LE FILS DE LA VEUVE SAREPTA 1 de 8

14/08/2017 12:36

LE FILS DE LA VEUVE SAREPTA, RESSUSCITÉ PAR ÉLIE 1 de 8 

 

Sarepta. Ville située sur la côte méditerranéenne, à environ 11 km au sud de Sidon. Elie reçut donc l’ordre de séjourner dans un territoire contrôlé par le beau-père d’Achab, Ethbaal. En subvenant miraculeusement aux besoins de cette veuve pendant la famine (vv. #1R 17:10-16), il démontra la puissance de l’Eternel au cœur même d’une région vouée au culte de Baal. 

 

 

1 Rois 17 : 17 ¶  Après ces choses, le fils de la femme, maîtresse de la maison, devint malade, et sa maladie fut si violente qu’il ne resta plus en lui de respiration.

18  Cette femme dit alors à Elie : Qu’y a-t-il entre moi et toi, homme de Dieu ? Es-tu venu chez moi pour rappeler le souvenir de mon iniquité, et pour faire mourir mon fils ?

19  Il lui répondit : Donne-moi ton fils. Et il le prit du sein de la femme, le monta dans la chambre haute où il demeurait, et le coucha sur son lit.

20  Puis il invoqua l’Eternel, et dit: Eternel, mon Dieu, est-ce que tu affligerais, au point de faire mourir son fils, même cette veuve chez qui j’ai été reçu comme un hôte ?

21  Et il s’étendit trois fois sur l’enfant, invoqua l’Eternel, et dit: Eternel, mon Dieu, je t’en prie, que l’âme de cet enfant revienne au dedans de lui !

22  L’Eternel écouta la voix d’Elie, et l’âme de l’enfant revint au dedans de lui, et il fut rendu à la vie.

23  Elie prit l’enfant, le descendit de la chambre haute dans la maison, et le donna à sa mère. Et Elie dit : Vois, ton fils est vivant.

ton fils est vivant. Les mythes cananéens affirmaient que Baal était capable de ressusciter les morts, mais là ce fut l’Eternel, et non la divinité païenne, qui redonna vie au garçon. Cela prouva de façon concluante qu’il était bien le seul vrai Dieu, et Elie son prophète (v. #1R 17:24). 
 

24  Et la femme dit à Elie : Je reconnais maintenant que tu es un homme de Dieu, et que la parole de l’Eternel dans ta bouche est vérité.

 

NOTES DIVERSES

S’étendit …  trois fois …  Cette espèce d’incubation a pour but de communiquer à l’enfant sa propre chaleur et son propre souffle de vie. Il faut se rappeler que la mort n’avait jusqu’alors jamais été vaincue. Pour la première fois, l’idée d’un pareil triomphe de la vie s’emparait de l’esprit d’un homme. Mais quel contraste entre cet effort violent et la manière calme et assurée du Prince de la vie ressuscitant Lazare ou le fils de la veuve de Naïn ! 

 

ton fils est vivant. Les mythes cananéens affirmaient que Baal était capable de ressusciter les morts, mais là ce fut l’Éternel, et non la divinité païenne, qui redonna vie au garçon. Cela prouva de façon concluante qu’il était bien le seul vrai Dieu, et Elie son prophète (v. #1R 17:24).

 

(#1R 17:17-24) Mais sa foi ne devait pas tarder à subir une plus forte épreuve. L’enfant tomba malade et il mourut. Perdre son fils, dans le temps même que Dieu faisait un miracle journalier pour le nourrir, lui et sa mère, non moins que le prophète ! Qu’es-tu donc venu faire chez moi ? dit-elle à l’homme de Dieu. Est-ce pour me punir de mes péchés ? Les grâces que l’Éternel m’a accordées par ton moyen n’étaient-elles destinées qu’à me rendre plus coupable à ses yeux ? Paroles d’un cœur humble, mais ulcéré ; paroles où le murmure se dissimule à peine et dont cette pauvre femme dut être bien confuse, lorsqu’elle vit dans quelle intention l’Éternel l’avait frappée. Élie pria pour la mère affligée ; son enfant lui fut rendu ; le bruit de ce miracle dut parvenir aux oreilles d’Achab, et tout cela avait pour but de glorifier le Dieu d’Israël. Hélas ! Peut-être n’y eut-il, à ce premier moment, que la veuve de Sarepta qui comprit ce qui lui avait été fait. Elle croyait déjà, mais sa foi fut affermie. 

#17-24  Ni la foi, ni l’obéissance ne peuvent écarter les afflictions et la mort. L’enfant étant décédé, sa mère cria au prophète qu’il aurait mieux fallu la laisser dans l’affliction et la famine, plutôt que de lui donner un faux espoir et un vain soulagement. 

Quand Dieu nous prive des bienfaits qu’Il nous avait d’abord octroyés, Il nous rappelle nos péchés commis, peut-être ceux de notre jeunesse, malgré le temps éventuellement déjà passé …  Quand Il nous rappelle nos iniquités, c’est pour nous enseigner à bien les identifier et à nous en repentir. 

La prière d’Élie fut sans aucun doute dirigée par le Saint-Esprit. L’enfant de cette veuve fut rétabli. Remarquez la puissance de la prière, et celle de Celui qui l’écoute !

 #17. 17-24 Plus tard le fils de la femme fut frappé d’une maladie …  si violente qu’il en mourut. Aussitôt la mère soupçonna qu’Élie avait ordonné sa mort à cause d’un péché qu’elle aurait commis. Le prophète prit le jeune garçon, le monta dans sa chambre, s’étendit trois fois sur lui et invoqua l’Éternel. Le garçon fut rendu à la vie …  et donné à sa mère en parfaite santé. Ce miracle convainquit la femme qu’Élie était un homme de Dieu et que la parole de l’Éternel était la vérité. Femme païenne, elle eut foi au Dieu d’Israël.

 
https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/