Le blasphème contre le Saint-Esprit

19/04/2014 14:48

Le blasphème contre le Saint-Esprit

Jésus a dit qu’il existait un seul péché qui ne sera jamais pardonné : le blasphème contre le Saint-Esprit.  Or cet avertissement suscite beaucoup de questions parmi les chrétiens, d’autant plus que certains tremblent à l’idée d’avoir pu commettre ce péché sans le vouloir. Nous allons donc voir de quoi il s’agit exactement et s’il  est réellement possible de blasphémer contre le Saint-Esprit par inadvertance.

 

« Alors on lui amena un démoniaque aveugle et muet, et il le guérit, de sorte que le muet parlait et voyait. Toute la foule étonnée disait: N’est-ce point-là le Fils de David? Les pharisiens, ayant entendu cela, dirent: Cet homme ne chasse les démons que par Béelzébul, prince des démons. Comme Jésus connaissait leurs pensées, il leur dit: Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté, et toute ville ou maison divisée contre elle-même ne peut subsister. Si Satan chasse Satan, il est divisé contre lui-même; comment donc son royaume subsistera-t-il? Et si moi, je chasse les démons par Béelzébul, vos fils, par qui les chassent-ils? C’est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges. Mais, si c’est par l’Esprit de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc venu vers vous. Ou, comment quelqu’un peut-il entrer dans la maison d’un homme fort et piller ses biens, sans avoir auparavant lié cet homme fort? Alors seulement il pillera sa maison. Celui qui n’est pas avec moi est contre moi, et celui qui n’assemble pas avec moi disperse. C’est pourquoi je vous dis: Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera point pardonné. Quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné; mais quiconque parlera contre le Saint Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir. Ou dites que l’arbre est bon et que son fruit est bon, ou dites que l’arbre est mauvais et que son fruit est mauvais; car on connaît l’arbre par le fruit. Races de vipères, comment pourriez-vous dire de bonnes choses, méchants comme vous l’êtes? Car c’est de l’abondance du coeur que la bouche parle. L’homme bon tire de bonnes choses de son bon trésor, et l’homme méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor. Je vous le dis: au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu’ils auront proférée. Car par tes paroles tu seras justifié, et par tes paroles tu seras condamné » Matthieu 12 :22-37.

 

Le blasphème est un outrage, une calomnie, un discours injurieux à l’égard de la divinité. A la lecture de ce passage, le blasphème contre le Saint-Esprit est  associé au fait d’attribuer les œuvres du diable  à Dieu. Or il est écrit que Dieu n’est même pas tenté par le mal et qu’il n’y a pas en lui de ténèbres (Jacques 1 :13 ; 1 Jean 1 :5).  Le problème c’est qu’il est arrivé à beaucoup d’enfants de Dieu d’assister à certaines situations, souvent  à caractère surnaturel  ou inhabituel, devant lesquelles ils se sont demandés, ne serait-ce que pendant quelques instants, s’ils avaient à faire à l’œuvre de Dieu ou à celle de Satan.  Et une fois que cette idée leur a effleuré l’esprit, beaucoup sont rongés par la crainte d’avoir commis ce fameux péché impardonnable. Que ceux à qui c’est arrivé se rassurent,  ceux qui finissent par blasphémer contre le Saint-Esprit ont un profil bien particulier. De plus, la Bible nous recommande de ne pas ajouter foi à tout esprit mais de les éprouver pour savoir s’ils sont réellement de Dieu (1 Jean 4 :1). Ainsi, le fait de se poser des questions, essayer de comprendre et de discerner n’a rien d’un péché, bien au contraire.

 

Mais revenons-en à notre passage de Matthieu 12. Jésus avait guéri  une personne aveugle et muette et tout le monde reconnaissait  que ce miracle ne pouvait venir que de Dieu, sauf les pharisiens qui y virent là l’action du diable. Pourtant,  du fait de leur connaissance des Écritures bien supérieure au reste du peuple, les pharisiens auraient dû être les premiers à reconnaître que Jésus était le Messie et qu’il était un envoyé de Dieu. Or ils ont été  les premiers ennemis du Seigneur et à l’origine du complot qui a abouti à sa condamnation à mort.

 

UN CŒUR REBELLE ET ENDURCI

Les pharisiens étaient-ils réellement persuadés que Jésus était un agent de Satan ?

 

« Mais il y eut un homme d’entre les pharisiens, nommé Nicodème, un chef des Juifs, qui vint, lui, auprès de Jésus, de nuit, et lui dit: Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu; car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si Dieu n’est avec lui » Jean 3 :1-2.

 

« Ils envoyèrent auprès de Jésus quelques-uns des pharisiens et des hérodiens, afin de le surprendre par ses propres paroles. Et ils vinrent lui dire: Maître, nous savons que tu es vrai, et que tu ne t’inquiètes de personne; car tu ne regardes pas à l’apparence des hommes, et tu enseignes la voie de Dieu selon la vérité. Est-il permis, ou non, de payer le tribut à César? Devons-nous payer, ou ne pas payer? » Marc 12 :13-14.

 

Nicodème, un pharisien qui était venu voir Jésus pendant la nuit pour ne pas avoir des problèmes avec ses collègues, avait dit très clairement au Seigneur que les pharisiens reconnaissaient dans leur for intérieur qu’il était un homme de Dieu puisque ses œuvres, les fruits qu’il portait, l’attestaient. De même, les pharisiens reconnaissaient que Jésus enseignait la saine doctrine. Ainsi, de toute évidence, quand ces derniers ont accusé Jésus de chasser les démons par Béelzébul, ils faisaient preuve d’une mauvaise foi manifeste, et en plus de cela, ils l’assumaient.

 

Jésus les avait très bien cernés : « Races de vipères, comment pourriez-vous dire de bonnes choses, méchants comme vous l’êtes? Car c’est de l’abondance du coeur que la bouche parle. L’homme bon tire de bonnes choses de son bon trésor, et l’homme méchant tire de mauvaises choses de son mauvais trésor » (Matthieu 12 :34-35). Le problème des pharisiens c’était leur hypocrisie et la profonde méchanceté de leur cœur endurci.

 

Comme nous l’avons vu, Dieu nous demande d’être vigilants en éprouvant les esprits et en analysant les choses à la lumière des Écritures (Actes 17 :11). Il n’exige pas que nous soyons crédules mais que nous ayons foi en lui. Or la foi nait au contact de la Parole de Dieu, plus précisément lorsqu’on a été convaincu et persuadé par elle (Romains 10 :17).  Dieu nous respecte et prend le temps qu’il faut pour nous convaincre en usant de sa Parole et en l’accompagnant  de signes et de prodiges, de telle sorte que si la prédication ne suffit pas, les œuvres parlent d’elles-mêmes.

 

« Moi, j’ai un témoignage plus grand que celui de Jean; car les oeuvres que le Père m’a donné d’accomplir, ces oeuvres mêmes que je fais, témoignent de moi que c’est le Père qui m’a envoyé » Jean 5 :36.

 

« Il y eut de nouveau, à cause de ces paroles, division parmi les Juifs. Plusieurs d’entre eux disaient: Il a un démon, il est fou; pourquoi l’écoutez-vous? D’autres disaient: Ce ne sont pas les paroles d’un démoniaque; un démon peut-il ouvrir les yeux des aveugles? On célébrait à Jérusalem la fête de la Dédicace. C’était l’hiver. Et Jésus se promenait dans le temple, sous le portique de Salomon. Les Juifs l’entourèrent, et lui dirent: Jusques à quand tiendras-tu notre esprit en suspens? Si tu es le Christ, dis-le nous franchement. Jésus leur répondit: Je vous l’ai dit, et vous ne croyez pas. Les oeuvres que je fais au nom de mon Père rendent témoignage de moi. Mais vous ne croyez pas, parce que vous n’êtes pas de mes brebis » Jean 10 :19-26.

 

Aussi, quand la Parole de Dieu est accompagnée des œuvres qui l’attestent, il ne devrait plus y avoir de doute.

 

« Tu m’as persuadé, Éternel, et je me suis laissé persuader; Tu m’as saisi, tu m’as vaincu…» Jérémie 20 :7.

 

« C’est pourquoi, selon ce que dit le Saint Esprit: Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos coeurs, comme lors de la révolte, le jour de la tentation dans le désert, où vos pères me tentèrent, Pour m’éprouver, et ils virent mes oeuvres pendant quarante ans. Aussi je fus irrité contre cette génération, et je dis: Ils ont toujours un coeur qui s’égare. Ils n’ont pas connu mes voies » Hébreux 3 :7-10.

 

Les pharisiens avaient délibérément choisi de refuser de croire, ils avaient sciemment endurci leur cœur malgré les paroles qu’ils avaient entendues et les œuvres qu’ils avaient vues. Leur entêtement et leur endurcissement les ont amenés à blasphémer contre le Saint-Esprit, et cela de manière volontaire. Ainsi, il est impossible de blasphémer contre le Saint-Esprit sans le faire exprès.

 

 « Mais, par ton endurcissement et par ton coeur impénitent, tu t’amasses un trésor de colère pour le jour de la colère et de la manifestation du juste jugement de Dieu » Romains 2 :5.

 

« Prenez garde, frère, que quelqu’un de vous n’ait un coeur mauvais et incrédule, au point de se détourner du Dieu vivant » Hébreux 3 :12.

 

UN PÉCHÉ COMMUN AUX RELIGIEUX ET AUX RÉTROGRADES

« Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint Esprit, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie » Hébreux 6 :4-6.

 

Dans ce passage, le verbe éclairer vient du grec « photizo » et signifie éclairer, illuminer, rendre évident, éclairer spirituellement ;  imprégner de la connaissance qui sauve, instruire, informer, enseigner, donner de la compréhension sur.

 

« Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement: en ce qui concerne le péché, parce qu’ils ne croient pas en moi; la justice, parce que je vais au Père, et que vous ne me verrez plus; le jugement, parce que le prince de ce monde est jugé. J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera » Jean 16 :8-14.

 

Le Saint-Esprit fait un travail indispensable et remarquable dans la vie de chaque enfant de Dieu. Il est à l’origine de la repentance puisqu’il met en nous la conviction du péché. Il joue également un rôle majeur d’enseignant puisque c’est lui qui nous éclaire sur les Paroles du Seigneur et en facilite la compréhension.

 

Or Hébreux 6 :4 dit qu’il est impossible que ceux qui…

 

 - ont été éclairés

 

- ont gouté le don céleste

 

- ont eu part au Saint-Esprit

 

- ont gouté à la Parole et à la puissance de Dieu

 

… soient renouvelés et amenés de nouveau à la repentance.

 

Toutes ces caractéristiques ne peuvent concerner que des personnes qui ont connu Dieu. Nous en concluons donc que ceux qui blasphèment contre le Saint-Esprit sont majoritairement des personnes instruites quant aux choses de Dieu et qui finissent par rétrograder et renier le Seigneur Jésus-Christ en paroles et en actes.

 

« Avec des discours enflés de vanité, ils amorcent par les convoitises de la chair, par les dissolutions, ceux qui viennent à peine d’échapper aux hommes qui vivent dans l’égarement; ils leur promettent la liberté, quand ils sont eux-mêmes esclaves de la corruption, car chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui. En effet, si, après s’être retirés des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus Christ, ils s’y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première. Car mieux valait pour eux n’avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l’avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné. Il leur est arrivé ce que dit un proverbe vrai: Le chien est retourné à ce qu’il avait vomi, et la truie lavée s’est vautrée dans le bourbier » 2 Pierre 218-22.

 

UN SYMPTÔME DE L’ESPRIT D’ÉGAREMENT

« Que personne ne vous séduise d’aucune manière; car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais ces choses, lorsque j’étais encore chez vous? Et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu’il ne paraisse qu’en son temps. Car le mystère de l’iniquité agit déjà; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. Et alors paraîtra l’impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il anéantira par l’éclat de son avènement. L’apparition de cet impie se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. Aussi Dieu leur envoie une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice, soient condamnés » 2 Thessaloniciens 2 :3-12.

 

Une personne qui blasphème contre le Saint-Esprit a apostasié en retournant dans le monde ou en se laissant séduire par des doctrines démoniaques. Encore une fois, il est important de noter l’aspect volontaire de cette déchéance. En effet, ces gens-là n’ont pas reçu l’amour de la vérité (la Parole de Dieu) ou alors ils finissent par la renier. Ils s’abandonnent sciemment aux séductions du monde et s’y complaisent. Ainsi, au lieu de la sainteté, ils font le choix de l’iniquité ; au lieu d’aimer la vérité, ils optent pour le mensonge. A force de persévérer dans le péché sans repentance, le Saint-Esprit s’attriste au point de se retirer définitivement de la vie de la personne concernée.

 

«   Lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre, et que des filles leur furent nées,  les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu’ils choisirent. Alors l’Éternel dit: Mon esprit ne restera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans. Les géants étaient sur la terre en ces temps-là, après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donné des enfants: ce sont ces héros qui furent fameux dans l’antiquité. L’Éternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur coeur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. L’Éternel se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre, et il fut affligé en son cœur » Genèse 6 :1-6.

 

« Mais ils ont été rebelles, ils ont attristé son esprit saint; Et il est devenu leur ennemi, il a combattu contre eux » Esaïe 63 :10.

 

Voilà pourquoi il est écrit « N’attristez pas le Saint Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption » (Éphésiens 4 :30).

 

Une fois le Saint-Esprit retiré, un autre esprit prend place : l’esprit  ou la puissance d’égarement.  Le mot égarement dans 2 Thessaloniciens 2 :11 vient du grec « plane » qui signifie égarement, délire, erreur, fausse opinion sur la morale ou la religion ; erreur qui se montre dans l’action, une fausse manière d’agir, une tromperie, un imposteur.

 

Toutes les caractéristiques de l’esprit d’égarement se retrouvent chez Satan qui est le père du mensonge (Jean 8 :44) et donc chez son émissaire le plus puissant et le plus emblématique : l’antichrist.

 

« Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ? Celui-là est l’antéchrist, qui nie le Père et le Fils » 1 Jean 2 :22.

 

Dans ce verset, le verbe nier, du grec « arneomai », signifie littéralement nier mais aussi renier quelqu’un, en l’occurrence Jésus-Christ, ou encore se renier soi-même, à savoir son propre engagement dans la foi.

 

Une fois lié par cette puissance d’égarement, la repentance devient impossible (Hébreux 6 :4-6),  voilà pourquoi l’apôtre Jean dit qu’il est inutile de prier pour les personnes ayant commis le péché qui mène à la mort, c’est-à-dire le blasphème contre le Saint-Esprit (1 Jean 5 :16-17).

 

LA MARQUE DE LA BÊTE

Comme nous l’avons vu, l’esprit d’égarement est directement lié à l’antichrist qui est aussi nommé l’homme impie ou encore la bête (Apocalypse 19 :20).  Il n’est donc pas étonnant que les personnes frappées de cet esprit reçoivent aussi la marque de la bête.

 

Beaucoup s’imaginent que la marque de la bête sera visible, par exemple sous la forme d’une puce électronique ou d’un tatouage. Or s’il est certain que l’homme impie utilisera de tels procédés pour des raisons de repérage et de surveillance des populations, la véritable marque de la bête sera invisible, subtile, et d’autant plus dangereuse.

 

« Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience » 1 Timothée 4 :2.

 

Dans ce passage, Paul avertit Timothée au sujet de ceux qui s’abandonneront la foi pour s’attacher à des doctrines de démons et qui auront pour particularité de porter la marque de la flétrissure dans leur conscience.  Le mot flétrissure, du grec « kauteriazo », veut dire marquer au fer rouge, et dans le contexte, il désigne ceux dont l’âme est stigmatisée par les marques du péché, qui transportent avec eux la conscience perpétuelle du péché.

 

La marque de la bête correspond donc à la marque du péché imprimée par l’ennemi dans l’esprit des hommes impies et égarés. En effet, de la même manière que le Saint-Esprit est le sceau de Dieu, donc une marque divine qui purifie notre conscience et produit la sanctification et des œuvres justes (Éphésiens 1 :13 ;  Hébreux 9 :14 ; Apocalypse 7 :3 ), la marque de la bête souille la conscience et enferme pour toujours celui qui est marqué dans la pratique du péché. C’est d’ailleurs ce que suggère le fait d’être marqué sur le front (la pensée) et sur la main (l’action).

 

« Et un autre, un troisième ange les suivit, en disant d’une voix forte: Si quelqu’un adore la bête et son image, et reçoit une marque sur son front ou sur sa main, il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, devant les saints anges et devant l’agneau. Et la fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles; et ils n’ont de repos ni jour ni nuit, ceux qui adorent la bête et son image, et quiconque reçoit la marque de son nom » Apocalypse  14 :9-11.

 

Ce passage nous apprend que ceux qui recevront la marque de la bête seront d’office condamnés, ce qui n’est pas sans nous rappeler la condition de ceux qui blasphèment contre le Saint-Esprit. D’ailleurs, on constate que tous ceux qui font partie du royaume de la bête ne se repentent pas de leurs péchés, ce qui témoigne de leur endurcissement et de leur égarement.

 

« Les autres hommes qui ne furent pas tués par ces fléaux ne se repentirent pas des œuvres de leurs mains, de manière à ne point adorer les démons, et les idoles d’or, d’argent, d’airain, de pierre et de bois, qui ne peuvent ni voir, ni entendre, ni marcher; et ils ne se repentirent pas de leurs meurtres, ni de leurs enchantements, ni de leur impudicité ni de leurs vols » Apocalypse 9 :20-21.

 

« Le cinquième versa sa coupe sur le trône de la bête. Et son royaume fut couvert de ténèbres; et les hommes se mordaient la langue de douleur, et ils blasphémèrent le Dieu du ciel, à cause de leurs douleurs et de leurs ulcères, et ils ne se repentirent pas de leurs œuvres » Apocalypse 16 :10-11.

 

En conclusion, nous pouvons dire que les personnes qui en viennent à blasphémer contre le Saint-Esprit sont passées par une longue et lente chute, par le chemin large et spacieux qui mène à la perdition et qui est jalonné  d’hypocrisie, d’orgueil, de manque de repentance et d’amour des choses de ce monde. Ceux qui commettent ce péché ne le font ni par hasard ni par inadvertance. Pour autant, nous devons tout de même nous tenir en garde et veiller sur nous-mêmes car le péché est séducteur et nous enveloppe très facilement (Hébreux 12 :1). Ainsi, pour ne pas attirer sur nous une ruine irréversible et éternelle, méditons sur cette Parole :

 

« On t’a fait connaître, ô homme, ce qui est bien; Et ce que l’Éternel demande de toi, C’est que tu pratiques la justice, Que tu aimes la miséricorde, Et que tu marches humblement avec ton Dieu » Michée 6 :8.

 

https://www.lesdokimos.org/2012/07/07/le-blaspheme-contre-le-saint-esprit/

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/