La fin du monde, que veut dire cette expression ?

28/11/2019 00:32

La fin du monde, que veut dire cette expression ?

          "Matthieu 25 : 13 "Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l'heure où le Fils de l'homme viendra" !

          La fin du monde, beaucoup en parlent, des films et des livres en tirent directement leur inspiration. Seulement, bien plus qu'une fiction tout droit sortie d'un homme à l'imagination fertile, celle-ci est une réalité.

          Après tout, qui peut croire que le monde peut continuer à tourner indéfiniment dans sa course effrénée au dérèglement ? Les injustices y sont criantes, les ressources de la terre s'amenuisent inexorablement, et l'impiété atteint des sommets toujours plus élevés. Tout n'y est que confusion et obscurité (Éphésiens 6 : 12). Certes, la fin arrivera. Est-ce parce qu'un homme le prédit ? Nullement, Dieu Lui-même est Celui qui l'a créée (Matthieu 24.6) donc Il est le seul à connaître sa fin.

          Touchant la date et l'heure de cet événement, nul ne le sait, que le Père seul (Matthieu 24 : 36). Privés de la connaissance de la Parole de Dieu (Osée 4 : 6), beaucoup sont malheureusement à la merci de séducteurs qui, par leurs discours profanes (2 Timothée 2 : 16), sèment le trouble dans les âmes (Galates 1 : 7). Nombre de ces imposteurs, enflés d'orgueil (1 Timothée 6 : 4), ont déjà prétendu connaître la date de la fin du monde. Bien sûr, ils ont été confondus lorsque leurs prédictions se sont révélées mensongères (Deutéronome 18 : 22). Pourtant, le mal était déjà fait. Sous leur emprise, combien ont été dévoyés à cause de leurs insidieux mensonges ? Combien ont été trompés et se sont éloignés de la vérité de Dieu (Romains 1 : 25) ?

          L'appât du gain (1 Timothée 6 : 5) et l'amour de l'argent (1 Timothée 6 : 10) ne sont jamais très loin. L'homme a pris occasion de la psychose, de la frayeur, engendrée par la perspective de la fin du monde pour développer un véritable commerce. C'est ici le terreau qu'il exploite pour asseoir ses profits et bâtir sa fortune. Ainsi, plusieurs sont déjà munis de leur kit de survie et disposent de leur bunker personnel où se réfugier. N'est-ce pas une véritable folie ? Tout ceci est inutile. Le bibliste averti sait fort bien que, lorsque ce moment arrivera, nul ne pourra se cacher et même les montagnes ne sauraient abriter ceux qui voudraient s'y cacher (Apocalypse 6 : 16).

          Ceci dit, est-ce la volonté de Dieu que l'homme vive continuellement l'âme affligée et dans la détresse ? Non, naturellement. Au contraire, les fidèles sont invités à vivre sans aucune inquiétude (Philippiens 4 : 6). Ils le peuvent car ils ne sont pas laissés dans l'ignorance quant aux choses qui doivent arriver (Marc 13 : 23). Oui, il est vrai que la fin du monde aura lieu (Matthieu 13 : 40). Oui, il est vrai que la colère de Dieu (Éphésiens 5 : 6) va s'abattre sur la terre et consumer tous les rebelles (Colossiens 3 : 6). Toutefois, ils savent aussi que Dieu a pourvu (Hébreux 11 : 40) pour le salut de Ses bien-aimés. C'est aujourd'hui le temps de la grâce (Tite 2 : 11) durant lequel Dieu use de patience afin que les hommes se repentent (2 Pierre 3 : 9) et Le recherchent (Osée 10 : 12).

          Oui, il existe un lieu de refuge, sûr et à l'abri de l'orage qui gronde. Il porte un Nom : Jésus-Christ. Le Seigneur est venu pour répondre aux besoins du monde, pour apporter à ceux qui L'écoutent (Jean 12 : 48) le salut (Actes 4 : 12), la vie (1 Jean 4 : 9), et la paix (Éphésiens 2 : 14). Quiconque Lui obéit peut donc appréhender les échéances à venir avec sérénité et confiance. Quant à Ses rachetés, ils obtiennent pardon et réconciliation (Romains 5 : 11). C'en est fini pour eux de la menace de condamnation (Romains 8 : 1), cachés avec Christ en Dieu (Colossiens 3 : 3), ils échappent à la colère à venir (1 Thessaloniciens 1 : 10). Maintenant blottis dans la main du Sauveur (Jean 10 : 28), pourquoi laisseraient-ils encore leurs cœurs se troubler (Jean 14 : 1)? Ils savent en qui ils ont cru (2 Timothée 1 : 12).

          Non, nul ne sait quand la fin du monde viendra (Marc 13.32). Aussi n'appartient-il pas à l'homme de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de Sa propre autorité (Actes 1.7). A quoi bon s'évertuer à désobéir en cherchant coûte que coûte à percer des secrets qui doivent le rester (et le resteront de toutes façons) ? D'ailleurs, qu'en aurions-nous de plus ? Rejetons avec détermination les faussetés, et autres vains discours (1 Timothée 6.20), des esprits séduisants (1 Timothée 4.1). En les écoutant, en leur prêtant crédit, nous ne gagnerons rien. Nous ne ferions que troquer la paix que nous donne le Seigneur en échange d'un pain d'angoisse (Esaïe 30.20).

          En définitive, puisque nous ne connaissons ni le jour ni l'heure (Matthieu 25.13), notre seule préoccupation revient à veiller et à prier (Marc 13.33) afin d'être trouvés prêts lorsque le temps viendra. Il s'agit maintenant de se conserver dans l'Amour de Dieu (Jude 21) attendant patiemment la bienheureuse espérance et l'apparition de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ (Tite 2.13). Jusque-là, malgré le tumulte et les bruits assourdissants de ce monde (Esaïe 17.12), gardons toujours précieusement la promesse du Seigneur devant nos yeux: "Voici, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde" (Matthieu 28.20).

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/