JOUR 48 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

29/09/2018 00:16

JOUR 48 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

 

ACTES 6 ET 7

 

ACTES 6 * 1 à 15
 

1 ¶  En ce temps-là, le nombre des disciples augmentant, les Hellénistes murmurèrent contre les Hébreux, parce que leurs veuves étaient négligées dans la distribution qui se faisait chaque jour.

augmentant. Il est fort probable que le nombre de personnes ait atteint les 20 000.

Hellénistes …  Hébreux. Les « Hellénistes » étaient les Juifs issus de la diaspora, les « Hébreux », la population juive originaire d’Israël. L’intégration par les Hellénistes de certains éléments de la culture grecque les rendait suspects aux yeux des Juifs nés en Israël.

leurs veuves étaient négligées. Les Hellénistes croyaient que leurs veuves ne recevaient pas une part équitable de la nourriture que l’Église mettait à leur disposition (cf. #1Ti 5:3-16).

 

2  Les douze convoquèrent la multitude des disciples, et dirent : Il n’est pas convenable que nous laissions la parole de Dieu pour servir aux tables.

servir aux tables. Le mot traduit par « tables » désigne aussi bien le mobilier employé pour les transactions financières (cf. #Mt 21: 12 ; #Mr 11:15 ; #Jn 2:15) que celui sur lequel on servait les repas. Toutefois, qu’il s’agisse de questions financières ou de distribution de nourriture, dans les deux cas cette activité empêchait les douze de s’occuper de leur tâche prioritaire.

 

3  C’est pourquoi, frères, choisissez parmi vous sept hommes, de qui l’on rende un bon témoignage, qui soient pleins d’Esprit-Saint et de sagesse, et que nous chargerons de cet emploi.

sept hommes. Il ne s’agissait pas de diacres, dont la fonction allait être définie plus tard au sein de l’Église (#1Ti 3:8-13), malgré les similitudes entre certaines de leurs tâches. Etienne et Philippe (les seuls de ces sept à être mentionnés ailleurs dans l’Écriture) étaient de toute évidence des évangélistes, et non des diacres. Il semble par conséquent qu’on n’institua pas, à ce moment-là, le ministère permanent de diacre.

pleins d’Esprit-Saint. Cf. v. #Ac 6:5 ; Contrairement au baptême de l’Esprit, qui est un acte unique par lequel Dieu inclut les croyants dans son corps, la plénitude de l’Esprit correspond à une réalité renouvelable. Elle se traduit par un comportement dirigé par le Saint-Esprit. Dieu invite les croyants à maintenir cette réalité en eux. Pierre et d’autres croyants présents lors de l’épisode d’#Ac 2 furent de nouveau remplis de l’Esprit (voir par exemple #Ac 4:8,31 ; #Ac  6:5 ; #Ac 7:55) et purent proclamer la Parole de Dieu avec assurance. La plénitude de l’Esprit ne donne pas uniquement de l’assurance dans la prédication, elle a un impact sur tous les domaines de la vie (cf. #Ep 5:19-33).

 

4  Et nous, nous continuerons à nous appliquer à la prière et au ministère de la parole.

La prière et le ministère de la Parole (cf. v. #Ac 6:2) devraient constituer les priorités des responsables de l’Église.

 

5  Cette proposition plut à toute l’assemblée. Ils élurent Etienne, homme plein de foi et d’Esprit-Saint, Philippe, Prochore, Nicanor, Timon, Parménas, et Nicolas, prosélyte d’Antioche.

Les sept hommes désignés par l’Église portent tous des noms grecs, ce qui amène à penser qu’ils faisaient tous partie du groupe des Hellénistes. Le choix de l’Église, preuve visible de son unité et de l’amour qui l’animait, était peut-être dicté par la volonté de remédier au déséquilibre apparent qui était préjudiciable aux veuves de ce groupe.

Ils élurent Etienne …  Nicolas. Concernant le ministère d’Etienne, voir #Ac 6:9-7:60. Son martyre agit tel un catalyseur pour la proclamation de l’Évangile en dehors du territoire d’Israël (#Ac 8:1-4 ; #Ac 11:19). Philippe joua, lui aussi, un rôle prépondérant dans la prédication de l’Évangile (cf. #Ac 8:4-24 , #Ac 8:26-40). On ne dispose d’aucune information certaine concernant les cinq autres personnages. Selon des traditions anciennes, Prochore aurait été le secrétaire de l’apôtre Jean lorsque celui-ci rédigea son Évangile, et Nicolas aurait été un païen d’Antioche converti au judaïsme.

 

6  Ils les présentèrent aux apôtres, qui, après avoir prié, leur imposèrent les mains.

prié, leur imposèrent les mains. La même expression décrit le geste de Jésus lorsqu’il effectuait des guérisons (#Mr 6:5 ; #Lu 4:40 ; #Lu 13: 13 ; cf. #Ac 28:8). Elle était aussi employée dans le sens de « mettre la main sur quelqu’un » pour l’arrêter (#Ac 5:18 ; #Mr 14: 46). Dans l’A.T., ceux qui offraient des sacrifices posaient leurs mains sur l’animal sacrifié en signe d’identification avec lui (#Lé 8:14, #Lé 8:18, #Lé 8:22 ; #Hé 6:2). Dans un sens symbolique, la personne qui accomplissait cet acte confirmait la validité d’un ministère, lui donnait son soutien et s’identifiait avec celui qui l’exerçait. Voir #1Ti 4:14 ; #1Ti 5:22 ; #2Ti 1:6 ; cf. #No 27:23.

 

7  La parole de Dieu se répandait de plus en plus, le nombre des disciples augmentait beaucoup à Jérusalem, et une grande foule de sacrificateurs obéissaient à la foi.

Régulièrement au cours de son récit, Luc résume l’état de la croissance de l’Église et de la propagation de l’Évangile (cf. #Ac 2:41, #Ac 2:47 ; #Ac 4:4 ; #Ac 5:14 ; #Ac 9:31 ; #Ac 12:24 ; #Ac 13: 49 ; #Ac 16: 5 ; #Ac 19: 20).

une grande foule de sacrificateurs. La conversion d’un grand nombre de sacrificateurs explique certainement la violence de l’opposition qui s’éleva contre Etienne.

obéissaient à la foi. La véritable foi salvatrice produit toujours l’obéissance et la soumission à la seigneurie de Jésus-Christ (#Ro 16: 19, #Ro 16: 26 ; cf. #Ro 10:9-10 ; #Mt 7:13-14, #Mt 7:22-27 ; #Ja 2:17-20).

 

8 ¶  Etienne, plein de grâce et de puissance, faisait des prodiges et de grands miracles parmi le peuple.

des prodiges et de grands miracles. Cf. #Ac 4:30 ; #Ac 5:12 ; #Ac 14: 3 ; #Ac 15: 12. Le terme de « prodiges » renvoie à un aspect extraordinaire, effrayant, qui suscite l’étonnement des gens, tandis que « miracles » (grec « signes ») renvoie à la puissance de Dieu à l’œuvre derrière ces manifestations. Les événements surnaturels n’ont aucune valeur s’ils n’orientent pas les regards vers Dieu et vers sa vérité. De telles œuvres furent généralement accomplies par les apôtres (#Ac 5:12-16) et leurs collaborateurs (#Ac 6:8), grâce à l’action du Saint-Esprit, dans le but de confirmer leur rôle de messagers de la vérité divine. Cf. #2Co 12:12 ; #Hé 2:3-4.

 

9  Quelques membres de la synagogue dite des Affranchis, de celle des Cyrénéens et de celle des Alexandrins, avec des Juifs de Cilicie et d’Asie, se mirent à discuter avec lui ;

Les différences culturelles et linguistiques entre les membres de ces trois groupes ne permettaient sans doute pas un rassemblement au sein de la même synagogue. Toutefois, certains voient là le nom d’une synagogue unique.

synagogue. Un des lieux de rencontre qui prirent naissance à l’époque intertestamentaire et où les Juifs de la diaspora (des Hellénistes pour la plupart), qui n’avaient pas accès au temple, pouvaient se réunir pour offrir un culte à Dieu et lire l’A.T. L’endroit où se rassemblaient les Juifs pour prier (synagogue est une transcription du mot grec signifiant « action de rassembler »). L’origine des synagogues remonte à la période de l’exil à Babylone, après la destruction du temple par Nebucadnetsar en 586 av. J.-C. C’étaient des lieux de culte et d’enseignement. Jésus y a souvent enseigné (cf. v. #Mr 1:39 ; #Mr 3:1 ; #Mr 6:2), de même que Paul (cf. #Ac 13: 5 ; #Ac 14: 1 ; #Ac 17: 1).

Affranchis. Les descendants d’esclaves juifs qui avaient été capturés par le général romain Pompée (63 av. J.-C.) et emmenés à Rome. Ils furent plus tard affranchis et formèrent une communauté juive dans cette ville.

Cyrénéens. Les habitants de Cyrène, une ville d’Afrique du nord. Simon, l’homme qui fut réquisitionné pour porter la croix de Jésus, était originaire de Cyrène (#Lu 23: 26).

Alexandrins. Alexandrie, une autre ville importante d’Afrique du nord, se trouvait près de l’embouchure du Nil. Apollos, un prédicateur zélé et capable, en était originaire.

de Cilicie et d’Asie. Les provinces romaines constituant l’Asie Mineure (la Turquie moderne). Étant donné que la ville natale de Paul (Tarse) se trouvait en Cilicie, il est fort probable qu’il ait fréquenté cette synagogue.

discuter avec lui. Le mot traduit par « discuter » désigne un débat formel. L’essentiel de cet échange porta sans doute sur des thèmes tels que la mort et la résurrection de Jésus, ainsi que sur les indices vétérotestamentaires qu’il était bien le Messie.

 

10  mais ils ne pouvaient résister à sa sagesse et à l’Esprit par lequel il parlait.

11  Alors ils subornèrent des hommes qui dirent : Nous l’avons entendu proférer des paroles blasphématoires contre Moïse et contre Dieu.

 

paroles blasphématoires contre Moïse et contre Dieu. Incapables d’obtenir gain de cause auprès d’Etienne dans un débat ouvert, ses ennemis eurent recours à la tromperie et à la conspiration. Tout comme ils le firent pour Jésus (#Mt 26:59-61), ils recrutèrent en secret de faux témoins afin de répandre des mensonges sur Etienne. Les charges qui pesaient sur lui étaient sérieuses, car le blasphème était puni de mort (#Lé 24: 16).

 

12  Ils émurent le peuple, les anciens et les scribes, et, se jetant sur lui, ils le saisirent, et l’emmenèrent au sanhédrin.

13  Ils produisirent de faux témoins, qui dirent : Cet homme ne cesse de proférer des paroles contre le lieu saint et contre la loi ;

14  car nous l’avons entendu dire que Jésus, ce Nazaréen, détruira ce lieu, et changera les coutumes que Moïse nous a données.

Jésus, ce Nazaréen, détruira ce lieu. Un autre mensonge, puisque les paroles de Jésus (#Jn 2:19) se rapportaient en fait à son propre corps (#Jn 2:21).

 

15  Tous ceux qui siégeaient au sanhédrin ayant fixé les regards sur Etienne, son visage leur parut comme celui d’un ange.

 

visage …  comme celui d’un ange. Une maîtrise de soi imperturbable, une expression pure et calme reflétant la présence de Dieu (cf. #Ex 34:29-35).



ACTES 7 * 1 à 60

 

1 ¶  Le souverain sacrificateur dit : Les choses sont-elles ainsi ?

souverain sacrificateur. Il s’agit probablement de Caïphe, qui conserva ce poste jusqu’en l’an 36.

Jean ne rapporte pas la comparution devant Caïphe (voir #Mt 26:57-68).

Les choses sont-elles ainsi? En langage juridique actuel: « Que plaidez-vous? »

 

2  Etienne répondit : Hommes frères et pères, écoutez ! Le Dieu de gloire apparut à notre père Abraham, lorsqu’il était en Mésopotamie, avant qu’il s’établît à Charran ;

Le Dieu de gloire. Un titre employé uniquement dans ce passage et au #Ps 29:3. La gloire de Dieu est constituée de la somme de ses attributs Des mesures de prudence étaient nécessaires pour que Dieu puisse répondre, même partiellement, à la requête de Moïse qui aspirait à voir encore plus que ce qu’il expérimentait déjà (cf. #No 12: 8). Sans ces mesures, il mourrait. En dépit de la grâce et de la compassion de Dieu, Moïse ne pouvait pas voir sa face et vivre. Quoi qu’il ait vu de la nature de Dieu transformée en lumière flamboyante, il ne le vit que de dos et n’en parla jamais par la suite (cf. #Jn 1:18 ; #1Jn 4:12).

Abraham …  Mésopotamie, avant qu’il s’établisse à Charan. #Ge 12:1-4 mentionne un renouvellement de cet appel, après l’établissement d’Abraham à Charan (environ 800 km au nord-ouest d’Ur). De toute évidence, Dieu avait une première fois appelé le patriarche alors que celui-ci habitait encore à Ur (cf. #Ge 15: 7 ; #Né 9:7), avant de réitérer cet appel à Charan Cf. #Ac 7:2-4 ; #Hé 11:8-10. Abram longea l’Euphrate jusqu’à la ville de Charan, un carrefour commercial au nord de la Mésopotamie ou en Syrie; c’était la meilleure route à emprunter pour descendre au pays de Canaan et éviter de traverser le grand désert avec toutes ses populations et ses animaux (voir #Ge 12:4).

7:2-53 Etienne ne semble pas répondre à la question du souverain sacrificateur, mais présente plutôt une apologie détaillée et magistrale de la foi chrétienne, basée sur l’A.T. En conclusion de son discours, il condamne les chefs religieux juifs pour avoir rejeté Jésus.

 

3  (7-2) et il lui dit : (7-3) Quitte ton pays et ta famille, et va dans le pays que je te montrerai.

4  Il sortit alors du pays des Chaldéens, et s’établit à Charran. De là, après la mort de son père, Dieu le fit passer dans ce pays que vous habitez maintenant ;

pays des Chaldéens. La région d’origine d’Abraham, où se trouvait sa ville natale, Ur (#Ge 11:28, #Ge 11:31 ; #Ge 15: 7 ; #Né 9:7).

après la mort de son père. À première vue, #Ge 11:26, #Ge 11:32 et #Ge 12:4 semblent indiquer que Térach vécut pendant 60 ans après le départ d’Abraham de Charan. Térach était âgé de 70 ans à la naissance de son premier fils (#Ge 11:26); Abraham avait 75 ans lorsqu’il quitta Charan (#Ge 12:4 ; Térach aurait alors eu 145 ans); Térach vécut cependant jusqu’à l’âge de 205 ans (#Ge 11:32). Pour résoudre cette difficulté apparente, la meilleure solution consiste à considérer qu’Abraham n’était pas le premier fils de Térach, mais qu’il est mentionné en premier (#Ge 11:26) en raison de sa prééminence. Ainsi, Abraham serait né alors que son père était âgé de 130 ans.

 

5  il ne lui donna aucune propriété en ce pays, pas même de quoi poser le pied, mais il promit de lui en donner la possession, et à sa postérité après lui, quoiqu’il n’eût point d’enfant.

6  Dieu parla ainsi : Sa postérité séjournera dans un pays étranger ; on la réduira en servitude et on la maltraitera pendant quatre cents ans.

quatre cents ans. C’est un renvoi direct à #Ge 15:13-14, où Dieu lui-même fixa la limite de la durée du séjour d’Israël en Égypte (430 ans, #Ex 12:40).

 

7  Mais la nation à laquelle ils auront été asservis, c’est moi qui la jugerai, dit Dieu. Après cela, ils sortiront, et ils me serviront dans ce lieu-ci.

8  Puis Dieu donna à Abraham l’alliance de la circoncision ; et ainsi, Abraham, ayant engendré Isaac, le circoncit le huitième jour ; Isaac engendra et circoncit Jacob, et Jacob les douze patriarches.

alliance de la circoncision. La circoncision était le signe de l’alliance abrahamique Le rite de la circoncision (consistant à enlever le prépuce des mâles) n’était pas nouveau à cette époque-là, mais la signification religieuse et théocratique qui lui fut donnée, oui: il devint un signe d’appartenance à la lignée physique et ethnique d’Abraham (cf. #Ac 7:8 ; #Ro 4:11). Sans la révélation divine, le rite n’aurait pas eu cette signification particulière, et c’est ainsi qu’il resta une caractéristique d’Israël (cf. v. #Ge 17: 13). Il représentait un avantage du point de vue de la santé, puisque des germes pathogènes pouvaient être logés dans le sillon balano-prépucial et que le fait d’enlever le prépuce empêchait leur transmission. Historiquement, il semble que les femmes juives aient le taux de cancer du col de l’utérus le plus bas. Mais il y avait aussi un sens symbolique, lié à la nécessité d’ôter le péché et d’être purifié. L’organe mâle démontrait de la façon la plus nette la gravité de la corruption, car il transportait la semence qui engendrait des pécheurs corrompus. Ainsi, la circoncision symbolisait le besoin d’une purification profonde pour renverser les effets de la dépravation.

douze patriarches. Les douze fils de Jacob, qui devinrent les chefs des douze tribus d’Israël (#Ge 35:22-26).

 

9  Les patriarches, jaloux de Joseph, le vendirent pour être emmené en Égypte. (7-10) Mais Dieu fut avec lui,

10  et le délivra de toutes ses tribulations ; il lui donna de la sagesse et lui fit trouver grâce devant Pharaon, roi d’Égypte, qui l’établit gouverneur d’Égypte et de toute sa maison.

11  Il survint une famine dans tout le pays d’Égypte, et dans celui de Canaan. La détresse était grande, et nos pères ne trouvaient pas de quoi se nourrir.

12  Jacob apprit qu’il y avait du blé en Égypte, et il y envoya nos pères une première fois.

 

13  Et la seconde fois, Joseph fut reconnu par ses frères, et Pharaon sut de quelle famille il était.

seconde fois. Joseph révéla son identité à ses frères lors de leur deuxième voyage en Égypte pour acheter du blé (#Ge 43:1-3 ; #Ge 45:1-3).

 

14  Puis Joseph envoya chercher son père Jacob, et toute sa famille, composée de soixante-quinze personnes.

Jacob, et toute sa famille …  soixante-quinze personnes. #Ge 46:26-27 ; #Ex 1:5 ; #De 10:22 parlent de 70 personnes. Cependant, la LXX (la traduction grecque de l’A.T.) parle de « soixante-quinze » en #Ge 46:27. Etienne, qui faisait partie du groupe des Hellénistes, employa certainement cette version grecque. Les cinq personnes supplémentaires étaient les descendants de Joseph nés en Égypte.

Le total des vv. 8-25 équivaut à 70, mais Er, Onan, Manassé et Ephraïm doivent en être soustraits.

 

15  Jacob descendit en Égypte, où il mourut, ainsi que nos pères ;

16  et ils furent transportés à Sichem, et déposés dans le sépulcre qu’Abraham avait acheté, à prix d’argent, des fils d’Hémor, père de Sichem.

ils furent …  déposés dans le sépulcre. « Ils » désignent Joseph (#Jos 24: 32) et ses frères, et non Jacob, qui fut enseveli dans le tombeau d’Abraham à Macpéla (#Ge 50:13).

le sépulcre qu’Abraham avait acheté …  de Sichem. #Jos 24: 32 indique que Jacob acheta ce tombeau. Cependant, Abraham avait auparavant élevé un autel à Sichem (#Ge 12:6-7); il est probable qu’il ait acheté le terrain sur lequel il le bâtit. Il ne s’installa pas là, de sorte que la terre était apparemment revenue aux mains des habitants de Hamor. Jacob l’acheta ensuite à Sichem (#Ge 33:18-20), de même qu’Isaac acheta le puits de Beer-Schéba (#Ge 26:28-31), acquis initialement par Abraham (#Ge 21:27-30). Il est clair que Joseph fut enterré à Sichem selon sa volonté (#Ge 50:25 ; #Ex 13: 19 ; #Jos 24: 32). L’A.T. ne mentionne pas où les frères de Joseph furent enterrés, mais Etienne précise que le lieu de leur sépulture était Sichem.

 

17 ¶  Le temps approchait où devait s’accomplir la promesse que Dieu avait faite à Abraham, et le peuple s’accrut et se multiplia en Égypte,

18  jusqu’à ce que parut un autre roi, qui n’avait pas connu Joseph.

roi, qui n’avait pas connu Joseph. Ce roi est en général identifié à l’un des souverains Hyksos qui régnèrent pendant une période de dégradation politique ou au Pharaon Ahmosis Ier, fondateur de la 18e dynastie du Nouvel Empire. Il est préférable de considérer ce nouveau roi, qui ne connaissait pas Joseph, comme un Hyksos. De plus, le verbe « s’éleva » signifie « se leva contre », ce qui correspondrait bien à une prise du pouvoir par des étrangers. Les Hyksos (vers 1730-1570 av. J.-C.) venaient de l’extérieur de l’Égypte (cf. #Ac 7:18).

 

19  Ce roi, usant d’artifice contre notre race, maltraita nos pères, au point de leur faire exposer leurs enfants, pour qu’ils ne vécussent pas.

exposer leurs enfants. Cela concernait uniquement les enfants de sexe masculin (#Ex 1:15-22).

 

20  A cette époque, naquit Moïse, qui était beau aux yeux de Dieu. Il fut nourri trois mois dans la maison de son père ;

21  et, quand il eut été exposé, la fille de Pharaon le recueillit, et l’éleva comme son fils.

7:20-21

Moïse …  eut été exposé. Grâce à la providence de Dieu, il put être secouru par la fille de Pharaon. Peut-être, Hatshepsout; dans tous les cas, c’est une princesse que Dieu utilisa providentiellement pour passer outre le décret de mort du Pharaon et protéger la vie du dirigeant qu’il avait choisi pour les Israélites.

 

22  Moïse fut instruit dans toute la sagesse des Égyptiens, et il était puissant en paroles et en œuvres.

23  Il avait quarante ans, lorsqu’il lui vint dans le cœur de visiter ses frères, les fils d’Israël.

Il avait quarante ans. La vie de Moïse peut être divisée en trois périodes de quarante ans. La première commence à sa naissance et comprend son séjour à la cour de Pharaon; la deuxième couvre son exil à Madian (vv. #Ac 7:29-30); la troisième est constituée par l’exode et les années d’errance d’Israël dans le désert (v. #Ac 7:36).

 

24  Il en vit un qu’on outrageait, et, prenant sa défense, il vengea celui qui était maltraité, et frappa l’Égyptien.

25  Il pensait que ses frères comprendraient que Dieu leur accordait la délivrance par sa main ; mais ils ne comprirent pas.

26  Le jour suivant, il parut au milieu d’eux comme ils se battaient, et il les exhorta à la paix: Hommes, dit-il, vous êtes frères ; pourquoi vous maltraitez-vous l’un l’autre ?

27  Mais celui qui maltraitait son prochain le repoussa, en disant : Qui t’a établi chef et juge sur nous ?

7:27-28 Cf. v. #Ac 7:35. Citation d’#Ex 2:14.

 

28  Veux-tu me tuer, comme tu as tué hier l’Égyptien ?

29  A cette parole, Moïse prit la fuite, et il alla séjourner dans le pays de Madian, où il engendra deux fils.

 

prit la fuite …  Madian. Il craignait que Pharaon ne le considère comme le chef d’un soulèvement juif, lorsqu’il aurait appris le meurtre de l’Égyptien (v. #Ac 7:28).

deux fils. Guerschom (#Ex 2:22) et Eliezer (#Ex 18: 4).

 

30 ¶  Quarante ans plus tard, un ange lui apparut, au désert de la montagne de Sinaï, dans la flamme d’un buisson en feu.

31  Moïse, voyant cela, fut étonné de cette apparition ; et, comme il s’approchait pour examiner, la voix du Seigneur se fit entendre:

32  Je suis le Dieu de tes pères, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Et Moïse, tout tremblant, n’osait regarder.

Citation d’#Ex 3:6, #Ex 3:15.

 

33  Le Seigneur lui dit : Ôte tes souliers de tes pieds, car le lieu sur lequel tu te tiens est une terre sainte.

Citation d’#Ex 3:5.

 

34  J’ai vu la souffrance de mon peuple qui est en Égypte, j’ai entendu ses gémissements, et je suis descendu pour le délivrer. Maintenant, va, je t’enverrai en Égypte.

Citation d’#Ex 3:7-8.

 

35  Ce Moïse, qu’ils avaient renié, en disant : Qui t’a établi chef et juge ? C’est lui que Dieu envoya comme chef et comme libérateur avec l’aide de l’ange qui lui était apparu dans le buisson.

Ce Moïse …  que Dieu envoya comme chef et comme libérateur. C’était le premier d’une longue liste de libérateurs envoyés par Dieu et rejetés par Israël. (cf. #Mt 21:33-46 ; #Mt 23: 37).

Qui t’a établi. Citation d’#Ex 2:14.

 

36  C’est lui qui les fit sortir d’Égypte, en opérant des prodiges et des miracles au pays d’Égypte, au sein de la mer Rouge, et au désert, pendant quarante ans.

des prodiges et des miracles. Les dix plaies d’Égypte ainsi que les miracles survenus pendant l’errance dans le désert (p. ex. l’ouverture de la mer Rouge, #Ex 14:1-31 ; l’eau obtenue par miracle à Rephidim, #Ex 17:1-7 ; la destruction de Koré, Dathan et Abiram, #No 16:1-40).

Cf. #Ac 4:30 ; #Ac 5:12 ; #Ac 14: 3 ; #Ac 15: 12. Le terme de « prodiges » renvoie à un aspect extraordinaire, effrayant, qui suscite l’étonnement des gens, tandis que « miracles » (grec « signes ») renvoie à la puissance de Dieu à l’œuvre derrière ces manifestations. Les événements surnaturels n’ont aucune valeur s’ils n’orientent pas les regards vers Dieu et vers sa vérité. De telles œuvres furent généralement accomplies par les apôtres (#Ac 5:12-16) et leurs collaborateurs (#Ac 6:8), grâce à l’action du Saint-Esprit, dans le but de confirmer leur rôle de messagers de la vérité divine. Cf. #2Co 12:12 ; #Hé 2:3-4.

 

37  C’est ce Moïse qui dit aux fils d’Israël : Dieu vous suscitera d’entre vos frères un prophète comme moi.

prophète comme moi. Citation de #De 18: 15. Il s’agit d’une allusion au Messie (cf. #Jn 1:21, #Jn 1:25 ; #Jn 6:14 ; #Jn 7:40).

 

38  C’est lui qui, lors de l’assemblée au désert, étant avec l’ange qui lui parlait sur la montagne de Sinaï et avec nos pères, reçut des oracles vivants, pour nous les donner.

l’assemblée au désert. Israël (cf. #Ex 12: 3, #Ex 12: 6, #Ex 12: 19, #Ex 12: 47 ; #Ex 16:1-2, #Ex 16:9-10 ; #Ex 17: 1 ; #Ex 35:1 ; #Lé 4:13 ; #Lé 16: 5 ; #No 1:2 ; #No 8:9 ; #No 13: 26 ; #No 14: 2 ; #Jos 18: 1).

l’ange …  sur la montagne de Sinaï. Très certainement l’ange de l’Éternel (vv. #Ac 7:30, #Ac 7:35), assisté d’une multitude d’anges (cf. #De 33:3 ; #Ga 3:19 ; #Hé 2:2).

des oracles vivants. La loi donnée à Moïse de la part de Dieu par l’intermédiaire de l’ange de l’Éternel et de l’armée d’anges (cf. #Hé 4:12 ; #1Pi 1:23).

 

39  Nos pères ne voulurent pas lui obéir, ils le repoussèrent, et ils tournèrent leur cœur vers l’Égypte,

ne voulurent pas lui obéir. Israël rejeta la direction de Moïse et désira retourner en esclavage en Égypte (cf. #No 11:5).

 

40  en disant à Aaron : Fais-nous des dieux qui marchent devant nous ; car ce Moïse qui nous a fait sortir du pays d’Égypte, nous ne savons ce qu’il est devenu.

Fais-nous des dieux. Citation d’#Ex 32:1, #Ex 32:23. Une représentation, faite de main d’homme, d’un faux dieu (#Ex 32:1-5) était interdite (#Ex 20: 4).

 

41  Et, en ces jours-là, ils firent un veau, ils offrirent un sacrifice à l’idole, et se réjouirent de l’œuvre de leurs mains.

un veau. Le jeune taureau était un symbole religieux païen de force virile. Sur le site de l’ancienne ville philistine d’Ashkelon, on a découvert une forme miniature du veau d’or, même si elle était faite en airain et argent. Puisqu’elle date d’environ 1550 av. J.-C., cela indique que l’adoration du veau était connue non seulement en Égypte, mais aussi en Canaan, avant l’époque de Moïse. En l’adorant à leur tour, les Israélites violaient les trois premiers commandements (#Ex 20:3-7).

 

42 ¶  Alors Dieu se détourna, et les livra au culte de l’armée du ciel, selon qu’il est écrit dans le livre des prophètes : M’avez-vous offert des victimes et des sacrifices Pendant quarante ans au désert, maison d’Israël ? … 

Dieu …  les livra. Citation d’#Am 5:25-27. Dieu appliqua à leur égard une mesure judiciaire: il les laissa s’abandonner à leur idolâtrie et à leur péché (cf. #Os 4:17 ;

l’armée du ciel. Le culte idolâtre rendu par Israël au soleil, aux étoiles et à la lune commença dans le désert et se poursuivit tout au long de l’exil à Babylone (cf. #De 4:19 ; #De 17: 3 ; #2R 17: 16 ; #2R 21:3-5 ; #2R 23: 4 ; #2Ch 33:3, #2Ch 33:5 ; #Jér 8:2 ; #Jér 19: 13 ; #Sop 1:5).

 

43  Vous avez porté la tente de Moloch Et l’étoile du dieu Remphan, Ces images que vous avez faites pour les adorer ! Aussi vous transporterai-je au-delà de Babylone.

Babylone. Amos parlait de Damas (#Am 5:27), alors qu’Etienne fait allusion à Babylone. Amos prophétisa la déportation du royaume du nord en Assyrie, mais cette déportation alla au-delà de Damas. Plus tard, le royaume du sud fut emmené captif à Babylone. Etienne, inspiré du Saint-Esprit, résume l’histoire de l’idolâtrie du peuple et ses conséquences, et ainsi il élargit la prophétie de manière à englober le jugement porté contre la nation tout entière.

 

44  Nos pères avaient au désert le tabernacle du témoignage, comme l’avait ordonné celui qui dit à Moïse de le faire d’après le modèle qu’il avait vu.

tabernacle du témoignage. Le prédécesseur du temple (#Ex 25:8-9, #Ex 25:40).

7:44-50 Afin de contrecarrer la fausse accusation selon laquelle il aurait blasphémé contre le temple (#Ac 6:13-14), Etienne relate son histoire afin de mettre en évidence le respect qu’il a à l’égard de ce lieu sacré.

 

45  Et nos pères, l’ayant reçu, l’introduisirent, sous la conduite de Josué, dans le pays qui était possédé par les nations que Dieu chassa devant eux, et il y resta jusqu’aux jours de David.

46  David trouva grâce devant Dieu, et demanda d’élever une demeure pour le Dieu de Jacob ;

47  et ce fut Salomon qui lui bâtit une maison.

48  Mais le Très-Haut n’habite pas dans ce qui est fait de main d’homme, comme dit le prophète:

le Très-Haut. Un titre de Dieu fréquemment employé dans l’A.T. (cf. #Ge 14:18-20, #Ge 14: 22 ; #No 24: 16 ; #De 32:8 ; #2S 22: 14 ; #Ps 7:17 ; #Ps 9:3 ; #Ps 18: 14 ; #Ps 21: 8 ; #Ps 73:11 ; #Ps 87:5 ; #Ps 91:1 ; #Ps 107:11 ; #Esa 14: 14 ; #La 3:35, #La 3:38 ; #Da 4:17, #Da 4:24-25, #Da 4:32, #Da 4:34 ; #Da 7:25).

 

49  Le ciel est mon trône, Et la terre mon marchepied. Quelle maison me bâtirez-vous, dit le Seigneur, Ou quel sera le lieu de mon repos ?

7:49-50 Citation d’#Esa 66:1-2. Etienne désire faire comprendre à son auditoire que Dieu est plus grand que le temple et que les chefs religieux juifs se rendent coupables de blasphème en le confinant dans cet édifice.

 

50  N’est-ce pas ma main qui a fait toutes ces choses ? … 

51 ¶  Hommes au cou raide, incirconcis de cœur et d’oreilles ! Vous vous opposez toujours au Saint-Esprit. Ce que vos pères ont été, vous l’êtes aussi.

au cou raide. C’est-à-dire obstinés, comme leurs ancêtres (#Ex 32:9 ; #Ex 33:5).

incirconcis de cœur et d’oreilles! Aussi impurs devant Dieu que les non-Juifs incirconcis.

vous vous opposez …  au Saint-Esprit. En rejetant les messagers de l’Esprit et leur message. Cf. le discours de Jésus en #Mt 23:13-39.

7:51-53 Le point culminant du sermon d’Etienne, qui condamne les chefs religieux juifs pour avoir rejeté Dieu de la même manière que leurs ancêtres l’ont fait dans l’A.T.

 

52  Lequel des prophètes vos pères n’ont-ils pas persécuté ? Ils ont tué ceux qui annonçaient d’avance la venue du Juste, que vous avez livré maintenant, et dont vous avez été les meurtriers,

 

53  vous qui avez reçu la loi d’après des commandements d’anges, et qui ne l’avez point gardée ! … 

la loi d’après des commandements d’anges. voir #De 33:2 ; #Ga 3:19 ; #Hé 2:2. L’Écriture ne définit pas avec précision leur rôle dans la dispensation de la loi, mais elle mentionne clairement leur présence.

 

54 ¶  En entendant ces paroles, ils étaient furieux dans leur cœur, et ils grinçaient des dents contre lui.

ils grinçaient des dents. De colère et de frustration (cf. #Ps 35:16 ; #Ps 37:12 ; #Mt 8:11-12 ; #Mt 13:41-42, #Mt 13: 50 ; #Mt 22: 13 ; #Mt 24: 51 ; #Mt 25: 30 ; #Lu 13: 28).

 

55  Mais Etienne, rempli du Saint-Esprit, et fixant les regards vers le ciel, vit la gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu.

la gloire de Dieu. Esaïe (#Esa 6:1-3), Ézéchiel (#Ez 1:26-28), Paul (#2Co 12:2-4) et Jean (#Ap 1:10) reçurent eux aussi des visions de la gloire de Dieu au ciel.

à la droite de Dieu. Jésus est fréquemment présenté ainsi (#Ac 2:34 ; cf. #Mt 22: 44 ; #Mt 26:64 ; #Lu 22: 69 ; #Ep 1:20 ; #Col 3:1 ; #Hé 1:3 ; #Hé 8:1 ; #Hé 10:11-12 ; #Hé 12:2).

 

56  Et il dit : Voici, je vois les cieux ouverts, et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu.

57  Ils poussèrent alors de grands cris, en se bouchant les oreilles, et ils se précipitèrent tous ensemble sur lui,

58  le traînèrent hors de la ville, et le lapidèrent. Les témoins déposèrent leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme nommé Saul.

déposèrent leurs vêtements …  Saul. C’est la première apparition de Paul dans l’Écriture. Le fait qu’il se trouvait suffisamment proche de l’action pour pouvoir garder les habits des bourreaux d’Etienne démontre son engagement personnel dans cette affaire sordide

 

59  Et ils lapidaient Etienne, qui priait et disait : Seigneur Jésus, reçois mon esprit !

lapidaient. C’était le châtiment prescrit par la loi pour les blasphémateurs (#Lé 24: 16); dans ce cas, cependant, il ne s’agissait pas d’une exécution formelle, mais plutôt d’un acte de violence de la foule.

 

60  Puis, s’étant mis à genoux, il s’écria d’une voix forte : Seigneur, ne leur impute pas ce péché ! Et, après ces paroles, il s’endormit.

ne leur impute pas ce péché. Comme Jésus avant lui (#Lu 23: 34), Etienne pria que Dieu pardonne à ses meurtriers.

il s’endormit. Un euphémisme habituel du N.T. pour parler de la mort des croyants (cf. #Jn 11:11-14 ; #1Co 11:30 ; #1Co 15: 20, #1Co 15: 51 ; #1Th 4:14 ; #1Th 5:10).

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/