L’héritage

28/12/2016 08:00
L’héritage
La bonne réponse était "Romains chapitre 5" (verset 12 "C'est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort; de même la mort s'est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché.")!
La situation de l'homme n'est pas brillante. Adam, son premier père, lui a laissé un héritage lourd à porter. Sa race devait vivre en communion et en harmonie avec le Créateur (Esaïe 43.15) mais les choses ne se sont pas exactement déroulées ainsi. Il y a eu désobéissance (Genèse 3.12) et les conséquences en ont été dramatiques: le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort (Romains 5.12).
Maintenant, la Bible affirme que tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu (Romains 3.23). Chacun cherche ses propres intérêts (Philippiens 2.21), chacun vit pour soi en oubliant absolument Celui qui tient pourtant le souffle de tous en Sa main (Daniel 5.23). L'homme est une créature rebelle (Deutéronome 9.24), vaniteuse, très soucieuse des apparences (1 Samuel 16.7) et surtout de son indépendance. Force est d'admettre que ce témoignage se vérifie abondamment par l'expérience.
Et maintenant, que se passe-t-il? La mort serait donc l'unique perspective offerte à l'humanité? Dans ces conditions, à quoi bon vivre s'il ne s'agit que de manger et de boire (1 Corinthiens 15.32)? A quoi bon vivre si dès demain tout doit s'arrêter? La pensée est désolante, désespérante même.
L'histoire ne s'arrête pas là. Un rebondissement inattendu a eu lieu. En réalité, il ne date pas d'hier, ni même d'avant hier. Dès le moment de la chute, Dieu a promis la venue d'un Libérateur (Genèse 3.15). Certes, l'homme allait devoir assumer les conséquences de ses actes. Néanmoins, il n'a pas totalement été privé de l'espoir d'une réhabilitation. Dès le commencement, et dans la suite des temps (Luc 24.27), la promesse d'un Sauveur (Jean 4.42) a soutenu le cœur des fidèles. Ceux-là, conscients de leur état, ont résolument mis toute leur confiance en Dieu (Actes 27.25). Ceux-là ont témoigné par leur attitude qu'en vérité, le juste vivra par la foi (Hébreux 10.38).
Dieu a tenu parole, Sa grâce salutaire à tous les hommes a été manifestée (Tite 2.11). Christ, Son Fils (Marc 1.1), est venu et a achevé l'Oeuvre (Jean 17.4). Désormais, le fondement de l'espérance des saints ne repose plus simplement sur la parole des prophètes (2 Pierre 1.19) qui les enjoignaient à croire, à attendre patiemment. Non, à présent, la promesse a réellement pris corps, la véritable lumière a paru (Jean 1.9), le jour s'est levé.
La mort ne peut définitivement plus être considérée comme une fatalité. Elle sera engloutie par la victoire (1 Corinthiens 15.54). L'homme qui exerce la foi en Christ, le Victorieux, aperçoit déjà devant lui un nouvel horizon, celui de la vie éternelle (Jean 3.16). Identifié (Galates 2.20) au Premier-né d'entre les morts (Apocalypse 1.5), à Celui qui a triomphé du tombeau (Matthieu 28.6), comment les liens de la mort pourraient-ils encore retenir l'homme? Oui, la grâce de vie (1 Pierre 3.7) est offerte à quiconque croit (Actes 10.43).
C'est vrai, toute la postérité d'Adam est destinée à la mort. Tous ses fils doivent mourir, sans exception. Seulement, si quelqu'un est devenu enfant de Dieu par la foi en Jésus-Christ (Galates 3.26), il n'est plus lié au même destin que les enfants d'Adam. La filiation a changé, l'héritage également. Or, qu'est-il dit à propos de ceux qui doivent hériter avec Christ? Ils ont pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle (Romains 6.22).
Dieu reçoit et adopte (Éphésiens 1.5) encore ceux qui s'approchent de Lui par Christ (Hébreux 7.25). Aussi est-il encore temps d'espérer en Christ (Romains 15.12). Il est encore temps de changer de famille!

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/