La sorcellerie dans l'Eglise 5 de 8

11/08/2018 00:33

La sorcellerie dans l'Eglise 5 de 8

Article de David Wilkerson.

Séductions - Fausses doctrines

 

Regardons d'un peu plus près cette forme de sorcellerie dans l'Eglise.

 

La sorcellerie de la rébellion commence par une petite racine d'amertume.

Je veux vous parler du fait d'être empoisonné par un "fiel amer". C'est Pierre qui utilise cette expression quand il reprend sévèrement Simon le Magicien, un nouveau converti qui lui avait offert de l'argent en échange de la puissance du Saint-Esprit, lorsqu'il imposerait les mains sur les gens pour qu'ils reçoivent le baptême de l'Esprit et des miracles.

"Lorsque Simon vit que le Saint-Esprit était donné par l'imposition des mains des apôtres, il leur offrit de l'argent, en disant : Accordez-moi aussi ce pouvoir, afin que celui à qui j'imposerai les mains reçoive le Saint-Esprit. Mais Pierre lui dit : Que ton argent périsse avec toi, puisque tu as cru que le don de Dieu s'acquérait à prix d'argent ! Il n'y a pour toi ni part ni lot dans cette affaire, car ton cœur n'est pas droit devant Dieu. Repens-toi donc de ta méchanceté, et prie le Seigneur pour que la pensée de ton cœur te soit pardonnée, s'il est possible ; car je vois que tu es dans un fiel amer et dans les liens de l'iniquité" (Actes 8 :18-23).

Le "fiel amer" désigne la convoitise et l'envie. Ce sont des poisons dangereux. Simon en était infecté ! Je crois qu'il aimait aussi aider les gens, ce qui lui permettait de dissimuler sa condition réelle. Le verset 13 dit qu'il crut "et, après avoir été baptisé, il ne quittait plus Philippe, et il voyait avec étonnement les miracles et les grands prodiges qui s'opéraient".

Mais il y avait quelque chose de mortel au fond du cœur de Simon. Il se disait : "Moi aussi, je puis faire cela ! Moi aussi, je suis doué ! Je me préoccupe de ceux qui sont dans le besoin ! Donnez-moi ma chance !"

Simon avait dans son cœur un mélange dangereux. Il y avait le désir d'être utilisé par Dieu, mais aussi le désir de se mettre en avant ! Il voulait sincèrement que Dieu l'utilise, mais il avait aussi le besoin d'être reconnu. Il voulait la puissance et un poste en vue, sans an payer le juste prix ! Il voulait passer par un raccourci !

Il en est de même aujourd'hui dans l'œuvre de Dieu. Il y en beaucoup qui essayent de prendre des raccourcis pour atteindre une position de puissance, dans laquelle ils vont vraiment être utiles. Nous offrons nos talents et nos capacités à Dieu. Mais si nous avons les talents sans avoir le cœur d'un serviteur, Dieu ne pourra pas nous utiliser !

Dans sa troisième épître, Jean nous parle d'un homme appelé Diothèphe, "qui aime à être le premier parmi eux, et ne nous reçoit point" (3 Jean 9). Quand les choses n'allaient pas comme il le voulait, il commençait à "débiter des niaiseries" à l'encontre des frères, avec des intentions mauvaises.

Un tel homme cherche des histoires pour des choses sans importance. Diothèphe s'était senti offensé par le message de l'apôtre Jean, et il avait commencé à le calomnier. Sa vanité et son orgueil avaient été blessés. Il s'est mis donc à raconter qu'il avait été blessé par d'autres serviteurs de Dieu. Il avait troublé la paix qui régnait entre les frères, et gagné beaucoup d'entre eux à sa cause.

Il ne s'agissait pas d'un péché grossier. Il ne s'agissait pas d'erreurs doctrinales. Il s'agissait simplement du péché d'impatience ! Il ne pouvait pas attendre que Dieu fasse Son œuvre. Il voulait la prééminence. Et il est probable qu'il avait des accents très sincères !

 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/