La période de l’Évangile

29/12/2013 19:55

La période de l’Évangile selon Willmington

 

LA PÉRIODE DE L’ÉVANGILE

   LES 27 LIVRES DU NOUVEAU TESTAMENT 

   LES CINQUANTE-TROIS PLUS IMPORTANTS CHAPITRES DU NOUVEAU TESTAMENT

   LES PRINCIPAUX ÉVÉNEMENTS DU NOUVEAU TESTAMENT

Introduction à la période de l’Évangile MATTHIEU, MARC, LUC, JEAN

Cette période couvre environ trente-cinq ans. Elle commence par une annonce dans le temple de Dieu (#Lu 1:11-20) et se termine par l’ascension du Fils de Dieu (#Lu 24:51). Si l’Ancien Testament avait dès ses premières pages révélé l’homme à l’image de Dieu, le Nouveau Testament, lui, présente Dieu sous la forme humaine (#Jn 1:14). L’homme créé à l’image de Dieu a été vaincu par Satan dans un superbe jardin (#Ge 2:8), mais le Dieu fait à l’image de l’homme a triomphé de Satan dans un désert aride (#Mt 4:1).

   Antérieurement à cette période, les brebis mouraient pour le berger (#Ex 12:1-13) ; maintenant c’est le Berger qui donne sa vie pour les brebis (#Jn 10:11).

   À sa naissance, Christ reçut de l’or, de l’encens et de la myrrhe apportés par des sages d’Orient venus l’adorer (#Mt 2:11), mais il mourut couronné d’épines, abreuvé de vinaigre et d’injures, couvert de crachats (#Mt 27:29, 34; 26:67).

   Le récit nous le montre sauvant un homme sous un arbre (#Jn 14:8), monté dans un arbre (#Lu 19:4-5), cloué sur un bois (#Lu 23:43).

   Durant cette période, le Seigneur calme une tempête (#Lu 8:24) et maudit un arbre stérile (#Mt 21:19).

 

 Trois des huit résurrections mentionnées dans la Bible se produisent durant cette période : la fille de Jaïrus (#Mr 5:41), le fils de la veuve de Naïn (#Lu 7:14) et Lazare (#Jn 11:43-44). Au fil du récit, nous voyons un charpentier rassuré par son rêve (#Mt 1:20-21) et un disciple lâche, pardonné et restauré (#Jn 21:15-17).

   Nous entendons des propos venus du ciel (#Mt 17:1-5) et de l’enfer (#Lu 16:19-31). Des prostituées sont pardonnées (#Jn 4:39; 8:11) et des hypocrites condamnés (#Mt 23).

   C’est dans les Évangiles que sont faites les premières mentions de l’Église (#Mt 16:18), de la Cène (#Mt 26:26-30) et de la mission (#Mt 28:19-20).

   Cette période est caractérisée par l’aveugle qui voit, le sourd qui entend, le muet qui parle, le paralysé qui marche, le mort qui ressuscite, le possédé qui est libéré et le perdu qui est sauvé.

LA PÉRIODE DE L’ÉVANGILE

   LES ÉVÉNEMENTS LES PLUS IMPORTANTS DE LA VIE DE CHRIST

UN APERÇU DES ÉTAPES FRANCHIES PAR LE SAUVEUR

Toute personne qui veut étudier la vie de Christ s’aperçoit rapidement qu’elle ne peut pas être dogmatique concernant la durée de son ministère terrestre ou l’enchaînement chronologique exact des événements dans cette période. En préparant ce chapitre, je me suis beaucoup inspiré de l’ouvrage de M. Cheney, The Life of Christ in Stereo, qui est une harmonie des Évangiles. Cet auteur suggère une durée de quatre ans pour le ministère public de Jésus. Cheney écrit :


« La chronologie généralement acceptée du ministère public de Christ s’appuie sur les références à la Pâque dans l’Évangile de Jean. L’apôtre signale trois Pâques : #Jn 2:13; 6:4; 11:55. Une autre est supposée avoir eu lieu en #Jean 5:1, même si elle n’est pas explicitement nommée. Ces quatre allusions à la Pâque couvrent donc une période d’au moins trois ans qui s’échelonnent de la première purification du temple jusqu’à la dernière semaine pascale … 

 

En acceptant l’exactitude historique de l’Évangile de Jean, nous devons admettre que le ministère de Jésus s’est étendu sur deux ou trois ans au moins. Mais aucun texte n’impose de le limiter à trois ans. Cette limite a été déduite de ce que Jean ne mentionne pas une cinquième Pâque. Ceux qui fixent à trois ans la durée du ministère de Jésus sous-entendent que Jean a systématiquement mentionné toutes les fêtes de Pâque qui ont eu lieu … 

L’une des critiques les plus vives qu’on peut adresser à la théorie d’un ministère de trois ans est qu’elle concentre trop d’événements dans les six derniers mois de la vie de Christ …  Il vaut mieux admettre logiquement que Jésus a exercé son ministère pendant quatre ans » (Johnston M. Cheney, The Life of Christ in Stereo, Portland, Western Baptist Seminary Press, 1969, p. 226-228).


   La parabole de Jésus dans #Luc 13:6-9 milite également en faveur d’un ministère de quatre ans.


« Il dit aussi cette parabole : Un homme avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint y chercher du fruit et n’en trouva pas. Alors il dit au vigneron : Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n’en trouve pas. Coupe-le : pourquoi occupe-t-il la terre inutilement ? Le vigneron lui répondit : Maître, laisse-le encore cette année ; d’ici-là, je creuserai tout autour et j’y mettrai du fumier. Peut-être à l’avenir produira-t-il du fruit ; sinon, tu le couperas. »


   Aujourd’hui, force est de reconnaître que Jésus est mal connu. Pour preuve, l’histoire suivante. Une petite d’un milieu défavorisé fréquentait l’école du dimanche de l’église de son quartier. Comme elle avait manqué plusieurs leçons, le pasteur voulut savoir pourquoi et alla trouver ses parents. « C’est dommage que votre enfant ne vienne plus, dit-il. Nous étions juste arrivés au moment où Jésus meurt. » « Ah, il est mort ? Demanda la maman consternée. Je ne savais même pas qu’il était malade ! »

I. Jésus est mal compris par les libéraux

Voici quelques déclarations concernant le Sauveur.

Albert Schweitzer


« C’était un fanatique égaré qui a gaspillé sa vie dans la poursuite futile d’un rêve insensé. Rien n’est plus négatif que l’étude critique de la vie de Christ. »


George Bernard Shaw


 

« Un homme qui fut sain d’esprit jusqu’au moment où Pierre le salua comme le Christ ; il succomba alors à la monomanie …  Ses idées fantasques sont très courantes chez les fous. Tel a été le comportement étrange de Jésus à Jérusalem une fois entièrement pris dans les liens de ses hallucinations. »


Rudolf Bultmann


« À mon avis, nous ne pouvons pratiquement rien connaître de la vie et de la personnalité de Jésus. »


Hugh Schonfield


« Dans cette conspiration, la victime en était elle-même l’instigatrice principale. Ce fut une idée et une entreprise cauchemardesque, le résultat de la logique effrayante d’un esprit malade… »


II. Jésus-Christ a été mal compris par les sectes

L’opinion des Témoins de Jéhovah


« L’homme Jésus est mort, définitivement mort ! » (Charles Russell).


L’opinion des Mormons


« Jésus-Christ était polygame ; Marie et Marthe, les sœurs de Lazare, étaient ses épouses, ainsi que Marie de Magdala. Les noces de Cana, en Galilée où Jésus changea l’eau en vin, étaient précisément l’un de ses mariages » (Brigham Young).


L’opinion de la Science chrétienne


 

« Dieu est indivisible. Il est impossible qu’une partie de Dieu soit entrée dans un homme, impossible aussi qu’un homme puisse refléter la plénitude de Dieu » (Mary Baker Eddy).


III. Jésus-Christ est mal compris aujourd’hui même par ceux qui croient à la Bible

On note de nos jours une absence presque totale de solide prédication exégétique sur la vie de Christ chez les fondamentalistes. La raison semble tenir au fait que les libéraux ont tellement écrit en long et en large sur sa vie, que les vrais croyants préfèrent éviter ce sujet et se concentrer uniquement sur sa mort. Certes, aucune personne qui étudie sincèrement la Bible ne contestera la vérité centrale que c’est la mort de Christ sur le Calvaire qui nous sauve. Rien n’est plus clairement affirmé dans la Bible que cette précieuse vérité. Mais en étudiant depuis le livre des Actes jusque dans l’Apocalypse les vérités concernant ce Sauveur, on est surpris de constater le nombre de fois où les épîtres renvoient à des événements de l’Évangile. Voici quelques exemples de citations bibliques qui renvoient à sa vie autant qu’à sa mort.

Hébreux • 12.1-3


« Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance l’épreuve qui nous est proposée, les yeux fixés sur Jésus, qui est l’auteur de la foi et qui la mène à la perfection. Au lieu de la joie qui lui était proposée, il a supporté la croix, méprisé la honte, et s’est assis à la droite du trône de Dieu. Considérez en effet celui qui a enduré de la part des pécheurs une telle opposition contre sa personne, afin que vous ne vous fatiguiez pas, l’âme découragée. »


Philippiens • 2.5-8


« Ayez en vous la pensée qui était en Christ-Jésus, lui dont la condition était celle de Dieu, il n’a pas estimé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais il s’est dépouillé lui-même, en prenant la condition d’esclave, en devenant semblable aux hommes ; après s’être trouvé dans la situation d’un homme, il s’est humilié lui-même en devenant obéissant jusqu’à la mort, la mort sur la croix. »


2 Corinthiens • 4.8-11


« Nous sommes pressés de toute manière, mais non écrasés ; désemparés, mais non désespérés ; persécutés, mais non abandonnés ; abattus, mais non perdus ; nous portons toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus afin que la vie de Jésus se manifeste dans notre corps. Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus se manifeste dans notre corps. »


 

2 Corinthiens • 3.18


« Nous tous, qui le visage dévoilé, reflétons comme un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit. »


   Examinons le raisonnement de Paul dans ce chapitre :


1.    Le message de la loi était glorieux, mais sa gloire s’est estompée. C’est pour cette raison que Moïse portait un voile sur son visage quand il descendit du Sinaï. De la sorte, le peuple ne vit pas cette gloire passagère. Cf. #2Co 3:13. Cette gloire était représentée par Moïse.

2.    Le message de la grâce aussi est glorieux, mais sa gloire ne s’estompe pas. Le voile n’est donc pas nécessaire. Cette gloire est représentée par Christ.

3.    Lorsque le croyant étudie la vie de Christ (la « gloire du Seigneur » mentionnée dans #3:18 se rapporte à Christ, comme l’indique #Jn 1:14), il est transformé (metamorphoomai, en grec) peu à peu en l’image de Christ.

4.    Le but suprême du croyant sur cette terre est de parvenir à une parfaite ressemblance avec Jésus. C’était aussi l’objectif éternel de Dieu, mais il veut que le processus commence dès maintenant. Voici le commentaire de H. A. Ironside sur 2 Corinthiens :


« Vous souvenez-vous de l’histoire du "Grand visage de pierre" ? Il était une fois un jeune garçon qui vivait dans un village au pied d’une montagne. Au sommet de cette montagne se tenait une pierre qui ressemblait à un visage humain tourné gravement et solennellement vers les habitants du village. D’après la légende, un homme devait venir un jour, un homme qui ressemblerait au visage de la pierre et qui accomplirait de grandes choses en faveur des habitants. Cette histoire fascina le jeune garçon qui sortait en douce du village et contemplait cette pierre des heures durant en pensant à l’homme qui devait paraître un jour. Mais les années passèrent, et l’inconnu ne venait toujours pas. L’enfant était devenu jeune homme et continuait imperturbablement à faire ce qu’il avait toujours fait : monter sur la montagne, s’asseoir devant la pierre au visage humain et contempler sa beauté. Le jeune homme devint adulte, mais il était incapable de se débarrasser de la légende qui le hantait. Puis, au fils des ans, l’adulte devint un vieillard. Un jour, alors qu’il traversait le village, quelques personnes le regardèrent et s’écrièrent : "Il est venu celui dont le visage ressemble à la grande pierre !" Il était devenu semblable à l’objet qu’il avait si longtemps contemplé. Si vous voulez ressembler à Jésus, regardez-le ! Vous le découvrirez dans la parole révélée ; lisez donc la Bible et méditez-la ! Un cantique anglais dit :

 

"Prends le temps de te sanctifier. Parle souvent à ton Seigneur."

Presque chaque fois que ce cantique était proposé, Lewis Sperry Chafer demandait à ce que la première ligne soit changée et remplacée par : "Prends le temps de fixer les regards sur Lui." En contemplant le Seigneur, nous deviendrons saints. En effet : "Nous tous, qui le visage dévoilé, reflétons comme un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit" » (p. 92-93).


Romains • 5.8-10


« Mais en ceci, Dieu prouve son amour envers nous : lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. À bien plus forte raison, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à bien plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. »


1 Pierre • 2.21


« C’est à cela, en effet, que vous avez été appelés, parce que Christ lui aussi a souffert pour vous et vous a laissé un exemple, afin que vous suiviez ses traces. »


   L’un des livres les plus répandus dans le monde chrétien a pris ce verset en exergue, mais à mon sens, il l’a mal interprété. Il s’agit du livre de Charles M. Sheldon, vendu à des millions d’exemplaires et traduit en français sous le titre « Que ferait Jésus à ma place ? » Dans ce roman, l’auteur décrit l’histoire d’un groupe de chrétiens décidés à ne faire et à ne dire que ce que Jésus lui-même aurait fait ou dit. Telle n’est pas la pensée émise par Pierre dans le verset que nous avons cité. À vrai dire, il est totalement impossible d’imiter parfaitement Jésus, ne serait-ce qu’en raison de sa nature surnaturelle. Prenons un exemple. Un chrétien se promène sur le bord de la mer. Tout à coup, il aperçoit une embarcation en difficulté, menacée par la tempête soudaine. Il entend les cris terrifiants des passagers impuissants et désespérés. Il se demande aussitôt : « Que ferait Jésus à ma place ? » Nous savons fort bien ce que Jésus a fait dans des circonstances pareilles (#Jn 6:19; Mt 8:26). Mais qui pourrait l’imiter aujourd’hui ? D’ailleurs, Pierre ne recommande pas à ses lecteurs de mettre leurs pieds dans l’empreinte des pas de Jésus, mais simplement de suivre ses traces.

 

   Quand Pierre utilise le mot traduit par « exemple » dans ce verset, il se sert d’un mot qu’il avait fréquemment entendu à l’école dans son enfance. Le mot grec signifie littéralement « écrire en dessous ». Le maître écrivait un mot et l’élève devait le recopier et l’étudier. Pour cela, il repassait avec son doigt sur le mot écrit par le maître jusqu’à ce qu’il soit capable de le reproduire seul. Pierre encourage ainsi les croyants à étudier et à imiter les différents comportements de Jésus durant sa vie terrestre.

   L’étude des pas accomplis (ou des étapes franchies) est très instructive. Le premier pas a conduit Jésus de la gloire céleste à Bethléhem, le suivant de Bethléhem à Jérusalem à l’âge de huit jours. Le dernier pas a été celui qui l’a conduit du mont des Oliviers jusque dans la gloire d’où il était descendu.

   Dans la vie de Christ que nous allons détailler dans ce guide, nous nous efforcerons de présenter toutes ces étapes, au nombre de 72, dans un ordre géographique et chronologique. Nous avons également choisi des symboles pour une visualisation rapide.

   Ainsi pendant qu’il était sur terre, le Seigneur a accompli 36 miracles connus. Ces miracles sont mentionnés dans les différentes étapes concernées et signalées en marge par une flamme. De même, les 38 paraboles sont signalées par le symbole d’un berger portant une brebis. Les 19 prières sont repérées par le symbole une silhouette aux mains jointes, et les 16 sermons par celui d’un livre ouvert. Enfin, les 45 prédictions sont facilement repérables grâce au symbole d’une trompette en marge du texte, et les 37 prophéties vétéro-testamentaires accomplies par Christ sont illustrées par le symbole d’un rouleau de l’Ancien Testament.

   Nous espérons vivement que grâce à ces symboles, la personne qui étudie la vie de Christ trouvera rapidement toutes les choses importantes que Jésus a dites ou accomplies dans les Évangiles. À la fin de cette étude, nous donnerons un résumé des principaux événements de la vie de Jésus glanés au cours des 72 étapes. L’étude couvrira les thèmes suivants :


1.    Les 36 miracles accomplis par le Seigneur

2.    Ses 38 paraboles

3.    Ses 19 prières4.    Ses 45 prédictions

5.    Ses 16 sermons

6.    Les 36 dialogues de Jésus

7.    Les 16 références de Jésus à l’Ancien Testament

8.    Ses 22 citations de l’Ancien Testament

9.    Les 10 preuves de la divinité de Christ

10.    Les 30 preuves de l’humanité du Sauveur

11.    Les 37 noms et titres du Seigneur

12.    Les 37 prophéties accomplies par Christ

13.    Les 27 personnes converties par Jésus

14.    Les 15 types de souffrances endurées par Jésus

15.    Les 7 dernières paroles de Jésus

16.    Les 10 apparitions du Sauveur ressuscité

17.    Les partis politiques et religieux de l’époque

18.    Les différents lieux visités par le Seigneur

19.    Les personnes qui ont rencontré Jésus.

 

* * *

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/