JOUR 55 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

06/10/2018 00:10

JOUR 55 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

 

ACTES 20 ET 21

 

ACTES 20 * 1 à 38

 

1 ¶  Lorsque le tumulte eut cessé, Paul réunit les disciples, et, après les avoir exhortés, prit congé d’eux, et partit pour aller en Macédoine.

partit. Paul poursuivit son voyage vers Jérusalem en passant par la Grèce.

Macédoine. Une région située en Grèce continentale, au-delà de la mer Égée. Les villes de Philippes et de Thessalonique se trouvaient dans cette région. Le fait de se rendre dans cette province était hautement significatif: il s’agissait en effet de faire passer l’Évangile d’Asie Mineure en Europe.

 

2  Il parcourut cette contrée, en adressant aux disciples de nombreuses exhortations. (20-3) Puis il se rendit en Grèce,

cette contrée. C’est-à-dire la Macédoine et l’Achaïe Situées en Grèce continentale, ces provinces se trouvaient dans une direction opposée à celle de Jérusalem. Cependant, Paul fit ce détour dans le but de récolter une offrande destinée aux nécessiteux de l’Église de Jérusalem (#Ro 15:25-27 ; #1Co 16:1-4 ; #2Co 8:1-9:2).

 

3  où il séjourna trois mois. Il était sur le point de s’embarquer pour la Syrie, quand les Juifs lui dressèrent des embûches. Alors il se décida à reprendre la route de la Macédoine.

trois mois. La majeure partie de ce temps fut passée à Corinthe.

les Juifs lui dressèrent des embûches. Voir #Ac 9:20, #Ac 9:23 ; #Ac 13: 45 ; #Ac 14: 2, #Ac 14: 19 ; #Ac 17:5-9, #Ac 17: 13 ; #Ac 18: 6, #Ac 18:12-13 ; #Ac 19: 9 ; #Ac 21:27-36 ; #Ac 23:12-15. Il est navrant de constater que la quasi-totalité de l’opposition qui s’éleva contre Paul et son ministère fut déclenchée par ses compatriotes (cf. #2Co 11:26). La communauté juive de Corinthe ne pouvait pardonner à Paul la défaite humiliante qu’elle avait subie devant Gallion (#Ac 18:12-17) et le haïssait encore plus à cause de la conversion spectaculaire de Crispus (#Ac 18: 8) et de Sosthène (#Ac 18: 17 ; #1Co 1:1), qui comptaient parmi ses responsables les plus importants. Luc ne mentionne pas les détails du complot des Juifs, mais il est évident que leur stratagème incluait l’assassinat de Paul durant son voyage vers Jérusalem. L’apôtre aurait fait une cible facile, sur un petit bateau bondé de pèlerins juifs. En raison de ce danger, Paul annula son plan de partir en bateau pour la Syrie depuis la Grèce. Il décida plutôt d’aller vers le nord en Macédoine, de traverser la mer Égée pour se rendre en Asie Mineure, d’où il prendrait le bateau. Ce retard l’empêchait d’arriver à Jérusalem pour la Pâque, mais il se dépêcha pour y être à la Pentecôte (v. #Ac 20: 16).

 

4  Il avait pour l’accompagner jusqu’en Asie : Sopater de Bérée, fils de Pyrrhus, Aristarque et Second de Thessalonique, Gaïus de Derbe, Timothée, ainsi que Tychique et Trophime, originaires d’Asie.

Sopater de Bérée …  Trophime …  d’Asie. Les compagnons de voyage de Paul venaient des diverses régions où il avait exercé son ministère. Ces hommes étaient probablement les représentants officiels de leur Église locale, choisis pour accompagner Paul lors de la remise des offrandes à l’Église de Jérusalem ; cf. #1Co 16:3-4).

 

5  Ceux-ci prirent les devants, et nous attendirent à Troas.

nous. Le pronom à la première personne du pluriel révèle que Luc rejoignit Paul à Philippes (v. #Ac 20: 6). En tant que non-Juif, il put continuer d’y exercer son ministère après le départ forcé de Paul et de Silas (#Ac 16: 20, #Ac 16:39-40). Ce v. introduit le deuxième de trois passages en « nous » dans lesquels Luc est le compagnon de voyage de Paul.

Troas. Le nord-ouest de la province d’Asie Mineure.

 

6  Pour nous, après les jours des pains sans levain, nous nous embarquâmes à Philippes, et, au bout de cinq jours, nous les rejoignîmes à Troas, où nous passâmes sept jours.

jours des pains sans levain. La Pâque (#Ex 12:17).

à Philippes. Paul, accompagné de Luc et peut-être de Tite, traversa la mer Égée depuis Philippes en direction de Troas. Cette traversée dura cinq jours, en raison de vents défavorables. Un voyage précédent entre Troas et Néapolis (le port de Philippes) leur avait pris deux jours (#Ac 16: 11). À Troas, ils rejoignirent le reste du groupe.

 

7 ¶  Le premier jour de la semaine, nous étions réunis pour rompre le pain. Paul, qui devait partir le lendemain, s’entretenait avec les disciples, et il prolongea son discours jusqu’à minuit.

Le premier jour de la semaine. Le dimanche, le jour où l’Église se réunissait pour célébrer le culte, en mémoire de la résurrection de Christ. Cf. #Mt 28:1 ; #Mr 16: 2, #Mr 16: 9 ; #Lu 24: 1 ; #Jn 20: 1, #Jn 20: 19 ; #1Co 16: 2. Les écrits des Pères de l’Église confirment que l’Église continua de se réunir le dimanche après la fin de la période néotestamentaire. L’Écriture n’exige pas que les chrétiens observent le sabbat:

1° le sabbat était le signe de l’alliance mosaïque (#Ex 31:16-17 ; #Né 9:14 ; #Ez 20: 12) et les chrétiens sont maintenant sous la nouvelle alliance (#2Co 3 ; #Hé 8);

2° il n’existe aucun commandement du N.T. concernant le respect du sabbat;

3° le commandement du sabbat n’avait été donné qu’au temps de Moïse (#Ex 20: 8);

4° le concile de Jérusalem (ch. #Ac 15) ne donna aux non-Juifs aucune injonction de respecter ce jour;

5° Paul ne mit jamais les chrétiens en garde contre la violation du sabbat;

6° le N.T. enseigne explicitement que le respect du sabbat n’est pas une obligation.

rompre le pain. Un repas associé à la cène (#1Co 11:20-22).

 

8  Il y avait beaucoup de lampes dans la chambre haute où nous étions assemblés.

lampes. La fumée dégagée par ces lampes à huile permet de comprendre pourquoi Eutychus s’assoupit (v. #Ac 20: 9).

chambre haute. L’Église primitive se réunissait dans des maisons (#Ro 16: 5 ; #1Co 16: 19 ; #Col 4:15 ; #Phm 2); les premiers bâtiments réservés au culte chrétien datent du IIIe siècle.

 

9  Or, un jeune homme nommé Eutychus, qui était assis sur la fenêtre, s’endormit profondément pendant le long discours de Paul ; entraîné par le sommeil, il tomba du troisième étage en bas, et il fut relevé mort.

jeune homme. Le mot grec suggère qu’il avait entre 7 et 14 ans. Sa jeunesse, les émanations des lampes et l’heure tardive (v. #Ac 20: 7) eurent raison, petit à petit, de sa résistance. Il finit par s’endormir, tomba par la fenêtre et mourut sur le coup.

 

10  Mais Paul, étant descendu, se pencha sur lui et le prit dans ses bras, en disant : Ne vous troublez pas, car son âme est en lui.

son âme est en lui. Cela ne signifie pas qu’il n’était pas mort, mais que la vie lui était rendue. En tant que médecin, Luc savait bien reconnaître si quelqu’un était mort, et il l’affirme clairement (v. #Ac 20: 9) à propos d’Eutychus.

 

11  Quand il fut remonté, il rompit le pain et mangea, et il parla longtemps encore jusqu’au jour. Après quoi il partit.

12  Le jeune homme fut ramené vivant, et ce fut le sujet d’une grande consolation.

13 ¶  Pour nous, nous précédâmes Paul sur le navire, et nous fîmes voile pour Assos, où nous étions convenus de le reprendre, parce qu’il devait faire la route à pied.

Assos. Ville située à environ 30 km au sud de Troas, de l’autre côté de l’isthme d’une petite péninsule.

à pied. Comme le bateau devait contourner la péninsule, il devancerait Paul de peu. Il est probable que l’apôtre décida de faire la route à pied afin de pouvoir continuer d’enseigner les croyants de Troas qui l’accompagnaient.

 

14  Lorsqu’il nous eut rejoints à Assos, nous le prîmes à bord, et nous allâmes à Mytilène.

Mytilène. La capitale de l’île de Lesbos, au sud d’Assos.

 

15  De là, continuant par mer, nous arrivâmes le lendemain vis-à-vis de Chios. Le jour suivant, nous cinglâmes vers Samos, et le jour d’après nous vînmes à Milet.

Chios. Ile au large de la côte de l’Asie Mineure, au sud de Lesbos. Chios était la ville natale du poète grec Homère.

Samos. Ile au large de la côte d’Ephese. Le célèbre mathématicien Pythagore y naquit. Certains manuscrits ajoutent que le bateau fit étape à Trogylle, à la fois ville et promontoire entre Samos et Milet.

Milet. Ville d’Asie Mineure, à environ 50 km au sud d’Ephese.

 

16  Paul avait résolu de passer devant Ephese sans s’y arrêter, afin de ne pas perdre de temps en Asie ; car il se hâtait pour se trouver, si cela lui était possible, à Jérusalem le jour de la Pentecôte.

résolu de passer devant Ephese. Paul essayait toujours d’arriver à Jérusalem avant la Pentecôte (50 jours après la Pâque), c’est pourquoi il décida que les anciens (pasteurs, responsables) de l’Église d’Ephese le rencontreraient à Milet.

 

17 ¶  Cependant, de Milet Paul envoya chercher à Ephese les anciens de l’Église.

18  Lorsqu’ils furent arrivés vers lui, il leur dit : Vous savez de quelle manière, depuis le premier jour où je suis entré en Asie, je me suis sans cesse conduit avec vous,

19  servant le Seigneur en toute humilité, avec larmes, et au milieu des épreuves que me suscitaient les embûches des Juifs.

avec larmes. Les larmes de Paul avaient plusieurs raisons:

1° le sort de ceux qui ne connaissaient pas Christ (cf. #Ro 9:2-3);

2° les luttes des croyants immatures (#2Co 2:4);

3° la menace des faux docteurs (vv. #Ac 20:29-30).

embûches des Juifs. Voir #2Co 11:24, #2Co 11:26. Par un retournement de situation, les intrigues des Juifs de Corinthe permirent aux anciens d’Ephese de passer du temps avec Paul.

 

20  Vous savez que je n’ai rien caché de ce qui vous était utile, et que je n’ai pas craint de vous prêcher et de vous enseigner publiquement et dans les maisons,

publiquement et dans les maisons. Paul enseigna dans la synagogue (#Ac 19: 8) et à l’école de Tyrannus (#Ac 19: 10). Il consolida cet enseignement public par des instructions pratiques données en privé à des individus ou des familles.

 

21  annonçant aux Juifs et aux Grecs la repentance envers Dieu et la foi en notre Seigneur Jésus-Christ.

repentance. Un élément essentiel de l’Évangile;  cf. #Ac 26:20 ; #Mt 4:17 ; #Lu 3:8 ; #Lu 5:32 ; #Lu 24: 47).

 

22  Et maintenant voici, lié par l’Esprit, je vais à Jérusalem, ne sachant pas ce qui m’y arrivera ;

lié par l’Esprit. Ou « contraint par mon esprit ». Le profond sens du devoir qu’éprouvait Paul envers le Maître qui l’avait racheté et appelé au service l’encourageait à poursuivre sa route, en dépit de la menace de dangers et de difficultés (v. #Ac 20: 23).

 

23  seulement, de ville en ville, l’Esprit-Saint m’avertit que des liens et des tribulations m’attendent.

l’Esprit-Saint m’avertit. Paul savait qu’il serait persécuté à Jérusalem (cf. #Ro 15: 31), mais il ne connaissait pas les détails de son épreuve avant d’avoir entendu la prophétie d’Agabus (#Ac 21:10-11).

 

24  Mais je ne fais pour moi-même aucun cas de ma vie, comme si elle m’était précieuse, pourvu que j’accomplisse ma course avec joie, et le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus, d’annoncer la bonne nouvelle de la grâce de Dieu.

ma course …  le ministère …  reçu du Seigneur Jésus. Cf. #2Ti 4:7.

la bonne nouvelle de la grâce de Dieu. Une description adéquate, puisque c’est uniquement par grâce que l’on reçoit le salut (#Ep 2:8-9 ; #Tit 2:11).

 

25  Et maintenant voici, je sais que vous ne verrez plus mon visage, vous tous au milieu desquels j’ai passé en prêchant le royaume de Dieu.

vous ne verrez plus mon visage. Conscient de l’opposition violente qu’il rencontrerait à Jérusalem, Paul n’envisageait pas de revenir un jour en Asie Mineure. L’occasion de faire ce voyage se présenterait après sa première période d’emprisonnement par les Romains, mais il ne pouvait alors anticiper une telle éventualité.

royaume de Dieu. Cf. #Ac 8:12 ; #Ac 14: 22 ; #Ac 19: 8 ; #Ac 20: 25 ; #Ac 28:23, #Ac 28:31. Ici, cette expression renvoie au domaine du salut et désigne le règne divin sur le cœur des croyants;  cf. #Ac 17: 7 ; #Col 1:13-14 ; #Ap 11:15 ; #Ap 12:10). C’était le thème dominant dans tout le ministère terrestre de Christ (cf. #Mt 4:23 ; #Mt 9:35 ; #Mr 1:15 ; #Lu 4:43 ; #Lu 9:2 ; #Jn 3:3-21).

 

26  C’est pourquoi je vous déclare aujourd’hui que je suis pur du sang de vous tous,

pur du sang. Cf. #Ez 33:7-9 ; #Ja 3:1.

 

27  car je vous ai annoncé tout le conseil de Dieu, sans en rien cacher.

tout le conseil de Dieu. C’est-à-dire l’ensemble du plan de Dieu pour le salut de l’homme, dans sa totalité: les vérités divines concernant la création, l’élection, la rédemption, la justification, l’adoption, la conversion, la sanctification, la vie de sainteté et la glorification. Paul condamnait sévèrement ceux qui falsifiaient l’Écriture (#2Co 2:17 ; #2Ti 4:3-4 ; cf. #Ap 22:18-19).

 

28  Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Église du Seigneur, qu’il s’est acquise par son propre sang.

Prenez …  garde à vous-mêmes. Paul allait réitérer cet appel à veiller sur soi-même à Timothée, lorsque son jeune fils dans la foi servirait en tant que pasteur de l’assemblée d’Ephese (#1Ti 4:16 ; #2Ti 2:20-21).

évêques. Ce titre désignait la même fonction que celle de l’ancien ou du pasteur. Le terme grec episcopos, qui souligne la responsabilité des anciens dans la protection de l’assemblée sur laquelle ils doivent veiller, est tout à fait approprié dans le contexte d’un avertissement contre les faux docteurs. Un règlement qui amoindrirait l’autorité, au sens biblique, des anciens pour déboucher sur un processus démocratique d’inspiration culturelle est un phénomène étranger au N.T. (cf. #1Th 5:12-13 ; #Hé 13: 17).

par son propre sang. Paul était si fortement convaincu de l’unité entre Dieu le Père et le Seigneur Jésus-Christ qu’il pouvait parler de la mort de Christ comme du sang répandu de Dieu, lequel n’a pas de corps (#Jn 4:24 ; cf. #Lu 24: 39) et donc pas de sang.

20:28-30

Un avertissement judicieux dont la pertinence sera confirmée par les événements ultérieurs à Ephese (#1Ti 1:3-7, #1Ti 1:19-20 ; #1Ti 6:20-21 ; #Ap 2:2). De faux docteurs semaient déjà le trouble dans les Églises de Galatie (#Ga 1:6) et à Corinthe (#2Co 11:4).

 

29  Je sais qu’il s’introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n’épargneront pas le troupeau,

loups cruels. Empruntée à Jésus (#Mt 7:15 ; #Mt 10:16), cette métaphore souligne l’extrême danger que représentent les faux docteurs pour l’Église.

 

30  et qu’il s’élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux.

du milieu de vous. Les défections des croyants et en particulier des responsables de l’Église (#1Ti 1:20 ; #2Ti 1:15 ; #2Ti 2:17 ; cf. #Jude 3-4, #Jude 10-13) sont bien plus néfastes que les attaques de l’extérieur.

 

choses pernicieuses. Le mot grec signifie « tordu ». Les faux docteurs tordent la Parole de Dieu pour leurs propres objectifs mauvais (#Ac 13: 10 ; #2P 3:16).

 

31  Veillez donc, vous souvenant que, durant trois années, je n’ai cessé nuit et jour d’exhorter avec larmes chacun de vous.

trois années. La durée totale du ministère de Paul à Ephese, y compris les 2 ans où il avait enseigné à l’école de Tyrannus (#Ac 19: 10).

 

32  Et maintenant je vous recommande à Dieu et à la parole de sa grâce, à celui qui peut édifier et donner l’héritage avec tous les sanctifiés.

la parole de sa grâce. C’est-à-dire les Écritures, qui relatent les actes bienveillants de Dieu à l’égard de l’humanité.

édifier. La Bible est une source de croissance spirituelle (#1Th 2:13 ; #2Ti 3:16-17 ; #1Pi 2:2) pour tous les chrétiens. Et puisque l’Église est « la colonne et l’appui de la vérité » (#1Ti 3:15), ses dirigeants doivent être parfaitement imprégnés de cette vérité.

héritage. Pierre montre à ces chrétiens persécutés comment voir leur héritage éternel au-delà de leurs difficultés. Font partie de cet héritage céleste: la vie, la justice, la joie, la paix, la perfection, la présence de Dieu, la glorieuse intimité avec Christ, les récompenses et tout ce que Dieu a prévu (v. #1P 1:5 ; cf. #Mt 25:34 ; #Ac 26:18 ; #Ep 1:11 ; #Col 1:12 ; #Hé 9:15 ; aussi #Ps 16:5-6 ; #Ps 23 ; #Ps 26 ; #Ps 72 ; #La 3:24). D’après #Ep 1:13-14, la présence du Saint-Esprit en nous fait partie intégrante de cet héritage.

 

33  Je n’ai désiré ni l’argent, ni l’or, ni les vêtements de personne.

désiré. L’amour de l’argent est le trait distinctif des faux docteurs (cf. #Esa 56:11 ; #Jér 6:13 ; #Jér 8:10 ; #Mi 3:11 ; #Tit 1:11 ; #2P 2:3). Il était absent du ministère de Paul.

 

34  Vous savez vous-mêmes que ces mains ont pourvu à mes besoins et à ceux des personnes qui étaient avec moi.

ces mains ont pourvu à mes besoins. Paul avait le droit de vivre de son ministère (#1Co 9:3-14), et il accepta à plusieurs occasions un soutien financier (#2Co 11:8-9 ; #Ph 4:10-19). Pourtant, il travailla souvent pour subvenir à ses besoins afin d’« offrir gratuitement l’Évangile » (#1Co 9:18).

 

35  Je vous ai montré de toutes manières que c’est en travaillant ainsi qu’il faut soutenir les faibles, et se rappeler les paroles du Seigneur, qui a dit lui-même : Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir.

soutenir les faibles. Cf. #1Co 4:12 ; #1Th 2:9 ; #2Th 3:8-9.

les paroles du Seigneur. C’est la seule citation tirée du ministère terrestre de Jésus en dehors des Évangiles. La Bible ne contient pas la totalité des paroles et des œuvres de Jésus (#Jn 21: 25).

 

36 ¶  Après avoir ainsi parlé, il se mit à genoux, et il pria avec eux tous.

37  Et tous fondirent en larmes, et, se jetant au cou de Paul, (20-38) ils l’embrassaient,

se jetant au cou de Paul. Une manière biblique habituelle d’exprimer une grande émotion et une profonde affection (cf. #Ge 33:4 ; #Ge 45:14 ; #Ge 46:29).

 

38  affligés surtout de ce qu’il avait dit qu’ils ne verraient plus son visage. Et ils l’accompagnèrent jusqu’au navire.





ACTES 21 * 1 à 40


1 ¶  Nous nous embarquâmes, après nous être séparés d’eux, et nous allâmes directement à Cos, le lendemain à Rhodes, et de là à Patara.

séparés. Le verbe grec signifie littéralement « déchirés ». Il souligne une fois de plus la douleur causée par la séparation de Paul et des anciens d’Éphese (#Ac 20:37-38).

directement à Cos. La capitale de l’île du même nom.

Rhodes. Une île au sud-est de Cos, de même nom que sa capitale. Son port était dominé par la célèbre statue du colosse de Rhodes, l’une des sept merveilles de l’Antiquité.

Patara. Un port animé à l’extrême sud de l’Asie Mineure. Paul et ses compagnons venaient de dépasser la pointe sud-ouest de l’Asie Mineure. Chacun des ports dans lesquels ils s’arrêtèrent représente un jour de voyage, car on ne naviguait pas de nuit.

 

2  Et ayant trouvé un navire qui faisait la traversée vers la Phénicie, nous montâmes et partîmes.

un navire …  vers la Phénicie. Paul comprit qu’il n’arriverait pas à Jérusalem à temps pour la Pentecôte, s’il continuait de serrer la côte. Il décida alors de prendre le risque de traverser la Méditerranée jusqu’à Tyr (v. #Ac 21: 3). Le bateau sur lequel lui et ses amis embarquèrent était certainement bien plus grand que les petits voiliers côtiers qu’ils avaient empruntés jusque-là. Il devait être d’une taille comparable à celui qui emporterait plus tard l’apôtre vers Rome, sa dernière destination, et qui transportait 276 personnes (#Ac 27:37).

 

3  Quand nous fûmes en vue de l’île de Chypre, nous la laissâmes à gauche, poursuivant notre route du côté de la Syrie, et nous abordâmes à Tyr, où le bâtiment devait décharger sa cargaison.

Tyr. cf. #Jos 19: 29 ; #Mt 11:21. La traversée de la Méditerranée de Patara à Tyr durait normalement cinq jours.

 

4  Nous trouvâmes les disciples, et nous restâmes là sept jours. Les disciples, poussés par l’Esprit, disaient à Paul de ne pas monter à Jérusalem.

disciples. L’Église de Tyr avait été fondée par quelques-uns des chrétiens qui avaient fui Jérusalem après le martyre d’Etienne (#Ac 11:19), une persécution à laquelle Paul avait lui-même activement participé.

disaient à Paul de ne pas monter. Il n’est pas ici question d’un ordre du Saint-Esprit interdisant à Paul d’aller à Jérusalem; l’Esprit avait plutôt révélé aux croyants de Tyr que Paul aurait à souffrir à Jérusalem. Il est compréhensible qu’ils aient tenté de le dissuader d’y aller, tout comme ses amis le feraient bientôt (v. #Ac 21: 12). La mission de Paul à Jérusalem lui fut confiée par le Seigneur Jésus (#Ac 20: 24); l’Esprit ne lui aurait jamais donné l’ordre d’y renoncer.

 

5  Mais, lorsque nous fûmes au terme des sept jours, nous nous acheminâmes pour partir, et tous nous accompagnèrent avec leurs femmes et leurs enfants jusque hors de la ville. Nous nous mîmes à genoux sur le rivage, et nous priâmes.

6  Puis, ayant pris congé les uns des autres, nous montâmes sur le navire, et ils retournèrent chez eux.

7  Achevant notre navigation, nous allâmes de Tyr à Ptolémaïs, où nous saluâmes les frères, et passâmes un jour avec eux.

Ptolémaïs. Nommée Acco dans l’A.T. (#Jug 1:31) et située à environ 40 km au sud de Tyr.

 

8 ¶  Nous partîmes le lendemain, et nous arrivâmes à Césarée. Étant entrés dans la maison de Philippe l’évangéliste, qui était l’un des sept, nous logeâmes chez lui.

Césarée. Probablement la ville où Philippe et sa famille habitaient (#Ac 21: 9 )

Philippe l’évangéliste. Personne d’autre dans l’Écriture ne porte ce titre, même si Paul recommanda à Timothée de faire l’œuvre d’un évangéliste (#2Ti 4:5). Autrefois ennemis, Philippe et Paul étaient maintenant tous deux prédicateurs de l’Évangile de la grâce de Dieu.

des sept. Il ne s’agissait pas de diacres, dont la fonction allait être définie plus tard au sein de l’Église (#1Ti 3:8-13), malgré les similitudes entre certaines de leurs tâches. Etienne et Philippe (les seuls de ces sept à être mentionnés ailleurs dans l’Écriture) étaient de toute évidence des évangélistes, et non des diacres. Il semble par conséquent qu’on n’institua pas, à ce moment-là, le ministère permanent de diacre.

 

9  Il avait quatre filles vierges qui prophétisaient.

filles vierges. Leur virginité peut signifier qu’elles avaient été appelées par Dieu à un ministère particulier (cf. #1Co 7:34). Dans les premiers temps de l’Église, on considérait que ces femmes pouvaient communiquer des informations importantes.

prophétisaient. Luc ne révèle pas la nature de leurs prophéties. Il pouvait s’agir d’un ministère prophétique régulier ou bien d’une prophétie unique donnée à cette occasion. Étant donné que les femmes ne pouvaient enseigner dans l’Église (#1Co 14:34-36 ; #1Ti 2:11-12), peut-être s’adressaient-elles à des individus. À propos du rôle des prophètes dans le N.T.

 

10  Comme nous étions là depuis plusieurs jours, un prophète, nommé Agabus, descendit de Judée,

prophète, nommé Agabus. L’un des prophètes qui servaient à Jérusalem; des années plus tard, il jouerait un rôle important dans le ministère de Paul (#Ac 21:10-11).

de Judée. Géographiquement située en Judée, Césarée  le siège du gouvernement romain - était pourtant considérée par les Juifs comme une ville étrangère.

 

11  et vint nous trouver. Il prit la ceinture de Paul, se lia les pieds et les mains, et dit : Voici ce que déclare le Saint-Esprit : L’homme à qui appartient cette ceinture, les Juifs le lieront de la même manière à Jérusalem, et le livreront entre les mains des païens.

ceinture. Les prophètes de l’A.T. mimaient quelquefois leurs prophéties (cf. #1R 11:29-39 ; #Esa 20:2-6 ; #Jér 13:1-11 ; #Ez 4:1-5:2). L’acte d’Agabus illustrait la prochaine arrestation de Paul et son emprisonnement par les Romains.

mains des païens. Paul allait être faussement accusé par les Juifs (vv. #Ac 21:27-28), mais ce seraient les Romains qui l’arrêteraient et l’emprisonneraient (vv. #Ac 21:31-33).

 

12  Quand nous entendîmes cela, nous et ceux de l’endroit, nous priâmes Paul de ne pas monter à Jérusalem.

nous et ceux de l’endroit. Les amis de Paul (Luc et ceux qui voyageaient avec lui) et les chrétiens de Césarée.

 

13  Alors il répondit : Que faites-vous, en pleurant et en me brisant le cœur ? Je suis prêt, non seulement à être lié, mais encore à mourir à Jérusalem pour le nom du Seigneur Jésus.

pour le nom. Le baptême cf. #Ac 8:16 ; #Ac 10:48 ; #Ac 19: 5), la guérison (#Ac 3:6, #Ac 3:16 ; #Ac 4:10), les miracles et les prodiges (#Ac 4:30) et la prédication (#Ac 4:18 ; #Ac 5:40 ; #Ac 8:12) étaient tous effectués au nom du Seigneur Jésus. Son nom représente tout ce qu’il est.

 

14  Comme il ne se laissait pas persuader, nous n’insistâmes pas, et nous dîmes: Que la volonté du Seigneur se fasse !

Que la volonté du Seigneur se fasse. C’est l’expression d’une assurance confiante que la volonté de Dieu est toujours la meilleure (cf. #1S 3:18 ; #Mt 6:10 ; #Lu 22: 42 ; #Ja 4:13-15).

 

15 ¶  Après ces jours-là, nous fîmes nos préparatifs, et nous montâmes à Jérusalem.

montâmes à Jérusalem. La ville se trouvait sur un plateau, au sud-est de Césarée; c’est pourquoi les voyageurs devaient toujours monter pour s’y rendre (cf. #Ac 11:2 ; #Ac 15: 2 ; #Ac 18: 22 ; #Mr 10:32 ; #Lu 2:22 ; #Jn 2:13 ; #Ga 1:17-18).

 

16  Quelques disciples de Césarée vinrent aussi avec nous, et nous conduisirent chez un nommé Mnason, de l’île de Chypre, ancien disciple, chez qui nous devions loger.

Mnason. Son nom grec laisse à penser qu’il s’agissait d’un Juif helléniste. Si tel était le cas, il est possible que Paul et ses compagnons non juifs aient choisi de rester chez lui en raison de sa connaissance de la culture grecque. Il était ainsi mieux disposé à accueillir un groupe de païens que ne l’auraient été les Juifs d’Israël.

disciple de longue date. Il faisait peut-être partie de ceux qui furent sauvés le jour de la Pentecôte. Il put alors être une source d’information pour Luc.

 

17  Lorsque nous arrivâmes à Jérusalem, les frères nous reçurent avec joie.

arrivâmes à Jérusalem. Probablement à temps pour célébrer la Pentecôte, conformément au plan de Paul (#Ac 20: 16).

les frères nous reçurent avec joie. Certainement en raison de l’offrande tant attendue que Paul et ses compagnons leur remirent. Mais les croyants de Jérusalem se réjouissaient avant tout de la présence des convertis non juifs aux côtés de Paul: ils étaient la preuve tangible de l’œuvre de salut accomplie par Dieu dans le monde romain. Ce premier accueil informel put avoir lieu dans la maison de Mnason.

 

18  Le lendemain, Paul se rendit avec nous chez Jacques, et tous les anciens s’y réunirent.

Jacques. Le frère de Jésus et le responsable de l’Église de Jérusalem, et non le frère de Jean, qui avait été exécuté par Hérode (#Ac 12: 2).

tous les anciens. La mention des anciens indique que les apôtres, souvent absents à cause de leur ministère d’évangélisation, leur avaient confié la direction de l’Église de Jérusalem. Certains ont suggéré que les anciens étaient au nombre de 70, à l’instar des membres du sanhédrin. Compte tenu de la taille considérable de l’Église de Jérusalem, ils devaient être au moins aussi nombreux. Dieu avait décrété qu’après le départ des apôtres, l’Église devrait être dirigée par les anciens (cf. #Ac 14: 23 ; #Ac 20: 17 ; #1Ti 5:17 ; #Tit 1:5 ; #Ja 5:14 ; #1Pi 5:1, #1Pi 5:5).

 

19  Après les avoir salués, il raconta en détail ce que Dieu avait fait au milieu des païens par son ministère.

raconta en détail. Le rapport officiel de Paul sur son travail missionnaire ne contenait aucune généralité inutile; au contraire, l’apôtre relata des incidents précis de ses voyages (cf. #Ac 11:4). Comme à son habitude (cf. #Ac 14: 27 ; #Ac 15: 4, #Ac 15: 12), il rendit gloire à Dieu en reconnaissant que tout ce qu’il avait pu accomplir était le fruit de l’action divine.

 

20  Quand ils l’eurent entendu, ils glorifièrent Dieu. Puis ils lui dirent : Tu vois, frère, combien de milliers de Juifs ont cru, et tous sont zélés pour la loi.

zélés pour la loi. Certains croyants d’origine juive continuaient d’observer des aspects cérémoniels de la loi mosaïque. Contrairement aux judaïsants, ils ne considéraient cependant pas la loi comme un moyen de salut.

 

21  Or, ils ont appris que tu enseignes à tous les Juifs qui sont parmi les païens à renoncer à Moïse, leur disant de ne pas circoncire les enfants et de ne pas se conformer aux coutumes.

renoncer à Moïse. Les judaïsants répandaient de fausses informations selon lesquelles Paul enseignait aux croyants d’origine juive de rejeter leur héritage. Il est clair que lui-même n’avait pas abandonné les coutumes juives, puisqu’il avait fait circoncire Timothée (#Ac 16:1-3) et prononcé un vœu de naziréat (#Ac 18: 18).

 

22  Que faire donc ? Sans aucun doute la multitude se rassemblera, car on saura que tu es venu.

23  C’est pourquoi fais ce que nous allons te dire. Il y a parmi nous quatre hommes qui ont fait un vœu ;

fait un vœu. Un vœu de naziréat, qui symbolisait une totale consécration à Dieu.

 

24  prends-les avec toi, purifie-toi avec eux, et pourvois à leur dépense, afin qu’ils se rasent la tête. Et ainsi tous sauront que ce qu’ils ont entendu dire sur ton compte est faux, mais que toi aussi tu te conduis en observateur de la loi.

purifie-toi. Paul revenait d’un long séjour dans les régions païennes, c’est pourquoi il était considéré comme impur. Il lui fallait donc passer par un rituel de purification avant de participer (en tant que donateur) à la cérémonie qui marquait la fin du vœu des quatre hommes.

pourvois à leur dépense. Pour la cérémonie dans le temple durant laquelle les quatre hommes allaient se raser la tête et pour les sacrifices associés au vœu de naziréat. Le fait de payer pour un autre les frais de cette cérémonie était considéré comme un acte de piété. En acceptant cette charge, Paul prouverait, une fois de plus, qu’il n’avait pas rejeté son héritage juif.

se rasent la tête. Une pratique associée habituellement au vœu de naziréat (#No 6:18).

 

25  A l’égard des païens qui ont cru, nous avons décidé et nous leur avons écrit qu’ils eussent à s’abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffés, et de l’impudicité.

Jacques précisa que la requête qu’il adressait à Paul n’avait pas d’incidence sur la décision du concile de Jérusalem concernant les non-Juifs: cette dernière ne s’appliquait en effet pas à Paul, qui était juif.

 

26  Alors Paul prit ces hommes, se purifia, et entra le lendemain dans le temple avec eux, pour annoncer à quel jour la purification serait accomplie et l’offrande présentée pour chacun d’eux.

27 ¶  Sur la fin des sept jours, les Juifs d’Asie, ayant vu Paul dans le temple, soulevèrent toute la foule, et mirent la main sur lui,

sept jours. C’était la durée de la cérémonie de purification. Paul devait se présenter au temple les troisième et septième jours. L’incident décrit plus loin se produisit le dernier jour, alors que la cérémonie touchait à sa fin.

Juifs d’Asie. Ils venaient certainement d’Ephese, puisqu’ils reconnurent en Trophime un non-Juif (v. #Ac 21: 29). Ils étaient rassemblés à Jérusalem pour célébrer la Pentecôte.

 

28  en criant : Hommes Israélites, au secours ! Voici l’homme qui prêche partout et à tout le monde contre le peuple, contre la loi et contre ce lieu ; il a même introduit des Grecs dans le temple, et a profané ce saint lieu.

contre le peuple …  la loi et …  ce lieu. Les ennemis de Paul avancèrent trois fausses accusations contre lui. Ils prétendirent qu’il incitait les Juifs à rejeter leur héritage, le mensonge qui avait été avancé par les judaïsants. La deuxième accusation, selon laquelle Paul s’opposait à la loi, était tout aussi fausse, mais ses conséquences pouvaient se révéler des plus dangereuses, compte tenu du contexte. À l’origine, la Pentecôte était une fête des prémices de la récolte. Mais, avec le temps, elle était devenue une célébration du don de la loi à Moïse, au mont Sinaï. Pour cette raison, les Juifs manifestaient un zèle particulier pour la loi durant cette fête. La troisième accusation, celle d’avoir blasphémé ou souillé le temple, avait contribué à précipiter la mort de Jésus (#Mr 14:57-58) et d’Etienne (#Ac 6:13). Les trois accusations étaient bien évidemment fausses.

introduit des Grecs dans le temple. Les Juifs d’Asie accusèrent Paul d’avoir fait entrer Trophime dans une partie du temple où la présence des païens était interdite. Une telle accusation était absurde, car elle signifiait que Paul aurait pris le risque de mettre la vie de son ami en danger. (Les Romains avaient accordé aux Juifs la permission d’exécuter tous les païens qui profaneraient le temple.)

 

29  Car ils avaient vu auparavant Trophime d’Éphese avec lui dans la ville, et ils croyaient que Paul l’avait fait entrer dans le temple.

30  Toute la ville fut émue, et le peuple accourut de toutes parts. Ils se saisirent de Paul, et le traînèrent hors du temple, dont les portes furent aussitôt fermées.

portes furent …  fermées. Par les gardiens du temple, pour que celui-ci ne soit pas profané par la mort de Paul dans son enceinte (cf. #2R 11:15). Cependant, ils ne firent aucun effort pour délivrer l’apôtre des mains de la foule qui s’apprêtait à le battre à mort.

 

31  Comme ils cherchaient à le tuer, le bruit vint au tribun de la cohorte que tout Jérusalem était en confusion.

tribun. L’officier (Claude Lysias, #Ac 23: 26) qui commandait la cohorte romaine stationnée à Jérusalem. Il était le représentant romain de plus haut rang qui demeurait à Jérusalem (la résidence du gouverneur se trouvait à Césarée.

la cohorte. Une force d’occupation romaine qui comptait 1000 hommes. Leur quartier général était la forteresse Antonia, située sur un promontoire surplombant le complexe du temple. Les sentinelles romaines placées à cet endroit stratégique repérèrent l’émeute et en informèrent leur commandant.

 

32  A l’instant il prit des soldats et des centeniers, et courut à eux. Voyant le tribun et les soldats, ils cessèrent de frapper Paul.

des centeniers. L’emploi du pluriel suggère que Lysias prit au moins 200 soldats avec lui, puisque chaque centenier commandait 100 hommes.

 

33  Alors le tribun s’approcha, se saisit de lui, et le fit lier de deux chaînes. Puis il demanda qui il était, et ce qu’il avait fait.

deux chaînes. Convaincu qu’il avait affaire à un criminel  en raison de la colère des Juifs contre lui - Lysias fit arrêter Paul. De plus, il croyait connaître l’identité de l’apôtre (v. #Ac 21: 38).

 

34  Mais dans la foule les uns criaient d’une manière, les autres d’une autre ; ne pouvant donc rien apprendre de certain, à cause du tumulte, il ordonna de le mener dans la forteresse.

forteresse. La forteresse Antonia.

 

35  Lorsque Paul fut sur les degrés, il dut être porté par les soldats, à cause de la violence de la foule ;

36  car la multitude du peuple suivait, en criant : Fais-le mourir !

Fais-le mourir! Cf. #Ac 22: 22 ; #Lu 23: 18 ; #Jn 19: 15.

 

37  Au moment d’être introduit dans la forteresse, Paul dit au tribun: M’est-il permis de te dire quelque chose ? Le tribun répondit : Tu sais le grec ?

Tu sais le grec? Le fait que Paul s’exprimait dans la langue des gens au bénéfice d’une bonne éducation surprit Lysias, qui avait d’abord cru que son prisonnier était un rustre criminel.

 

38  Tu n’es donc pas cet Égyptien qui s’est révolté dernièrement, et qui a emmené dans le désert quatre mille brigands ?

Égyptien qui s’est révolté. La question de Lysias révèle pour qui il prenait Paul: cet Égyptien était un faux prophète qui avait promis de chasser les Romains, plusieurs années auparavant. Cependant, avant qu’il n’ait pu réaliser sa promesse, ses forces furent attaquées et battues par les troupes romaines sous la conduite du gouverneur Félix. Plusieurs centaines de ses sympathisants furent tués ou capturés, mais le chef parvint à s’échapper. Lysias supposait qu’il était revenu et qu’il avait été capturé par la foule.

brigands. Appelés « sicarii », ils composaient un groupe terroriste de nationalistes juifs qui assassinaient des Romains et des Juifs considérés comme des partisans de Rome. Comme ils agissaient souvent sous couvert d’une foule pour poignarder leurs victimes, Lysias supposa que la foule avait capturé l’un de leurs chefs pris en flagrant délit.

 

39  Je suis Juif, reprit Paul, de Tarse en Cilicie, citoyen d’une ville qui n’est pas sans importance. Permets-moi, je te prie, de parler au peuple.

Tarse. C’était une ville importante et un centre culturel réputé, siège d’une université qui rivalisait avec celles d’Athènes et d’Alexandrie.

 

40  Le tribun le lui ayant permis, Paul, debout sur les degrés, fit signe de la main au peuple. Un profond silence s’établit, et Paul, parlant en langue hébraïque, dit:

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/