L’homme spirituel

04/01/2020 00:17

L’homme spirituel

 L'homme qui étudie la Bible apprend à connaître qui est Dieu, ce qui Lui est agréable et quelle est Sa volonté. Il y découvre Ses œuvres, grandes et merveilleuses (Apocalypse 15.3), et contemple les perfections de Son caractère (Romains 1.20). Sans s'en rendre compte, à mesure que le fidèle persévère dans cette voie, qu'il contemple le Seigneur, lui-même est transformé à Son image, de gloire en gloire, comme par l'Esprit du Seigneur (2 Corinthiens 3.18).

Maintenant, Christ vit dans le cœur de Son disciple par la foi (Éphésiens 3.17). Celui-ci a revêtu le nouvel homme, qui est renouvelé, dans la connaissance, à l'image de celui qui l'a créé (Colossiens 3.10). Aussi, la pensée du Seigneur devient la sienne (1 Corinthiens 2.16). Les vieux schémas, les vieux raisonnements sont abandonnés sans regret pour ne garder que les fraîches convictions produites par le Saint-Esprit (Jean 16.8). Dès lors, l'homme ne juge plus selon les apparences mais selon la justice (Jean 7.24). Sans aucun doute, plus la relation du racheté avec Son Sauveur est étroite plus son jugement est affûté au point qu'il est désormais capable de discerner le bien du mal (Hébreux 5.14). À présent, le voici parvenu à l'état d'homme fait, mûr dans la foi, et dans l'exercice du jugement (1 Corinthiens 14.20).

À ce stade, qui se lèvera pour accuser et condamner ces bien-aimés (Romains 8.33-34)? Ils connaissent bien que Dieu est pour eux (Romains 8.31). Et pour cause, en Christ Jésus, ils prennent plaisir à accomplir la volonté de Dieu (Colossiens 4.12) et à juger droitement. Aujourd'hui, ce peuple ne vit plus pour lui-même mais pour leur Seigneur (2 Corinthiens 5.15). Les rachetés s'identifient au Juste (1 Jean 2.1) et sont déterminés à marcher sur le sentier que leur illustre Maître leur montre (Matthieu 7.14). Or, le Christ a dit: "Je ne puis rien faire de moi-même, je juge selon que j'entends, et mon jugement est juste, car je ne cherche point ma volonté, mais la volonté du Père qui m'a envoyé" (Jean 5.30). Par conséquent, il n'est rien d'étonnant à ce que Ses enfants (Hébreux 2.13) suivent cet exemple de subordination.

Après tout, ne serait-ce pas ici la véritable liberté, la liberté qu'il y a en Jésus-Christ (Galates 5.1)? Celle-ci ne consiste-t-elle pas en une dépendance sans faille au Père, à s'en remettre continuellement à Celui qui juge justement (1 Pierre 2.23)? Alors, quoi qu'il arrive, le cœur reste en paix. Le torrent de l'amour de Dieu balaye toute crainte (1 Jean 2.5). Pratiquons la Parole de Dieu, soyons versés dans les Écritures (Actes 18.24), et bientôt, nous en ferons aussi l'expérience!

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/