JOUR 45 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

26/09/2018 00:59

JOUR 45 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

 

JEAN 21 ET ACTES 1

 

JEAN 21 * 1 à 25


1 ¶  Après cela, Jésus se montra encore aux disciples, sur les bords de la mer de Tibériade. Et voici de quelle manière il se montra.

 

mer de Tibériade. Autre nom de la mer de Galilée que l’on trouve seulement en Jn (voir #Jn 6:1).

21:1-25 Épilogue ou appendice de l’Évangile de Jean. Alors que 20:30-31 constitue la conclusion de l’ensemble du 4e Évangile, l’information placée ici, à la fin de son œuvre, fait pendant à son prologue de 1:1-18. L’essentiel de l’épilogue sert à répondre à cinq questions restées sans réponse au ch. #Jn 20.

1° Jésus cesserait-il de fournir aux siens ce dont ils ont besoin (cf. #Jn 20: 17)? Cette question trouve réponse aux vv. #Jn 21:1-14.

2° Qu’adviendrait-il de Pierre, qui avait renié par trois fois Christ avant de prendre honteusement la fuite? La dernière scène avec Pierre était en #Jn 20:6-8, où Jean et lui-même constataient que le tombeau était vide; or, à cette occasion, seul Jean avait cru (#Jn 20: 8). La réponse à cette question se trouve aux vv. #Jn 21:15-17.

3° Qu’adviendrait-il des disciples, maintenant qu’ils étaient privés de leur Maître? La réponse figure aux vv. #Jn 21:18-19.

4° Jean allait-il mourir? Jésus apporte la réponse aux vv. #Jn 21:20-23.

5° Pourquoi Jean ne rapporta-t-il pas les autres faits et gestes de Jésus? Jean répond aux vv. #Jn 21:24-25.

 

2  Simon Pierre, Thomas, appelé Didyme, Nathanaël, de Cana en Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres disciples de Jésus, étaient ensemble.

 

Simon Pierre. Dans toutes les listes d’apôtres, il est cité le premier, ce qui indique qu’il était, en quelque sorte, le chef du groupe (p. ex. #Mt 10:2).

 

3  Simon Pierre leur dit : Je vais pêcher. Ils lui dirent : Nous allons aussi avec toi. Ils sortirent et montèrent dans une barque, et cette nuit-là ils ne prirent rien.

 

Je vais pêcher. L’explication la plus raisonnable au départ de Pierre et des autres pour aller pêcher en Galilée, c’est qu’ils obéissaient au commandement de Jésus de venir à sa rencontre dans cette région (#Mt 28:16). En attendant que Jésus leur apparaisse, ils s’occupaient à pêcher, selon leur ancienne manière de gagner leur vie.

 

4  Le matin étant venu, Jésus se trouva sur le rivage ; mais les disciples ne savaient pas que c’était Jésus.

 

Cela pourrait constituer un nouvel exemple où Jésus empêche que ses disciples le reconnaissent tout de suite (#Jn 20:14-15 ; cf. #Lu 24: 16).

 

5  Jésus leur dit : Enfants, n’avez-vous rien à manger ? Ils lui répondirent : Non.

6  Il leur dit : Jetez le filet du côté droit de la barque, et vous trouverez. Ils le jetèrent donc, et ils ne pouvaient plus le retirer, à cause de la grande quantité de poissons.

7  Alors le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : C’est le Seigneur ! Et Simon Pierre, dès qu’il eut entendu que c’était le Seigneur, mit son vêtement et sa ceinture, car il était nu, et se jeta dans la mer.

 

le disciple que Jésus aimait. Jean reconnut immédiatement dans cet étranger le Seigneur ressuscité, car lui seul pouvait avoir cette connaissance et cette puissance surnaturelles (v. #Jn 21: 6). Pierre, sous le coup d’une impulsion, se jeta hors de la barque pour rejoindre le Seigneur.

 

8  Les autres disciples vinrent avec la barque, tirant le filet plein de poissons, car ils n’étaient éloignés de terre que d’environ deux cents coudées.

 

deux cents coudées. Environ 100 m du rivage.

 

9  Lorsqu’ils furent descendus à terre, ils virent là des charbons allumés, du poisson dessus, et du pain.

 

poisson …  pain. Apparemment, le Seigneur créa ce petit-déjeuner comme lors de la multiplication des pains (#Jn 6:1-13).

 

10  Jésus leur dit : Apportez des poissons que vous venez de prendre.

11  Simon Pierre monta dans la barque, et tira à terre le filet plein de cent cinquante-trois grands poissons ; et quoiqu’il y en eût tant, le filet ne se rompit point.

 

cent cinquante-trois. La mention par Jean de ce nombre précis prouve qu’il a été témoin oculaire des événements dont il parle (#1Jn 1:1-4). En fournissant ici le poisson, Jésus indiquait qu’il continuerait à pourvoir aux besoins de ses disciples (voir #Ph 4:19 ; #Mt 6:25-33).

 

12  Jésus leur dit : Venez, mangez. Et aucun des disciples n’osait lui demander : Qui es-tu ? sachant que c’était le Seigneur.

13  Jésus s’approcha, prit le pain, et leur en donna ; il fit de même du poisson.

14  C’était déjà la troisième fois que Jésus se montrait à ses disciples depuis qu’il était ressuscité des morts.

 

la troisième fois. Cette « troisième fois » renvoie seulement aux apparitions rapportées dans l’Évangile de Jean; la première se trouve en #Jn 20:19-23 et la deuxième en #Jn 20:26-29.

 

15 ¶  Après qu’ils eurent mangé, Jésus dit à Simon Pierre : Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu plus que ne m’aiment ceux-ci ? Il lui répondit : Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit : Pais mes agneaux.

 

m’aimes-tu plus que ne m’aiment ceux-ci? Ou « m’aimes-tu plus que tu n’aimes ceux-ci », avec une allusion probable aux poissons (v. #Jn 21: 11) qui représentaient la profession de pêcheur de Pierre; en effet, il avait repris son ancien emploi en attendant Jésus (voir v. 3). Jésus voulait que Pierre l’aime au point d’abandonner ce qui lui était familier et de se consacrer exclusivement à devenir un pêcheur d’hommes (#Mt 4:19). « Ceux-ci » peut aussi renvoyer aux autres disciples, puisque Pierre avait prétendu qu’il serait plus consacré que tous les autres (#Mt 26:33).

 

Pais mes agneaux. Le verbe « paître » évoque l’idée d’une consécration au service du Seigneur comme un berger auxiliaire qui s’occupe du troupeau de Dieu (voir #1Pi 5:1-4). L’idée est ici de nourrir régulièrement les brebis et d’en prendre soin. Le premier devoir du messager de Jésus-Christ est d’enseigner la Parole de Dieu (#2Ti 4:2). #Ac 1:1-12:2 relate l’obéissance de Pierre à cet ordre de mission.

 

21:15-17 Le sens de cette section tourne autour de l’usage de deux synonymes pour « aimer ». En termes d’interprétation, lorsque deux synonymes sont placés à proximité l’un de l’autre, une différence de sens, même légère, est soulignée. Quand Jésus demande à Pierre s’il l’aime, il utilise un verbe qui implique une consécration totale. Pierre répond avec un terme qui exprime son amour pour Jésus, mais sans impliquer cette consécration. Ce n’est pas qu’il répugne à lui exprimer un amour plus grand, mais il se rappelle avoir fait preuve de désobéissance et avoir renié le Seigneur. Peut-être, est-il désormais réticent à se lancer dans de grandes déclarations, du fait que, par le passé, il n’a pas tenu ses engagements. Jésus fait ainsi comprendre à Pierre qu’il attend un dévouement inconditionnel en lui redemandant si son amour pour lui est absolu. L’essentiel du message, c’est que Jésus exige un engagement total de ses disciples. Leur amour pour lui doit le placer au-dessus de tout autre objet d’amour. Jésus confronta Pierre à la question de l’amour, parce qu’il voulait qu’il dirige les autres apôtres (#Mt 16: 18); mais, pour être un berger efficace, il devait avoir pour motivation première de donner l’exemple d’un amour absolu pour son Seigneur.

 

16  Il lui dit une seconde fois : Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu ? Pierre lui répondit : Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit : Pais mes brebis.

17  Il lui dit pour la troisième fois : Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu ? Pierre fut attristé de ce qu’il lui avait dit pour la troisième fois : M’aimes-tu ? Et il lui répondit : Seigneur, tu sais toutes choses, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit : Pais mes brebis.

 

Pierre fut attristé. La troisième fois que Jésus pose sa question à Pierre, il utilise le verbe employé par celui-ci dans ses réponses, verbe qui désigne moins qu’un total dévouement; il met ainsi en doute le degré d’amour que le disciple pense pouvoir revendiquer. Les leçons que Jésus enseignait ainsi à Pierre brisaient toute prétention de sa part; il put, dès lors, s’attacher à une juste compréhension de lui-même, basée non pas sur ses paroles ou ses actes, mais sur l’omniscience du Seigneur (cf. #Jn 2:24-25).

 

18  En vérité, en vérité, je te le dis, quand tu étais plus jeune, tu te ceignais toi-même, et tu allais où tu voulais ; mais quand tu seras vieux, tu étendras tes mains, et un autre te ceindra, et te mènera où tu ne voudras pas.

 

21:18-19 Prophétie du martyre de Pierre. L’appel lancé par Jésus à une entière consécration signifiait aussi que la consécration de Pierre entraînerait sa mort (#Mt 10:37-39). Quand un chrétien suit Christ, il doit être prêt à souffrir et à mourir (#Mt 16:24-26). Pendant trois décennies, Pierre servit le Seigneur et attendit la mort qui lui était réservée (#2P 1:12-15); il écrivit cependant que les souffrances et la mort au service du Seigneur glorifient Dieu (#1Pi 4:14-16). La tradition de l’Église rapporte que Pierre subit le martyre sous l’empereur Néron (vers 67-68 apr. J.-C.), crucifié la tête en bas, parce qu’il refusa d’être crucifié comme son Seigneur.

 

19  Il dit cela pour indiquer par quelle mort Pierre glorifierait Dieu. Et ayant ainsi parlé, il lui dit : Suis-moi.

20 ¶  Pierre, s’étant retourné, vit venir après eux le disciple que Jésus aimait, celui qui, pendant le souper, s’était penché sur la poitrine de Jésus, et avait dit : Seigneur, qui est celui qui te livre ?

 

21:20-22 La prophétie de Jésus concernant le martyre de Pierre pousse ce dernier à demander ce qu’il adviendra de Jean (« le disciple que Jésus aimait », voir #Jn 13: 23). Il pose peut-être cette question à cause de la profonde inquiétude que lui cause l’avenir de ce disciple, un ami intime. Le Seigneur lui répond: « Suis-moi » pour lui faire comprendre que son souci majeur devrait être non pas le sort de Jean, mais la persévérance dans la consécration au Seigneur et à son service. Son service pour Christ devrait constituer sa seule passion, dont rien ne pourrait le distraire.

 

21  En le voyant, Pierre dit à Jésus : Et celui-ci, Seigneur, que lui arrivera-t-il ?

22  Jésus lui dit : Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? Toi, suis-moi.

 

21:22-23

jusqu’à ce que je vienne. Que Jean vive jusqu’à sa seconde venue ou non, ce n’était pas l’affaire de Pierre: il devait se contenter de vivre dans la fidélité, sans se comparer à d’autres.

 

23  Là-dessus, le bruit courut parmi les frères que ce disciple ne mourrait point. Cependant Jésus n’avait pas dit à Pierre qu’il ne mourrait point ; mais : Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ?

24  C’est ce disciple qui rend témoignage de ces choses, et qui les a écrites. Et nous savons que son témoignage est vrai.

 

ce disciple qui rend témoignage. Jean fut personnellement témoin des événements qu’il rapporte. Le « nous » désigne probablement l’auteur lui-même (voir #Jn 1:14 ; #1Jn 1:1-4 ; #3Jn 12 ), mais on peut aussi l’interpréter comme renvoyant au témoignage collectif des apôtres.

 

25  Jésus a fait encore beaucoup d’autres choses ; si on les écrivait en détail, je ne pense pas que le monde même pût contenir les livres qu’on écrirait.

 

Jean explique qu’il n’a pas voulu être exhaustif, mais sélectif, dans son témoignage. Bien que partielle, la vérité révélée dans l’Évangile de Jean suffit à amener quelqu’un à la foi dans le Messie et Fils de Dieu (#Jn 14: 26 ; #Jn 16: 13).




ACTES 1 * 1 à 26

¶  Théophile, j’ai parlé, dans mon premier livre, de tout ce que Jésus a commencé de faire et d’enseigner dès le commencement

2  jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel, après avoir donné ses ordres, par le Saint-Esprit, aux apôtres qu’il avait choisis.

enlevé. Allusion à l’ascension de Christ vers le Père (cf. #Lu 24: 51). Luc emploie ce mot à 3 autres reprises (vv. #Ac 1:9, #Ac 1:11, #Ac 1:22) pour décrire la fin du ministère terrestre du Seigneur (cf. #Jn 6:62 ; #Jn 13: 13 ; #Jn 16: 28 ; #Jn 17: 13 ; #Jn 20: 17).

donné ses ordres, par le Saint-Esprit. L’Esprit était la source et la puissance du ministère terrestre de Jésus (cf. #Mt 4:1 ; #Mt 12:18 ; #Mr 1:12 ; #Lu 3:22 ; #Lu 4:1, #Lu 4:14, #Lu 4:18). Les « ordres » sont les vérités du N.T. révélées aux apôtres (cf. #Jn 14: 26 ; #Jn 16:13-15), qui constituent le fondement de la foi.

il avait choisis. Le Seigneur avait choisi de manière souveraine les apôtres consacrés au service et à la proclamation du salut (cf. #Jn 6:70 ; #Jn 15: 16).

 

3  Après qu’il eut souffert, il leur apparut vivant, et leur en donna plusieurs preuves, se montrant à eux pendant quarante jours, et parlant des choses qui concernent le royaume de Dieu.

il leur apparut …  plusieurs preuves. Cf. #Jn 20: 30 ; #1Co 15:5-8. Jésus était entré dans une pièce dont la porte était fermée (#Jn 20: 19), avait montré les blessures de la crucifixion (#Lu 24: 39), puis mangé et bu avec les disciples (#Lu 24:41-43), dans le but de fortifier les apôtres et de leur donner de l’assurance dans la proclamation du message du salut.

quarante jours. La période située entre la résurrection et l’ascension de Jésus, durant laquelle il apparut à différentes occasions aux apôtres et à d’autres disciples (#1Co 15:5-8). Ces apparitions étaient autant de preuves concrètes et convaincantes de sa résurrection.

royaume de Dieu. Cf. #Ac 8:12 ; #Ac 14: 22 ; #Ac 19: 8 ; #Ac 20: 25 ; #Ac 28:23, #Ac 28:31. Ici, cette expression renvoie au domaine du salut et désigne le règne divin sur le cœur des croyants;  cf. #Ac 17: 7 ; #Col 1:13-14 ; #Ap 11:15 ; #Ap 12: 10). C’était le thème dominant dans tout le ministère terrestre de Christ (cf. #Mt 4:23 ; #Mt 9:35 ; #Mr 1:15 ; #Lu 4:43 ; #Lu 9:2 ; #Jn 3:3-21).

 

4  Comme il se trouvait avec eux, il leur recommanda de ne pas s’éloigner de Jérusalem, mais d’attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il ;

se trouvait avec eux. Ou « mangeait avec eux », interprétation préférable ici (cf. #Ac 10:41 ; #Lu 24:42-43). Le fait que Jésus mangeait constitue une preuve supplémentaire de sa résurrection corporelle.

attendre ce que le Père avait promis. Jésus avait promis à plusieurs reprises que Dieu leur enverrait son Esprit (#Lu 11:13 ; #Lu 24: 49 ; #Jn 7:39 ; #Jn 14: 16, #Jn 14: 26 ; #Jn 15: 26 ; #Jn 16: 7 ; puisque les disciples ne reçurent pas le Saint-Esprit avant la Pentecôte, environ 40 jours plus tard (#Ac 1:8 ; #Ac 2:1-3), cette déclaration doit être comprise comme une promesse faite par Christ que son Esprit viendrait sur eux.

 

5  car Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit.

Jean a baptisé d’eau. Littéralement « soit immergé » dans l’eau. Pierre obéit en tous points au commandement de Christ en #Mt 28:19 et invite ceux qui se sont repentis et tournés vers le Seigneur Jésus pour leur salut à s’identifier, par les eaux du baptême, à sa mort, son ensevelissement et sa résurrection (cf. #Ac 19: 5 ; #Ro 6:3-4 ; #1Co 12:13 ; #Ga 3:27 . C’était la première fois que les apôtres enjoignaient le peuple à accomplir ce rite. Auparavant, de nombreux Juifs avaient pris part au baptême de Jean-Baptiste; ils connaissaient aussi le baptême des non-Juifs qui embrassaient le judaïsme (les prosélytes).

 

dans peu de jours. La promesse de Dieu s’accomplirait seulement dix jours plus tard, lors de la Pentecôte.

baptisés du Saint-Esprit. Les apôtres durent attendre jusqu’au jour de la Pentecôte, mais depuis lors, tous les croyants reçoivent le baptême du Saint-Esprit au moment du salut;  cf. #Ro 8:9 ; #1Co 6:19-20 ; #Tit 3:5-6).

 

6 ¶  Alors les apôtres réunis lui demandèrent : Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël ?

rétabliras le royaume d’Israël. Les apôtres croyaient toujours que le royaume terrestre du Messie allait se manifester bientôt sous la forme d’une restauration du royaume d’Israël (cf. #Lu 19: 11 ; #Lu 24: 21). Ils savaient aussi qu’#Ez 36 et #Joe 2 établissaient un lien entre l’instauration du royaume et la venue de l’Esprit promis par Jésus.

 

7  Il leur répondit : Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité.

Ce v. montre que l’attitude des apôtres  leur attente d’un royaume terrestre au sens littéral du terme - était parfaitement conforme à l’enseignement de Christ et aux prédictions de l’A.T. Dans le cas contraire, il n’aurait pas manqué de corriger une erreur concernant un aspect aussi crucial de son enseignement.

les temps ou les moments. Ces deux noms renvoient aux caractéristiques, aux époques et aux événements qui composeront le règne de Christ dans son royaume, lequel débutera au moment de sa seconde venue (#Mt 25:21-34). Cependant, le moment exact de ce retour n’est pas révélé (#Mr 13: 32 ; cf. #De 29:29).

 

8  Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre.

La raison principale pour laquelle les apôtres reçurent la puissance du Saint-Esprit résidait dans leur mission d’annoncer l’Évangile. Cet événement a bouleversé le cours de l’histoire du monde et le message de l’Évangile a fini par atteindre toutes les régions de la terre (#Mt 28:19-20).

recevrez une puissance. Les apôtres avaient déjà connu la puissance du Saint-Esprit dans son ministère consistant à sauver, guider, enseigner et accomplir des miracles. Ils allaient bientôt accueillir sa présence en eux et bénéficieraient d’une dimension nouvelle de sa puissance en vue du témoignage.

témoins. Désigne tous ceux qui annoncent la vérité concernant Jésus-Christ (cf. #Jn 14: 26 ; #1Pi 3:15). Le terme grec a donné le mot français « martyr », car les chrétiens ont souvent dû payer le prix fort pour avoir témoigné de leur appartenance à Christ.

Judée. La région où se trouvait Jérusalem.

Samarie. La région voisine de la Judée, au nord.

 

9  Après avoir dit cela, il fut élevé pendant qu’ils le regardaient, et une nuée le déroba à leurs yeux.

élevé. Dieu le Père a enlevé Jésus de cette terre, dans son corps ressuscité, et l’a conduit à sa place légitime, à sa droite (#Lu 24: 51 ; cf. #Ac 2:33 ; #Jn 17:1-6).

une nuée. Un signe visible de la présence de la gloire de Dieu alors que les apôtres assistaient à l’ascension de Jésus. Certains d’entre eux avaient déjà été témoins d’une telle manifestation de la gloire divine (#Mr 9:26); des nuées accompagneront encore Jésus, plus tard (#Mr 13: 26 ; #Mr 14: 62.

 

10  Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel pendant qu’il s’en allait, voici, deux hommes vêtus de blanc leur apparurent,

deux hommes vêtus de blanc. Deux anges sous forme humaine (cf. #Ge 18: 2 ; #Jos 5:13-15 ; #Mr 16: 5).

 

11  et dirent : Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu allant au ciel.

Hommes Galiléens. Tous les apôtres étaient originaires de Galilée, excepté Judas, qui s’était déjà donné la mort (cf. v. #Ac 1:18).

de la même manière. Christ reviendra un jour sur la terre (sur le mont des Oliviers), de la même manière qu’il est monté au ciel (entouré de nuées), afin d’établir son royaume (cf. #Da 7:13 ; #Za 14: 4 ; #Mt 24: 30 ; #Mt 26:64 ; #Ap 1:7 ; #Ap 14: 14).

 

12 ¶  Alors ils retournèrent à Jérusalem, de la montagne appelée des oliviers, qui est près de Jérusalem, à la distance d’un chemin de sabbat.

la montagne …  des Oliviers. Colline située par-delà la vallée du Cédron, à l’est de Jérusalem. C’est depuis cette colline imposante, qui s’élève à plus de 600 m au-dessus de la ville, que Jésus monta au ciel (#Lu 24:50-51).

un chemin de sabbat. Environ 1 km (2000 coudées). Il correspondait à la distance maximale qu’un Juif pieux pouvait parcourir le jour du sabbat tout en respectant le commandement d’#Ex 16: 29. Cette longueur avait été fixée par la tradition sur la base des campements d’Israël dans le désert. Les tentes les plus éloignées, situées sur le périmètre du camp, se trouvaient à 2000 coudées du centre, occupé par la tente d’assignation. Ainsi, le jour du sabbat, personne n’avait à marcher sur une distance plus longue pour se rendre au tabernacle (#Jos 3:4 ; cf. #No 35:5).

 

13  Quand ils furent arrivés, ils montèrent dans la chambre haute où ils se tenaient d’ordinaire ; c’étaient Pierre, Jean, Jacques, André, Philippe, Thomas, Barthélemy, Matthieu, Jacques, fils d’Alphée, Simon le Zélote, et Jude, fils de Jacques.

chambre haute. Probablement la pièce même où la cène avait été célébrée (#Mr 14: 15) et où Jésus était apparu aux apôtres après sa résurrection.

Barthélemy. Ce disciple est aussi appelé Nathanaël (#Jn 1:45-49 ; #Jn 21: 2).

Jacques, fils d’Alphée. Il s’agit de Jacques dit « le mineur », à distinguer de Jacques, le frère de Jean (#Mr 15: 40). Il existe quatre personnages nommés Jacques dans le N.T.:

1° l’apôtre Jacques, frère de Jean.

2° le disciple mentionné dans ce passage, aussi appelé « Jacques le mineur » (#Mr 15: 40);

3° Jacques, père de Jude (non pas l’Iscariot, #Lu 6:16);

4° Jacques, le demi-frère du Seigneur (#Ga 1:19 ; #Mr 6:3), auteur de l’épître qui porte son nom, qui joua par ailleurs un rôle de premier plan dans l’Église naissante de Jérusalem (#Ac 12:17 ; #Ac 15: 13 ; #Ga 1:19).

Zélote. C’est-à-dire de Cana. Les manuscrits les plus anciens portent un terme proche qui pourrait désigner un membre du parti des Zélotes, un groupe déterminé à renverser l’occupation romaine d’Israël. En #Ac 1:13 il est appelé « Simon le Zélote ». Il fut probablement un membre du parti zélote avant de venir à Christ.

Jude, fils de Jacques. Il serait plus approprié de traduire « frère de Jacques ». Il était aussi connu sous le nom de Thaddée (#Mr 3:18). Thaddée, dans d’autres passages, il est appelé Jude, fils de Jacques (#Lu 6:16 ; #Ac 1:13).

 

14  Tous d’un commun accord persévéraient dans la prière, avec les femmes, et Marie, mère de Jésus, et avec les frères de Jésus.

persévéraient dans la prière. La prière au nom de Jésus prit naissance à cette époque (cf. #Jn 14:13-14).

avec les femmes. Marie de Magdala, Marie la femme de Clopas, Salomé et les sœurs Marthe et Marie faisaient certainement partie de ce groupe. Les épouses de certains apôtres étaient peut-être aussi présentes (cf. #1Co 9:5).

Marie, mère de Jésus. On ne saurait trop insister sur l’importance de la naissance virginale. Jésus est né d’une femme vierge: cette vérité conditionne la bonne compréhension de l’incarnation. Luc et Matthieu affirment explicitement que Marie était vierge lorsque Jésus a été conçu. Le Saint-Esprit a opéré la conception d’une manière surnaturelle. La nature de la conception de Christ garantit sa divinité ainsi que sa pureté à l’égard du péché.

Son nom n’apparaît plus dans le N.T.

les frères. C’est-à-dire les demi-frères de Jésus mentionnés en #Mr 6:3: Jacques, Josés, Jude et Simon. Jacques devint le chef de l’Église de Jérusalem (#Ac 12:17 ; #Ac 15:13-22) et l’auteur de l’épître qui porte son nom. Jude écrivit aussi une épître. Leur foi en Jésus en tant que Dieu, Sauveur et Seigneur était toute récente, puisque Jean note leur incrédulité seulement 8 mois plus tôt (#Jn 7:5).

 

15 ¶  En ces jours-là, Pierre se leva au milieu des frères, le nombre des personnes réunies étant d’environ cent vingt. Et il dit:

En ces jours-là. À un moment non précisé durant les dix jours de prière et de communion entre les croyants, entre l’ascension de Jésus et la Pentecôte.

Pierre. Celui que les apôtres reconnaissaient comme chef prit ses responsabilités.

 

16  Hommes frères, il fallait que s’accomplît ce que le Saint-Esprit, dans l’Écriture, a annoncé d’avance, par la bouche de David, au sujet de Judas, qui a été le guide de ceux qui ont saisi Jésus.

Hommes frères. Les 120 croyants qui s’étaient rassemblés (v. #Ac 1:15).

il fallait que s’accomplisse …  l’Écriture. Les deux passages de l’A.T. cités au v. 20 viennent des #Ps 69:26 et #Ps 109:8. Les événements que Dieu annonce prophétiquement par avance ne manqueront pas de s’accomplir (cf. #Ps 115:3 ; #Esa 46:10 ; #Esa 55:11).

le Saint-Esprit …  par la bouche de David. Il n’existe pas dans l’Écriture de description plus claire de l’inspiration divine. Dieu a révélé sa parole par la bouche de David, en l’occurrence par ses écrits.

 

17  Il était compté parmi nous, et il avait part au même ministère.

avait part au même ministère. Judas Iscariot avait fait partie des douze, mais il n’avait jamais été réellement sauvé; c’est pourquoi il fut appelé « le fils de perdition » (#Jn 17: 12). Voir #Mt 26:24 ; #Jn 6:64, #Jn 6:70-71 ; cf. #Ac 2:23 ; #Lu 22: 22.

 

18  Cet homme, ayant acquis un champ avec le salaire du crime, est tombé, s’est rompu par le milieu du corps, et toutes ses entrailles se sont répandues.

cet homme, ayant acquis un champ. Luc considère Judas comme l’acheteur de ce terrain (cf. #Za 11:12-13) parce que cet achat fut financé avec l’argent qu’il reçut des chefs religieux juifs pour sa trahison et qu’il leur rendit ensuite (#Mt 27:3-10).

salaire du crime. Les trente pièces d’argent payées à Judas.

est tombé. Apparemment, l’arbre auquel Judas choisit de se pendre (#Mt 27:5) surplombait une falaise. La corde ou la branche a dû se casser (ou le nœud se défaire), de sorte que son corps s’est écrasé sur les rochers au pied de la falaise.

 

19  La chose a été si connue de tous les habitants de Jérusalem que ce champ a été appelé dans leur langue Hakeldama, c’est-à-dire, champ du sang.

Hakeldama …  champ du sang. C’est le nom araméen du champ acheté par les chefs religieux. La tradition le situe au sud de Jérusalem, dans la vallée de Hinnom, à l’endroit où celle-ci rencontre la vallée du Cédron. Son sol argileux convenait pour la poterie, d’où l’appellation « champ du potier » que lui attribue Matthieu (#Mt 27:7, #Mt 27:10.

 

20  Or, il est écrit dans le livre des Psaumes : Que sa demeure devienne déserte, Et que personne ne l’habite ! Et : Qu’un autre prenne sa charge !

il est écrit. Pierre présenta la preuve la plus probante  le témoignage de l’Écriture - pour rassurer les croyants en leur montrant que la défection de Judas et le choix de son remplaçant étaient prévus dans le plan de Dieu (cf. #Ps 55:13-16).

 

21  Il faut donc que, parmi ceux qui nous ont accompagnés tout le temps que le Seigneur Jésus a vécu avec nous,

vécu avec nous. Le successeur de Judas devait avant tout avoir participé au ministère terrestre de Jésus.

 

22  depuis le baptême de Jean jusqu’au jour où il a été enlevé du milieu de nous, il y en ait un qui nous soit associé comme témoin de sa résurrection.

baptême de Jean. C’est-à-dire le baptême de Jésus par Jean-Baptiste (#Mt 3:13-17 ; #Mr 1:9-11 ; #Lu 3:21-23).

un qui nous soit associé comme témoin de sa résurrection. Le nouvel apôtre devait aussi être un témoin oculaire du Christ ressuscité. La résurrection était l’élément central de la prédication apostolique (cf. #Ac 2:24, #Ac 2:32 ; #Ac 3:15 ; #Ac 5:30 ; #Ac 10:40 ; #Ac 13:30-37).

 

23  Ils en présentèrent deux : Joseph appelé Barsabbas, surnommé Justus, et Matthias.

Barsabbas …  Justus. Barsabbas signifie « fils du sabbat ». Justus (« le juste ») était le nom latin de Joseph. De nombreux Juifs vivant dans l’Empire romain adoptèrent des surnoms empruntés aux nations païennes.

Matthias. Ce nom signifie « don de Dieu ». L’historien Eusèbe affirme que cet apôtre faisait partie des soixante-dix de #Lu 10:1.

 

24  Puis ils firent cette prière : Seigneur, toi qui connais les cœurs de tous, désigne lequel de ces deux tu as choisi,

tu as choisi. Le successeur de Judas fut désigné souverainement par Dieu. Pierre présenta la preuve la plus probante  le témoignage de l’Écriture - pour rassurer les croyants en leur montrant que la défection de Judas et le choix de son remplaçant étaient prévus dans le plan de Dieu (cf. #Ps 55:13-16).

 

25  afin qu’il ait part à ce ministère et à cet apostolat, que Judas a abandonné pour aller en son lieu.

en son lieu. Judas choisit lui-même d’aller en enfer lorsqu’il rejeta Christ. Il n’est pas faux d’affirmer que tous ceux qui vont en enfer y sont à leur place (cf. #Jn 6:70).

 

26  Ils tirèrent au sort, et le sort tomba sur Matthias, qui fut associé aux onze apôtres.

tirèrent au sort. Une méthode courante à l’époque de l’A.T. pour déterminer la volonté de Dieu (cf. #Lé 16:8-10 ; #Jos 7:14 ; #Pr 18: 18. C’est la dernière mention biblique de cette méthode, qui n’a plus lieu d’être depuis la venue du Saint-Esprit.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/