un habit éclatant. Habit probablement différent de celui décrit en #Mt 27:28, qui était un manteau militaire. C’était un vêtement royal raffiné, certainement l’un de ceux dont Hérode avait décidé de se séparer.

 

12  Ce jour même, Pilate et Hérode devinrent amis, d’ennemis qu’ils étaient auparavant.

 

amis. Ils avaient adopté la même attitude injuste et lâche à l’égard de Jésus.

 

13 ¶  Pilate, ayant assemblé les principaux sacrificateurs, les magistrats, et le peuple,

 

ayant assemblé. Pilate avait l’intention d’acquitter Christ (v. #Lu 23:14) et cherchait à avoir le plus grand nombre possible de témoins pour son verdict. Il s’attendait sans aucun doute à ce que sa décision mette fin à toute cette affaire.

 

14  (23-13) leur dit : (23-14) Vous m’avez amené cet homme comme excitant le peuple à la révolte. Et voici, je l’ai interrogé devant vous, et je ne l’ai trouvé coupable d’aucune des choses dont vous l’accusez ;

 

23:14-15

Pilate et Hérode prononcèrent le même verdict (cf. #1Ti 6:13).

 

15  Hérode non plus, car il nous l’a renvoyé, et voici, cet homme n’a rien fait qui soit digne de mort.

16  Je le relâcherai donc, après l’avoir fait battre de verges.

 

après l’avoir châtié. Cf. v. #Lu 23:22. Pilate trouvait Christ parfaitement innocent; il était cependant prêt à le faire battre de verges, dans le seul but d’apaiser les Juifs. Mais même ce châtiment, pourtant sévère, ne put assouvir la soif des chefs religieux qui réclamaient le sang de Jésus.

 

17  A chaque fête, il était obligé de leur relâcher un prisonnier.

 

il était obligé. C’était une coutume juive bien établie (#Jn 18:39) que les Romains avaient l’habitude d’honorer.

 

18  Ils s’écrièrent tous ensemble: Fais mourir celui-ci, et relâche-nous Barabbas.

 

Barabbas. Voleur (#Jn 18:40) et meurtrier, il était d’une certaine façon impliqué dans une insurrection contre Rome. On ne sait pas si c’était par conviction politique ou par intérêt financier. Il est impossible de savoir de quelle insurrection il s’agit, mais de telles révoltes étaient courantes au temps de Jésus et annonçaient la révolte générale de 66-70 apr. J.-C.

 

19  Cet homme avait été mis en prison pour une sédition qui avait eu lieu dans la ville, et pour un meurtre.

20  Pilate leur parla de nouveau, dans l’intention de relâcher Jésus.

21  Et ils crièrent : Crucifie, crucifie-le !

 

crucifie-le. La crucifixion représentait la forme d’exécution la plus douloureuse et la plus humiliante pratiquée par les Romains.

 

22  Pilate leur dit pour la troisième fois : Quel mal a-t-il fait ? Je n’ai rien trouvé en lui qui mérite la mort. Je le relâcherai donc, après l’avoir fait battre de verges.

 

la troisième fois. Pilate plaida à plusieurs reprises en faveur de l’innocence de Christ (vv. #Lu 23:4, #Lu 23:14-15). Ses paroles condamnaient non seulement les Juifs, qui exigeaient la mort de Jésus, mais aussi lui-même, puisqu’il livrait le Sauveur sans raison.

 

23  Mais ils insistèrent à grands cris, demandant qu’il fût crucifié. Et leurs cris l’emportèrent :

24  Pilate prononça que ce qu’ils demandaient serait fait.

 

Pilate dit. La réaction de Pilate révèle son manque de principes. Son désir de plaire aux Juifs pour des raisons politiques (pour échapper au mécontentement de Rome) finit par supplanter son désir de libérer Jésus (cf. v. #Lu 23:20). #Jn 18:39-19:16 relate plus en détail les circonstances de sa décision.

 

25  Il relâcha celui qui avait été mis en prison pour sédition et pour meurtre, et qu’ils réclamaient ; et il livra Jésus à leur volonté.

26 ¶  Comme ils l’emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix, pour qu’il la porte derrière Jésus.

 

Simon de Cyrène. Les trois Evangiles synoptiques le mentionnent.

 

27  Il était suivi d’une grande multitude des gens du peuple, et de femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui.

28  Jésus se tourna vers elles, et dit : Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ; mais pleurez sur vous et sur vos enfants.

 

Filles de Jérusalem. Rien ne permet de conclure qu’il s’agissait de disciples de Christ. Ces femmes pouvaient être des pleureuses professionnelles, dont la présence était indispensable lors de funérailles juives et qui accompagnaient probablement aussi des exécutions marquantes.

 

pleurez sur vous. La réponse de Christ est un avertissement prophétique. Luc est le seul à rapporter cet incident.

 

29  Car voici, des jours viendront où l’on dira : Heureuses les stériles, heureuses les entrailles qui n’ont point enfanté, et les mamelles qui n’ont point allaité !

 

Heureuses les stériles. Le temps allait venir où celles qui n’auraient pas d’enfant à pleurer seraient considérées comme heureuses.

 

30  Alors ils se mettront à dire aux montagnes : Tombez sur nous ! Et aux collines : Couvrez-nous !

 

à dire. Citation d’#Os 10:8. Cf. #Ap 6:16-17 ; #Ap 9:6.

 

31  Car, si l’on fait ces choses au bois vert, qu’arrivera-t-il au bois sec ?

 

bois vert …  sec. Jésus cite probablement un proverbe courant de l’époque. Le sens de ses paroles semble le suivant : si les Romains commettent de telles atrocités sur sa personne (« l’arbre vert » qui est jeune, fort, et qui est une source de vie), on peut s’attendre à ce qu’ils fassent pire encore à la nation juive (« l’arbre sec » qui est vieux, stérile et bon pour le jugement).

 

32 ¶  On conduisait en même temps deux malfaiteurs, qui devaient être mis à mort avec Jésus.

33  Lorsqu’ils furent arrivés au lieu appelé Crâne, ils le crucifièrent là, ainsi que les deux malfaiteurs, l’un à droite, l’autre à gauche.

 

lieu appelé Crâne. Golgotha en hébreu et Calvaria (Calvaire) en latin.

 

34  Jésus dit : Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font. Ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort.

 

pardonne-leur. « Leur » désigne ses tortionnaires, aussi bien juifs que romains (cf. #Ac 7:60). Les milliers de personnes à Jérusalem qui furent sauvées lors de la Pentecôte (#Ac 2:41) comptent peut-être parmi les fruits de cette prière.

 

ils ne savent ce qu’ils font. Ils ignoraient toute la mesure de leur méchanceté. Ils ne l’avaient pas reconnu comme leur Messie (#Ac 13:27-28). Ils étaient aveugles à la lumière de la vérité divine, « car, s’ils l’avaient connue, ils n’auraient pas crucifié le Seigneur de gloire » (#1Co 2:8). Leur ignorance ne leur donnait pas pour autant droit au pardon ; au contraire, leur aveuglement spirituel était la manifestation même de leur culpabilité (#Jn 3:19). Cependant, la prière de Christ en leur faveur, au moment même où ils se moquaient de lui, était l’expression de l’infinie compassion de la grâce divine.

 

35  Le peuple se tenait là, et regardait. Les magistrats se moquaient de Jésus, disant : Il a sauvé les autres ; qu’il se sauve lui-même, s’il est le Christ, l’élu de Dieu !

 

se moquaient. Cf. #Ps 22:7-8, #Ps 22:17-19

 

36  Les soldats aussi se moquaient de lui ; s’approchant et lui présentant du vinaigre,

 

du vinaigre. Cf. #Ps 69:22

 

37  ils disaient : Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même !

38  Il y avait au-dessus de lui cette inscription : Celui-ci est le roi des Juifs.

 

cette inscription. Les quatre Evangiles la mentionnent tous, même si chacun d’eux en rapporte une version légèrement différente. Certains manuscrits de Luc et Jean (#Jn 19:20) affirment que l’inscription fut écrite en grec, en latin et en hébreu. Il est donc possible que les diverses variantes soient simplement le reflet de différentes traductions qui apparaissaient sur l’inscription. Il est encore plus probable que les quatre évangélistes se soient contentés de rapporter le sens global de l’inscription, chacun d’eux omettant une partie différente du texte. Cependant, tous les quatre rejoignent la version de Marc, selon laquelle l’inscription comprenait les mots « le roi des Juifs » (#Mt 27:37 ; #Mr 15:26 ; #Jn 19:19). Luc ajoute « celui-ci est » au début, alors que Matthieu commence par « celui-ci est Jésus ». La version de Jean commence par les paroles « Jésus de Nazareth ». Regroupées en une inscription unique, ces diverses versions pourraient donner « celui-ci est Jésus de Nazareth, le roi des Juifs ».

 

39  L’un des malfaiteurs crucifiés l’injuriait, disant : N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et sauve-nous !

 

L’un des malfaiteurs. #Mt 27:44 et #Mr 15:32 rapportent que les deux criminels se moquaient de Christ en même temps que la foule. Cependant, alors que les heures passaient, la conscience tourmentée de ce malfaiteur le poussa à la repentance : lorsque le brigand impénitent recommença à injurier Christ (v. #Lu 23:39), il le reprit et refusa cette fois-ci de prendre part à ses moqueries.

 

40  Mais l’autre le reprenait, et disait : Ne crains-tu pas Dieu, toi qui subis la même condamnation ?

41  Pour nous, c’est justice, car nous recevons ce qu’ont mérité nos crimes ; mais celui-ci n’a rien fait de mal.

 

celui-ci n’a rien fait de mal. Cf. vv. #Lu 23:4, #Lu 23:15, #Lu 23:22. Même le brigand rendit témoignage à l’innocence de Jésus.

 

42  Et il dit à Jésus : Souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton règne.

 

Souviens-toi de moi. La prière du brigand pénitent était à l’image de sa foi : il croyait que l’âme vit après la mort, que Christ détenait l’autorité sur le royaume des âmes des hommes et qu’il régnerait bientôt sur elles, même s’il était au seuil de la mort. De plus, sa demande que Christ se souvienne de lui un appel à la miséricorde de Dieu - révèle qu’il était conscient de n’avoir aucune espérance en dehors de la grâce divine et qu’il savait que Jésus avait le pouvoir de la lui accorder. Cette courte phrase prouve que le brigand avait une foi véritable, en vertu de laquelle Christ lui fit grâce et le déclara sauvé (v. #Lu 23:43).

 

43  Jésus lui répondit : Je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis.

 

paradis. Les seules autres occurrences de ce mot dans le N.T. se trouvent en #2Co 12:4 et #Ap 2:7. Le terme suggère l’existence d’un jardin (il est employé pour parler d’Eden dans la LXX), mais dans le N.T. il se rapporte toujours au ciel.

 

44 ¶  Il était déjà environ la sixième heure, et il y eut des ténèbres sur toute la terre, jusqu’à la neuvième heure.

 

la sixième heure …  jusqu’à la neuvième heure. De midi à 3 heures de l’après-midi (Luc compte le temps à la manière juive).

 

ténèbres. Une éclipse solaire est à exclure, puisque la Pâque tombait systématiquement à la pleine lune (les Juifs utilisaient un calendrier lunaire). Il s’agit ici bel et bien d’une obscurité d’origine surnaturelle.

 

45  Le soleil s’obscurcit, et le voile du temple se déchira par le milieu.

46  Jésus s’écria d’une voix forte : Père, je remets mon esprit entre tes mains. Et, en disant ces paroles, il expira.

 

entre tes mains. Citation du #Ps 31:6. La manière dont Christ est mort s’accorde avec #Jn 10:18. Les victimes de la crucifixion enduraient généralement une mort beaucoup plus lente. Mais Jésus, dans sa souveraineté, décida simplement de rendre l’esprit (#Jn 10:18 ; #Jn 19:30) en le remettant à Dieu. C’est ainsi qu’il « s’est offert lui-même …  à Dieu » (#Hé 9:14).

 

47  Le centenier, voyant ce qui était arrivé, glorifia Dieu, et dit: Certainement, cet homme était juste.

 

cet homme était juste. Selon #Mt 27:54 et #Mr 15:39, le soldat dit: « Cet homme était Fils de Dieu. » Il est possible que Luc ait donné une version équivalente d’une telle déclaration, ou bien, ce qui est plus probable, le centenier prononça les deux phrases.

 

48  Et tous ceux qui assistaient en foule à ce spectacle, après avoir vu ce qui était arrivé, s’en retournèrent, se frappant la poitrine.

 

se frappant la poitrine. Luc est le seul à mentionner cette manifestation de remords et d’angoisse (cf. #Lu 18:13).

 

49  Tous ceux de la connaissance de Jésus, et les femmes qui l’avaient accompagné depuis la Galilée, se tenaient dans l’éloignement et regardaient ce qui se passait.

 

les femmes …  depuis la Galilée. #Mt 27:56 et #Mr 15:40-41 précisent que le groupe incluait Marie de Magdala, Marie, la mère de Jacques (le mineur) et de Joses (ou Joseph), Salomé, la mère de Jacques et de Jean, et bien d’autres encore. Les mêmes femmes furent présentes lors de son ensevelissement (v. #Lu 23:55 ; #Mt 27:61 ; #Mr 15:47), puis de sa résurrection (#Lu 24:1 ; #Mt 28:1 ; #Mr 16:1). Elles furent donc les témoins oculaires de tous les événements cruciaux de l’Evangile (cf. #1Co 15:3-4).

 

50 ¶  Il y avait un conseiller, nommé Joseph, homme bon et juste,

 

Joseph. Les quatre évangélistes le mentionnent tous; Marc et Luc l’identifient comme un membre du sanhédrin; Luc est le seul à souligner qu’il désapprouvait le verdict du sanhédrin contre Jésus (v. #Lu 23:51).

 

51  qui n’avait point participé à la décision et aux actes des autres ; il était d’Arimathée, ville des Juifs, et il attendait le royaume de Dieu.

 

attendait le royaume de Dieu. Il croyait aux affirmations de Jésus. #Jn 19:38 le présente comme un disciple qui crut en secret.

 

52  Cet homme se rendit vers Pilate, et demanda le corps de Jésus.

 

un sépulcre taillé dans le roc. Joseph, qui était un homme riche, avait certainement fait préparer ce lieu de sépulture pour les membres de sa famille, mais il ne l’avait jamais utilisé. L’ensevelissement de Christ à cet endroit accomplissait merveilleusement #Esa 53:9.

 

53  Il le descendit de la croix, l’enveloppa d’un linceul, et le déposa dans un sépulcre taillé dans le roc, où personne n’avait encore été mis.

54  C’était le jour de la préparation, et le sabbat allait commencer.

 

la préparation. Le vendredi, le jour précédant le sabbat.

 

55  Les femmes qui étaient venues de la Galilée avec Jésus accompagnèrent Joseph, virent le sépulcre et la manière dont le corps de Jésus y fut déposé,

 

virent …  la manière dont le corps de Jésus y fut déposé. D’après #Jn 19:39, Nicodème apporta cent livres d’aromates et d’aloès (qu’il s’était procurés probablement pendant que Joseph négociait avec Pilate à propos du corps de Jésus). Joseph et lui enveloppèrent le corps d’un linceul, avec les aromates. Les femmes, étant originaires de Galilée, ne connaissaient probablement ni Joseph ni Nicodème, puisqu’ils étaient judéens. En outre, ils étaient tous deux liés aux chefs religieux qui avaient orchestré la conspiration contre Jésus (v. #Lu 23:50 ; #Jn 3:1). Elles étaient donc déterminées à préparer elles-mêmes le corps de Jésus pour l’ensevelissement et retournèrent chez elles afin de préparer leurs propres aromates et parfums (v. #Lu 23:56). Comme le corps de Jésus devait être déposé dans le tombeau avant le coucher du soleil (avant le début du sabbat), elles n’eurent pas le temps de terminer la préparation du corps. #Mr 16:1 dit qu’elles achetèrent davantage d’aromates « lorsque le sabbat fut passé », c’est-à-dire après le coucher du soleil le samedi soir. Elles revinrent au tombeau le dimanche matin (#Lu 24:1), afin de terminer la tâche interrompue par le sabbat.

 

56  et, s’en étant retournées, elles préparèrent des aromates et des parfums. Puis elles se reposèrent le jour du sabbat, selon la loi.

 

LUC 24 * 1 à 53

1 ¶  Le premier jour de la semaine, elles se rendirent au sépulcre de grand matin, portant les aromates qu’elles avaient préparés.

 

portant les aromates. Les femmes ne s’attendaient pas à trouver Jésus ressuscité; elles s’étaient rendues au tombeau uniquement pour terminer d’embaumer le corps de Jésus.

 

2  Elles trouvèrent que la pierre avait été roulée de devant le sépulcre ;

 

la pierre avait été roulée. #Mt 28:2-4 note qu’un tremblement de terre se produisit au moment où un ange roula la pierre. Les gardes romains s’évanouirent de peur. Marc, Luc et Jean ne mentionnent pas la présence des gardes, qui durent s’enfuir après avoir repris connaissance et trouvé la tombe vide. Les femmes arrivèrent certainement peu après.

 

3  et, étant entrées, elles ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus.

4  Comme elles ne savaient que penser de cela, voici, deux hommes leur apparurent, en habits resplendissants.

 

deux hommes. En fait deux anges. Luc est le seul à préciser qu’ils étaient deux ; l’intérêt de Marc porte sur celui qui fut le porte-parole des deux. De telles différences mineures entre les récits des Evangiles sont aisément conciliables. Les événements liés à la résurrection, d’après les récits combinés des quatre évangélistes, peuvent être résumés comme suit : lorsqu’elles virent que la pierre avait été roulée, les femmes entrèrent dans le tombeau et le trouvèrent vide (v. #Lu 24:3); pendant qu’elles étaient à l’intérieur, les anges leur apparurent tout à coup (v. #Lu 24:4 ; #Mr 16:5); l’ange qui prit la parole leur rappela les promesses de Jésus (vv. #Lu 24:6-8), avant de les envoyer chez Pierre et les autres disciples pour qu’elles leur annoncent la résurrection de Jésus (#Mt 28:7-8 ; #Mr 16:7-8); les femmes obéirent aux paroles de l’ange (vv. #Lu 24:9-11); les disciples exprimèrent tout d’abord leur scepticisme (v. #Lu 24:11), puis coururent au tombeau; Jean y arriva en premier (#Jn 20:4), mais Pierre fut le premier à y entrer (#Jn 20:6); ils virent les bandes de tissu intactes, mais vides; le corps était absent, preuve que Jésus était ressuscité (v. #Lu 24:12 ; #Jn 20:6-8); ils ressortirent immédiatement (v. #Lu 24:12 ; #Jn 20:10); pendant ce temps, Marie de Magdala était retournée au tombeau; elle pleurait devant l’entrée lorsque Christ lui apparut soudain (#Jn 20:11-18); ce fut sa première apparition (#Mr 16:9); peu de temps après, il apparut aussi aux autres femmes qui étaient sur la route (#Mt 28:9-10); plus tard le même jour, il apparut à deux disciples sur la route d’Emmaüs (vv. #Lu 24:13-32) et à Pierre (v. #Lu 24:34). La note sur le v. 34 énumère dans l’ordre chronologique les apparitions de Christ ressuscité.

 

5  Saisies de frayeur, elles baissèrent le visage contre terre ; mais ils leur dirent : Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant ?

6  Il n’est point ici, mais il est ressuscité. Souvenez-vous de quelle manière il vous a parlé, lorsqu’il était encore en Galilée,

7  et qu’il disait : Il faut que le Fils de l’homme soit livré entre les mains des pécheurs, qu’il soit crucifié, et qu’il ressuscite le troisième jour.

8  Et elles se ressouvinrent des paroles de Jésus.

9  A leur retour du sépulcre, elles annoncèrent toutes ces choses aux onze, et à tous les autres.

 

tous les autres. Les autres disciples, dont la plupart venaient de Galilée et se trouvaient à Jérusalem pour la Pâque.

 

10  Celles qui dirent ces choses aux apôtres étaient Marie de Magdala, Jeanne, Marie, mère de Jacques, et les autres qui étaient avec elles.

 

Marie de Magdala. Elle fut la première à voir Jésus vivant (#Mr 16:9 ; #Jn 20:11-18).

 

Jeanne. Son mari était l’intendant d’Hérode.

 

Marie, mère de Jacques. Un des fils de Zébédée. Salomé (#Mr 15:40), mère de Jacques et de Jean. #Jn 19:26 signale que Marie, la mère de Jésus, était aussi présente à la croix; elle se tenait peut-être à l’écart des trois autres femmes, « qui regardaient de loin » (v. #Mt 27:55) comme si elles ne pouvaient supporter de voir les souffrances de Jésus sans avoir toutefois la force de le quitter.

les autres. Elles ne sont identifiées nulle part (cf. #Lu 23:49, #Lu 23:55).

 

11  Ils tinrent ces discours pour des rêveries, et ils ne crurent pas ces femmes.

 

des rêveries. C’est-à-dire des absurdités.

 

12  Mais Pierre se leva, et courut au sépulcre. S’étant baissé, il ne vit que les linges qui étaient à terre ; puis il s’en alla chez lui, dans l’étonnement de ce qui était arrivé.

 

Pierre …  courut. Jean courut avec lui et parvint le premier au tombeau (#Jn 20:4).

 

les linges. Les linceuls vides qui avaient contenu le corps de Jésus.

 

13 ¶  Et voici, ce même jour, deux disciples allaient à un village nommé Emmaüs, éloigné de Jérusalem de soixante stades ;

 

deux disciples. De toute évidence, ils ne faisaient pas partie des onze disciples. D’après le v. 18, l’un d’eux s’appelait Cléopas.

 

Emmaüs. Ce lieu n’est mentionné nulle part ailleurs dans l’Ecriture. Son emplacement exact demeure inconnu, mais selon la tradition, il correspondrait au village actuel d’El-Kubeibeh, à une dizaine de km au nord-ouest de Jérusalem.

 

14  et ils s’entretenaient de tout ce qui s’était passé.

15  Pendant qu’ils parlaient et discutaient, Jésus s’approcha, et fit route avec eux.

16  Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.

 

leurs yeux étaient empêchés. Dieu ne permit pas qu’ils le reconnaissent.

 

17  Il leur dit : De quoi vous entretenez-vous en marchant, pour que vous soyez tout tristes ?

18  L’un d’eux, nommé Cléopas, lui répondit : Es-tu le seul qui, séjournant à Jérusalem ne sache pas ce qui y est arrivé ces jours-ci ? — 

 

Es-tu le seul …  à Jérusalem. La nouvelle de la crucifixion de Jésus s’était déjà tellement répandue autour de Jérusalem qu’ils furent choqués lorsqu’il parut l’ignorer.

 

19  Quoi ? leur dit-il. Et ils lui répondirent : Ce qui est arrivé au sujet de Jésus de Nazareth, qui était un prophète puissant en œuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple,

20  et comment les principaux sacrificateurs et nos magistrats l’ont livré pour le faire condamner à mort et l’ont crucifié.

21  Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël ; mais avec tout cela, voici le troisième jour que ces choses se sont passées.

 

Nous espérions. Ils s’attendaient à un royaume terrestre qui débuterait immédiatement. Jésus crucifié, ils étaient certainement en proie au doute et se demandaient s’il était bien le Messie qui devait régner. Toutefois, ils le considéraient encore comme un vrai prophète (v. #Lu 24:19).

 

le troisième jour. Une mince lueur d’espoir transparaît à travers ces mots. Ils avaient déjà entendu des rumeurs concernant sa résurrection (vv. #Lu 24:22-24). Cléopas se souvint peut-être des promesses du Seigneur (#Lu 9:22 ; #Lu 18:33). Il est cependant plus probable qu’il exprimait ainsi sa surprise d’apprendre que l’étranger ne connaissait pas la nouvelle qui était sur toutes les lèvres à Jérusalem depuis trois jours.

 

22  Il est vrai que quelques femmes d’entre nous nous ont fort étonnés ; s’étant rendues de grand matin au sépulcre

23  et n’ayant pas trouvé son corps, elles sont venues dire que des anges leur sont apparus et ont annoncé qu’il est vivant.

24  Quelques-uns de ceux qui étaient avec nous sont allés au sépulcre, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont point vu.

 

Quelques-uns de ceux qui étaient avec nous. Pierre et Jean.

 

mais lui, ils ne l’ont point vu. C’était effectivement le cas. Manifestement, Cléopas et son compagnon n’avaient pas entendu parler de l’apparition de Christ à Marie de Magdala

 

25  Alors Jésus leur dit : O hommes sans intelligence, et dont le cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes !

26  Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu’il entrât dans sa gloire ?

 

Ne fallait-il pas. Les prophéties de l’A.T. parlent fréquemment d’un serviteur de l’Eternel caractérisé par la souffrance

 

27  Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Ecritures ce qui le concernait.

 

par Moïse et par tous les prophètes. Le v. 44 nomme les trois parties des Ecritures. Ici elles sont signalées sous une forme condensée.

 

dans toutes les Ecritures. La sagesse insondable de la providence divine n’a pas voulu que le contenu de cet enseignement de Christ au sujet des prophéties messianiques de l’A.T. soit consigné. Cependant, l’essence de ses propos incluait certainement une explication du système sacrificiel de l’A.T., qui comprenait d’innombrables types et symboles de sa souffrance et de sa mort. Il attira probablement leur attention sur les passages prophétiques principaux qui parlaient de sa crucifixion, comme #Ps 16:9-11 ; #Ps 22 ; #Ps 69 ; #Esa 52:13-53:12 ; #Za 12:10 ; #Za 13:7. Il ne manqua certainement pas non plus d’indiquer la vraie signification de passages tels que #Ge 3:15 ; #No 21:6-9 ; #Ps 16:10 ; #Jér 23:5-6 ; #Da 9:26 et d’autres prophéties messianiques majeures, particulièrement celles qui annonçaient sa mort et sa résurrection.

28  Lorsqu’ils furent près du village où ils allaient, il parut vouloir aller plus loin.

29  Mais ils le pressèrent, en disant : Reste avec nous, car le soir approche, le jour est sur son déclin. Et il entra, pour rester avec eux.

30  Pendant qu’il était à table avec eux, il prit le pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna.

 

prit le pain. Expression courante qui signifiait prendre un repas (v. #Lu 24:35).

 

31  Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent ; mais il disparut de devant eux.

 

leurs yeux s’ouvrirent. Dieu ouvrit leurs yeux. Il les avait, dans sa souveraineté, empêchés de reconnaître Christ jusqu’à cet instant (cf. v. #Lu 24:16). Son corps ressuscité était glorifié et présentait désormais un aspect différent de celui qu’ils avaient connu (voir la description par Jean en #Ap 1:13-16). C’est assurément pour cette raison que même Marie ne le reconnut pas immédiatement (cf. #Jn 20:14-16). Lors de cet événement précis, cependant, Dieu était activement intervenu pour les empêcher de le reconnaître jusqu’au moment de son départ.

 

il disparut de devant eux. Son corps ressuscité, tout à fait réel et tangible (#Jn 20:27), capable même d’ingérer de la nourriture terrestre (vv. #Lu 24:42-43), n’en possédait pas moins certaines propriétés d’un corps glorifié, changé d’une manière mystérieuse (cf. #1Co 15:35-54 ; #Ph 3:21). Christ pouvait apparaître et disparaître corporellement, comme décrit dans ce texte. Son corps pouvait traverser des objets solides, tels que le linceul dans le tombeau ou les murs et les portes fermées (#Jn 20:19, #Jn 20:26). Il pouvait visiblement franchir de grandes distances en un clin d’œil, puisqu’il apparut à Pierre avant que les disciples ne retournent à Jérusalem (v. #Lu 24:34). Le fait qu’il est monté au ciel corporellement démontre que son corps ressuscité était déjà préparé pour le ciel. Il était pourtant le même que celui qui manquait dans le tombeau : il portait toujours les marques qui permettaient de l’identifier, en particulier les blessures causées par les clous (#Jn 20:25-27). Il n’était ni un fantôme ni un esprit.

 

32  Et ils se dirent l’un à l’autre : Notre cœur ne brûlait-il pas au dedans de nous, lorsqu’il nous parlait en chemin et nous expliquait les Ecritures ?

33  Se levant à l’heure même, ils retournèrent à Jérusalem, et ils trouvèrent les onze, et ceux qui étaient avec eux, assemblés

34  et disant : Le Seigneur est réellement ressuscité, et il est apparu à Simon.

 

est apparu à Simon. Cf. #1Co 15:5-8. L’Ecriture fait état d’au moins dix apparitions de Christ entre sa résurrection et son ascension. Il apparut :

1° à Marie de Magdala au tombeau (#Mr 16:9 ; #Jn 20:11-18);

2° aux femmes sur la route (#Mt 28:9-10);

3° aux disciples sur la route d’Emmaüs (vv. #Lu 24:13-32);

4° à Pierre (v. #Lu 24:34);

5° à dix des onze disciples, alors que Thomas était absent (vv. #Lu 24:36-43 ; #Mr 16:14 ; #Jn 20:19-25);

6° aux onze disciples (en présence de Thomas) huit jours plus tard (#Jn 20:26-31);

7° à sept disciples sur les bords de la mer de Tibériade (#Jn 21:1-25);

8° à plus de 500 disciples, probablement sur une colline de Galilée (#1Co 15:6 )

9° à Jacques (#1Co 15:7);

10° aux apôtres lors de son ascension au ciel (#Ac 1:3-11).

 

Après son ascension, il apparut encore à Paul (#1Co 15:8). Sa prochaine apparition sera celle qu’il effectuera dans la gloire (#Mt 24:30).

 

35  Et ils racontèrent ce qui leur était arrivé en chemin, et comment ils l’avaient reconnu au moment où il rompit le pain.

36 ¶  Tandis qu’ils parlaient de la sorte, lui-même se présenta au milieu d’eux, et leur dit : La paix soit avec vous !

 

lui-même se présenta au milieu d’eux. Les portes étaient fermées (#Jn 20:19).

 

37  Saisis de frayeur et d’épouvante, ils croyaient voir un esprit.

38  Mais il leur dit : Pourquoi êtes-vous troublés, et pourquoi pareilles pensées s’élèvent-elles dans vos cœurs ?

39  Voyez mes mains et mes pieds, c’est bien moi ; touchez-moi et voyez : un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’ai.

 

Voyez mes mains et mes pieds. Jésus leur montra les plaies laissées par les clous afin de leur prouver qu’il était bien celui qu’ils avaient connu. Cf. #Jn 20:27.

 

40  Et en disant cela, il leur montra ses mains et ses pieds.

41  Comme, dans leur joie, ils ne croyaient point encore, et qu’ils étaient dans l’étonnement, il leur dit : Avez-vous ici quelque chose à manger ?

 

24:41-43

Cf. #Ac 10:41.

 

42  Ils lui présentèrent du poisson rôti et un rayon de miel.

43  Il en prit, et il mangea devant eux.

44  Puis il leur dit : C’est là ce que je vous disais lorsque j’étais encore avec vous, qu’il fallait que s’accomplît tout ce qui est écrit de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes, et dans les psaumes.

 

la loi de Moïse …  les prophètes …  les psaumes. C’est-à-dire l’ensemble de l’A.T.

 

45  Alors il leur ouvrit l’esprit, afin qu’ils comprissent les Ecritures.

 

il leur ouvrit l’esprit. Il leur expliqua certainement des passages de l’A.T., comme il l’avait fait sur le chemin d’Emmaüs. L’expression semble véhiculer en plus l’idée d’une illumination surnaturelle qui leur permit de recevoir les vérités qu’il leur révélait. Autrefois incapables de comprendre (#Lu 9:45), ils voyaient désormais clairement (cf. #Ps 119:18 ; #Esa 29:18-19 ; #2Co 3:14-16).

 

46  Et il leur dit : Ainsi il est écrit que le Christ souffrirait, et qu’il ressusciterait des morts le troisième jour,

 

24:46-53

Cette section contient plusieurs idées reprises au début des Actes, en particulier la souffrance et la résurrection de Christ (v. #Lu 24:46 ; #Ac 1:3); le message de la repentance et du pardon des péchés (v. #Lu 24:47 ; #Ac 2:38); la qualité de témoins des disciples (v. #Lu 24:48 ; #Ac 1:8); la promesse du Père (v. #Lu 24:49 ; #Ac 1:4); l’attente à Jérusalem (v. #Lu 24:49 ; #Ac 1:4) et la propagation de l’Evangile à partir de cette ville (v. #Lu 24:47 ; #Ac 1:8); la puissance d’en haut (v. #Lu 24:49 ; #Ac 1:8); l’ascension de Christ (v. #Lu 24:51 ; #Ac 1:9-11); le retour des disciples à Jérusalem (v. #Lu 24:52 ; #Ac 1:12) et leurs réunions dans le temple (v. #Lu 24:53 ; #Ac 2:46).

 

47  et que la repentance et le pardon des péchés seraient prêchés en son nom à toutes les nations, à commencer par Jérusalem.

 

Il s’agit ici de la grande mission confiée aux disciples (cf. #Mt 28:19-20 ; #Mr 16:15).

 

48  Vous êtes témoins de ces choses.

49  Et voici, j’enverrai sur vous ce que mon Père a promis ; mais vous, restez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut.

 

ce que mon Père a promis. C’est-à-dire le Saint-Esprit (#Jn 14:26 ; #Jn 15:26 ; cf. #Joe 2:28-29 ; #Ac 2:1-4).

 

50 ¶  Il les conduisit jusque vers Béthanie, et, ayant levé les mains, il les bénit.

51  Pendant qu’il les bénissait, il se sépara d’eux, et fut enlevé au ciel.

 

fut enlevé au ciel. De manière visible. En d’autres occasions avant ce départ, le Christ ressuscité disparaissait simplement de devant leurs yeux (v. #Lu 24:31). Cette fois-là, ils le virent monter au ciel. Cf. #Ac 1:9-11

 

52  Pour eux, après l’avoir adoré, ils retournèrent à Jérusalem avec une grande joie ;

 

après l’avoir adoré. C’est-à-dire dans un acte formel d’adoration. Maintenant qu’il avait ouvert leur entendement, ils pouvaient appréhender la pleine vérité de sa divinité, sans qu’elle soit obscurcie à leurs yeux par le doute ou la confusion. Cf. #Mt 28:9 ; #Jn 20:28 ; contraster avec  #Mt 28:17.

 

53  et ils étaient continuellement dans le temple, louant et bénissant Dieu.

 

dans le temple. Ce fut le premier lieu de rencontre de l’Eglise (#Ac 2:46 ; #Ac 5:21, #Ac 5:42). Des pièces situées près des portiques du parvis extérieur offraient une place idéale pour de telles réunions.

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/