Le livre du prophète Ezéchiel

29/12/2013 13:54
 

 Le livre du prophète

Ezéchiel

Titre

       Ce livre a toujours porté le nom de son auteur, Ezéchiel (#Ez 1:3 ; #Ez 24:24), qui n’est pas mentionné ailleurs dans l’Ecriture. Son nom signifie « fortifié par Dieu » et correspond bien à son appel prophétique (#Ez 3:8-9). Ezéchiel utilisa des visions, des prophéties, des paraboles, des signes et des symboles pour proclamer et illustrer le message que Dieu adressait à son peuple en exil.

Auteur et date

       Si la « trentième année » de 1:1 est en rapport avec l’âge d’Ezéchiel, alors il avait 25 ans lorsqu’il fut déporté, et 30 ans lorsqu’il fut appelé au ministère. C’était à trente ans que les sacrificateurs commençaient leur service, et c’était donc une année charnière pour lui. Son ministère commença en 593/592 av. J.-C. et dura au moins 22 ans, jusqu’en 571/570 av. J.-C. (cf. #Ez 29:17). Contemporain de Jérémie (son aîné d’environ 20 ans), il mentionna Daniel (qui était du même âge que lui, en #Ez 14:14, #Ez 14:20, #Ez 28:3) comme un prophète déjà reconnu. Ezéchiel était à la fois sacrificateur et prophète (#Ez 1:3), comme Jérémie (#Jér 1:1) et Zacharie (cf. #Za 1:1 avec #Né 12:16). De par son arrière-plan sacerdotal, il manifestait une bonne connaissance des questions liées au temple et un grand intérêt pour elles. Dieu lui confia ainsi un traitement développé du sujet (#Ez 8:1-11:25 ; #Ez 40:1-47:12).

       Ezéchiel et sa femme (mentionnée en #Ez 24:15-27) faisaient partie des 10 000 Juifs déportés à Babylone en 597 av. J.-C. (#2R 24:11-18). Ils vivaient à Thel-Abib (#Ez 3:15) au bord du fleuve du Kebar, probablement au sud-est de Babylone. Ezéchiel évoqua le décès de son épouse en exil (#Ez 24:18), mais le livre ne mentionne pas la mort du prophète, que la tradition rabbinique attribue à un prince israélite auquel il reprocha son idolâtrie vers 560 av. J.-C.

      L’auteur reçut son appel prophétique en 593 av. J.-C. (#Ez 1:2) à Babylone (« le pays des Chaldéens »), pendant la « cinquième année de la captivité du roi Jojakin », déporté en 597 av. J.-C. Ezéchiel date nombre de ses prophéties de cette année-là (#Ez 8:1 ; #Ez 20:1 ; #Ez 24:1 ; #Ez 26:1 ; #Ez 29:1 ; #Ez 30:20 ; #Ez 31:1 ; #Ez 32:1, #Ez 32:17 ; #Ez 33:21 ; #Ez 40:1). En #Ez 40:1, il mentionne la quatorzième année après la chute de Jérusalem (survenue en 586 av. J.-C.). Le dernier oracle daté d’Ezéchiel fut prononcé en 571/570 av. J.-C. (#Ez 29:17).

       Les prophéties des ch. #Ez 1:1-28:@ suivent un ordre chronologique. En #Ez 29:1, le prophète se porte une année avant #Ez 26:1, mais dès 30:1 (cf. #Ez 31:1, #Ez 32:1, #Ez 32:17), il se rapproche à nouveau d’un ordre chronologique strict.

Contexte et arrière-plan

       Un regard sur l’histoire permet de constater qu’Israël avait été un royaume unifié durant plus de 110 ans (vers 1043-931 av. J.-C.), soit pendant les règnes de Saül, David et Salomon. Un schisme intervint en 931, de sorte qu’il y eut dès lors deux entités distinctes: Juda (sud) et Israël (nord), et ce jusqu’en 722/721 av. J.-C., date à laquelle le royaume du nord tomba entre les mains des Assyriens. Juda, quant à lui, perdura pendant 135 ans encore, avant de tomber sous les attaques portées par les Babyloniens en 605-586 av. J.-C.

       Dans le contexte plus immédiat du livre, d’autres événements jouaient un rôle stratégique. Politiquement, la puissance militaire de l’Assyrie s’était effondrée en 626 av. J.-C., et sa capitale, Ninive, avait été détruite en 612 av. J.-C. par les Babyloniens et les Mèdes (cf. Nahum). L’Empire néobabylonien montrait sa force depuis l’accession au trône de Nabopolassar, en 625 av. J.-C. L’Egypte, sous la conduite du Pharaon Neco II, voulait conquérir le plus de territoires possible. Babylone écrasa l’Assyrie (av. J.-C.) et remporta une victoire décisive contre l’Egypte à Carkemisch en 605 av. J.-C., ne laissant aucun survivant, d’après les chroniques babyloniennes. C’est aussi en 605 av. J.-C. que Nebucadnetsar débuta sa conquête de Jérusalem et la déportation de ses habitants, notamment Daniel (#Da 1:2). En décembre 598 av. J.-C., il assiégea de nouveau Jérusalem, qui tomba le 16 mars 597 av. J.-C. Il fit prisonnier Jojakin, ainsi qu’un groupe de 10 000 personnes, dont Ezéchiel (#2R 24:11-18). La destruction finale de Jérusalem et la conquête de Juda, ainsi que la troisième vague de déportation, eurent lieu en 586 av. J.-C.

       D’un point de vue religieux, le roi Josias (vers 640-609 av. J.-C.) avait mis en œuvre plusieurs réformes (cf. #2Ch 34), mais l’idolâtrie avait tellement aveuglé la population judéenne que celles-ci n’eurent qu’un impact superficiel. L’armée égyptienne avait tué le roi Josias lors de sa traversée de la région en 609 av. J.-C., et les Judéens s’enferrèrent alors dans le péché qui provoqua leur jugement, sous Joachaz (609 av. J.-C.), Jojakim (Eliakim, 609-598 av. J.-C.), Jojakin (av. J.-C.) et Sédécias (av. J.-C.).

      Si l’on considère le cadre de vie, Ezéchiel et ses 10 000 compatriotes vivaient en exil à Babylone (#2R 24:14), mais avec un statut plus proche de celui de colons que de captifs. Ils pouvaient cultiver des terres dans des conditions relativement favorables (#Jér 29). Ezéchiel possédait même sa propre maison (#Ez 3:24 ; #Ez 20:1).

       De faux prophètes séduisaient les exilés en leur promettant un retour rapide en Juda (#Ez 13:3, #Ez 13:16 ; #Jér 29:1). De 593 à 585 av. J.-C., Ezéchiel avertit ses compatriotes que leur Jérusalem bien-aimée serait détruite et leur exil prolongé, de sorte qu’il n’y avait aucun espoir de retour immédiat. En 585 av. J.-C., un homme qui avait fui Jérusalem et échappé aux Babyloniens rejoignit le prophète pour lui annoncer la chute de la ville, survenue en 586 av. J.-C., quelque six mois plus tôt (#Ez 33:21). Cette information brisa les faux espoirs de délivrance imminente que nourrissaient les exilés, si bien que les prophéties d’Ezéchiel se concentrèrent dès lors sur la restauration future d’Israël, son retour sur sa terre et les bénédictions du royaume messianique.

Thèmes historiques et théologiques

       La « gloire de l’Eternel » est un thème central chez Ezéchiel, et l’expression apparaît en #Ez 1:28, #Ez 3:12, #Ez 3:23, #Ez 10:4, #Ez 10:18, #Ez 11:23 ; #Ez 43:4-5, #Ez 44:4. Le livre décrit de façon vivante la désobéissance d’Israël et de Juda, en dépit de la bonté de Dieu (ch. #Ez 1:23 ; cf. ch. #Ez 16). Il montre le désir de l’Eternel de voir son peuple porter un fruit qu’il puisse bénir. Néanmoins, l’indulgence coupable de Juda avait ouvert la porte à son jugement, comme une vigne que l’on brûle (ch. #Ez 1:15). Nombreuses sont les allusions à l’idolâtrie d’Israël et à ses conséquences, comme la mort de Pelathia (#Ez 11:13) qui illustrait la tragédie dont le peuple tout entier était frappé.

       De nombreuses scènes pittoresques illustrent des principes spirituels: Ezéchiel mangeant un rouleau (ch. #Ez 1:2); les visages des quatre anges représentant des aspects de la création sur laquelle Dieu règne (#Ez 1:10); un « salon de barbier » (#Ez 5:1-4); des graffitis sur les murs du temple rappelant aux lecteurs ce que Dieu voulait pour sa maison: un lieu consacré à la sainteté et non aux abominations (#Ez 8:10); des charbons ardents symbolisant le jugement (#Ez 10:2, #Ez 10:7).

       Parmi les thèmes théologiques abordés, les plus importants sont la sainteté et la souveraineté de Dieu. Ils sont souvent évoqués par l’opposition entre la lumière resplendissante de la gloire de l’Eternel et la toile de fond, sombre et méprisable, du péché de Juda (#Ez 1:26-28 ; souvent aux ch. #Ez 8:1-11:@ ; #Ez 43:1-7). Ils sont aussi étroitement liés à l’objectif poursuivi par Dieu d’un triomphe glorieux, où tous « sauront que je suis l’Eternel ». Cette affirmation est en quelque sorte un monogramme divin, la signature par laquelle Dieu authentifie ses œuvres, et elle apparaît plus de 60 fois, habituellement en rapport avec un jugement (#Ez 6:7 ; #Ez 7:4), mais parfois après une promesse de restauration (#Ez 34:27 ; #Ez 36:11, #Ez 36:38 ; #Ez 39:28).

       Le livre a pour autre caractéristique de décrire le ministère des anges, en coulisse, pour accomplir l’œuvre de Dieu (#Ez 1:5-25 ; #Ez 10:1-22). Le lecteur découvre aussi que celui-ci considère chaque homme comme responsable de rechercher la justice (#Ez 18:3-32); c’est un autre thème important.

       Ezéchiel évoque en outre le péché d’Israël (#Ez 2:3-7 ; #Ez 8:9-10) et des nations (tout au long des ch. #Ez 25:1-32:@), la nécessaire colère de Dieu face au péché (#Ez 7:1-8 ; #Ez 15:8), le refus de Dieu que les habitants de Jérusalem fuient par ruse la ville assiégée (#Ez 12:1-13 ; cf. #Jér 39:4-7) et l’accomplissement de l’engagement pris par Dieu dans l’alliance abrahamique (#Ge 12:1-3) avec le rétablissement du peuple issu du patriarche sur la terre promise (ch. #Ez 34 ; 36-48; cf. #Ge 12:7). Dieu promettait de préserver, parmi les Israélites, un reste fidèle au travers duquel il accomplirait les promesses de restauration afin d’honorer sa parole.

Questions d’interprétation

       Ezéchiel utilise largement le langage symbolique, à l’instar d’Esaïe et de Jérémie, ce qui  amène à se demander si certaines sections doivent être interprétées comme figuratives ou prises littéralement: Ezéchiel a-t-il réellement été lié de cordes (#Ez 3:25)? Le prophète a-t-il été transporté physiquement à Jérusalem (#Ez 8:1-3)? Comment concilier la responsabilité individuelle soulignée au ch. #Ez 18 avec le fait que des méchants échappent à la mort (#Ez 14:22-23) tandis que des hommes pieux meurent au cours d’une attaque (#Ez 21:8-9)? Comment Dieu permet-il la mort de l’épouse du prophète fidèle (#Ez 24:15-27)? Quand certains jugements de nations interviendront-ils (ch. #Ez 25:1-32:@)? Le temple des ch. #Ez 40:1-46:@ sera-t-il un véritable temple, et quelle forme aura-t-il? Quel rapport y a-t-il entre les promesses relatives à l’avenir d’Israël et le programme de Dieu pour l’Eglise? Ces questions seront abordées dans les notes.

Plan

       Le livre peut être divisé, de façon globale, en deux parties: jugement/rétribution et consolation/restauration. Une approche plus détaillée permet de discerner quatre sections:
1° les prophéties annonçant la chute de Jérusalem (ch. #Ez 1:1-24:@);
2° les prophéties annonçant la rétribution des nations voisines (ch. #Ez 25:1-32:@), avec un aperçu de la restauration future d’Israël (#Ez 28:25-26);
3° une transition (ch. #Ez 33), avec des instructions pour un dernier appel à la repentance;
4° de riches attentes, notamment celle de la future restauration d’Israël par Dieu (ch. #Ez 34:1-48:@).

Plan

I. Prophéties sur la ruine de Jérusalem (1:1-24:27)

A. Préparation et mission d’Ezéchiel (1:1-3:27)

1. Une apparition divine à Ezéchiel (1:1-28)
2. Une mission divine pour Ezéchiel (2:1-3:27)

B. Proclamation de la condamnation de Jérusalem (4:1-24:27)

1. Les signes du jugement à venir (4:1-5:4)
2. Des messages de jugement (5:5-7:27)
3. La vision d’abominations (8:1-11:25)
4. Les raisons du jugement (12:1-24:27)

II. Prophéties sur la rétribution des nations (25:1-32:32)

A. Ammon (25:1-7)
B. Moab (25:8-11)
C. Edom (25:12-14)
D. Les Philistins (25:15-17)
E. Tyr (26:1-28:19)
F. Sidon (28:20-24)
Excursus. la restauration d’Israël (28:25-26)
G. L’Egypte (29:1-32:32)

III. Dispositions pour une repentance d’Israël (33:1-33)
IV. Prophéties sur la restauration d’Israël (34:1-48:35)

A. Rassemblement d’Israël dans son pays (34:1-37:28)

1. La promesse d’un vrai berger (34:1-31)
2. Le châtiment des nations (35:1-36:7)
3. Des projets de restauration (36:8-38)
4. Des images de la restauration (37:1-28)

B. Elimination des ennemis d’Israël (38:1-39:29)

1. L’attaque de Gog contre Israël (38:1-16)
2. L’intervention de Dieu en faveur d’Israël (38:17-39:29)

C. Rétablissement du vrai culte en Israël (40:1-46:24)

1. Un nouveau temple (40:1-43:12)
2. Un nouveau culte (43:13-46:24)

D. Redistribution du pays en Israël (47:1-48:35)

1. La position du torrent (47:1-12)
2. Les parts des tribus (47:13-48:35)


 

* * *

1:1

trentième année. Cela correspond sans doute à l’âge d’Ezéchiel, puisque la mise en rapport avec le règne d’un souverain intervient au v. 2. C’était l’âge auquel un sacrificateur commençait à officier (cf. v. #Ez 1:3 avec #No 4).

fleuve du Kebar. Canal important relié à l’Euphrate, au sud de Babylone.

visions divines. La scène présente des similitudes avec les visions du trône de Dieu en #Ap 4:1-5:@, où l’accent est aussi placé sur une vision fugitive de ce trône juste avant le déversement du jugement (#Ap 6:1-19:@).

* * *
 

https://cms.dieu-avant-tout-com.webnode.fr/