JOUR 91 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

11/11/2018 00:42

JOUR 91 DE 130 : NOUVEAU TESTAMENT

 

COLOSSIENS 3 ET 4

 

COLOSSIENS 3 * 1 à 25

 

1 ¶  Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d’en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu.

Si. Mieux traduit par « puisque ».

vous êtes ressuscités. Verbe qui signifie en fait « Co ressuscités ». Grâce à leur union avec Christ, les croyants participent spirituellement à sa mort et à sa résurrection, dès le jour de leur conversion. Ils sont alors devenus vivants et demeurent ainsi en lui, ce qui les rend capables de comprendre les vérités, réalités et bénédictions spirituelles de Dieu, de même que sa volonté. Ces glorieuses bénédictions (cf. #Ep 1:3) constituent les privilèges et les richesses disponibles pour tous les croyants dans le royaume céleste. Paul les appelait les « choses d’en haut ». Pour comprendre de quoi il s’agit.

assis à la droite de Dieu. Position d’honneur et de majesté (cf. #Ps 110:1 ; #Lu 22: 69 ; #Ac 2:33 ; #Ac 5:31 ; #Ac 7:56 ; #Ep 1:20 ; #Hé 1:3 ; #Hé 8:1 ; #1Pi 3:22) offerte à Christ en sa qualité de Fils exalté de Dieu. Cette exaltation fait de lui une source de bénédictions pour son peuple (#Jn 14:13-14 ; cf. #2Co 1:20).

 

2  Affectionnez-vous aux choses d’en haut, et non à celles qui sont sur la terre.

Attachez-vous. Peut aussi se traduire par « pensez à » ou « ayez une disposition intérieure pour ». De même qu’une boussole indique le nord, les pensées des chrétiens doivent se tourner vers les choses d’en haut. Des pensées célestes ne peuvent provenir que de la compréhension des réalités célestes par la lecture des Écritures (cf. #Ro 8:5 ; #Ro 12:2 ; #Ph 1:23 ; #Ph 4:8 ; #1Jn 2:15-17).

 

3  Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu.

vous êtes morts. Le temps du verbe indique que cette mort est un événement passé. Il s’agit en l’occurrence de la mort de Jésus-Christ, dans laquelle les croyants ont été unis à lui et par laquelle le châtiment de leur péché a été payé. Ils sont ressuscités avec lui pour entrer dans une nouvelle vie.

 

cachée avec Christ en Dieu. Expression riche de trois sens différents:

1° les croyants partagent la vie spirituelle du Père et du Fils (#1Co 6:17 ; #2P 1:4);

2° le monde ne peut comprendre tout ce que signifie la nouvelle vie du croyant (#1Co 2:14 ; #1Jn 3:2);

3° les croyants jouissent d’une sécurité éternelle, protégés qu’ils sont de tout ennemi spirituel, et ils ont accès à toutes les bénédictions divines (#Jn 10:28 ; #Ro 8:31-39 ; #Hé 7:25 ; #1Pi 1:4).

 

4  Quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire.

Quand Christ …  paraîtra. Lors de sa seconde venue (cf. #Ap 19:11-13, #Ap 19:15-16).

 

5 ¶  Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre, l’impudicité, l’impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie.

Faites donc mourir.  cf. #Za 4:6 ; #Ep 5:18 ; #Ep 6:17 ; #1Jn 2:14. Il s’agit ici d’un effort conscient de mettre à mort le péché qui subsiste dans notre chair.

la débauche. Traduit aussi par « immoralité », le terme désigne toute forme de péché sexuel;  cf. #1Th 4:3).

l’impureté. Outre les actes de péché sexuel, ce mot désigne les mauvaises pensées et les intentions coupables;  cf. #Mt 5:28 ; #Mr 7:21-22 ; #1Th 4:7).

les passions, les mauvais désirs. Termes similaires qui désignent les désirs sexuels coupables. La « passion » représente la face physique de ce vice, et les « mauvais désirs » son côté mental;  cf. #Ja 1:15).

la cupidité. Traduit aussi par « convoitise », le mot signifie littéralement « fait d’en avoir plus ». C’est le désir insatiable de gagner toujours plus, et surtout ce qui est interdit (cf. #Ex 20: 17 ; #De 5:21 ; #Ja 4:2).

qui est une idolâtrie. Quand on se livre à la cupidité ou aux péchés sexuels énumérés par Paul, on suit ses propres désirs plutôt que ceux de Dieu, ce qui revient à s’adorer soi-même, et donc à pratiquer l’idolâtrie (#No 25:1-3 ; #Ep 5:3-5).

 

6  C’est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion,

colère de Dieu. C’est la réaction constante et invariable de Dieu face au péché

les fils de la rébellion. Décrit les non-croyants comme portant en eux la nature et les caractéristiques du péché, en particulier la désobéissance et la rébellion, qu’ils affectionnent.

 

7  parmi lesquels vous marchiez autrefois, lorsque vous viviez dans ces péchés.

ainsi que vous marchiez autrefois. Avant leur conversion (cf. #Ep 2:1-5 ; #Tit 3:3-4).

8 ¶  Mais maintenant, renoncez à toutes ces choses, à la colère, à l’animosité, à la méchanceté, à la calomnie, aux paroles déshonnêtes qui pourraient sortir de votre bouche.

renoncez. Un mot grec utilisé pour désigner l’acte d’enlever des vêtements (cf. #Ac 7:58 ; #Ro 13:12-14 ; #1Pi 2:1). Tout comme on quitte ses vêtements à la fin de la journée, les croyants doivent aussi retirer les vêtements souillés de leur vie de péché.

colère. Une amertume profonde qui couve à l’intérieur, l’attitude de cœur d’une personne colérique (cf. #Ep 4:31 ; #Ja 1:19-20).

animosité. Contrairement à la juste colère de Dieu, c’est un accès de fureur injuste, qui découle habituellement de la colère;  cf. #Lu 4:28 ; #Ac 19: 28 ; #Ep 4:31).

méchanceté. Désigne en grec le mal moral en général. Renvoie probablement aux dégâts engendrés par les mauvaises paroles (cf. #1Pi 2:1).

calomnie. Quand elle est dirigée contre Dieu, la calomnie s’appelle « blasphème ». Ici, elle l’est contre des personnes, c’est pourquoi la traduction « calomnie » convient. Toutefois, calomnier les gens, c’est aussi blasphémer contre Dieu (#Ja 3:9 ; cf. #Mt 5:22 ; #Ja 3:10).

 

9  Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme et de ses œuvres,

vieil homme. La vieille nature non régénérée, qui a son origine en Adam;  cf. #Ep 4:22).

3:9-10

dépouillés …  revêtu. Ces mots constituent le fondement du commandement donné au verset 8: puisque le vieil homme est mort en Christ et que le nouveau vit en Christ  c’est ce qui se produit au moment de la nouvelle création, ou régénération (#2Co 5:17) - les croyants doivent renoncer aux actions pécheresses qui subsistent en eux, en se soumettant constamment au processus de renouvellement qui les conduit à ressembler à l’image de Christ. Telle est leur vocation.

 

10  et ayant revêtu l’homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance, selon l’image de celui qui l’a créé.

l’homme nouveau. La nouvelle nature régénérée, qui remplace le vieil homme; c’est l’essence de ce que les croyants sont en Christ (cf. #Ep 4:17 ; #Ep 5:1, #Ep 5:8, #Ep 5:15). La raison pour laquelle les croyants continuent de pécher, c’est qu’ils ont encore leur nature non régénérée.

se renouvelle.  cf. #Ro 12:2 ; #2Co 3:18. Le sens de ce verbe grec établit un contraste avec la réalité précédente. Il décrit une nouvelle qualité de vie, qui n’existait pas auparavant (cf. #Ro 12:2 ; #Ep 4:22). Tout comme le bébé naît complet mais immature, l’homme nouveau est complet, mais il a la capacité de grandir.

connaissance. Une connaissance profonde et totale, sans laquelle tout renouvellement et toute croissance spirituelle sont impossibles (#2Ti 3:16-17 ; #1Pi 2:2).

image de celui qui l’a créé. Le plan de Dieu, c’est que les croyants ressemblent de plus en plus à Christ, celui qui les a créés (cf. #Ro 8:29 ; #1Co 15: 49 ; #1Jn 3:2).

 

11  Il n’y a ici ni Grec ni Juif, ni circoncis ni incirconcis, ni barbare ni Scythe, ni esclave ni libre ; mais Christ est tout et en tous.

De même que les croyants doivent individuellement retirer leurs habits sales et perdre leurs habitudes pécheresses, le corps de Christ a le devoir de réaliser son unité en détruisant les anciennes barrières entre les membres de son peuple (cf. #Ga 3:28 ; #Ep 2:15).

Grec. Un païen, un non-Juif.

Juif. Descendant d’Abraham par Isaac.

barbare. Un terme moqueur inventé par les Grecs et désignant tous ceux qui n’avaient pas été enseignés dans la langue et la culture grecques. Lorsque quelqu’un parlait dans une autre langue, les Grecs ne comprenaient rien à ce discours inintelligible qui sonnait comme « bar-bar-bar ». Bien que, dans son sens le plus étroit, le terme « barbare » ait désigné les foules incultes et sans instruction, il était souvent utilisé pour décrire tous les non-Grecs, jugés peu cultivés. Paul releva que Dieu ne fait preuve d’aucun favoritisme: l’Évangile doit atteindre à la fois l’élite du monde et ses exclus (cf. #Jn 4:4-42 ; #Ja 2:1-9).

Scythe. Peuple nomade et guerrier de l’Antiquité qui, au VIIe siècle av. J.-C., envahit le Croissant fertile. Leur réputation de sauvagerie faisait d’eux les plus détestés et les plus redoutés de tous ceux qu’on appelait barbares.

ni esclave ni libre. Une barrière sociale existait depuis toujours entre les esclaves et les hommes libres; Aristote nommait les esclaves « des outils vivants ». Or, la foi en Christ a abattu cette barrière (#1Co 12:13 ; #Ga 3:28 ; cf. #Phm 6).

Christ est tout et en tous. Puisque Jésus-Christ est le Sauveur de tous les croyants, il est aussi le Seigneur de tous, et tous trouvent en lui tout ce dont ils ont besoin.

 

12 ¶  Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d’entrailles de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience.

Ainsi donc. Étant donné l’œuvre de Dieu accomplie à travers Jésus-Christ en faveur des croyants, Paul décrivit la conduite et l’attitude auxquelles Dieu, en retour, s’attend de notre part (versets #Col 3:12-17).

élus de Dieu. Désigne les vrais chrétiens, ceux qui ont été choisis par Dieu. Personne ne se convertit uniquement par choix personnel, mais seulement en réponse à la grâce divine, qui est efficace, gratuite, souveraine et libre de toute influence;  cf. #Ac 13:46-48 ; #Ro 11:4-5).

bien-aimés. L’élection signifie que le croyant devient l’objet de l’amour particulier et incompréhensible que Dieu lui porte (cf. #Jn 13: 1 ; #Ep 1:4-5).

sentiments de compassion. Littéralement « entrailles de compassion ». Hébraïsme qui présente les organes internes du corps humain comme siège des émotions (cf. #Mt 9:36 ; #Lu 6:36 ; #Ja 5:11).

bonté. Une bonté envers autrui qui envahit toute la personne et qui adoucit toutes ses aspérités (cf. #Mt 11:29-30 ; #Lu 10:25-37).

humilité.  cf. #Mt 18:4 ; #Jn 13:14-16 ; #Ja 4:6, #Ja 4:10. C’est le parfait antidote à l’amour-propre, poison des relations humaines.

douceur. Parfois traduit par « gentillesse », c’est la volonté de subir les insultes ou les blessures plutôt que d’en infliger aux autres.

patience.  cf. #Ro 2:4. Traduit aussi par « endurance », c’est l’inverse des éclats de colère, du ressentiment, de l’esprit de revanche, le résumé de la nature de Jésus-Christ (#1Ti 1:16 ; cf. #2P 3:15). La patience permet d’endurer l’injustice et les circonstances défavorables dans l’espérance d’un prochain soulagement.

 

13  Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi.

De même que Christ vous a pardonné. Puisque Christ, le modèle du pardon, leur a pardonné tous leurs péchés (#Col 1:14 ; #Col 2:13-14), les croyants doivent se pardonner de bon cœur les uns aux autres.

 

14  Mais par-dessus toutes ces choses revêtez-vous de la charité, qui est le lien de la perfection.

lien de la perfection. Une meilleure traduction serait « lien parfait d’unité » L’amour surnaturel déversé dans le cœur des croyants cimente entre eux les membres de l’Église. Cf. #Ro 5:5 ; #1Th 4:9.

 

15  Et que la paix de Christ, à laquelle vous avez été appelés pour former un seul corps, règne dans vos cœurs. Et soyez reconnaissants.

la paix de Christ. Le mot grec « paix » renvoie ici autant à l’appel lancé par Dieu à recevoir le salut et à la paix avec lui qui en découle, qu’à l’attitude de repos et de sécurité (#Ph 4:7) dont jouissent les croyants, du fait même de cette paix éternelle.

 

16  Que la parole de Christ habite parmi vous abondamment ; instruisez-vous et exhortez-vous les uns les autres en toute sagesse, par des psaumes, par des hymnes, par des cantiques spirituels, chantant à Dieu dans vos cœurs sous l’inspiration de la grâce.

parole de Christ. C’est l’Écriture, sainte parce qu’inspirée par le Saint-Esprit, la parole de révélation qu’il a introduite dans le monde.

demeure en vous dans toute sa richesse. « Demeurer » signifie « vivre dans » ou « se sentir chez soi », et on pourrait traduire « dans toute sa richesse » par « abondamment ou extrêmement riche ». L’Écriture devrait pénétrer toutes les facettes de la vie du croyant et contrôler chacune de ses pensées, paroles et actions (cf. #Ps 119:11 ; #Ph 2:16 ; #2Ti 2:15). Ce concept est parallèle à celui d’#Ep 5:18, puisque les deux produisent les mêmes résultats. En #Ep 5:18, la puissance et la motivation proviennent du fait que les croyants sont remplis du Saint-Esprit; ici elles proviennent du fait qu’ils demeurent dans la richesse de la Parole. Ces deux réalités n’en font qu’une: le Saint-Esprit remplit celui dont la vie est placée sous l’obéissance à la Parole. Ainsi, la plénitude de l’Esprit n’a rien à voir avec une expérience d’extase émotionnelle, mais consiste à le laisser prendre progressivement la maîtrise de notre vie en obéissant à la Parole de Dieu.

par des psaumes, par des hymnes, par des cantiques spirituels. psaumes. Notamment ceux de l’A.T. mis en musique, mais le terme s’appliquait aussi à toute autre musique chantée. L’Église primitive chantait les Psaumes. hymnes. Peut-être, des chants de louange qui se distinguaient des Psaumes (orientés vers Dieu) par leur objet: le Seigneur Jésus-Christ. cantiques spirituels. Probablement des chants composés pour donner un témoignage personnel et exprimant aussi la grâce du salut en Christ.

 

17  Et quoi que vous fassiez, en parole ou en œuvre, faites tout au nom du Seigneur Jésus, en rendant par lui des actions de grâces à Dieu le Père.

faites tout au nom du Seigneur Jésus. Cela signifie simplement agir de façon cohérente avec ce que Christ est et ce qu’il veut.

 

18 ¶  Femmes, soyez soumises à vos maris, comme il convient dans le Seigneur.

soumise. Le verbe grec signifie « se soumettre »; il s’agit donc de se placer volontairement sous l’autorité de quelqu’un ou de quelque chose (cf. #Lu 2:51 ; #Lu 10:17, #Lu 10:20 ; #Ro 8:7 ; #Ro 13:1-5 ; #1Co 15:27-28 ; #Ep 1:22).

3:18-4:1 Paul décrit ici les nouvelles relations rendues possibles avec les autres. Ce passage est parallèle à #Ep 5:19-6:9.

 

19  Maris, aimez vos femmes, et ne vous aigrissez pas contre elles.

Aime C’est un appel à la plus haute forme d’amour qui se traduit par un comportement altruiste (cf. #Ge 24: 67 ; #Ep 5:22-28 ; #1Pi 3:7).

s’aigrisse. Mieux traduit par « cessez de vous aigrir » ou « ne prenez pas l’habitude de vous aigrir ». Les maris ont l’ordre de ne pas se montrer durs envers leur femme et de ne pas manifester de ressentiment envers elle.

 

20  Enfants, obéissez en toutes choses à vos parents, car cela est agréable dans le Seigneur.

en toutes choses. La seule limite de l’obéissance due par les enfants réside dans le cas où leurs parents auraient des exigences allant à l’encontre de la Parole. Certains enfants agissent par exemple, contre l’avis de leurs parents en venant à Christ (#Lu 12:51-53 ; #Lu 14: 26).

 

21  Pères, n’irritez pas vos enfants, de peur qu’ils ne se découragent.

n’irritez pas. Aussi traduit « ne provoquez pas ou n’exaspérez pas ».

 

22  Serviteurs, obéissez en toutes choses à vos maîtres selon la chair, non pas seulement sous leurs yeux, comme pour plaire aux hommes, mais avec simplicité de cœur, dans la crainte du Seigneur.

Serviteurs. C`est-à-dire esclaves.

selon la chair. C’est-à-dire les inclinations humaines (cf. #2Co 10:2-3).

sous leurs yeux. Meilleure traduction: « dans un service extérieur ». Allusion à l’attitude qui consiste à ne travailler que lorsque le maître est là pour surveiller, sans réaliser que le Seigneur nous voit toujours et que notre travail l’intéresse (versets #Col 3:23-24). Cf. #1Ti 6:1-2 ; #Tit 2:9-10 ; #1Pi 2:18-21).

3:22-4:1 Paul réaffirme les devoirs réciproques des esclaves et des maîtres, qui ont leur parallèle actuel dans les devoirs respectifs des employeurs et des employés. Jamais les Écritures ne font l’apologie de l’esclavage. Elles en tiennent compte comme l’un des aspects de la société antique, qui se serait révélé plus profitable pour les deux parties si esclaves et maîtres s’étaient traités correctement les uns les autres. Paul, à l’instar de Christ, utilise l’esclavage comme une illustration spirituelle: il assimile le croyant à un esclave au service de Jésus-Christ, et il présente le service accompli envers un maître terrestre comme une façon de servir le Seigneur.

 

23  Tout ce que vous faites, faites-le de bon cœur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes,

24  sachant que vous recevrez du Seigneur l’héritage pour récompense. Servez Christ, le Seigneur.

3:24-25

l’héritage pour récompense. Le Seigneur donne au croyant la garantie qu’il recevra la juste compensation éternelle de ses efforts (cf. #Ap 20:12-13), même si son maître sur terre ne le récompense pas comme il le mérite (v. #Col 3:25). Dieu reste impartial pour ce qui est de l’obéissance et de la désobéissance (cf. #Ac 10:34 ; #Ga 6:7). Les chrétiens ne doivent pas tirer prétexte de leur foi pour justifier leur désobéissance aux autorités civiles ou à leur employeur (cf. #Phm 18).

 

25  Car celui qui agit injustement recevra selon son injustice, et il n’y a point d’acception de personnes.


 


COLOSSIENS 4 * 1 à 18

 

1 ¶  Maîtres, accordez à vos serviteurs ce qui est juste et équitable, sachant que vous aussi vous avez un maître dans le ciel.

Maîtres. Et vous, maîtres, agissez de même à leur égard. Maîtres et employés chrétiens doivent s’honorer et se respecter mutuellement, du fait de leur allégeance commune au Seigneur. Un patron rempli du Saint-Esprit exerce son autorité et son pouvoir avec justice et grâce. Il s’abstient de menacer ses employés, d’abuser de son pouvoir ou de leur manquer de respect. Il comprend que lui-même se trouve sous l’autorité d’un Maître céleste impartial (cf. #Ac 10:34 ; #Ro 2:11 ; #Ja 2:9).

 

2 ¶  Persévérez dans la prière, veillez-y avec actions de grâces.

Persévérez. Signifie en grec « faire preuve d’une persistance courageuse » ou « tenir ferme et ne pas lâcher », dans le contexte de la vie de prière (#Ac 1:14 ; #Ro 12:12 ; #Ep 6:18 ; #1Th 5:17 ; cf. #Lu 11:5-10 ; #Lu 18:1-8).

veillez-y. Dans un sens général, cela signifie rester éveillé pendant le temps de prière. Paul songeait cependant à la nécessité de rester vigilant pour discerner des besoins spécifiques à propos desquels prier, plutôt que de rester vague et de manquer de concentration (Cf. #Mt 26:41 ; #Mr 14: 38 ; #Lu 21: 36).

 

3  Priez en même temps pour nous, afin que Dieu nous ouvre une porte pour la parole, en sorte que je puisse annoncer le mystère de Christ, pour lequel je suis dans les chaînes,

une porte. Une occasion (#1Co 16:8-9 ; #2Co 2:12).

mystère de Christ. Cf. #Col 2:2 ; #Col 4:3. Le terme renvoyait à des vérités cachées jusque-là mais révélées pour la première fois aux saints du N.T.: le mystère de l’incarnation (#Col 2:2-3, #Col 2:9), l’incrédulité d’Israël (#Ro 11:25), l’iniquité (#2Th 2:7), la réunion des païens et des Juifs dans l’Église (#Ep 3:3-6), l’enlèvement de l’Église (#1Co 15: 51). Dans ce passage, le mystère est explicitement identifié au verset 27.

 

4  et le faire connaître comme je dois en parler.

5 ¶  Conduisez-vous avec sagesse envers ceux du dehors, et rachetez le temps.

ceux du dehors. Désigne les inconvertis. Les croyants sont appelés à vivre de telle manière que la foi en Christ soit reconnue comme crédible et à tirer profit de toute occasion d’évangéliser.

 

6  Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun.

accompagnée de grâce. Il s’agit de parler d’une façon spirituelle, saine, opportune, douce, sensible, convaincante, attentionnée, vraie, avec amour et délicatesse.

assaisonnée de sel. Outre le fait qu’il donne leur saveur aux aliments, le sel sert aussi à les conserver. Les paroles du chrétien ne doivent pas seulement être une source de bénédiction pour autrui, mais aussi agir comme une influence purificatrice au sein de la société décadente de notre monde.

 

7 ¶  Tychique, le bien-aimé frère et le fidèle ministre, mon compagnon de service dans le Seigneur, vous communiquera tout ce qui me concerne.

Tychique. Nom propre signifiant « fortuit » ou « heureux ». Il avait accompagné Paul à Jérusalem en tant que représentant des Églises à majorité païenne (#Ac 20: 4). C’était un compagnon sur lequel Paul pouvait compter et un responsable compétent, puisqu’à plusieurs occasions il avait été pressenti pour remplacer Tite et Timothée (#2Ti 4:12 ; #Tit 3:12). Il fut responsable de l’acheminement des lettres que Paul adressa aux Colossiens, aux Éphésiens (#Ep 6:21) et à Philémon (v. #Col 4:9).

 

8  Je l’envoie exprès vers vous, pour que vous connaissiez notre situation, et pour qu’il console vos cœurs.

9  Je l’envoie avec Onésime, le fidèle et bien-aimé frère, qui est des vôtres. Ils vous informeront de tout ce qui se passe ici.

Onésime. L’esclave fugitif dont le retour auprès de son maître fit l’objet de la lettre à Philémon.

 

10  Aristarque, mon compagnon de captivité, vous salue, ainsi que Marc, le cousin de Barnabas, au sujet duquel vous avez reçu des ordres s’il va chez vous, accueillez-le ;

Aristarque. Nom grec d’un Juif (cf. verset #Col 4:11) natif de Thessalonique (#Ac 20: 4 ; #Ac 27:2). Il était l’un des compagnons de Paul lors d’une émeute à Éphèse (#Ac 19: 29). Il l’accompagna aussi pendant son voyage à Jérusalem et à Rome (#Ac 27:2).

Marc. Aussi appelé Jean. Après une période de disgrâce aux yeux de Paul, Marc apparaît ici comme l’un des bras droits de l’apôtre (cf. #2Ti 4:11).

 

11  Jésus, appelé Justus, vous salue aussi. Ils sont du nombre des circoncis, et les seuls qui aient travaillé avec moi pour le royaume de Dieu, et qui aient été pour moi une consolation.

Jésus, appelé Justus. Peut-être, l’un des Juifs romains convaincus par le message de Paul (#Ac 28:24).

 

12  Épaphras, qui est des vôtres, vous salue : serviteur de Jésus-Christ, il ne cesse de combattre pour vous dans ses prières, afin que, parfaits et pleinement persuadés, vous persistiez dans une entière soumission à la volonté de Dieu.

hommes faits, pleinement disposés. Épaphras partageait les mêmes objectifs que Paul pour les croyants de Colosses (cf. #Col 1:28-2:2).

 

13  Car je lui rends le témoignage qu’il a une grande sollicitude pour vous, pour ceux de Laodicée, et pour ceux d’Hiérapolis.

Laodicée. Capitale de la Phrygie, dans la province romaine d’Asie, située juste au sud de Hiérapolis, dans la vallée du fleuve Lycus   cf. #Col 4:13).

Hiérapolis. Ville de Phrygie, située à environ 30 km à l’ouest de Colosses et environ 10 km au nord de Laodicée.

 

14  Luc, le médecin bien-aimé, vous salue, ainsi que Démas.

Luc. Médecin personnel de Paul, il était un de ses amis intimes et l’accompagna souvent lors de ses voyages missionnaires. C’est lui qui rédigea l’Évangile de Luc.

Démas. Il démontra un engagement sans faille pour l’œuvre du Seigneur jusqu’à ce que l’attrait du monde le conduise à abandonner Paul et le ministère (#2Ti 4:9-10 ; mentionné aussi en #Phm 24).

 

15  Saluez les frères qui sont à Laodicée, et Nymphas, et l’Église qui est dans sa maison.

Nymphas, et l’Église qui est dans sa maison. Certains manuscrits présentent Nymphas comme un homme, d’autres comme une femme, par le pronom possessif utilisé pour « sa maison ». Cette Église se réunissait probablement à Laodicée.

 

16  Lorsque cette lettre aura été lue chez vous, faites en sorte qu’elle soit aussi lue dans l’Église des Laodicéens, et que vous lisiez à votre tour celle qui vous arrivera de Laodicée.

Lorsque cette lettre aura été lue chez vous. Cette lettre devait être lue publiquement aux Églises de Colosses et de Laodicée.

de Laodicée. Il s’agit d’une autre lettre de Paul, généralement assimilée à l’épître aux Éphésiens. Les plus anciens manuscrits de l’épître aux Éphésiens ne contiennent en effet pas les mots « à Éphèse », ce qui permet de penser qu’il s’agissait d’une lettre circulaire destinée à plusieurs Églises de la région. Tychique a peut-être d’abord apporté à Laodicée ce qui est aujourd’hui appelé « épître aux Éphésiens ».

 

17  Et dites à Archippe : Prends garde au ministère que tu as reçu dans le Seigneur, afin de le bien remplir.

Archippe. Probablement le fils de Philémon (#Phm 2). Le message que Paul lui adresse  prendre garde à son ministère - est similaire à celui qu’il adressa à Timothée (#2Ti 4:5).

 

18  Je vous salue, moi Paul, de ma propre main. Souvenez-vous de mes liens. Que la grâce soit avec vous !

ma propre main. Paul dictait le plus souvent ses lettres à un secrétaire, mais il y ajoutait souvent ses salutations, rédigées de sa propre main (cf. #1Co 16: 21 ; #Ga 6:11 ; #2Th 3:17 ; #Phm 19).

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/