JOUR 68 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

19/10/2018 00:27

JOUR 68 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

 

1 CORINTHIENS 2 ET 3

 

1 CORINTHIENS 2 * 1 à 16

 

1 ¶  Pour moi, frères, lorsque je suis allé chez vous, ce n’est pas avec une supériorité de langage ou de sagesse que je suis allé vous annoncer le témoignage de Dieu.

2  Car je n’ai pas eu la pensée de savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié.

crucifié. Bien que Paul ait annoncé tout le conseil de Dieu à l’Église (#Ac 20: 27) et enseigné la Parole de Dieu aux Corinthiens (#Ac 18: 11), la prédication et l’enseignement qu’il dispensait aux non-croyants étaient centrés sur Jésus-Christ, qui a porté le châtiment du péché sur la croix (#Ac 20: 20 ; #2Co 4:2 ; #2Ti 4:1-2). Il est inutile d’en dire plus, jusqu’à ce que l’auditeur comprenne l’Évangile et qu’il y croie. La prédication de la croix (#1Co 1:18) était un élément central au sein de l’Église primitive, à tel point que les chrétiens furent accusés d’adorer un mort.

 

3  Moi-même j’étais auprès de vous dans un état de faiblesse, de crainte, et de grand tremblement ;

faiblesse …  crainte …  tremblement. Paul s’était rendu à Corinthe après plusieurs épreuves: il avait été battu et emprisonné à Philippes, avait dû fuir de Thessalonique et de Bérée, avait été raillé à Athènes (#Ac 16:22-24 ; #Ac 17: 10, #Ac 17:13-14, #Ac 17: 32). Ses forces physiques en étaient probablement affaiblies. Cependant, c’est dans cette faiblesse qu’il était le plus fort (cf. vv. #1Co 2:4-5 ; #2Co 12:9-10). Dans ses discours, il ne recourait à aucun artifice ni aucune manipulation pour influer sur la réaction de ses auditeurs. Sa crainte et son tremblement étaient causés par le sérieux avec lequel il considérait sa mission.

 

4  et ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d’Esprit et de puissance,

5  afin que votre foi fût fondée, non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu.

6 ¶  Cependant, c’est une sagesse que nous prêchons parmi les parfaits, sagesse qui n’est pas de ce siècle, ni des chefs de ce siècle, qui vont être anéantis ;

parfaits. Paul emploie ce mot pour parler de croyants authentiques, sauvés par Christ, comme en #Hé 6:1 ; #Hé 10:14.

chefs. Ceux qui sont en position d’autorité.

ce siècle. C’est-à-dire toutes les périodes de l’histoire jusqu’au retour de Christ.

 

7  nous prêchons la sagesse de Dieu, mystérieuse et cachée, que Dieu, avant les siècles, avait destinée pour notre gloire,

mystérieuse. Cet adjectif ne qualifie pas une doctrine obscure et énigmatique, mais la vérité connue de Dieu de toute éternité, qu’il maintient secrète jusqu’au moment où il juge opportun de la révéler.

pour notre gloire. La vérité que Dieu a établie de tout temps et qui est révélée dans l’Évangile, c’est le fait que Dieu sauve et glorifie des pécheurs.

 

8  sagesse qu’aucun des chefs de ce siècle n’a connue, car, s’ils l’eussent connue, ils n’auraient pas crucifié le Seigneur de gloire.

s’ils l’avaient connue. La crucifixion prouve que la sagesse faisait défaut aux chefs religieux juifs et aux responsables romains. Cf. #1Ti 1:12-13

 

9  Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au cœur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment.

Ces paroles d’#Esa 64:3 ne concernent pas, comme on le croit souvent, les merveilles du ciel; elles évoquent plutôt la sagesse que Dieu a réservée aux croyants. La vérité de Dieu ne peut être découverte par ce que l’on voit ou entend (les preuves objectives ou empiriques), ni par la pensée (les conclusions subjectives et rationnelles).

 

10  Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu.

Dieu nous les a révélées. Dieu dévoile la vérité qui sauve par l’intermédiaire du Saint-Esprit (cf. #Mt 11:25 ; #Mt 13:10-13). Seul l’Esprit peut apporter cette révélation, parce qu’il est Dieu lui-même et qu’il a pleinement part à la connaissance divine. Comme pour les pronoms « nous » aux vv. #1Co 2:6-7 et 12-13, Paul parle d’abord de lui-même (cf. #Jn 14: 26 ; #Jn 15:26-27), tout en englobant, d’une certaine manière, les croyants qui ont reçu la Parole telle qu’elle a été apportée par les apôtres et leurs collaborateurs.

2:10-16 La sagesse qui sauve-impossible à connaître par le moyen de la sagesse humaine-est révélée aux hommes par Dieu. Il la fait connaître par la révélation, l’inspiration et l’illumination. La révélation (vv. #1Co 2:10-11) et l’inspiration (vv. #1Co 2:12-13) ont été octroyées à ceux qui ont mis par écrit la parole de Dieu, la Bible; l’illumination est donnée à tous les croyants qui cherchent à connaître et à comprendre cette vérité divine écrite. Dans tous les cas, c’est le Saint-Esprit qui opère dans les croyants (cf. #2P 1:21).

 

11  Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui ? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu.

12  Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce.

nous n’avons pas reçu. Par le pronom « nous », Paul désigne ici les apôtres et d’autres rédacteurs de la Parole de Dieu. Par le moyen de l’inspiration, Dieu a offert gratuitement le don de sa Parole. C’est par ce moyen que des pensées spirituelles ont pu être exprimées dans un langage spirituel (v. #1Co 2:13), source de vie (cf. #Mt 4:4).

 

13  Et nous en parlons, non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles.

14  Mais l’homme animal ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge.

l’homme naturel. Cette expression s’applique à ceux qui ne sont pas convertis et qui ne possèdent pas la vie et la sagesse surnaturelles.

c’est spirituellement qu’on en juge. Par l’illumination de la Parole, le Saint-Esprit accorde aux croyants la faculté de discerner la vérité divine (cf. #Ps 119:18); en revanche, ceux qui sont morts spirituellement ne peuvent la comprendre (cf. #Jn 5:37-39). La doctrine de l’illumination ne signifie pas que nous sachions tout (cf. #De 29:29), que nous n’ayons plus besoin d’enseignants (cf. #Ep 4:11-12) ou que cette compréhension ne nécessite pas un travail personnel approfondi (cf. #2Ti 2:15).

 

15  L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne.

jugé par personne. Certes, les non-croyants sont tout à fait capables de voir les fautes et les échecs des chrétiens; ils n’ont cependant pas la faculté d’appréhender leur nature spirituelle et de voir en eux des personnes transformées, qui sont devenues des enfants de Dieu (cf. #1Jn 3:2).

 

16  Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l’instruire ? Or nous, nous avons la pensée de Christ.

la pensée de Christ. Citation d’#Esa 40:13. Le même mot est traduit par « intelligence » en #1Co 14:14-15, #1Co 14: 19. Les croyants peuvent connaître les pensées de leur Seigneur, car il consent à les révéler par la Parole et par l’Esprit. Cf. #Lu 24: 45.




1 CORINTHIENS 3 * 1 à 23


1 ¶  Pour moi, frères, ce n’est pas comme à des hommes spirituels que j’ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en Christ.

L’influence du monde, d’origine extérieure, n’était pas la seule source de problèmes dans l’Église. Le caractère charnel de la nature humaine était responsable de troubles qui prenaient naissance dans le cœur même des croyants. Les pressions du monde se combinaient à la faiblesse de la chair.

charnels. Les croyants de Corinthe n’étaient plus à l’état de « l’homme naturel », sans pour autant être devenus « spirituels » (entièrement contrôlés par le Saint-Esprit). En réalité, ils étaient charnels (sous le contrôle de la chair). Même si tous les croyants possèdent le Saint-Esprit (cf. #Ro 8:9), ils ont toujours à lutter contre les tendances de la chair, qui subit les conséquences de la chute.

enfants en Christ. Charnels, ces croyants manquaient nécessairement de maturité spirituelle. Paul leur fait comprendre qu’il était en droit de leur écrire comme à des chrétiens parvenus à maturité  compte tenu des enseignements qu’il leur avait dispensés - et qu’ils sont donc inexcusables de ne pas avoir progressé dans la foi (v. #1Co 3:2).

 

2  Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter ; et vous ne le pouvez pas même à présent, parce que vous êtes encore charnels.

lait. Cette métaphore ne s’applique pas à des doctrines particulières, mais plutôt à certains aspects facilement assimilables des vérités doctrinales, ceux qui sont présentés aux nouveaux convertis.

nourriture solide. Des éléments des doctrines de l’Écriture considérées plus en profondeur. Il s’agit bien, dans les deux cas, des mêmes vérités, mais elles sont présentées à des niveaux de compréhension différents. L’immaturité spirituelle empêche la perception des vérités dans toute leur richesse.

 

3  En effet, puisqu’il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n’êtes-vous pas charnels, et ne marchez-vous pas selon l’homme ?

jalousie. Fruit de la disposition charnelle, la jalousie est une forme aggravée de l’égoïsme, qui provoque immanquablement des disputes.

selon l’homme. N’étant pas soumis à la volonté de l’Esprit, ils se comportaient comme des êtres charnels et non spirituels.

 

4  Quand l’un dit : Moi, je suis de Paul ! et un autre : Moi, d’Apollos ! n’êtes-vous pas des hommes ?

Paul …  Apollos. Une attitude charnelle a pour fruit la division, qui débouche elle-même sur le sectarisme. Cf. #1Co 1:11-13.

 

5 ¶  Qu’est-ce donc qu’Apollos, et qu’est-ce que Paul ? Des serviteurs, par le moyen desquels vous avez cru, selon que le Seigneur l’a donné à chacun.

Qu’est-ce donc qu’Apollos …  Paul. Une désignation pleine d’humilité, mais exacte, du rôle des serviteurs de Dieu.

le Seigneur l’a donné …  Dieu a fait …  Dieu qui fait. Le Seigneur seul peut communiquer la foi aux personnes ignorantes et mortes spirituellement. Le salut est l’œuvre de la grâce de Dieu envers ceux à qui il choisit de l’offrir.

 

6  J’ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu a fait croître,

7  en sorte que ce n’est pas celui qui plante qui est quelque chose, ni celui qui arrose, mais Dieu qui fait croître.

8  Celui qui plante et celui qui arrose sont égaux, et chacun recevra sa propre récompense selon son propre travail.

sont égaux. Tous les instruments humains que Dieu emploie pour amener d’autres personnes au salut bénéficient de la même considération et sont également récompensés pour leur disponibilité à se laisser utiliser par lui. Cependant, c’est à Dieu que revient toute la gloire, car lui seul est l’auteur du salut. C’est la raison pour laquelle l’esprit de parti ridicule du v. 4 et de 1:12 est condamné.

9  Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l’édifice de Dieu.

nous. Paul, Apollos, Pierre et tous les autres serviteurs sont des ouvriers d’égale valeur dans le champ de Dieu, mais la vie spirituelle qui grandit dans ce champ provient de la seule grâce et de la seule puissance de Dieu.

l’édifice de Dieu. Paul change de vocabulaire et de métaphore: les images empruntées au domaine de l’agriculture dans le passage précédent cèdent la place au thème de la construction (vv. #1Co 3:10-17).

 

10  Selon la grâce de Dieu qui m’a été donnée, j’ai posé le fondement comme un sage architecte, et un autre bâtit dessus. Mais que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit dessus.

fondement …  architecte. En grec, ce nom recouvre la notion du concepteur d’un bâtiment aussi bien que de son constructeur. La tâche spécifique de Paul consistait à établir les fondements spirituels (cf. #Ro 15: 20). Il a été utilisé par Dieu pour poser les fondations des Églises d’Asie Mineure, de Macédoine et de Grèce. D’autres, comme Timothée et Apollos, ont édifié les Églises sur ces bases. Le rôle que Dieu a attribué à Paul n’était que le fruit de la grâce (cf. v. #1Co 3:7 ; #1Co 15: 20 ; #Ro 15: 18 ; #Ep 3:7-8 ; #Col 1:29).

chacun. Ce passage s’adresse d’abord aux évangélistes et aux enseignants responsables.

 

11 ¶  Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ.

un autre fondement. Paul n’a pas créé ces fondations de toutes pièces, il ne les a posées qu’en prêchant Christ. Cf. #1Pi 2:6-8.

 

12  Or, si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l’œuvre de chacun sera manifestée ;

si quelqu’un bâtit. Les personnes visées en premier lieu sont les mêmes qu’aux vv. #1Co 3:9-10 ; d’une manière plus large, ce principe s’applique à tous les croyants qui sont appelés à édifier l’Église par un service fidèle.

de l’or, de l’argent, des pierres précieuses. Ces matériaux de qualité représentent un service spirituel et caractérisé par la consécration visant à l’édification de l’Église.

du bois, du foin, du chaume. C’est-à-dire des matériaux de moindre valeur, qui renvoient à une activité superficielle, sans impact éternel, même si elle n’est pas mauvaise.

 

13  car le jour la fera connaître, parce qu’elle se révélera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’œuvre de chacun.

le jour. C’est-à-dire le temps du tribunal de Christ. Cette expression est une métaphore qui représente le lieu où le Seigneur siégera lorsqu’il jugera les vies des croyants, avant de leur accorder des récompenses éternelles. Elle est la traduction du mot grec bêma, qui désignait l’estrade sur laquelle les athlètes victorieux se tenaient pour recevoir leur couronne (par exemple; durant les jeux isthmiques). Ce mot est aussi employé dans le N.T. pour parler du lieu où s’effectuaient les jugements publics, comme celui de Jésus devant Pilate (#Mt 27:19 ; #Jn 19: 13). Cependant, ce passage fait clairement allusion à la récompense des athlètes. Comme la ville de Corinthe possédait une estrade à double fonction  à la fois lieu de la remise des prix et du tribunal (#Ac 18:12-16) - les Corinthiens saisissaient sans peine l’analogie.

se révélera dans le feu. Le feu du jugement divin sert de test (cf. #Job 23: 10 ; #Za 13: 9 ; #1Pi 1:17-18 ; #Ap 3:18). D’après #2Co 5:10, le bois, le foin et le chaume représentent des choses sans valeur qui ne résisteront pas au jugement par le feu; cf. #Col 2:18).

 

14  Si l’œuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense.

subsiste. Tout ce qui a été accompli par la puissance de Dieu et pour sa gloire résistera à l’épreuve du feu (cf. #Mt 25:21, #Mt 25:23 ; #2Co 5:9 ; #Ph 3:13-14 ; #1Th 2:19-20 ; #2Ti 4:7-8 ; #Ja 1:12 ; #1Pi 5:4 ; #Ap 22: 12).

récompense. Cf. #Ap 22: 12. Il ne s’agit pas du jugement du péché, car Christ l’a pris sur lui (#Ro 8:1); aucun croyant ne sera donc jamais jugé pour le péché. Ce jugement ne sert qu’à déterminer la récompense éternelle (cf. #1Co 4:5, « la louange qui lui sera due »).

 

15  Si l’œuvre de quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense ; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu.

sera sauvé. Aucun croyant, si misérable soit-il, ne perdra son salut.

 

16 ¶  Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ?

3:16-17 Ce passage constitue un avertissement sévère à l’intention de tous ceux qui voudraient entraver ou détruire l’édification de l’Église sur Christ.

 

17  Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira ; car le temple de Dieu est saint, et c’est ce que vous êtes.

18 ¶  Que nul ne s’abuse lui-même, si quelqu’un parmi vous pense être sage selon ce siècle, qu’il devienne fou, afin de devenir sage.

3:18-19a

s’abuse lui-même. Ceux qui souillent l’Église et pensent réussir à la détruire par le biais de leur sagesse tout humaine feraient bien mieux de rejeter cette sagesse et d’accepter la folie de la croix de Christ.

 

19  Car la sagesse de ce monde est une folie devant Dieu. Aussi est-il écrit : Il prend les sages dans leur ruse.

3:19b-20 Paul cite #Job 5:13 et #Ps 94:11 dans le but de renforcer l’argument développé en #1Co 1:18-25 ; il rappelle ainsi que la sagesse humaine, qui ne peut pas sauver, ne peut pas non plus bâtir une Église ni même empêcher sa croissance.

 

20  Et encore : Le Seigneur connaît les pensées des sages, Il sait qu’elles sont vaines.

21 ¶  Que personne donc ne mette sa gloire dans des hommes ; car tout est à vous,

mette sa gloire dans des hommes. Cf. v. #1Co 3:4 ; #1Co 1:12. La croissance de l’Église n’est pas portée au compte de Paul, d’Apollos et d’autres serviteurs.

tout est à vous. Dieu offre ses dons les plus précieux à tous les croyants sans distinction. Prétendre à une part de gloire plus grande ne revient pas seulement à avoir des revendications insensées: c’est un péché.

 

22  soit Paul, soit Apollos, soit Céphas, soit le monde, soit la vie, soit la mort, soit les choses présentes, soit les choses à venir.

le monde. Bien que l’univers soit temporairement livré entre les mains de Satan, il reste l’ouvrage de Dieu qui le donne en possession aux chrétiens (#1Jn 5:19). Cependant, lors du millénium et durant l’éternité, les croyants posséderont dans une plus large mesure la nouvelle terre et leur patrie éternelle (#Mt 5:5 ; #Ap 21).

vie. C’est-à-dire la vie spirituelle et éternelle (cf. #Jn 14: 23 ; #2P 1:3-4).

mort. C’est-à-dire la mort spirituelle et éternelle (#1Co 15:54-57 ; #Ph 1:21-24).

choses présentes. C’est-à-dire le vécu et les biens du croyant dans cette vie (cf. #Ro 8:37-39).

choses à venir. C’est-à-dire toutes les bénédictions du ciel. Cf. #1Pi 1:3-4.

Tout est à vous. En Christ, tout ce qui est bon et saint est destiné à bénir les croyants, pour la gloire de Dieu. Cf. #Ep 1:3 ; #2P 1:3.

 

23  Tout est à vous ; et vous êtes à Christ, et Christ est à Dieu.

Christ …  Dieu. Lorsque les croyants prennent conscience qu’ils appartiennent à Christ  et qu’ainsi ils s’appartiennent mutuellement - ils trouvent dans cette réalité la meilleure motivation qui soit pour rechercher l’unité dans l’Église (#1Co 6:17 ; #Jn 9:9-10, #Jn 9:21-23 ; #Ph 2:1-4).

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/