JOUR 52 DE 65 NOUVEAU TESTAMENT

27/02/2018 00:47

JOUR 52 DE 65 NOUVEAU TESTAMENT

TITE 1 - 2 - 3 + INTRODUCTION

 

INTRO

INTRODUCTION À L’ÉPÎTRE À TITE
(1 Ti 3:15. 1 Pi 2:15.)
L’Épître à Tite fait partie, avec les deux précédentes, du groupe des pastorales, et partage donc avec elles certaines caractéristiques (voir l’introduction à 1 Timothée): il s’agit principalement d’instructions sur la direction des communautés ecclésiales. Voici la structure de cette épître:
 
1. Adresse et salutations 1:1-40
2. Mission d’organiser l’Église de Crète: des anciens pour la lutte contre les faussaires 1:5-16
3. Exhortation des fidèles toutes catégories confondues; être exemple dans la communauté 2:1–3:11
4. Recommandations particulières et salutations 3:12-15
 
Tite est d’origine inconnue. Selon Gal 2:3, il serait né païen et grec. Devenu chrétien, il ne fut pas contraint de se faire circoncire. Tite n’est pas nommé dans le livre des Actes des Apôtres. Ce que nous savons de lui se trouve uniquement dans les épîtres.
L’objet de la lettre est donné en 1:5ss en ces termes: «Je t’ai laissé en Crète afin que tu mettes en ordre ce qui reste à régler, et que, selon mes instructions, tu établisses des anciens dans chaque ville…» L’auteur lui précise ainsi sa mission. C’est donc pour cette raison fondamentale qu’il lui adresse des encouragements pour s’assurer que les choses se passent comme voulu.
L’originalité du message de l’auteur apparaît précisément dans cette mission. Bien que Tite et Timothée soient appelés à exercer le même ministère, il incombe à Tite une tâche bien déterminée.
Même si le message de Tite reprend les sujets déjà traités dans 1 Timothée, on notera que les communautés tout comme les chrétiens sont différents. En effet dans la communauté crétoise il y a des incirconcis et des rebelles. L’auteur en avertit Tite: «L’un d’entre eux, leur propre prophète, a dit: Crétois toujours menteurs, méchantes bêtes, ventres paresseux… C’est pourquoi reprends-les sévèrement, afin qu’ils aient une foi saine…» (Tite 1:12-13).
Tite est lui aussi un fils spirituel de l’auteur comme Timothée, cela depuis leur entrevue dont parle Gal 2:1. Cependant cette épître semble moins personnelle que celles à Timothée. Elle est toutefois ornée de quelques passages particulièrement riches et denses. Elle comporte une introduction théologique, un rappel de la mission d’installation d’anciens chargés de contrecarrer les contradictions, et un résumé des exhortations aux fidèles.
 
TITE 1
Adresse et salutation
V. 1-4: cf. 1 Ti 1:1, 2. 2 Pi 1:1-4.
1Paul, serviteur de Dieu, et apôtre de Jésus-Christ pour la foi des élus de Dieu et la connaissance de la vérité qui est selon la piété, 2lesquelles reposent sur l’espérance de la vie éternelle, promise dès les plus anciens temps par le Dieu qui ne ment point, 3et qui a manifesté sa parole en son temps par la prédication qui m’a été confiée d’après l’ordre de Dieu notre Sauveur, 4à Tite, mon enfant légitime en notre commune foi: que la grâce et la paix te soient données de la part de Dieu le Père et de Jésus-Christ notre Sauveur!
Tite chargé d’organiser l’Église de Crète, d’établir des conducteurs fidèles, et de lutter contre ceux qui enseignent de fausses doctrines
V. 5-9: cf. 1 Ti 3:1-7. 1 Pi 5:1-4.
5Je t’ai laissé en Crète, afin que tu mettes en ordre ce qui reste à régler, et que, selon mes instructions, tu établisses des anciens dans chaque ville, 6s’il s’y trouve quelque homme irréprochable, mari d’une seule femme, ayant des enfants fidèles, qui ne soient ni accusés de débauche ni rebelles. 7Car il faut que l’évêque soit irréprochable, comme économe de Dieu; qu’il ne soit ni arrogant, ni colère, ni adonné au vin, ni violent, ni porté à un gain déshonnête; 8mais qu’il soit hospitalier, ami des gens de bien, modéré, juste, saint, tempérant, 9attaché à la vraie parole telle qu’elle a été enseignée, afin d’être capable d’exhorter selon la saine doctrine et de réfuter les contradicteurs.
V. 10-16: cf. Ro 16:17, 18. 1 Ti 1:3-7. 2 Ti 2:16-18, 23-26; 3:5-9.
10 Il y a, en effet, surtout parmi les circoncis, beaucoup de gens rebelles, de vains discoureurs et de séducteurs, 11auxquels il faut fermer la bouche. Ils bouleversent des familles entières, enseignant pour un gain honteux ce qu’on ne doit pas enseigner. 12L’un d’entre eux, leur propre prophète, a dit: Crétois toujours menteurs, méchantes bêtes, ventres paresseux. 13Ce témoignage est vrai. C’est pourquoi reprends-les sévèrement, afin qu’ils aient une foi saine, 14et qu’ils ne s’attachent pas à des fables judaïques et à des commandements d’hommes qui se détournent de la vérité. 15Tout est pur pour ceux qui sont purs; mais rien n’est pur pour ceux qui sont souillés et incrédules, leur intelligence et leur conscience sont souillées. 16Ils font profession de connaître Dieu, mais ils le renient par leurs œuvres, étant abominables, rebelles, et incapables d’aucune bonne œuvre.
 
TITE 2
Comment Tite doit exhorter les vieillards, les femmes, les jeunes hommes, les serviteurs, et quel exemple il doit donner lui-même
V. 1-10: cf. (1 Ti 2:9-15. 1 Pi 3:1-6.) Ps 119:9. (Ép 6:5-8. 1 Pi 2:18-20.)
1Pour toi, dis les choses qui sont conformes à la saine doctrine. 2Dis que les vieillards doivent être sobres, honnêtes, modérés, sains dans la foi, dans la charité, dans la patience. 3Dis que les femmes âgées doivent aussi avoir l’extérieur qui convient à la sainteté, n’être ni médisantes, ni adonnées au vin; qu’elles doivent donner de bonnes instructions, 4dans le but d’apprendre aux jeunes femmes à aimer leurs maris et leurs enfants, 5à être retenues, chastes, occupées aux soins domestiques, bonnes, soumises à leurs maris, afin que la parole de Dieu ne soit pas blasphémée. 6Exhorte de même les jeunes gens à être modérés, 7te montrant toi-même à tous égards un modèle de bonnes œuvres, et donnant un enseignement pur, digne, 8une parole saine, irréprochable, afin que l’adversaire soit confus, n’ayant aucun mal à dire de nous. 9Exhorte les serviteurs à être soumis à leurs maîtres, à leur plaire en toutes choses, à n’être point contredisants, 10à ne rien dérober, mais à montrer toujours une parfaite fidélité, afin de faire honorer en tout la doctrine de Dieu notre Sauveur.
La grâce de Dieu manifestée: ce qu’elle enseigne, et ce que Tite doit enseigner
V. 11-15: cf. 1 Pi 1:10-21. (Ro 12:1, 2. 1 Co 6:20. 1 Jn 3:1-3.)
11Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. 12Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété, 13en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ, 14qui s’est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes œuvres. 15Dis ces choses, exhorte, et reprends, avec une pleine autorité. Que personne ne te méprise.
 
TITE 3
V. 1-11: cf. 1 Pi 2:13-16. (Ép 2:1-10. Tit 2:11-15.) Ro 16:17, 18.
1 Rappelle-leur d’être soumis aux magistrats et aux autorités, d’obéir, d’être prêts à toute bonne œuvre, 2de ne médire de personne, d’être pacifiques, modérés, pleins de douceur envers tous les hommes. 3Car nous aussi, nous étions autrefois insensés, désobéissants, égarés, asservis à toute espèce de convoitises et de voluptés, vivant dans la méchanceté et dans l’envie, dignes d’être haïs, et nous haïssant les uns les autres. 4Mais, lorsque la bonté de Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes ont été manifestés, 5il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit, 6qu’il a répandu sur nous avec abondance par Jésus-Christ notre Sauveur, 7afin que, justifiés par sa grâce, nous devenions, en espérance, héritiers de la vie éternelle. 8Cette parole est certaine, et je veux que tu affirmes ces choses, afin que ceux qui ont cru en Dieu s’appliquent à pratiquer de bonnes œuvres. Voilà ce qui est bon et utile aux hommes. 9Mais évite les discussions folles, les généalogies, les querelles, les disputes relatives à la loi; car elles sont inutiles et vaines. 10Éloigne de toi, après un premier et un second avertissement, celui qui provoque des divisions, 11sachant qu’un homme de cette espèce est perverti, et qu’il pèche, en se condamnant lui-même.
Recommandations particulières. Salutations
V. 12-15: cf. Jn 15:8. 1 Co 16:20-24.
12Lorsque je t’enverrai Artémas ou Tychique, hâte-toi de venir me rejoindre à Nicopolis; car c’est là que j’ai résolu de passer l’hiver. 13Aie soin de pourvoir au voyage de Zénas, le docteur de la loi, et d’Apollos, en sorte que rien ne leur manque. 14Il faut que les nôtres aussi apprennent à pratiquer de bonnes œuvres pour subvenir aux besoins pressants, afin qu’ils ne soient pas sans produire des fruits. 15Tous ceux qui sont avec moi te saluent. Salue ceux qui nous aiment dans la foi. Que la grâce soit avec vous tous!
 

PHILÉMON 1 + INTRODUCTION

 

INTRO

INTRODUCTION À L’ÉPÎTRE À PHILÉMON
(2 Co 8:21. Col 3:17.) (1 Th 2:7.)
Comme celles à Timothée et à Tite, l’épître à Philémon est adressée à un individu à titre personnel. Elle est par ailleurs la dernière de la liste de celles attribuées à Paul. Il s’agit d’un billet d’un seul chapitre. Elle s’adresse en premier à Philémon. Mais Paul entend toucher à travers lui la sœur Apphia, Archippe et toute l’Église qui se réunit dans sa maison (1-3). En voici la structure:
 
1. Adresse et salutations 1-3
2. Action de grâces au sujet de la foi et de la charité de Philémon 4-7
3. Intercession de Paul pour l’esclave Onésime 8-21
4. Communication personnelle et salutations finales 22-25
 
L’information qui se dégage des trois premiers versets amène à comprendre que Philémon est un chrétien de Colosses, qu’il serait un personnage aisé qui avait mis sa maison à la disposition des réunions de l’Église. La sœur Apphia serait sa propre femme, et Archippe, son fils.
Après quelques mots d’action de grâce pour la foi et la charité ambiante, Paul aborde le sujet qui le préoccupe, à savoir son intervention pour l’esclave de Philémon: Onésime.
Celui-ci s’était rendu coupable en fuyant de chez son maître. Opportunément, il se retrouva en prison avec l’apôtre Paul qui réussit à le convertir à la foi chrétienne. Désormais les rapports d’Onésime avec Philémon étaient ceux d’un esclave chrétien à un maître chrétien. C’est pourquoi, lorsque Onésime bénéficia de la liberté, l’apôtre Paul le recommanda à Philémon. Paul invita alors Philémon à trouver désormais en Onésime, non plus un esclave coupable de délit de fuite, mais un frère en Jésus-Christ qu’il convenait de recevoir avec bienveillance.
Le billet à Philémon traite donc des bonnes relations qui doivent exister entre les serviteurs et leurs maîtres, surtout lorsque ceux-ci sont l’un et l’autre chrétiens.
L’auteur résume le message de cette épître en ces termes: «Je te prie pour mon enfant, que j’ai engendré étant dans les chaînes, Onésime, qui autrefois t’a été inutile, mais qui maintenant est utile et à toi et à moi. Je te le renvoie lui, mes propres entrailles… Peut-être a-t-il été séparé de toi pour un temps, afin que tu le recouvres pour l’éternité, non plus comme un esclave, mais comme un frère bien-aimé… Si donc tu me tiens pour ton ami, reçois-le comme moi-même…» (voir 10-17).
Ce court billet de 25 versets fut probablement composé au même moment, et sans doute dans les mêmes circonstances, que les épîtres aux Colossiens, aux Éphésiens et aux Philippiens, avec lesquelles il forme les épîtres dites de la captivité, dans lesquelles l’auteur mentionne chaque fois qu’il se trouve dans les chaînes (Phm 9; Col 4:3; Éph 3:1; Phil 1:7).
Onésime et Paul se sont retrouvés en prison, l’un comme malfrat, l’autre comme apôtre de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. Sortis de prison, Onésime s’était réfugié chez Paul, comptant sur la protection de son autorité spirituelle. L’opportunité fut concluante puisque l’apôtre Paul tente un arrangement à l’amiable de la situation d’Onésime. Il renvoie le malfrat converti auprès de son maître en compagnie de Tychique, tous deux porteurs de cette courte mais magnifique correspondance destinée à régler un conflit.
 
PHILÉMON 1
Adresse et salutation
V. 1-3: cf. Col 1:1, 2. 3 Jn 1.
1Paul, prisonnier de Jésus-Christ, et le frère Timothée, à Philémon, notre bien-aimé et notre compagnon d’œuvre, 2à la sœur Apphia, à Archippe, notre compagnon de combat, et à l’Église qui est dans ta maison: 3que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ!
Actions de grâces au sujet de la foi et de la charité de Philémon
V. 4-7: cf. Col 1:3-8. 2 Ti 1:3-5. 3 Jn 2-6.
4 Je rends continuellement grâces à mon Dieu, faisant mention de toi dans mes prières, 5parce que je suis informé de la foi que tu as au Seigneur Jésus et de ta charité pour tous les saints. 6Je lui demande que ta participation à la foi soit efficace pour la cause de Christ, en faisant reconnaître en nous toute espèce de bien. 7J’ai, en effet, éprouvé beaucoup de joie et de consolation au sujet de ta charité; car par toi, frère, le cœur des saints a été tranquillisé.
Intercession de Paul pour l’esclave Onésime, qui s’était enfui de chez Philémon son maître
V. 8-21: cf. (Col 4:7-9. 1 Co 4:15.) (1 Co 13:4-7. Ga 6:9, 10.)
8C’est pourquoi, bien que j’aie en Christ toute liberté de te prescrire ce qui est convenable, 9c’est de préférence au nom de la charité que je t’adresse une prière, étant ce que je suis, Paul, vieillard, et de plus maintenant prisonnier de Jésus-Christ. 10Je te prie pour mon enfant, que j’ai engendré étant dans les chaînes, Onésime, 11qui autrefois t’a été inutile, mais qui maintenant est utile, et à toi et à moi. 12Je te le renvoie lui, mes propres entrailles. 13J’aurais désiré le retenir auprès de moi, pour qu’il me servît à ta place, pendant que je suis dans les chaînes pour l’Évangile. 14Toutefois, je n’ai rien voulu faire sans ton avis, afin que ton bienfait ne soit pas comme forcé, mais qu’il soit volontaire. 15Peut-être a-t-il été séparé de toi pour un temps, afin que tu le recouvres pour l’éternité, 16non plus comme un esclave, mais comme supérieur à un esclave, comme un frère bien-aimé, de moi particulièrement, et de toi à plus forte raison, soit dans la chair, soit dans le Seigneur. 17Si donc tu me tiens pour ton ami, reçois-le comme moi-même. 18Et s’il t’a fait quelque tort, ou s’il te doit quelque chose, mets-le sur mon compte. 19Moi Paul, je l’écris de ma propre main, je paierai, pour ne pas te dire que tu te dois toi-même à moi. 20Oui, frère, que j’obtienne de toi cet avantage, dans le Seigneur; tranquillise mon cœur en Christ. 21C’est en comptant sur ton obéissance que je t’écris, sachant que tu feras même au-delà de ce que je dis.
Communication personnelle. Salutation
V. 22-25: cf. Col 4:10-18.
22En même temps, prépare-moi un logement, car j’espère vous être rendu, grâce à vos prières. 23Épaphras, mon compagnon de captivité en Jésus-Christ, 24te salue, ainsi que Marc, Aristarque, Démas, Luc, mes compagnons d’œuvre. 25Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec votre esprit!
.
 

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/