JOUR 67 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

18/10/2018 00:19

JOUR 67 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

 

ROMAINS 16 ET 1 CORINTHIENS 1

 

ROMAINS 16 * 1 à 27

 

¶  Je vous recommande Phoebé, notre sœur, qui est diaconesse de l’Église de Cenchrées,

 

Phoebé. Signifie « pure et brillante » et correspond bien à la brève description de sa personnalité et de son caractère chrétien.

 

diaconesse. Littéralement « servante » . Dans l’Église primitive, ces femmes s’occupaient des croyants malades, des pauvres, des étrangers et des prisonniers. Elles enseignaient les femmes et les enfants (cf. #Tit 2:3-5). Avec ou sans titre officiel, Phoebé eut la lourde responsabilité de transmettre cette lettre à l’Église de Rome. Après avoir servi fidèlement, lorsqu’elles devenaient veuves et sans ressources, de telles femmes étaient prises en charge par l’Église.

 

Cenchrées. Une ville portuaire près de Corinthe, d’où Paul écrivit aux Romains. L’Église de Cenchrées fut probablement fondée par l’Église de Corinthe.

 

16:1-27 Ce ch. qui ne donne pour ainsi dire aucun enseignement explicite et qui contient plusieurs listes de personnes pour la plupart inconnues est l’expression la plus intense de l’amour et de l’affection de Paul pour des croyants et collaborateurs que nous trouvions dans le N.T. Il nous donne ainsi un aperçu de la vie des chrétiens ordinaires du Ier siècle, de la nature et du caractère de l’Église primitive.

 

2  afin que vous la receviez en notre Seigneur d’une manière digne des saints, et que vous l’assistiez dans les choses où elle aurait besoin de vous, car elle a donné aide à plusieurs et à moi-même.

3  Saluez Prisca et Aquilas, mes compagnons d’œuvre en Jésus-Christ,

4  qui ont exposé leur tête pour sauver ma vie ; ce n’est pas moi seul qui leur rends grâces, ce sont encore toutes les Églises des païens.

 

exposé leur tête pour sauver ma vie. Probablement à Corinthe ou à Éphèse, mais les détails restent inconnus.

 

5  Saluez aussi l’Église qui est dans leur maison. Saluez Épaïnète, mon bien-aimé, qui a été pour Christ les prémices de l’Asie.

 

Épaïnète. Probablement sauvé grâce à la prédication de Paul qui a fait de lui un disciple.

 

prémices.  Il fut le premier converti d’Asie Mineure (Turquie moderne); certains manuscrits plus tardifs portent « Achaïe » au lieu d’« Asie ».

 

6  Saluez Marie, qui a pris beaucoup de peine pour vous.

 

Marie, qui a pris beaucoup de peine. « Prendre de la peine » laisse entendre qu’elle avait travaillé dur, jusqu’à l’épuisement. Il se peut qu’elle ait œuvré dans l’Église de Rome depuis sa fondation. Paul avait entendu parler d’elle (peut-être, par Prisca et Aquilas). Nous ne connaissons cependant rien de plus à son sujet.

 

7  Saluez Andronicus et Junias, mes parents et mes compagnons de captivité, qui jouissent d’une grande considération parmi les apôtres, et qui même ont été en Christ avant moi.

 

Andronicus et Junias. Peut-être, un couple.

 

compagnons de captivité. Ils avaient probablement partagé à un certain moment la cellule de Paul ou des cellules adjacentes.

 

considération parmi les apôtres. Leur ministère avec Paul, et peut-être avec Pierre et certains autres apôtres de Jérusalem avant la conversion de Paul, était bien connu et apprécié des apôtres.

 

8  Saluez Amplias, mon bien-aimé dans le Seigneur.

 

Amplias. Nom courant parmi les esclaves de la maison de l’empereur à cette époque; il peut avoir fait partie de « ceux de la maison de César » (#Ph 4:22).

 

9  Saluez Urbain, notre compagnon d’œuvre en Christ, et Stachys, mon bien-aimé.

 

Stachys. Nom grec inhabituel signifiant « épi de blé ». Il était de toute évidence un ami de Paul, mais nous n’en savons pas plus.

 

10  Saluez Apellès, qui est éprouvé en Christ. Saluez ceux de la maison d’Aristobule.

 

Aristobule. Comme Paul ne le salue pas personnellement, nous supposons que ce n’était pas un croyant, contrairement à certains parents et serviteurs de sa maison. Il pourrait s’agir du frère d’Hérode Agrippa Ier, petit-fils d’Hérode le Grand.

 

11  Saluez Hérodion, mon parent. Saluez ceux de la maison de Narcisse qui sont dans le Seigneur.

 

Hérodion. Appartenait à la famille d’Hérode et sans doute à la maison d’Aristobule.

 

mon parent. Il peut s’agir d’un des parents juifs de Paul.

 

Narcisse. Certains pensent qu’il s’agit du secrétaire de l’empereur Claude. Dans ce cas, il y aurait eu deux familles chrétiennes à la cour impériale (cf. #Ph 4:22).

 

12  Saluez Tryphène et Tryphose, qui travaillent pour le Seigneur. Saluez Perside, la bien-aimée, qui a beaucoup travaillé pour le Seigneur.

 

Tryphène et Tryphose. Peut-être, deux jumelles dont les noms signifient « délicate et raffinée ».

 

Perside. Originaire de Perse; le passé composé indique probablement qu’elle était plus âgée que les deux autres femmes de ce v.

 

13  Saluez Rufus, l’élu du Seigneur, et sa mère, qui est aussi la mienne.

 

Rufus. Plusieurs s’accordent à dire qu’il s’agit du fils de Simon de Cyrène. Ce dernier avait été chargé de porter la croix de Jésus (cf. #Mr 15: 21), ce qui l’a probablement conduit au salut. Marc écrivit son Évangile à Rome, sans doute après l’épître aux Romains. Paul n’aurait pas mentionné Rufus si ce nom n’était pas connu de l’Église.

 

l’élu du Seigneur. Élu au salut. Tout indique qu’il était connu comme un croyant extraordinaire à cause de son grand amour et de son service.

 

sa mère, qui est aussi la mienne. Rufus n’était pas le frère naturel de Paul. Quant à la mère de Rufus, la femme de Simon de Cyrène, elle accueillit probablement Paul lors de ses voyages missionnaires.

 

14  Saluez Asyncrite, Phlégon, Hermès, Patrobas, Hermas, et les frères qui sont avec eux.

 

16:14-15 Dans ce contexte, « frères » désigne les hommes aussi bien que les femmes. Il s’agissait donc de responsables remarquables de deux des assemblées de Rome.

 

15  Saluez Philologue et Julie, Nérée et sa sœur, et Olympe, et tous les saints qui sont avec eux.

16  Saluez-vous les uns les autres par un saint baiser. Toutes les Églises de Christ vous saluent.

 

saint baiser. S’embrasser entre amis sur le front, la joue ou la barbe était courant à l’époque de l’A.T. Les Juifs de l’Église primitive gardèrent cette coutume qui devint chère aux nouveaux convertis, souvent exclus de leur famille à cause de leur foi, à cause de la parenté spirituelle que cela représentait.

 

17 ¶  Je vous exhorte, frères, à prendre garde à ceux qui causent des divisions et des scandales, au préjudice de l’enseignement que vous avez reçu. Éloignez-vous d’eux.

 

des divisions et des scandales. Les pratiques mensongères et injustes liées à la doctrine (cf. #Mt 24: 24 ; #Ac 20:28-32 ; #Ga 1:6-8 ; #Ep 4:14).

16:17-20 Paul estima judicieux d’insérer dans ses salutations pleines d’amour cet avertissement contre les faux enseignements et les pratiques qui minaient la vérité du christianisme et représentaient sa plus grande menace. L’amour sincère est prêt à pardonner le mal, mais il ne le justifiera pas ou ne l’ignorera pas. Ceux qui aiment vraiment leurs frères en Christ les mettront en garde contre le péché et le mal (cf. #1Co 13: 6).

 

18  Car de tels hommes ne servent point Christ notre Seigneur, mais leur propre ventre ; et, par des paroles douces et flatteuses, ils séduisent les cœurs des simples.

 

ventre. C’est-à-dire qu’ils sont poussés par les intérêts et les plaisirs personnels qui se reconnaissent souvent dans leur style de vie prétentieux, extravagant et immoral (cf. #Ph 3:18-19 ; #2Ti 3:7-8 ; #2P 1:20-2:3,10-19; #Jude 12-13).

 

simples. Les personnes naïves ou qui ne se doutent de rien (cf. #2Co 11:13-15).

 

19  Pour vous, votre obéissance est connue de tous ; je me réjouis donc à votre sujet, et je désire que vous soyez sages en ce qui concerne le bien et purs en ce qui concerne le mal.

 

20  Le Dieu de paix écrasera bientôt Satan sous vos pieds. Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous !

 

Dieu de paix. Voir #Ro 15: 33 ; #Hé 13: 20.

 

écrasera bientôt Satan. Ce « Protoévangile » annonce prophétiquement la lutte entre « ta postérité » (Satan et les non-croyants, qui sont qualifiés de fils du diable en #Jn 8:44) et « sa postérité » (Christ, un descendant d’Ève, et ceux qui sont en lui) ainsi que son issue. Cette lutte a commencé dans le jardin. Un message d’espérance ressort de ce passage de malédiction: la progéniture de la femme, c’est Christ, qui vaincra un jour le serpent. Satan ne pouvait que « blesser » son talon (le faire souffrir), tandis que Christ « écrasera » la tête du diable (lui portera un coup fatal). Paul, dans un passage qui rappelle fortement #Ge 3, encouragea les croyants de Rome avec ces mots: « Le Dieu de paix écrasera bientôt Satan sous vos pieds » (#Ro 16: 20). Les croyants devraient être conscients qu’ils participent à l’écrasement de Satan car, avec leur Sauveur et grâce à son œuvre accomplie sur la croix, ils sont aussi de la postérité de la femme. À propos de la destruction de Satan, voir #Hé 2:14-15 ; #Ap 20: 10.

 

bientôt. « Prochainement et à toute vitesse » (#Ac 12:7 ; #Ac 22: 18 ; cf. #Ap 22: 7, #Ap 22: 12, #Ap 22: 20).

 

 

 

21 ¶  Timothée, mon compagnon d’œuvre, vous salue, ainsi que Lucius, Jason et Sosipater, mes parents.

 

Lucius. Soit

1° un chrétien de Cyrène, prophète et enseignant dans l’Église d’Antioche, qui participa à l’envoi de Paul et Barnabas (#Ac 13:1-3), soit

2° « Luc », l’auteur de l’Évangile de Luc et du livre des Actes.

 

Jason. L’un des premiers convertis de Thessalonique qui accueillit Paul dans sa maison avant le départ de Paul et Silas pour Bérée La foule comptait y trouver Paul, Silas et Timothée. Nous ne savons rien de Jason, hormis le fait qu’il était probablement juif, car de nombreux Juifs de la diaspora avaient adopté ce même nom.

Sosipater. Ou « Sopater » (#Ac 20:4-6), de Bérée (cf. #Ac 17:10-12). Il se joignit à d’autres croyants et rencontra Paul à Troas, en provenance d’Éphèse.

 

22  Je vous salue dans le Seigneur, moi Tertius, qui ai écrit cette lettre.

 

Tertius. Le secrétaire de Paul écrivit cette lettre sous la dictée de l’apôtre et y inséra une salutation personnelle.

 

23  Gaïus, mon hôte et celui de toute l’Église, vous salue. Eraste, le trésorier de la ville, vous salue, ainsi que le frère Quartus.

 

Gaïus. L’un des convertis de Paul à Corinthe (cf. #1Co 1:14). Il s’appelait en fait « Gaïus Titius Justus » (#Ac 18: 7).

 

toute l’Église. La communauté qui se retrouvait chez Gaïus.

 

Eraste. Un nom courant à l’époque du N.T., mais ce n’est probablement pas le même homme que dans #Ac 19: 22 ou #2Ti 4:20.

 

trésorier. A Corinthe. C’était une position importante qui donnait du poids sur le plan politique.

 

Quartus. Peut-être, le frère d’Eraste, et le dernier frère en Christ de cette liste.

 

24  Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous tous ! Amen !

 

Ce v. est absent des plus anciens manuscrits grecs, ce qui est compréhensible compte tenu de la longue bénédiction qui suit.

 

25 ¶  A celui qui peut vous affermir selon mon Évangile et la prédication de Jésus-Christ, conformément à la révélation du mystère caché pendant des siècles,

 

mon Évangile cf. #Ga 1:11 ; #Ga 2:2.

 

prédication de Jésus-Christ. Synonyme d’Évangile, elle représenta l’engagement suprême de la vie de Paul  cf. #1Co 1:23-24 ; #2Co 4:5-6).

 

du mystère. Dans le N.T., ce mot n’avait pas la connotation qu’il a actuellement. Il désignait quelque chose de caché par le passé, mais désormais connu (#1Co 4:1 ; #Ep 5:32 ; #Ep 6:19 ; #Col 1:25-26 ; #2Th 2:7-8 ; #1Ti 3:9, #1Ti 3:16). Le plus souvent, il renvoyait au fait que Dieu offre le salut aux païens aussi bien qu’aux Juifs (#Ep 3:3-9).

 

16:25-27 Paul conclut sa lettre par une merveilleuse doxologie qui loue Dieu pour son œuvre en Jésus-Christ et résume ainsi les principaux thèmes de cette épître;  cf. #Mt 6:13 ; #Lu 19:37-38 ; #Ep 3:20-21 ; #Hé 13:20-21 ; #Ap 5:9-10).

 

26  mais manifesté maintenant par les écrits des prophètes, d’après l’ordre du Dieu éternel, et porté à la connaissance de toutes les nations, afin qu’elles obéissent à la foi,

 

écrits des prophètes. Dieu avait dit à Israël que non seulement il l’appellerait à la justice, mais qu’il l’établirait aussi comme lumière (de l’Évangile) pour les nations   cf. #Ge 12:3 ; #Ex 19: 6 ; #Esa 49:22 ; #Esa 53:11 ; #Esa 60:3-5 ; #Jér 31:31, #Jér 31:33).

 

27  à Dieu, seul sage, soit la gloire aux siècles des siècles, par Jésus-Christ ! Amen !

 

à Dieu …  soit la gloire. Ce fut par le Père que l’Évangile fut finalement révélé. Il mérite donc toute la gloire, la louange et l’adoration.




1 CORINTHIENS 1 * 1 à 31


 

1 ¶  Paul, appelé à être apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu, et le frère Sosthène,

apôtre. Littéralement « envoyé ». Paul établit son autorité en tant qu’émissaire du Seigneur Jésus désigné par Dieu (#1Co 9:1 ; #1Co 15:8-9 ; cf. #Ac 9:3-6, #Ac 9:17 ; #Ac 22:11-15). Il était particulièrement utile de faire mention de cet appel, compte tenu du message spécifique de l’épître, consacrée pour l’essentiel à la correction d’erreurs (#1Co 2:1-7). Paul était délégué par Dieu pour transmettre ses paroles, de vive voix et par écrit; c’est pourquoi lui résister revenait à résister à Dieu.

Sosthène. Cet ancien responsable de la synagogue de Corinthe, devenu un frère en Christ, servait probablement de secrétaire à Paul. Il avait été battu par les adversaires de l’apôtre après une tentative infructueuse de faire juger celui-ci par le tribunal de Corinthe (#Ac 18:12-17).

 

2  à l’Église de Dieu qui est à Corinthe, à ceux qui ont été sanctifiés en Jésus-Christ, appelés à être saints, et à tous ceux qui invoquent en quelque lieu que ce soit le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, leur Seigneur et le nôtre:

saints. Ce terme ne désigne pas des personnes particulièrement pieuses ou révérées, canonisées par un corps ecclésiastique; il s’applique à tous ceux qui ont été sanctifiés, c’est-à-dire mis à part par la séparation d’avec le péché, en Christ Jésus (cf. #Ga 1:6 ; #Ep 4:1, #Ep 4:4 ; #Col 3:15-17 ; #1Ti 6:12 ; #Hé 10:10, #Hé 10:14 ; #1Pi 2:9, #1Pi 2:21 ; #1Pi 3:9 ; #2P 1:3 ; #Jude 1).

 

3  que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ !

Que la grâce et la paix vous soient données. Cette salutation figure dans toutes les lettres de Paul. Le mot « grâce » signifie en premier lieu « faveur »; « la paix » résulte de la grâce salvatrice de Dieu (#Jn 14: 27 ; #Ph 4:7).

 

4  Je rends à mon Dieu de continuelles actions de grâces à votre sujet, pour la grâce de Dieu qui vous a été accordée en Jésus-Christ.

grâce de Dieu …  accordée. Paul jette un regard en arrière et évoque le moment où ses lecteurs ont reçu le salut: Dieu les a aimés, et il a eu compassion d’eux  sans qu’ils l’aient mérité ni qu’ils puissent le lui rendre - au point de pardonner leur péché et de les justifier par l’œuvre de son Fils.

 

5  Car en lui vous avez été comblés de toutes les richesses qui concernent la parole et la connaissance,

comblés de toutes les richesses. Actuellement, le croyant possède tout ce que le Seigneur peut lui accorder, et par conséquent tout ce dont il a besoin (cf. #1Co 3:21 ; #Ep 1:3 ; #Col 2:10 ; #2P 1:3). Les deux bénédictions particulières évoquées ici ont trait à la présentation de la vérité révélée dans la Parole de Dieu.

parole. Les croyants sont en mesure de parler en tant que témoins de Dieu (cf. #Ac 4:29, #Ac 4:31 ; #Ep 6:19 ; #2Ti 2:15 ; #1Pi 3:15) au moment où il le leur demande parce qu’il leur en donne la force. Cette capacité leur est donnée en réponse à la prière (cf. #Ac 4:29, #Ac 4:31 ; #Ep 6:19), et son expression est facilitée par l’étude régulière de la Parole de Dieu (#2Ti 2:15 ; #1Pi 3:15).

la connaissance. Dieu octroie aux croyants toute la connaissance dont ils ont besoin pour annoncer son message avec assurance (cf. #1Co 2:9 ; #Mt 11:15 ; #2Co 4:6 ; #Col 1:9-10).

 

6  le témoignage de Christ ayant été solidement établi parmi vous,

témoignage de Christ …  établi parmi vous. Ces paroles se rapportent au moment du salut, où ils ont cru à l’Évangile qu’ils avaient entendu et l’ont gardé dans leur cœur. Dès cet instant, les bénédictions du v. 4 sont devenues effectives dans leur vie parce qu’ils ont reçu la grâce de Dieu.

 

7  de sorte qu’il ne vous manque aucun don, dans l’attente où vous êtes de la manifestation de notre Seigneur Jésus-Christ.

il ne vous manque aucun don. En grec, le mot « don » signifie tout particulièrement « don de la grâce ». Les bénédictions de la parole et de la connaissance ont été données principalement pour l’évangélisation de ceux qui sont perdus, tandis que les dons spirituels (ch. #1Co 12:1-14:2) ont pour but d’édifier l’Église. Comme ils sont accordés à tous les croyants (#1Co 12:11-12) indépendamment de la maturité ou du degré de spiritualité, les chrétiens de Corinthe, quoique pécheurs, les possédaient tous.

la manifestation. Paul considère les bénédictions de la grâce à venir. Lors de la seconde venue du Seigneur, toute sa gloire, son honneur et sa majesté seront révélés dans une splendeur éclatante (#Ap 4:11 ; #Ap 5:12 ; #Ap 17: 14). Les croyants authentiques seront alors définitivement établis comme étant saints et sans péché, dans toute la gloire et la pureté de la résurrection, pour vivre au ciel avec Dieu pour toujours. Cf. #2Co 11:2 ; #Ep 5:25-27.

 

8  Il vous affermira aussi jusqu’à la fin, pour que vous soyez irréprochables au jour de notre Seigneur Jésus-Christ.

au jour de notre Seigneur Jésus-Christ. Cf. #1Co 5:5 ; #2Co 1:14. C’est-à-dire lors de l’enlèvement, lorsque le Seigneur reviendra chercher son Église (#Jn 14:1-3 ; #1Th 4:13-18 ; #Ap 3:10). Il ne faut pas confondre ce moment avec « le jour du Seigneur » (#1Th 5:2, #1Th 5:4 ; #2Th 2:2), qui renvoie au jugement des non-croyants

 

9  Dieu est fidèle, lui qui vous a appelés à la communion de son Fils, Jésus-Christ notre Seigneur.

Dieu est fidèle. En vertu de la promesse souveraine et immuable de Dieu, les croyants sont assurés de sa grâce  passée, présente et future - et ils seront sauvés et revêtus de la gloire à venir lors de l’apparition de Christ (#Ep 5:26-27).

lui qui vous a appelés. Il s’agit ici, comme partout dans les épîtres du N.T., d’un appel efficace qui sauve. Dieu, qui appelle au salut et au ciel, sera fidèle et octroiera la grâce nécessaire pour répondre pleinement à son appel.

la communion de son Fils. Bien loin de renvoyer à de simples relations sociales, le terme de communion rappelle ici que les lecteurs de Jean étaient appelés à posséder, en association avec lui, la vie éternelle (cf. #Ph 1:5 ; #1Pi 5:1 ; #2P 1:4). Jean n’écrit pas seulement pour affirmer la réalité physique de Jésus (vv. #1Jn 1:1-2), mais aussi pour amener ses lecteurs au salut. En assimilant la communion au salut, ce v. établit clairement que les chrétiens authentiques ne sont jamais hors de la communion.

 

10 ¶  Je vous exhorte, frères, par le nom de notre Seigneur Jésus-Christ, à tenir tous un même langage, et à ne point avoir de divisions parmi vous, mais à être parfaitement unis dans un même esprit et dans un même sentiment.

tenir tous un même langage. Paul souligne ici la nécessaire unité doctrinale dans l’assemblée locale des croyants, et non l’unité spirituelle de l’Église universelle de Dieu. L’unité doctrinale, fondée clairement et entièrement sur l’Écriture, doit être le fondement de toute vie d’Église (cf. #Jn 17: 11, #Jn 17:21-23 ; #Ac 2:46-47). Un manque d’attachement à la doctrine et l’acceptation de doctrines opposées en son sein affaiblissent considérablement l’Église et détruisent l’unité véritable, qui cède alors la place à un sentimentalisme superficiel, dans une harmonie apparente.

parfaitement unis. Le terme employé contient l’idée de remettre ensemble ce qui était cassé ou séparé. Il est utilisé dans le N.T. aussi bien qu’en grec classique pour parler, p. ex., de la réparation de filets, d’os cassés ou d’ustensiles brisés, de vêtements déchirés ou de membres déboîtés. Cf. #Ro 16: 17 ; #Ph 1:27.

un même esprit et un même sentiment. Cf. #Ph 3:15-16. Les croyants devraient être caractérisés aussi bien par une unité intérieure de pensée que par une unité extérieure, manifestée dans les décisions prises en commun. Ils sont unis dans la vérité-ils ont les mêmes croyances, convictions et normes-aussi bien que dans le comportement, puisqu’ils appliquent les mêmes principes de vie (#Ac 4:32 ; #Ep 4:3). La seule source possible d’une telle unité est la Parole de Dieu, qui établit le principe de vérité sur lequel repose toute véritable unité.

 

11  Car, mes frères, j’ai appris à votre sujet, par les gens de Chloé, qu’il y a des disputes au milieu de vous.

gens de Chloé. Probablement les serviteurs d’une personne importante de l’Église de Corinthe qui avaient écrit à Paul ou lui avaient rendu visite à Éphèse pour lui parler des divisions qui existaient dans l’Église. On ignore si Chloé était un homme ou une femme.

1:11-13 Cf. #1Co 3:4-8.

 

12  Je veux dire que chacun de vous parle ainsi : Moi, je suis de Paul ! et moi, d’Apollos ! et moi, de Céphas ! et moi, de Christ !

Apollos. Paul pensait qu’Apollos devait accompagner les autres frères, Timothée et Eraste, à Corinthe. Apollos refusa et prolongea son séjour à Éphèse. Paul respecta sa conviction. Un croyant de l’A.T., disciple de Jean-Baptiste (v. #Ac 18: 25). Après avoir complété son instruction auprès d’Aquilas et de Priscille (v. #Ac 18: 26), il devint un puissant prédicateur de l’Évangile. Son ministère eut un important impact parmi les Corinthiens (cf. #1Co 1:12).

Céphas. L’apôtre Pierre.

 

13  Christ est-il divisé ? Paul a-t-il été crucifié pour vous, ou est-ce au nom de Paul que vous avez été baptisés ?

Christ est-il divisé? Aucun chef spirituel humain, pas même un apôtre, n’est digne de recevoir la loyauté qui n’appartient qu’au Seigneur. Accorder la prééminence à tel responsable plutôt qu’à tel autre ne peut conduire qu’aux disputes, et finalement à une division dans l’Église. Christ n’est pas divisé, et son corps, l’Église, ne l’est pas non plus. Paul accorde peu de valeur à sa propre personne, comparée au Seigneur Jésus. Sur l’unité, voir #1Co 12:12-13 ; #Ro 12:5 ; #Ep 4:4-6.

 

14 ¶  Je rends grâces à Dieu de ce que je n’ai baptisé aucun de vous, excepté Crispus et Gaïus,

Crispus. Le chef de la synagogue de Corinthe qui se convertit suite à la prédication de Paul (#Ac 18: 8). Sa conversion fut suivie par celle de nombreuses autres personnes.

Gaïus. Étant donné que l’épître aux Romains fut écrite à Corinthe, il s’agit probablement de l’hôte de Paul dont il est question en #Ro 16: 23.

 

15  afin que personne ne dise que vous avez été baptisés en mon nom.

16  J’ai encore baptisé la famille de Stéphanas ; du reste, je ne sache pas que j’aie baptisé quelque autre personne.

Stéphanas. Nous ne savons rien de cette famille.

 

17 ¶  Ce n’est pas pour baptiser que Christ m’a envoyé, c’est pour annoncer l’Évangile, et cela sans la sagesse du langage, afin que la croix de Christ ne soit pas rendue vaine.

Ce v. ne signifie pas qu’il ne faille pas baptiser (cf. #Ac 2:38), mais que Dieu n’avait pas envoyé Paul pour initier une secte particulière composée de personnes baptisées par lui. Cf. #Ac 26:16-18. Dieu lui avait confié la charge de prêcher l’Évangile et d’amener les croyants à l’unité en Christ; il ne l’avait pas appelé à rassembler un groupe de fidèles autour de lui par le baptême.

 

18  Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent ; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu.

la prédication de la croix. Périphrase pour désigner la révélation complète de Dieu, c’est-à-dire l’Évangile dans toute sa plénitude, qui a pour centre l’incarnation et la crucifixion de Christ (#1Co 2:2). Paul donne ce nom à l’ensemble du plan et des actes divins visant la rédemption des pécheurs, qui est le thème central de toute l’Écriture.

périssent …  sauvés. Chacun est engagé soit dans un processus de salut (qui n’est pas achevé avant la rédemption du corps; cf. #Ro 8:23 ; #Ro 13: 11), soit dans un processus de destruction. Notre réaction face à la croix ouvre la voie à l’une ou l’autre destinée. Ceux qui rejettent la croix de Christ et qui subissent un processus de destruction (cf. #Ep 2:1-2) voient en l’Évangile un non-sens. Pour ceux qui croient, il est au contraire une puissante sagesse.

 

19  Aussi est-il écrit : Je détruirai la sagesse des sages, Et j’anéantirai l’intelligence des intelligents.

est-il écrit. Citation d’#Esa 29:14 qui souligne l’inéluctable destruction de la sagesse humaine. La prophétie d’Esaïe s’accomplira dans les derniers jours, lorsque Christ établira son royaume (cf. #Ap 17: 14) et que toute sagesse humaine disparaîtra.

 

20  Où est le sage ? où est le scribe ? où est le disputeur de ce siècle ? Dieu n’a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde ?

Où est le sage? Paul paraphrase #Esa 19: 12, où le prophète interpellait les Égyptiens qui se vantaient de détenir la sagesse sans jamais en faire preuve. La sagesse humaine finit toujours par démontrer son caractère passager et incertain (cf. v. #1Co 1:17 ; #Pr 14: 12 ; #Esa 29:14 ; #Jér 8:9 ; #Ro 1:18-23).

scribe. Paul pensait probablement aux Assyriens, qui faisaient accompagner leurs soldats par des scribes chargés de consigner le butin pris dans les batailles. Dieu veilla à ce qu’ils n’aient rien à noter (#Esa 33:18).

raisonneur. Ce mot grec, sans correspondant hébreu dans l’A.T., désignait ceux qui s’adonnaient à des débats sur des sujets philosophiques.

 

21  Car puisque le monde, avec sa sagesse, n’a point connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication.

à Dieu dans sa sagesse. Dieu a décidé que les hommes ne parviendraient pas à le connaître par le moyen de la sagesse humaine; autrement, l’homme s’exalterait lui-même. C’est la raison pour laquelle il a choisi de sauver les pécheurs par la prédication d’un message qui paraissait si simple que les sages de ce monde l’ont méprisé comme une absurdité. Cf. #Ro 1:18-23.

les croyants. Du côté humain, la foi seule est nécessaire pour obtenir le salut. Cf. #Jn 1:12 ; #Ro 10:8-17.

 

22  Les Juifs demandent des miracles et les Grecs cherchent la sagesse:

des miracles. Les Juifs non croyants demandaient toujours un signe surnaturel (#Mt 12:38-42). Ils avaient pourtant refusé d’accepter le plus glorieux des signes surnaturels de Dieu: le salut offert par un Messie né d’une vierge, crucifié et ressuscité. En fait, ce signe était une pierre d’achoppement pour eux (cf. #Ro 9:31-33).

sagesse. Les non-Juifs réclamaient des preuves accessibles à la raison humaine, sous forme d’idées exposées, soumises à la discussion et au débat. A l’instar des philosophes athéniens, ils n’étaient pas sincères: ils n’avaient aucun intérêt pour la vérité divine et désiraient seulement discuter de nouveautés intellectuelles (#Ac 17: 21).

 

23  nous, nous prêchons Christ crucifié ; scandale pour les Juifs et folie pour les païens,

Christ crucifié. Le seul vrai signe et la seule vraie sagesse. C’était l’unique message que Paul désirait prêcher (#1Co 2:2), car lui seul a le pouvoir de sauver tous ceux qui croient.

 

24  mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs.

1:24-25

appelés. Il s’agit ici, comme partout dans les épîtres du N.T., d’un appel efficace qui sauve. Dieu, qui appelle au salut et au ciel, sera fidèle et octroiera la grâce nécessaire pour répondre pleinement à son appel. À tous ceux qui sont « appelés », le message de la croix, qui semble sans intérêt pour l’esprit naturel et orgueilleux de l’homme, est la manifestation de la plus grande puissance et de la plus grande sagesse de Dieu.

 

25  Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes.

26  Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n’y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles.

1:26-28 Dieu n’accorde pas de valeur à la sagesse humaine. Non seulement il ne l’accepte pas comme moyen de parvenir à le connaître, mais encore il choisit de sauver ceux dont le monde fait peu de cas. Il n’appelle pas au salut beaucoup de ceux que le monde considère comme sages, puissants et nobles (cf. #Mt 11:25 ; #Mt 18:3-4). La sagesse de Dieu se révèle aux hommes ordinaires, apparemment déraisonnables et faibles, ceux que les élites déconsidèrent, mais qui mettent leur confiance en Jésus-Christ comme Sauveur et Seigneur. Dieu seul a permis à ces humbles personnes de le connaître et leur a fait découvrir les vérités éternelles de son royaume céleste; c’est à lui que revient toute la gloire. Aucun pécheur sauvé ne peut se vanter d’être parvenu au salut par sa propre intelligence (v. #1Co 1:29).

 

27  Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages ; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes ;

28  et Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu’on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire à néant celles qui sont,

29  afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu.

30  Or, c’est par lui que vous êtes en Jésus-Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption,

1:30-31 Ceux qui sont sauvés obtiennent le salut selon la sagesse de Dieu, et non en fonction de leurs capacités. Ils reçoivent en outre, par grâce (« par lui »), une mesure de la sagesse et de la justice divines (#Ro 4:5 ; #2Co 5:21), la sanctification (#Ep 2:10) et la rédemption de Dieu (#Ep 1:14 ; #1Pi 1:18-19), afin que le Seigneur soit glorifié (cf. #Ga 6:4).

 

31  afin, comme il est écrit, Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur.

Citation de #Jér 9:24.

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/